Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/20 | Un cas de rage en Charente-Maritime

    Lire

    L’Institut Pasteur a signalé un cas de rage chez un chien, à Saint-Martin-de-Ré. Il a été euthanasié. Une enquête de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) et l’Agence régionale de santé (ARS) vise à rechercher d’autres personnes ou d’autres carnivores (chiens, chats, furets, etc) qui ont pu être en contact avec l’animal. Un arrêté préfectoral a été pris ce vendredi pour restreindre les mouvement des chats et chiens, qui doivent être tenus en laisse ou en caisse.

  • 16/02/20 | L'Europe et la Région en soutien au projet de Maison médicale d'Arudy (64)

    Lire

    Dans le cadre des réflexions engagées depuis 2015 sur l'accès aux soins et l'attractivité médicale de la Vallée d'Ossau, classée comme territoire vulnérable, plusieurs projets sont en cours. Parmi eux les projets de Maisons de Santé Pluri professionnelles (MSP) sur Arudy et Laruns. Le projet de MSP d'Arudy qui pévoit la construction d'un nouveau bâtiment et l'accueil de 10 médecins généralistes et professionnels de santé vient d'obtenir le soutien de la Région (200 000 €) et du FEDER (527 285 €). La livraison est prévue pour janvier 2022.

  • 14/02/20 | Isabelle Boudineau réélue présidente du COTER

    Lire

    Isabelle Boudineau vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vient d'être réélue à la présidence du COTER, la commission de la cohésion territoriale et du budget au sein du Comité des Régions, lieu qui regroupe les élus des pays membres de l'Union. Son expérience acquise et son engagement personnel, ces dernières années, seront d'autant plus précieux que les perspectives budgétaires, en particulier consécutives au Brexit, s'annoncent délicates. Et ceci alors que les régions, avec la gestion décentralisée des fonds européens, jouent un rôle clé dans l'accompagnement des territoires, au plus près du terrain et de leurs priorités.

  • 14/02/20 | Salon de l’apprentissage et de l’emploi, les 14 et 15 février à Poitiers

    Lire

    Au Parc des expositions de Poitiers, de 9h à 18h, le salon de l’apprentissage et de l’emploi accueille les jeunes et les adultes en reconversion pour discuter orientation. A partir d’aujourd’hui et jusqu’à demain, l’entrée dans le forum est libre. Des professionnels proposent un accompagnement personnalisé sur place et une découverte des métiers ouverts à l’apprentissage dans 8 secteurs différents. 18 organismes de formation seront également sur place pour répondre aux diverses interrogations.

  • 14/02/20 | Les écoles de la 2ème chance renforcées dans le 64

    Lire

    Déjà aidée en 2019, l'École départementale de la 2ème chance des Pyrénées-Atlantiques (Mourenx) est à nouveau soutenue par la Région en 2020 à hauteur de 180 000€. En effet, l'ouverture des sites de Pau et de Bayonne permet d'optimiser le maillage territorial en complétant le site "historique" de Mourenx. Conséquence: les effectifs passeraient de 50 en 2019 à 180 en 2020, soit + 260%. Pour mémoire ces écoles, labellisées, associent dans un parcours de formation individualisé, l'acquisition de compétences, l'expérience en entreprise et la définition d'un projet professionnel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Le SLIME, un nouvel outil pour lutter contre la précarité énergétique

29/01/2020 | A l’occasion des Assises Européennes de la Transition Energétique coup de projecteur sur le SLIME, le Service Local d’Intervention pour la Maitrise de l’Energie…

Le SLIME au coeur des Assises Européennes de la Transition Energétique

Dans le cadre des Assises Européennes de la Transition Energétique, qui se tiennent en ce moment même au Palais des Congrès de Bordeaux, de nombreux thèmes sont abordés au travers de conférences et de tables-rondes et notamment celui du SLIME, le Service Local d’Intervention pour la Maitrise de l’Energie du Département de la Gironde et de Bordeaux Métropole. Cet outil a pour ambition de lutter contre la précarité énergétique des ménages. Zoom sur le SLIME du Département …

Lutter contre la précarité énergétique. Telle est l’une des priorités du Département de la Gironde ; d’où la mise en place en 2013 par le CLER – le Réseau pour la transition énergétique- d’un SLIME, un Service Local d’Intervention pour la Maîtrise de l’Energie (SLIME). Cet outil de politique publique permet d’organiser et de coordonner ses actions de lutte contre la précarité énergétique sur son territoire tout en aidant très concrètement des ménages à sortir de leur situation. Ce sujet fut au cœur d’un atelier proposé le 29 janvier en fin de matinée lors des Assises Européennes de la Transition Energétique au Palais des Congrès de Bordeaux.

« Ce dispositif marche bien »
« Le SLIME est un outil issu d’un programme de recherche et déployé par le CLER, définit en introduction Léo Pardo, responsable de projets précarité énergétique au CLER. Une soixantaine de collectivités l’ont déjà mis en place à l’heure actuelle et nous avons collecté des retours d’expériences positifs ». Ce programme est éligible aux CEE depuis 2013, donc possibilité de demande de subventions. « Ce dispositif marche bien », ajoute Laurent Vitry, chef de projet précarité énergétique du Département de la Gironde. En effet, depuis 2013, aux quatre coins de l’hexagone, plus de 30 000 ménages ont pu bénéficier de cet outil et 13 000 sont accompagnés chaque année. « Aujourd’hui, 41 collectivités ont activé leur SLIME. Des collectivités qui souhaitent du reste le déployer plus massivement sur leur territoire », spécifie Léo Pardo. Le SLIME permet de répondre à la problématique du repérage des ménages en précarité énergétique en centralisant les signalements de ménages vers une plateforme et en déclenchant des visites à domicile pour réaliser un diagnostic sociotechnique et en encourageant tous les acteurs du territoire à s’organiser pour leur proposer des solutions variées et adaptées. Cette démarche répond à trois étapes celles du repérage, du diagnostic sociotechnique et de l’orientation.  

Repérer, diagnostiquer et orienter
La première étape permet donc de repérer les ménages en mettant en place un réseau de donneurs d’alertes, en utilisant des fichiers FSL (Fonds de solidarité pour le logement), en communicant ou encore en créant des animations locales. La deuxième étape consiste à faire le diagnostic sociotechnique, en clair identifier les problématiques du ménage en s’intéressant à la situation sociale et financière du ménage, à l’état du bâti et des équipements et aux usages de l’énergie dans le logement. Une fois le diagnostic établi, des conseils personnalisés sont proposés, ainsi qu’une installation gratuite des petits équipements économes en eau et en énergie. La troisième étape de ce dispositif oriente ces ménages vers des acteurs leur proposant des aides financières ponctuelles, des aides et expertises sur la rénovation énergétique, un accompagnement à l’auto-réhabilitation, des conseils juridiques… « Le CD33 a fait le choix de passer exclusivement par les travailleurs sociaux et partenaires (MSA, CAF, CCAS, CHU, CIAS…) pour accompagner ces ménages, souligne Laurent Vitry. Lors des visites nous prodiguons des conseils qui ne sont pas neutres sur la gestion du chauffage ou encore le réglage du chauffe-eau. Et nous constatons des évolutions positives des consommations. Nous leur délivrons également un kit économie d’eau et d’énergie. » Pendant un an, ces ménages sont accompagnés pour répondre au mieux à leurs besoins, « nous avons trouvé dans le SLIME une prolongation de nos actions sociales vers ces ménages en grande précarité énergétique », ajoute Laurent Vitry.

Bilan du SLIME girondin
En 2017, le Département a mis en place son SLIME en Sud Gironde et dans le Libournais (191 ménages testés). En 2018, dans le Médoc (320 ménages accompagnés). En 2019, en Haute-Gironde (500 ménages). En 2020, sur la quasi-totalité du territoire girondin (1 000 ménages). « Malgré tout ce que nous mettons en place nous nous battons avec des bouts de ficelles car la loi n’est pas de notre côté, assure Laurent Vitry. Tant qu’il ne sera pas écrit noir sur blanc que les propriétaires doivent isoler l’habitat ancien, ce sera compliqué. » Le Département coordonne ce dispositif avec les acteurs du territoire GIP FSL33, CAF, MSA, Pôle Département de Lutte contre l’habitat indigne, ARS, OPAH… Ces derniers se réunissent une fois par mois pour évaluer l’impact de leur action. En moins d’un an, 217 ménages accompagnés dans le cadre du SLIME ont été interrogés, 98 d’entre eux ont répondu au questionnaire. 73 ont été relogés ou ont déménagé. Et 65 sur les 98 réponses sont sortis de la précarité énergétique.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
2716
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !