Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/02/20 | La Communauté d’agglomération Rochefort Océan inaugure « La Boite »

    Lire

    Un nouvel élan artistique se dessine dans l’agglomération de Rochefort. Mercredi 19 février, aura lieu l’inauguration d’une salle dédiée à la création artistique. Son petit nom ? La Boite ! La collectivité a transformé l’ancien cinéma de l’École des Fourriers en plateau technique de 220 m² au sol sous un plafond de 5,50 mètres. Un lieu qui accueillera des artistes en résidence et où toutes les formes d’arts seront les bienvenues.

  • 18/02/20 | A Bruges (33) Aérospline veut robotiser les tâches de désamiantage

    Lire

    Aérospline, à Bruges, est une PME d'ingénierie industrielle qui développe des solutions robotiques collaboratives innovantes, principalement pour la construction aéronautique. Ces nouveaux robots collaboratifs (dits cobots) permettent de réduire la toxicité ou la pénibilité des métiers, sans se passer des opérateurs. La société travaille sur un projet de cobots dans le cadre de travaux de désamiantage, permettant de réduire les risques d'exposition des salariés. Un projet, baptisé "Exelite", auquel s'associe la région Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 410 449 €.

  • 18/02/20 | Il fait bon vivre en Charente-Martime !

    Lire

    94% heureux de vivre en Charente-Maritime. C’est un des chiffres issu de l'enquête 2019, de l’institut BVA, auprès des Charentais. Les habitants ont par exemple, le sentiment d’être écoutés par le département dans leurs actions. L’occasion, aussi, de recueillir les préoccupations de la population. Au sujet, des routes départementales ou encore de l’environnement. Les résultats sont globalement très positifs, par rapport à l’enquête 2018, impactée par le mouvement gilets jaunes. Voir l’enquête au complet.

  • 18/02/20 | Menace sur l'abattoir de Ribérac en Dordogne

    Lire

    La société Arcadie Sud-Ouest, qui représente la moitié de l’activité de l'abattoir de Ribérac a annoncé qu’elle allait transférer son activité à Thiviers à partir de mai. C’est la pérennité du site employant 18 personnes qui est menacée. La Ville détient 55% des parts. La décision d’Arcadie est la conséquence des difficultés du groupe. Une rencontre est prévue dans les jours prochains entre la direction d'Arcadie, le maire de Ribérac et le préfet. Le député Jean-Pierre Cubertafon suivra aussi attentivement le dossier.

  • 17/02/20 | BOOST’CAMP : un concours qui s'adresse aux entrepreneurs

    Lire

    Bonne nouvelle pour les entrepreneurs engagés dans le développement durable, l’économie sociale et solidaire ou l’innovation d’usage ! Un concours organisé par Le Campement, pépinière de la Ville de Bordeaux installée à Darwin, va être lancé. Le principe ? Présenter un projet innovant et créateur d'emplois. A la clé du concours : 6 mois d'hébergement gratuit au Campement dès le 27 mars 2020. La réception des candidatures se fait du 3 mars au 13 mars prochain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Le Parc Marin lance une campagne d'observation aérienne

17/02/2019 | Le Parc Marin et l’observatoire Pelagis viennent de lancer une campagne de recensement de la faune marine par survol aérien

Les trois scientifiques de Pelagis et leur pilote

C’est une des premières actions concrètes figurant au plan de gestion du Parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des pertuis, acté en juin dernier. Le Parc s’est associé à l’observatoire Pelagis (CNRS/Université de La Rochelle) pour mener une campagne de survol aérien permettant à la fois de recenser les oiseaux et les mammifères marins mais aussi le trafic maritime et les macro-déchets flottant au large.

« L’objectif, c’est d’établir à terme un document de base de travail, pour servir de point de comparaison afin de mesurer dans les prochaines années l’impact des mesures que le Parc Marin compte mettre en place », explique Amandine Eynaudi, chargée de mission « patrimoine naturel » du Parc Marin. « Les données permettront également d’alimenter les réflexions sur les mesures à adapter et de manière générale viendra renforcer le niveau d’expertise du Parc. »

Les trois scientifiques de Pelagis ont embarqué pour la première fois cette semaine, profitant d’une météo favorable. Pour eux, c’est le début d’une longue campagne d’observation qui va durer deux ans, au rythme d’une session de sorties d’une vingtaine d’heures à chaque saison. Leur mission : faire du comptage d’oiseaux et de mammifères marins, identifier les groupes d’espèces présents et établir les périmètres des espaces de vie de chacun. Les sorties à différentes saisons et sur deux années consécutives permettra notamment d’établir s’il y a ou non une régularité dans la présence de ces animaux dans les zones où ils ont été observés.

Suivant un plan de vol rectiligne à l’horizontal, ils vont sillonner le périmètre du parc Marin et de la zone Natura 2000, jusqu’à 140 km au large de la Côtinière, dans un rayon allant du sud Vendée à l’entrée de l’estuaire. A bord d’un avion spécial équipé de hublots en forme de demi-coque (photo), les scientifiques vont observer et noter chacune de leurs observations, plusieurs heures par jour. « Avec les vitres-bulles, on voit dans un rayon de 400 m à nos pieds », explique Olivier Van Canneyt, biologiste, « A 180 m d’altitude, on est capable de détecter des petits oiseaux de la taille d’une hirondelle. » Les deux biologistes dictent à leur troisième collègue ce qu’ils voient au fur et à mesure de leur avancée. « Parfois, ça peut aller très vite, avec beaucoup d’informations, aussi, nous enregistrons en même temps, pour pouvoir restituer ensuite la totalité de nos observations ».

Olivier Van Canneyt montre une bulle d'observation de l'avion

Quelques surprises pour cette première observation

Cette première semaine de vol a été fructueuse, avec plus de 2000 observations, dont les deux tiers d’animaux marins. « En cette période, ce qu’on a pu observer le plus sont des alcides et des guillemots (petits pingouins, ndlr), au large des îles des Charente-Maritime. Au niveau  des oiseaux vivant au large, on a vu essentiellement des fous de bassan et des sternes, ainsi que des oiseaux côtiers comme des plongeons et des macreuses, en particulier au large de la pointe de la Coubre », relatent Olivier Van Canneyt et Sophie Laran, l’autre biologiste de l’équipage.  Des tortues caouannes, un phoque, des cétacés et de nombreux dauphins ont été observés, avec  une surprise pour les biologistes ; des marsouins, qu’ils ne s’attendaient pas à trouver là en cette saison. Autre surprise positive : « Pour la saison et comparé à d’autres sites maritimes, nous n’avons pas vu beaucoup de déchets, qui restent essentiellement des déchets de pêche type filets, cordages et bacs de criée », rapporte Olivier Van Canneyt. Rien de très étonnant dans cette eau poissonneuse sillonnée par quelque 400 chalutiers et autres embarcations. La campagne de pêche actuelle apporte un autre lot de surprises, beaucoup moins réjouissantes : « nous avons observé beaucoup de carcasses d’animaux marins au large », déclarent les trois scientifiques, qui établissent un lien de corrélation avec les cadavres de mammifères marins s’échouant actuellement sur nos côtes. « Depuis le début de l’année, Pelagis a observé jusqu’à 600 échouages sur la façade Atlantique, de la Bretagne aux Pyrénées. 90% d’entre eux sont morts par des manœuvres de pêche ».

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5089
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !