Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/10/20 : Suite aux annonces faites par Emmanuel Macron, le World Impact Summit, organisé à Bordeaux, maintient sa première journée ce jeudi 29 octobre, avec un protocole sanitaire renforcé. Du fait du confinement, la journée de vendredi est annulée.

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/10/20 | La CCI Bordeaux Gironde réagit au re-confinement

    Lire

    La CCI Bordeaux Gironde réactive et renforce sa Cellule d’appui aux entreprises afin d'être une porte d’entrée unique avec un numéro (05 56 79 5000) et un mail spécifique (contact@bordeauxgironde.cci.fr) pour répondre aux besoins d’accompagnement des chefs d’entreprise. "Comme nous l’avons été pendant le confinement et aujourd’hui dans cette phase de relance, nous nous devons de rester en contact rapproché avec les TPE-PME. Elles ont besoin de nous" expose Patrick Seguin, Président de CCI Bordeaux Gironde. Tous les services de la CCI Bordeaux Gironde resteront accessibles annonce la structure.

  • 29/10/20 | Bassens : 2 millions d'euros pour optimiser les capacités de stockage du port

    Lire

    Le Grand Port Maritime de Bordeaux a lancé en 2019 un plan de restructuration économique et territoriale. La première tranche de ce plan concerne la refonte du terminal à conteneurs de Bassens, qui ne peut prétendre à une occupation totale de ses locaux du fait de la vétusté des lieux et du manque d'équipements adaptés. Alors que les opérations de rénovation des hangars de Bassens ont déjà démarré, la Région investit 2,6 millions d'euros dans l'optimisation des capacités de stockage du port.

  • 29/10/20 | Dordogne : lancement d’un Observatoire de l’habitat

    Lire

    Lancé par le Conseil Départemental de la Dordogne, l’Observatoire est un outil de connaissances et d’analyses de l’habitat avec pour objectif de suivre l’évolution du territoire afin de mieux identifier les besoins en matière de logement. Au travers de cette Observatoire, le Département met son ingénierie et ses moyens techniques au service des acteurs pour les accompagner dans la mise en place de leurs projets. Pour accéder à cet observatoire.

  • 29/10/20 | La Région soutien le cinéma, exemple à Limoges

    Lire

    Pyramide production, société de production basée à Limoges depuis 1988, produit actuellement le documentaire « Matriochkas, les filles de la guerre » qui retrace l’histoire de 3 nonagénaires dont les vies ordinaires cachent des destins extraordinaires. Lors de la commission permanente du 17 octobre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce documentaire à hauteur de 15 000 euros.

  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Le loup n’est pas encore arrivé en Limousin

02/09/2020 |

Troisième réunion de la cellule loup à la Préfecture de la Haute-vienne.

Lors de la troisième réunion de la cellule de veille sur le loup qui s’est déroulée, hier, à la Préfecture de Limoges, aucun indice probant de la présence du loup n’a été attesté en Limousin. Toutefois, les conclusions d’une étude de vulnérabilité des systèmes d’élevage ont été dévoilées de même que les actions initiées au plan national depuis deux ans avec les financements disponibles.

A l’initiative de Seymour Morsy, préfet de la Haute-Vienne, une trentaine de représentants des services de l'Etat, de la Région, des Chambres d'agriculture des trois départements du Limousin, des Conseils départementaux, de la Gendarmerie nationale, de maires, du monde agricole, du milieu de la chasse, d’instances forestières, et d’associations de protection de la nature étaient réunies, le 1er septembre, pour faire le point sur la présence éventuelle du loup qui, à ce jour, n’a pas été mise en évidence sur ce territoire. Des traces suspectes ont bien été découvertes et analysées au cours de l’année écoulée comme l’a annoncé Yann de Beaulieu, chargé de mission à l’Office français de la biodiversité, « Nous avons mobilisé notre réseau de correspondants loups formés en septembre 2019 pour centraliser les témoignages, informations et indices susceptibles de révéler la présence du loup en Limousin. Ils ont collecté trente indices, des observations visuelles de canidés et du matériel biologique qui a été analysé par un laboratoire national mandat, des empreintes et tous les cas de mortalité sur du bétail domestique qui représentent la moitié des indices. Nos services sont intervenus en 24 h pour les expertiser et savoir s’il y a eu prédation et si la responsabilité du loup pouvait être engagée mais aucun indice n’a été retenu comme susceptible de révéler une présence du loup en Limousin. »

Des loups solitaires repérés à proximité

Malgré tout, la vigilance s’impose puisque le loup est en capacité d’effectuer l’équivalent d’un marathon par jour répété sur plusieurs semaines selon ce spécialiste d’autant qu’une présence permanente du loup est attesté tout près dans le Cantal. « L’individu qui a été identifié vient de la Haute-Maurienne ce qui montre sa capacité de rayonnement d’où une vigilance permanente avec cette organisation d’une préparation à une possible arrivée du loup. » Deux autres individus ont été repérés voilà quelques mois en Charente et Charente-Martime.

D’autre part, cette réunion a permis de restituer l’étude sur la vulnérabilité, sur ce territoire, des systèmes d’élevage au risque de prédation par le loup. Lancée voilà un an, elle a menée par l’Institut de l’élevage avec l’appui des trois Chambres départementales d’agriculture et des experts du réseau COADAPHT (co-adaptation entre prédateurs et humains dans leurs territoires), soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine. « Nous avons mis en place des mesures dans le cadre du programme de développement rural pour accompagner les exploitants avec des fonds européens et de État précise Jean-Louis Jaureguiberry, cette étude doit être le point de départ des actions à mener. » Ces aides seront gérées par les Directions Départementales du Territoire et devraient répondre, pour partie, aux préconisations mentionnées dans cette étude.

En effet, cette dernière a montré que le système d’élevage extensif, la topographie qui procure des cachettes au loup et le calme du territoire sont particulièrement propices à d’éventuelles attaques du canidé. « Le Limousin est un territoire rural favorable au loup avec ses 400.000 vaches allaitantes et 340.000 brebis qui sont au pâturage confirme Christine Moulins, déléguée filière ovine à l’Institut de l’élevage, les facteurs de vulnérabilité sont donc nombreux en raison d’une multitude de petites parcelles. L’exploitant est souvent seul, il n’est pas en capacité de surveiller l’ensemble de ses troupeaux. Des proies potentielles sont dehors toute l‘année en petits lots avec des mises bas et donc beaucoup de jeunes. »

Des chiens de troupeau et des clôtures renforcées

La présence humaine permanente étant faible, une meilleure protection des troupeaux pourrait être assurée grâce à des chiens de troupeaux, mais aussi par un renforcement des clôtures et grâce à une présence réduite des jeunes ovins et bovins dans les prés. Des solutions pour lesquelles l’État et la Région mettront la main au porte-monnaie comme l’assure Seymour Morsy. « Il y a deux façons de faire, la première est d'attendre qu’il soit là et de crier au loup. L'autre est de se dire que finalement, il n'est pas très loin et qu'on se prépare. » Des crédits d’urgence d’État permettent de financer le gardiennage, l’achat de matériel de protection et l’accompagnement technique afin de réduire la vulnérabilité des élevages ovins et bovins. Malgré tout, les éleveurs limousins risquent d’être limités pour investir dans de telles protections au regard de la faible rentabilité de leurs exploitations. « Le résultat de cette étude n’est pas une surprise pour les éleveurs estime Emilie Pons, vice-présidente de la Chambre d’agriculture de la Haute-Vienne et éleveuse d’ovins, nos systèmes d’élevage sont très vulnérables à la prédation des loups de par la difficulté à les surveiller et à les protéger. Mais combien cela va nous coûter ? C’est du délire pour nous en termes de nombre de chiens ou de kilomètres de clôture. »

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Préfecture de la Haute-Vienne

Partager sur Facebook
Vu par vous
4821
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !