18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Le futur Tram'bus de l'agglomération bayonnaise présenté à Marseille

12/10/2017 | Il sera mis en service en 2019. 18 mètres de long, 100% électrique, deux lignes desserviront Bayonne-Anglet-Biarritz Nord-Sud et Est-Ouest.

Présentation Tram bus

À l'occasion des 26e Rencontres Nationales du Transport Public qui se tiennent à Marseille, la société Irizar a présenté en avant-première mondiale la nouvelle gamme de véhicules 100 % électriques zéro émission, dont l’Irizar ie Tram commandé par la Communauté d’Agglomération Pays Basque pour ses lignes Tram’bus. Ces véhicules nouvelle génération seront en service en 2019 sur la Côte basque. Deux lignes de trambus sur 25,2 kms traverseront du Nord au sud (Tarnos-Bayonne-Sud) et d'Est en Ouest (Hauts de Bayonne-Biarritz) l'agglomération.

À l’occasion des 26e Rencontres nationales du transport public de Marseille, la technologie innovante des véhicules 100 % électriques commandés par la Communauté d’agglomération Pays Basque à la société basque Irizar e-mobility est mise à l’honneur. L’Irizar ie tram, un véhicule articulé de 18 mètres version tram, y a été présenté en avant-première.

Ce véhicule articulé fonctionne sur un principe de charge rapide en Terminus (avec un système de pantographe) et charge intelligente au dépôt. Ces caractéristiques ont fait l’objet d’une présentation inédite, en présence de Jean-René Etchegaray, président de la Communauté d’Agglomération Pays Basque et maire de Bayonne , Claude Olive, président du Syndicat des mobilités Pays basque – Adour, maire d'Anglet  et de Florence Lasserre-David, conseillère communautaire et membre du GART. C’est en effet sur le territoire basque que seront mis en service dès 2019 ces premiers véhicules révolutionnaires.  Ces trams non polluants, 100 % électriques, circuleront sur les deux lignes du tracé du Tram’bus en cours d'installation. Ils ne généreront pas de nuisances sonores ni environnementales.

  La Communauté d’Agglomération Pays Basque s’était engagée de longue date en faveur d’une mobilité durable. Son projet de Tram’bus, validé par le Grenelle de l’Environnement, avait comme ambition de lutter contre le « tout voiture », d’inciter à de nouveaux comportements citoyens et de répondre à des objectifs ambitieux en matière de transition énergétique.  
Le Syndicat des Transports d’alors avait fait le choix d’un véhicule de nouvelle génération cumulant les avantages du tramway, tout en conservant la souplesse des véhicules classiques thermiques ou hybrides, dénommé le Tram’bus. Autre volonté forte : ce nouveau système de transport électrique ne devait émettre aucun polluant atmosphérique (véhicule à zéro émission).  

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet de Tram’bus, une démarche a été entreprise en 2016 par le Syndicat des Transports, en vue de l’acquisition de 18 véhicules à grande capacité et non polluants.  Après analyse des différentes propositions, le groupe Irizar a été retenu pour produire des véhicules tout électriques de 18 mètres de long, pour une capacité dépassant les 140 places ainsi que toutes les infrastructures nécessaires à leur bon fonctionnement.  À l’heure actuelle, il s’agit des premiers véhicules de ce type au moins à l’échelle française, voire européenne. Des prototypes existent et sont actuellement testés dans certaines grandes capitales, mais, à ce jour, aucun réseau de transport citadin ne s’est jamais équipé de ce type de véhicules pour assurer la totalité d’une ligne de bus.

Les batteries rechargées à chaque terminus

L’électricité embarquée nécessaire à la propulsion des véhicules est contenue dans des batteries de nouvelle génération. La recharge des Tram’bus sera assurée à chaque terminus, par des infrastructures dédiées de charge rapide – à savoir les pantographes - (en moins de 5 minutes).  La connexion entre le Tram’bus et la station de charge sera assurée par un système de pantographe, sorte de bras articulé niché sur le toit qui se connecte au système de charge.  Une recharge lente des véhicules sera également assurée la nuit, au dépôt, via un système novateur de charge intelligente.  D’un point de vue de l’exploitation, le véhicule sera aussi performant que des véhicules thermiques ou hybrides. De plus, il intègre de nombreux systèmes de transport intelligent, dont notamment un système de télédiagnostic et de supervision des véhicules et des chargeurs en temps réel, lequel sera développé avec les services du Syndicat des Mobilités ; un système embarqué de guidage et de positionnement automatique des véhicules aux stations de charge ; un système de récupération d’énergie au freinage ; des connectiques USB pour la recharge d’appareils électroniques, ainsi qu’un wifi embarqueé pour disposer d’une connexion internet à tout moment à destination des passagers.   
. Afin de faciliter l’éclairage naturel à l’intérieur du véhicule, les surfaces des parois vitrées seront maximisées. La mise en place de « caches-roues » permet de lisser la forme du véhicule. En outre  un nouveau système billettique sera déployé sur l’ensemble du réseau. Innovant, ce système sera adapté aux évolutions technologiques afin de garantir une plus grande fluidité, une meilleure accessibilité au réseau.   Dans le cadre de ce système de transport connecté, le système billettique sera renouvelé afin de faciliter l’usage et d’encourager les usagers occasionnels à devenir réguliers.  

  Cette  année 2017 est effectuée une mise au point définitive du véhicule et sa présentation donc à Marseille . Suivra en 2018, la fabrication du premier véhicule, l'installation des infrastructures de charge.  En 2019,  aura lieu la livraison de la série de véhicules et la mise en exploitation de la ligne.

Des travaux gigantesques entre Bayonne, Anglet et Biarritz

Travaux sur le pont
 

Depuis le début de l'année le chantier du Tram'bus  occasionne des travaux – et des embouteillages — énormes. les deux lignes choisies correspondent aux deux lignes de bus les plus fréquentées jusque-là.  Le premier baptisé L2 effectuera une  Nord-Sud (de la mairie de Tarnos à  Bayonne sud) Cette section de 12 km comprendra 31 stations dont 5 communes avec l'autre ligne de Tram'Bus et ouvrira  sur Arcangues et Cambo.

L'autre baptisée L1 effectuera une traversée Est-Ouest (des Hauts de Bayonne à la mairie de Biarritz) effectuera un trajet de 12 km avec toujours 31 stations dont 5 communes avec l'autre ligne.  Soit un 25,2 km et 57 stations au total. Ces deux lignes auront des fréquences élevées jusqu'à 1600 voyageurs/heure. Le tracé d'une voie spéciale s'accompagne aussi d’un réaménagement urbain des espaces publics, places et rues sur les parcours, entrepris simultanément Bayonne, Anglet et Biarritz.

Vue l'ampleur de ce chantier colossal, une vaste campagne d'information accompagne le projet avec présence de médiatrices qui font aussi office de relais des problèmes posés. Tout comme a été instituée une lettre Info travaux à destination des populations et des usagers de Chronoplus.

Reste à savoir si ce lourd investissement permettra de maintenir le prix du ticket de bus à 1 euro valable une heure et 2 euros la journée qui en font un des moins chers d'Aquitaine et Midi Pyrénées.

La surprise: une navette fluviale!Navette fluvial

 

On s'en doute, le légendaire Pont Saint-Esprit qui enjambe l'Adour près de la gare et carrefour stratégique de la ville n'allait pas échapper à ces travaux pharaoniques. Si un passage pour les piétons et les cyclistes a été aménagé évidemment les véhicules allaient être prohibés. Les élus et Chronoplus ont eu alors une idée conviviale et fort prisée aujourd'hui: la mise en place d'un passeur fluvial dont l'accès et gratuit, entre le quai des allées Boufflers, près des Halles et du campus de la Nive et à Mn de la mairie, rive gauche et le quai Bergeret, rive droite  situé non loin du fameux pont et à 4 minutes de la gare. Une "croisière" de  3 minutes certes  avec des rotations toutes les 15 minutes sur une fort sympathique embarcation qui peut accueillir 45 passagers, deux fauteuils  roulant pour handicapés et 6 vélos maximum. Elle fonctionne du lundi au samedi de 7h15 à 19h15. Son succès a été foudroyant: 350 passagers le premier jour. Et pas forcément des riverains.

Cette  initiative qui a éveillé une vieille idée restée dans les cartons au BAB. Et si l'on faisait la même chose entre Anglet et Boucau, non loin de l'embouchure pour relayer, l'été, les pistes cyclables nord sud séparée par le fleuve? Cet engouement pour  les déplacements propres est encourageant....

 

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : DR et F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
3064
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !