Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | "Le XXIe siècle sera écologique ou ne sera pas, c'est une évidence", Denis Cheissoux, animateur sur France Inter.

29/03/2013 | Ce 28 mars, les bordelais avaient rendez-vous à l'Athénée de Bordeaux avec les journalistes Denis Cheissoux et Frédéric Denhez pour discuter climat et énergie.

Energie éolienne en question.

Ce 28 mars, une nouvelle rencontre éco-citoyenne a eu lieu à Bordeaux, sur le thème du climat et de l'énergie, et sur l'implication des citoyens dans ce débat. Le journaliste et animateur de l'émission "CO2 mon amour" sur France Inter, Denis Cheissoux, dissertait donc sur ce grand enjeu contemporain aux côtés de son ami journaliste et écrivain scientifique, Frédéric Denhez. Les deux hommes ont rapidement brossé un portrait de la situation française avant de répondre aux questions des bordelais qui avaient fait le déplacement à l'Athénée, pour discuter de l'avenir écologique du pays.

"Bordeaux, une ville qui se réchauffe plus que la moyenne des villes françaises"Voilà comment Denis Cheissoux a choisi d'introduire cette rencontre, tout en rappelant que "d'ici à 2100, on va gagner 3 à 4°C, on n'y coupera pas". Pour le journaliste, il est donc important de se mobiliser : "nous sommes maintenant devenus copropriétaires du climat, alors on se met en ordre de bataille, à Bordeaux comme ailleurs" ; surtout qu'il considère qu'il y a une démission de l'Etat sur ce thème-là, et que tout se jouera donc dans les collectivités.
Pour Frédéric Denhez, une grosse erreur a été commise : "on a pris le réchauffement climatique comme totem et on le mesure à l'aune du CO2, et avec ça, on s'est tous tirés une balle dans le pied". La civilisation du gaz, dans laquelle nous sommes selon lui, est un bon et un mauvais signe "comme on en parlait pendant le repas avec le maire de Bordeaux" : "cela va être de plus en plus difficile pour les politiques de dire aux gens de faire des économies, alors qu'on va rentrer dans une période d'abondance relative".

L'Etat, le pétrole et le gaz de schiste.Denis Cheissoux aborde le thème du pétrole, sur le principe des deux nouvelles à annoncer aux jeunes : "une bonne, vous en aurez toujours ; et une mauvaise, on vous laisse le pétrole le plus cher et le plus dégueulasse". A propos du gaz de schiste, il reconnaît que la question n'est pas de savoir s'il faut s'en servir ou non, mais plutôt quand.
Frédéric Denhez a également souhaité parler de l'effet-rebond, très dangereux selon lui : des études ont en effet prouvé que plus l'efficacité énergétique augmente, plus notre consommation en énergie augmente. Un cercle vicieux qui va nous obliger à prendre "un choix philosophique" : "il va falloir accepter de se serrer la ceinture pour les générations futures". Pour l'écrivain, il est important d'agir, même si "une solution infrastructurelle ne résoudra pas tout : vous aurez des embouteillages silencieux, mais vous aurez toujours des emballages". Le problème est culturel.
Denis Cheissoux cite ainsi les anecdotes des buanderies collectives suédoises, et de l'obligation d'avoir un chauffe-eau solaire à Barcelone : "en France, on dirait que c'est du fascisme !".

Laura Jarry
Par Laura Jarry

Crédit Photo : PublicDomainPictures sur Pixabay - Tous droits réservés.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1011
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !