Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Les opposants au pont levant à Bordeaux jouent leur dernière carte

04/09/2009 |

Pont Bacalan-Bastide

Ce jeudi 3 septembre, un collectif d'une quinzaine d'associations opposé à la construction d'un grand pont levant à Bordeaux a déposé une requête en référé devant la cour administrative d'appel. Après avoir sollicité, il y a quelques jours, l'intervention du ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, ce collectif tente sa dernière chance de faire annuler ce projet, à la veille d'un vote capital à la communauté urbaine de Bordeaux, vendredi 4 septembre.

Vendredi, les 120 conseillers de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), maître d'ouvrage du futur pont, vont voter pour accorder ou non à Vincent Feltesse, le président, la possibilité contractualiser avec les entreprises chargées de réaliser les travaux de construction. Ce pont urbain de 43 m de large et 55 m de hauteur de levage est prévu pour traverser la Garonne sur 426 mètres. Vincent Feltesse devrait obtenir un feu vert. En juillet, le conseil municipal de Bordeaux avait adopté un avis favorable au lancement des travaux à partir de septembre par la CUB sur proposition d'Alain Juppé. Le maire UMP de Bordeaux accorde beaucoup d'importance à ce pont. Selon lui, il devrait contribuer au développement économique de la ville.

Le pont levant, une menace ou un bienfait pour Bordeaux ?

Le projet, présenté par le groupement GTM/GCS, est estimé à 120 millions d'euros hors aménagements des abords. En février, le tribunal administratif de la ville avait rejeté la requête au fond déposé par le front associatif demandant l'annulation du vote de la CUB déclarant le projet d'intérêt général. Les associations ont fait appel de la décision. Pour ces associations, ce pont est "pharaonique" et "catastrophique" pour la ville. D'ailleurs, l'UNESCO avait placé un temps Bordeaux en procédure de sauvegarde, menaçant de lui retirer son classement au patrimoine mondial, en raison de ce projet de pont levant. Si Alain Juppé a rassuré les membres du comité UNESCO, en leur démontrant que ce pont ne "dénaturerait pas la ville", le projet a dû être quelque peu revu. Ainsi, quatre piles monumentales de 87 mètres de hauteur, devraient être ramenées à 83 mètres pour satisfaire l'UNESCO. Selon Denis Teisseire, membre du collectif associatif et l'un des responsables de Trans'cub, association qui en 1994 avait obtenu l'abandon du projet de métro bordelais, le pont constituerait "une catastrophe financière, maritime, patrimoniale et écologique".

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
429
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !