Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/12/20 | La fibre se déploie dans les Landes

    Lire

    Le Syndicat d’équipement des communes des Landes (Sydec 40) bénéficie d’un accompagnement financier de la Région Nouvelle-Aquitaine en matière de développement du très haut débit. Le Sydec 40 a fixé définitivement en 2019 le périmètre de la 2ème phase de son action. Lors de la commission permanente du 23 novembre dernier, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’aider le Sydec 40 de 10 millions d’euros, sous la forme d’un apport en fonds de concours, pour 61 000 prises supplémentaires.

  • 01/12/20 | Dordogne: Une nouvelle station multi-acteur au BioGNV

    Lire

    Afin d’opérer une transition vers une sortie du diesel, la société Gaz’Up 24 à Boulazac, portée par des entreprises de transport routier comme Doumen ou Sirmet, est chargée de la construction et de l’exploitation d’une station GNV/BioGNV. L’ouverture de cette nouvelle station en Nouvelle-Aquitaine est prévue pour janvier 2021. La Région accompagne ce projet à hauteur de 285 682 euros.

  • 01/12/20 | Creuse : Flayat revitalise son centre-bourgs

    Lire

    Dans le cadre de la revitalisation de son centre-bourgs, la commune de Flayat en Creuse va rénover l’ancien bâtiment de La Poste pour le transformer en tiers-lieu et egalement en faire un lieu d’hébergement touristique. Cette rénovation va bénéficier d’une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 36 706 euros, attribuée lors de la commission permanente du 23 novembre dernier.

  • 01/12/20 | En Haute-Vienne, Orano innove et se diversifie sur le bas carbone

    Lire

    Orano, est une multinationale spécialisée dans l’énergie et le nucléaire et porte également des sujets de médecine nucléaire. Pour cela, elle dispose d'un Centre d'Innovation en Métallurgie Extractive à Bessines-sur-Gartempe en Haute-Vienne. Elle cherche aussi à diversifier ses activités dans le domaine de la transition énergétique et des énergies bas carbone pour réduire les émissions de dioxyde de carbone des activités humaines. Elle bénéficie à ces fins d’une subvention de la Région de 334 278 euros.

  • 30/11/20 | L'alimentation de proximité grandit en Ribéracois

    Lire

    Lors de la Commission permanente du 23 novembre, la Région a décidé de soutenir le projet porté par le Club d’entreprises du Pays Ribéracois « Bien manger en Ribéracois – Développement de pratiques alimentaires saines et locales » à hauteur de 64 581 euros. Ce projet vise à développer les partenariats économiques entre acteurs du système alimentaire local et avec pour objectifs de fédérer et dynamiser les initiatives en faveur de l’agriculture et l’alimentation de proximité notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Le premier bateau-bus maritime à hydrogène en test à La Rochelle

11/11/2017 | La Rochelle teste de nouveau bateau bus à propulsion hydrogène jusqu'au 31 août prochain, entre le vieux port et les Minimes

Les représentants des 5 partenaires du projet

Depuis fin octobre, l’agglomération de La Rochelle expérimente le premier bateau-bus maritime de France fonctionnant à hydrogène. Objectif : tester la résistance de sa pile en milieu salin… Pour à terme étendre ce type d’énergie à des bateaux de taille similaire ou plus importante, en transports de passagers, voire marchand. D’autres expériences similaires sont en cours en milieu fluvial à Nantes, en Allemagne et en Angleterre. Le projet a été initié en 2009 par des ingénieurs de la société Alternatives Energies, qui développe des transports maritimes électriques et hybrides depuis 1998.

Après avoir lancé les premiers bateaux-bus électriques de La Rochelle en 2009, Alternatives Energies a proposé à l’Agglomération d’expérimenter l’hydrogène comme source d’énergie. Nom de code du projet : Yélo H2. L’Agglomération a mis à disposition son bateau-bus électrique Galilé pour cette expérimentation qui va durer jusqu’en août prochain. L’intérieur d’un banc situé à l’arrière du bateau accueille depuis avril dernier 4 bombonnes à hydrogène d’environ 300 barres et la pile à combustible permettant la transformation de l’hydrogène en électricité. Des tests de navigation ont d’abord eu lieu pendant plusieurs mois à vide, avant d’embarquer des passagers depuis fin octobre.

Pour l’ingénieur Philippe Pallu de la Barrière, président d’Alternatives Energies, l’hydrogène présente un certain nombre d’avantages : « Le dispositif est 4 fois plus léger que les batteries standards d’un bateau électrique, et font l’équivalent du poids de 3 ou 4 personnes adultes. Ce qui permet d’accueillir un peu plus de passagers ou de gagner en vitesse ». Actuellement, le bateau bus circule à une vitesse de croisière de 12km/h, « mais il peut monter à 18 ou à 20km/h », pour une capacité d’accueil de 75 personnes. En plus de ne produire « aucun gaz à effet de serre, il permet davantage d’autonomie que des batteries, qu’il faut recharger plusieurs fois par jour. Avec ce dispositif, le bateau peut circuler toute la journée », poursuit l’ingénieur. « Comme il consomme peu, on est sur des coûts de fonctionnement du bateau équivalent à ceux d’un bateau tournant au gazoil ». L’emploi de l’hydrogène reste pourtant confidentiel : l’électricité produite avec ce procédé coûte pour l’instant 5 fois plus chère que celle du réseau standard, car sa production reste trop rare.

Inspirés par le projet, les chercheurs du site d’Atlantech ont fait le pari de pouvoir fabriquer de l’hydrogène en local d’ici fin 2018. En attendant cette première forme d’autonomie énergétique, une station de recharge d’hydrogène a été installée quai du Lazaret sur le port des Minimes. Le rechargement du navire est assuré une fois par jour par les marins et ne dure que quelques minutes. La « pompe » est quant à elle livrée toutes les deux semaines.

 

Le projet Yélo H2 en chiffres

  • 5 initiateurs : Alternatives Energies, Michelin Recherche et Technique, HP Systems, EVE System, l’université de technologie de Belfort-Montbéliard, qui ont mis 360 000 € dans le projet, mené conjointement avec la CdA de La Rochelle, le port de Plaisance et Proxiway, l’exploitant de la liaison maritime entre les deux ports.
  • 700 000 € : le coût du projet
  • 60 000 € : l’aide de la Région Nouvelle-Aquitaine
  • 280 000€ : l’aide de l’ADEME

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
47432
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !