18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Le Sénat à Bordeaux pour préparer le projet de loi de transition énergétique

12/01/2015 | Gérard Larcher, Président du Sénat et un groupe de sénateurs étaient en déplacement à Bordeaux pour rencontrer les élus dans le cadre d'un futur projet de loi

Gérard Larcher (UMP) et une dizaine de sénateurs étaient aujourd'hui à Bordeaux

Après Chartres le 17 novembre dernier, quelques membres du Sénat dont son Président Gérard Larcher étaient à Bordeaux ce lundi pour rencontrer les élus locaux et entamer la discussion sur le futur projet de loi sur la transition énergétique, adopté en première lecture par les députés. L'occasion pour les sénateurs de participer à plusieurs tables rondes à Blanquefort, dont une relative aux transports et à la "mobilité durable", et de visiter l'Ecoquartier Ginko, à Bordeaux Lac. Le texte devrait être mis à l'ordre du jour du Sénat en février prochain.

Cette visite s'inscrit dans une volonté des sénateurs de se déplacer en région pour rencontrer les élus locaux et enrichir le débat parlementaire sur le projet de loi relatif à la transition énergétique déjà adopté en première lecture par les députés, qui prévoit notamment une réduction du nucléaire de 50% d'ici à 2025. Ainsi, deux tables rondes étaient organisées dans la journée sur le site de l'Ecoparc Bordeaux Technowest à Blanquefort. Le premier portait sur un "accompagnement des start-up innovantes en matière de transition énergétique", une discussion présidée par Jean-Claude Lenoir, président de la Comission des Affaires Economiques. La seconde table ronde avait pour thème les mobilités durables aux échelles urbaine, départementale et régionale. L'occasion pour Bernard Uthury, premier vice-président du Conseil Régional d'Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, de rappeler que la transition énergétique reste un des enjeux majeurs de la région dans les années à venir. 

Un enjeu localisé

"La région sera singulièrement impactée par le réchauffement climatique dans les années à venir", précise ainsi l'élu, "avec un climat qui devrait correspondre à celui de Séville dans les années 2050 à 2070. Bien sûr, les alternatives proposées rencontrent déjà des oppositions, l'autoroute 2X3 voies en cours de construction sera saturée dès sa mise en service. La question de l'attractivité des territoires est essentielle : avec la loi du redécoupement des régions, le territoire va encore s'agrandir, il est donc important de l'homogénéiser et de ne pas en faire une mosaïque". Parmi les volontés de la région de dynamiser cet espace au niveau des transports (en sachant que les transports représentent pas moins de 27% des émissions de gaz à effet de serre) : stopper l'abandon du réseau ferroviaire, densifier les coeurs de ville, "véritables passoires énergétiques avec une pression très forte des habitants qui s'éloignent pour aller acquérir des mètres carré moins chers", et une mise en place d'un réseau de transport commun avec un objectif principal : l'intermodalité. 

Christine Bost, vice-présidente du Conseil général en charge de la mobilité et des transports, a notamment rappelé en quelques chiffres l'importance de cet enjeu, avec une volonté de réduire au maximum le recours à la voiture en Gironde. Ainsi, 70% des 4,6 millions de déplacement quotidiens s'effectueraient encore en voiture, mode de transport qui s'imposerait même au delà du premier kilomètre. La région, qui opère une refonte globale des systèmes de transports depuis 2011, a déjà mis en place un certain nombre de mesures, notamment un tarif unique pour les bus, et de nouveaux services qui misent pour la plupart sur la dématérialisation (inscriptions et abonements en ligne, plateforme téléphonique centralisée, ect).  Aujourd'hui, la région consacre entre 66 et 68 millions d'euros au budget transports, dont 30 millions sont consacré au financement du déficit avec les communautés de communes.

 

Des alternatives concrètes à la voiture 

Ainsi, en plus des 900 cars qui circulent tous les jours, plusieurs axes de travail ont été soulignés au cours de cette table ronde, comme le co-voiturage avec 60 aires construites en Gironde et un site dédié à ces aires bientôt en ligne, un renforcement du plan vélo et une incitation au télétravail, le but pour les collectivités étant de rendre ces solutions incitatives (notamment via un coup de pouce fiscal pour les utilisateurs de ces nouvelles démarches de "mobilité douce" ou une baisse de la TVA). Pour Christophe Duprat, vice-président de la Métropole en charge des transports et du stationnement, "Il faut poursuivre les appels à projet, favoriser l'initiative du bus électrique (symboliquement nommé le e-car, deux bus de ce type sont déjà en circulation), laisser des libertés aux collectivités vis à vis des syndicats de transports, le nombre de voyageurs qui prennent les transports en commun étant passé de 90 à 120 millions).

 Le texte sera mis à l'ordre du jour courant février, mais quelques amendements devraient voir le jour suite à cette table ronde, notamment l'alternative vélo/bus, l'incitation pour les départements, métropoles et régions d'avoir des sites de co-voiturage (le coup de pouce financier et la diminution de la TVA étant "incertains voire pas prévu" pour le deuxième). La visite des sénateurs s'est terminée par une présentation du nouvel écoquartier Ginko à Bordeaux Lac, qui a livré en janvier plus de 1000 logements occupés par près de 2500 habitants. C'est le deuxième déplacement hors les murs pour les parlementaires après une première visite à Chartres en novembre dernier. Le Sénat reprendra l'examen du texte de la nouvelle organisation territoriale dès le 13 janvier. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
9133
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !