Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/04/21 | Régionales : Geneviève Darrieussecq officiellement candidate

    Lire

    La ministre Geneviève Darrieussecq représentera la majorité présidentielle - entre autres UDI et Mouvement Radical - pour les prochaines élections régionales (20 et 27 juin). L'ancienne Maire de Mont-de-Marsan souhaite rapprocher la région de ses habitants avec une politique en trois axes : « Une Région de la proximité, une Région qui protège et une Région du progrès », éclaire-t-elle. Geneviève Darrieussecq estime qu'il faut du « sang neuf, de l'alternance » après 23 ans de règne d'Alain Rousset sur l'ex-Aquitaine et la Nouvelle-Aquitaine.

  • 16/04/21 | Une nouvelle sous-préfète à Oloron-Sainte-Marie

    Lire

    Depuis le 15 avril, Anna Nguyen est la nouvelle sous-préfète d’Oloron-Sainte-Marie (64). Elle a débuté sa carrière au Ministère en charge du budget avant d’être au Secrétariat général aux Affaires Européennes du Premier Ministre. Cette jeune diplômée de l’ENA était avant sa prise de fonction cheffe du bureau Aménagement, logement et développement économique à la Ville de Paris.

  • 16/04/21 | Festival BD d'Angoulême : le nouveau directeur artistique s'en va déjà

    Lire

    Fred Felder, codirecteur artistique du festival international de la bande-dessinée, quitte ses fonctions après une dizaine de mois de collaboration. "Le rapprochement espéré réciproquement n’a pas abouti à une démarche et à un projet pleinement partagés", informe l'organisation du festival dans un communiqué. Le festival prévoit de le remplacer rapidement, et de nommer un directeur artistique adjoint en charge du secteur asiatique. Sonia Deschamps, codirectrice artistique, assure l’intérim.

  • 16/04/21 | Revatec favorise le réemploi

    Lire

    L’association Revatec à Guéret avec une vingtaine d’acteurs issus des secteurs de l’économie sociale et solidaire porte le projet Remise En Valeur des Aides Techniques. Ce projet consiste en la création d’un centre de récupération, de remise en état et de redistribution des aides techniques « occasionnelles » à destination des personnes en perte d’autonomie. Associé à cette démarche, le pôle domotique de Guéret permet à l’association de présenter les différents matériels via un showroom.

  • 16/04/21 | E-sport: Rebound Capital Games saisit la balle au bond!

    Lire

    A Angoulême, Rebound Capital Games, studio de développement et d’édition de jeux vidéos de sport, va construire un catalogue de jeux vidéos sous licences sportives afin de sortir un jeu tous les 18 à 24 mois. Le studio va également développer un de ses jeux sur PC, Tennis Manager, qui est le 1er jeu de simulation de tennis réaliste permettant de gérer toutes les tactiques et stratégies mises en œuvre lors d’un match.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Le loup n’est pas encore arrivé en Limousin

02/09/2020 |

Troisième réunion de la cellule loup à la Préfecture de la Haute-vienne.

Lors de la troisième réunion de la cellule de veille sur le loup qui s’est déroulée, hier, à la Préfecture de Limoges, aucun indice probant de la présence du loup n’a été attesté en Limousin. Toutefois, les conclusions d’une étude de vulnérabilité des systèmes d’élevage ont été dévoilées de même que les actions initiées au plan national depuis deux ans avec les financements disponibles.

A l’initiative de Seymour Morsy, préfet de la Haute-Vienne, une trentaine de représentants des services de l'Etat, de la Région, des Chambres d'agriculture des trois départements du Limousin, des Conseils départementaux, de la Gendarmerie nationale, de maires, du monde agricole, du milieu de la chasse, d’instances forestières, et d’associations de protection de la nature étaient réunies, le 1er septembre, pour faire le point sur la présence éventuelle du loup qui, à ce jour, n’a pas été mise en évidence sur ce territoire. Des traces suspectes ont bien été découvertes et analysées au cours de l’année écoulée comme l’a annoncé Yann de Beaulieu, chargé de mission à l’Office français de la biodiversité, « Nous avons mobilisé notre réseau de correspondants loups formés en septembre 2019 pour centraliser les témoignages, informations et indices susceptibles de révéler la présence du loup en Limousin. Ils ont collecté trente indices, des observations visuelles de canidés et du matériel biologique qui a été analysé par un laboratoire national mandat, des empreintes et tous les cas de mortalité sur du bétail domestique qui représentent la moitié des indices. Nos services sont intervenus en 24 h pour les expertiser et savoir s’il y a eu prédation et si la responsabilité du loup pouvait être engagée mais aucun indice n’a été retenu comme susceptible de révéler une présence du loup en Limousin. »

Des loups solitaires repérés à proximité

Malgré tout, la vigilance s’impose puisque le loup est en capacité d’effectuer l’équivalent d’un marathon par jour répété sur plusieurs semaines selon ce spécialiste d’autant qu’une présence permanente du loup est attesté tout près dans le Cantal. « L’individu qui a été identifié vient de la Haute-Maurienne ce qui montre sa capacité de rayonnement d’où une vigilance permanente avec cette organisation d’une préparation à une possible arrivée du loup. » Deux autres individus ont été repérés voilà quelques mois en Charente et Charente-Martime.

D’autre part, cette réunion a permis de restituer l’étude sur la vulnérabilité, sur ce territoire, des systèmes d’élevage au risque de prédation par le loup. Lancée voilà un an, elle a menée par l’Institut de l’élevage avec l’appui des trois Chambres départementales d’agriculture et des experts du réseau COADAPHT (co-adaptation entre prédateurs et humains dans leurs territoires), soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine. « Nous avons mis en place des mesures dans le cadre du programme de développement rural pour accompagner les exploitants avec des fonds européens et de État précise Jean-Louis Jaureguiberry, cette étude doit être le point de départ des actions à mener. » Ces aides seront gérées par les Directions Départementales du Territoire et devraient répondre, pour partie, aux préconisations mentionnées dans cette étude.

En effet, cette dernière a montré que le système d’élevage extensif, la topographie qui procure des cachettes au loup et le calme du territoire sont particulièrement propices à d’éventuelles attaques du canidé. « Le Limousin est un territoire rural favorable au loup avec ses 400.000 vaches allaitantes et 340.000 brebis qui sont au pâturage confirme Christine Moulins, déléguée filière ovine à l’Institut de l’élevage, les facteurs de vulnérabilité sont donc nombreux en raison d’une multitude de petites parcelles. L’exploitant est souvent seul, il n’est pas en capacité de surveiller l’ensemble de ses troupeaux. Des proies potentielles sont dehors toute l‘année en petits lots avec des mises bas et donc beaucoup de jeunes. »

Des chiens de troupeau et des clôtures renforcées

La présence humaine permanente étant faible, une meilleure protection des troupeaux pourrait être assurée grâce à des chiens de troupeaux, mais aussi par un renforcement des clôtures et grâce à une présence réduite des jeunes ovins et bovins dans les prés. Des solutions pour lesquelles l’État et la Région mettront la main au porte-monnaie comme l’assure Seymour Morsy. « Il y a deux façons de faire, la première est d'attendre qu’il soit là et de crier au loup. L'autre est de se dire que finalement, il n'est pas très loin et qu'on se prépare. » Des crédits d’urgence d’État permettent de financer le gardiennage, l’achat de matériel de protection et l’accompagnement technique afin de réduire la vulnérabilité des élevages ovins et bovins. Malgré tout, les éleveurs limousins risquent d’être limités pour investir dans de telles protections au regard de la faible rentabilité de leurs exploitations. « Le résultat de cette étude n’est pas une surprise pour les éleveurs estime Emilie Pons, vice-présidente de la Chambre d’agriculture de la Haute-Vienne et éleveuse d’ovins, nos systèmes d’élevage sont très vulnérables à la prédation des loups de par la difficulté à les surveiller et à les protéger. Mais combien cela va nous coûter ? C’est du délire pour nous en termes de nombre de chiens ou de kilomètres de clôture. »

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Préfecture de la Haute-Vienne

Partager sur Facebook
Vu par vous
8649
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !