09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/08/22 | Le leader du e-commerce équin s'installe en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Blue Horse Group, leader français du e-commerce dédié au monde du cheval, sur les secteurs santé, soin et équipements pour le cheval et le cavalier, installe son siège et ses équipes de marketing digital et de e-commerce à Ambarès-et-Lagrave (33) et crée aussi sur place une plateforme logistique. Un choix dicté par "le carrefour logistique qu’offre la zone" et "le vivier de compétences Tech et Web de la métropole bordelaise", dans une région dense en haras, écuries de concours et centres équestres. 10 emplois ont déjà été créés, 4 à 5 autres nouvelles personnes devraient rejoindre la société.

  • 10/08/22 | Le train du rugby arrive en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    A un an de la Coupe du Monde 2022 de Rugby, un train du rugby parcourt la France depuis le 21 juillet dernier. Du 13 au 15 août, il fait escale à Bordeaux, à la gare Saint-Jean. A son bord, des expériences immersives ou la découverte des équipes qualifiées seront proposées. A cette occasion, un village Rugby va s'installer au Parc des Sports Saint-Michel. Il fera également escale à Dax, Bayonne, Biarritz, Pau, Agen, Poitiers, Limoges et Brive.

  • 10/08/22 | Orelsan chante pour les 40 ans du village Emmaus de Pau

    Lire

    Le Village Emmaüs Lescar-Pau fête ses 40 ans avec la reprise du festival le lundi 15 Août. A 18 h, rendez-vous avec une très belle programmation musicale: Orelsan, Mouss et Hakim, Specy-Men et Chamalove se partageront la scène pour un show exceptionnel vibrant d’entraide et d’espoir. Réservations des places, au bureau du Village Emmaüs Lescar-Pau, dans le réseau Ticketmaster et sur Eventick’.

  • 09/08/22 | Les urgences de Sainte-Foy-la-Grande fermées pour quatre nuits

    Lire

    Le service d’urgences du Centre Hospitalier de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) suspend les accueils de 18 h 30 à 8 h 30, les nuits des 10, 11, 12 et 13 aout. Le service rencontre des tensions de recrutement en personnel médical. Le service des urgences restera accessible en journée. La nuit, les usagers sont invités à contacter le Centre 15 qui les orientera vers la solution de prise en charge la plus adaptée. Le service d’urgences reprendra un fonctionnement normal à partir du dimanche 14 août 8h30 du matin. Le SMUR reste opérationnel durant la période et assurera les transferts.

  • 09/08/22 | Les Monuments aux Morts de la Grande Guerre s'exposent

    Lire

    Jusqu'au 29 septembre, les Archives Départementales de Guéret accueillent une exposition consacrée aux monuments aux morts de la Grande Guerre dans la Creuse. Réalisée par le service Patrimoine du Conseil Départemental, l'exposition présente le travail de recensement et d'analyse des 272 monuments creusois au travers de 25 panneaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Le covoiturage domicile-travail doit se développer sur Grand Poitiers

28/11/2019 | Sur Grand Poitiers, 1 409 personnes proposaient à la mi-novembre un trajet de covoiturage entre leur domicile et leur travail. Une pratique qui se développe.

1

Dans le cadre de son schéma directeur des énergies et du plan climat-air-énergie territorial, Grand Poitiers vise à réduire de 25% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Pour atteindre cet objectif, la communauté urbaine souhaite développer de nouvelles mobilités alternatives comme le covoiturage. Elle a expérimenté cette solution avec l’entreprise qui se dit leader dans le covoiturage domicile-travail, Klaxit. Pour l’instant, 1 003 inscrits trouvent des covoitureurs pour les accompagner sur la route du travail. L’objectif est de développer encore plus ce nombre. Parmi les six entreprises qui expérimentent ce dispositif, il y a le CHU de Poitiers, rencontre avec deux collègues qui font désormais la route ensemble et qui n’y voient que des avantages.

La nuit commence à tomber. Il est 17 heures 15 sur le parking du pôle de gériatrie du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Poitiers. Deux salariées se retrouvent devant une voiture. Elles viennent de terminer leur journée de travail en tant que secrétaires médicales et s’apprêtent à rentrer chez elles. Un trajet travail-domicile qu’elles font désormais à deux. C’est ça le principe du covoiturage. Pour cela, elle utilise une application, qui les a mises en relation : Klaxit. Une start-up qui s’annonce leader sur le marché du covoiturage entre le domicile et le travail. 

La communauté urbaine de Grand Poitiers expérimente depuis juin dernier cette application. L’occasion de faire un point, six mois après la mise en service de ce nouveau type mobilité qui se veut alternatif. « Grand Poitiers souhaite favoriser le covoiturage comme un moyen complémentaire pour se déplacer. Pour cela nous avons mis en place un partenariat avec la société société Klaxit, leader en France de la mobilité alternative. En plus, nous participons au financement des trajets domicile-travail », explique Anne Gérard, vice-présidente de Grand Poitiers, chargée des Mobilités. Effectivement, la communauté urbaine finance une partie des frais de covoiturage. Chaque conducteur recevra 2 euros par trajet et les passagers bénéficient de trajets à 1 euros (à raison d’un aller-retour chaque jour). Au total, 606 trajets ont été cofinancés par Grand Poitiers, depuis le début de l’expérimentation. La tendance est à l’augmentation. 

Evolution du nombre d’inscrits par mois depuis le lancement de l’expérimentation

Six entreprises participent à l’expérimentation

L’application a trouvé son public depuis juin dernier. A la mi-novembre, 1 409 personnes inscrites proposaient un trajet. 1 003 inscrits ont trouvé des covoitureurs. Des chiffres encourageants mais qui doivent encore augmenter. Ce n’est pas forcément encore un automatisme dans la tête des salariés, même si déjà 23 638 kilomètres ont été parcourus en covoiturage depuis juin dernier. Pour l’instant, six établissements se sont engagés dans cette aventure. Ils sont situés sur deux zones d’activité très développées. Tout d’abord la zone du Futuroscope où le parc du Futuroscope lui-même a pris part à l’expérimentation, ainsi que le réseau Canopé ou encore l’entreprise de gestion de la relation client, télémarketing et centres d’appels Armatis LC. La deuxième, est celle du campus universitaire et CHU avec l’université de Poitiers, le CHU et le Centre Hospitalier Henri Laborit. Cependant, l’application reste ouverte à tous les habitants de Grand Poitiers et même au-delà. 467 salariés de petites entreprises sont également inscrits sur Klaxit. 

Nombre d’inscrits sur les 6 entreprises ciblées

60% des salariés habitent à 20 km du CHU de Poitiers

Le CHU de Poitiers fait office de bonne figure avec le plus grand nombre d’inscrits. La référence covoiturage est la conseillère mobilité du CHU, Karine Ferrand ; elle suit activement les dernières évolutions. « A ce jour nous avons 191 salariés du CHU de Poitiers qui sont inscrits sur l’application. 120 covoitureurs l’utilisent même quotidiennement. » D’autant plus que le CHU doit faire face à plusieurs difficultés, les horaires décalés et souvent approximatifs de leur salariés. Puis, quand on s’intéresse au lieu d’habitation, le constat est net. « 60% de nos 7 000 salariés résident à plus de 20 kilomètres du CHU. C’est pour cette raison que nous avons opté pour cette politique volontariste du covoiturage, indique Christophe Baltus, directeur campus santé du Chu de Poitiers. L’objectif est de doubler ce nombre de personnes qui utilisent l’application et qui convoiturent pour venir au travail d’ici fin mars 2020. » Pour cela, l’hôpital compte faire passer le message par une campagne de communication en interne, mais aussi expliquer ce dispositif aux personnels encadrants et prévoit de faire le tour de l’ensemble des services. « Je pense que nous sommes en train de franchir une étape, nous n’avons pas pu tout faire d’un coup, mais le potentiel peut être plus important encore », explique Christophe Baltus qui ne cache pas son ambition.

La souplesse du covoiturage

En attendant, les deux collègues vont bientôt prendre la route pour rentrer chez elles. Mais avant elles ont livré leur impression sur l’application qu’elles utilisent depuis le mois de septembre. Elles se sont découvertes comme étant des voisines de quelques kilomètres. Sans Klaxit, elles ne l’auraient jamais su et n’auraient sans doute jamais discuté pour faire du covoiturage ensemble. Depuis, elles font quotidiennement le trajet de plus de 23 kilomètres (la distance moyenne des trajets proposés par l’application est de 23,9 kilomètres pour 21 minutes de trajet) entre Cissé (commune à l’Ouest de Poitiers) et le CHU de Poitiers. « Fabienne me rejoint chez moi et nous partons ensemble. Parfois on prend ma voiture et d’autre fois la sienne », explique Amélie Arlot. Fabienne Nibeaudeau habite un peu plus loin, à 5 kilomètres de sa collègue à Villiers. Elle paraît séduite par ce service. « Vous savez, c’est souvent la galère pour se stationner… Avec Amélie, nous avons quasiment les mêmes horaires à une demi-heure ou un quart-d’heure près. Je sais que nous avons des collègues plutôt réticents au covoiturage, car on perd son autonomie, mais je trouve qu’il y a une solution à tout. Il y a des arrangements et ça ne doit pas être un frein pour se lancer. On s’adapte, il faut essayer. Puis, quand on est coincé dans les bouchons, nous avons quelqu’un à qui parler ». Finalement, les deux femmes ne se sentent pas prisonnières du covoiturage. En plus, si la conductrice rencontre un problème et ne peut pas assurer le trajet du retour, l’application le garantit, quoiqu’il arrive. Elles dépensent moins de frais en essence et gagnent même un peu d’argent pour leurs trajets quotidiens. Pour se donner rendez-vous à la voiture, les deux collègues utilisent même l’application en appuyant sur le bouton départ immédiat. Cela laisse une notification à la passagère qui comprend que la conductrice est prête à partir. Pour l’instant, il reste encore trois places dans la voiture d’Amélie ou de Fabienne. Elles espèrent bien la remplir d’ici quelques mois. Pour cela, elles sont prêtes à optimiser leur trajet pour récupérer ou déposer d’autres salariés sur leur route. En tout cas, Fabienne est tellement conquise qu’elle a même dit à sa fille étudiante en fac de médecine d’utiliser l’application avec ses camarades de promotion. Le covoiturage se transmet donc de génération en génération et pourrait rentrer dans les habitudes quotidiennes. 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
10177
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !