Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Les (petites) merveilles d’Aqui ! au diapason avec la nature

02/02/2014 | Au fur et à mesure que je descends la rue… une sensation étrange.

L'Adour le 30 janvier 2014

Impossible de rester collée à mon bureau. Depuis des jours et des jours, la pluie. Bienfaisante, au début… On lui trouve toujours des excuses. Les nappes phréatiques, les besoins en eau pour l’été et nos cultures. Mais là, ras le bol. Et on ne croyait pas si bien dire. L’eau a débordé. Elle a envahi nos vies et chamboulé nos têtes. Impossible de l’ignorer et de faire comme si de rien n’était. Même en habitant loin de l’Adour, on ne peut qu’y penser, qu’en parler.

Mais aujourd’hui, le ciel s’est arrêté de nous faire payer les beaux jours de l’été. Et là, je n’y tiens plus. Il faut que je sorte. Allez, tu viens ? C’est pas souvent que tu verras ça. Comme les autres, la curiosité, l’envie de sortir aussi, de respirer un air, à peine humide, me pousse dehors. Bien sûr mon ado meure d’envie… mais non. Vas-y, toi, maman. Moi j’ai déjà vu hier. Tu parles, si on le voyait en ville avec sa maman !
Quelques démarches, du courrier à poster… prétextes tout trouvés pour pousser la porte et sortir. Enfin ! Il ne fait même pas beau. Mais quel plaisir. Tiens on dirait que je ne suis pas la seule à sortir de ma tanière. Comme les ours après leur longues journées d’hibernation, on se regarde tous. Surpris de montrer nos museaux au grand air. Je laisse mon petit bolide rouge, pas chic mais pratique, à la maison. Pour une fois. Il ne servirait à rien. La moitié des rues du centre sont fermées. Donc ce sera à pied !

L'Adour le 30 janvier 2014

Au fur et à mesure que je descends la rue… une sensation étrange. Quel calme dans la ville. Et tous ces gens qui font comme moi ? On va tous au même endroit. Attirés par le même besoin de se rendre compte. Non, bien évidemment, pas de voir le malheur des gens inondés. Mais, voir l’Adour sortie de son lit. Les djeuns diraient « elle a pété un câble ». Non, non, elle s’est juste offert une belle balade dans les champs. Et puis a trouvé ça sympa et s’est invitée, plus loin, jusque chez les gens. Et, même, elle a fait un petit tour sur le terrain de rugby, tout neuf, qu’elle a trouvé fort confortable. Tellement qu’elle y restera encore quelques jours. Comme quoi, la jalousie… Eh beh oui, ce beau stade, inauguré il y a moins d’une semaine, était destiné aux sportifs de tous poils. Merveilleux mur d’escalade, salle d’escrime, terrain de rugby synthétique dernier cri… Tout. Tout, sauf une belle piscine. On avait osé oublier l’eau. Vous me direz, pour une ville thermale, c’est surprenant. Et bien, c’est réparé (enfin si on peut dire, quand on sait le chantier qui restera quand dame l’Adour se retirera) ! Il y a maintenant une piscine en plein air avec de magnifiques tribunes.

Sur le balcon qui longe l’Adour (avant il la surplombait), tout le monde se retrouve. Jamais vu autant de badauds. On dirait des japonais à Paris. On s’approche du vieux pont, de la passerelle. Vite, une photo du niveau de l’eau sur l’échelle des crues historiques. Je pourrai dire « j’y étais ». Peut-être aussi que certains, comme moi, ont essayé de faire une ou deux petites courses et ont trouvé porte close. Evidemment quelques magasins, les pieds dans l’eau, ont renoncé à accueillir leurs clients. Et puis, mettre près de 2h00 pour rejoindre son bureau en bravant les routes glissantes et couvertes de pluie boueuse, c’est pas très raisonnable. Alors ils ont pris une journée de repos forcé.
Et, ma foi, si on se laissait un peu porter par cet empêchement de courir dans tous les sens. Apaisant, non ?… Evidemment je ne parle pas des personnes qui ont tenté de sauver quelques frigos rescapés de leur cave. Ou d’autres qui ne peuvent que regarder les pompes travailler… en espérant qu’elles aillent plus vite que l’eau. Et puis maintenant il faut attendre. Attendre que la belle se retire sagement.

L'Adour le 30 janvier 2014

Mais pour les autres…Non, non, on ne peut pas dire ça ! Alice, non ! Et pourtant… tout le monde y pense. Regards complices. On ressent tous la même chose. Il y a comme un air des fêtes de fin d’été. Tous se retrouvent, au coeur de la ville. Tiens tu es là toi aussi ? ça grouille de monde. Et rien pour contrarier nos pas. Un genre de moment paisible et presque festif. Et, à part ces conversations et retrouvailles, grand calme…
Le calme avant la tempête ? Demain les grandes marées et le retour de la pluie nous le diront. En attendant, ce soir, pas une voiture. Pas un bruit. Si ce n’est le clapotis du courant qui file sous le vieux pont. Et, là me revient le titre de cet article d’un journal de la région « tous au diapason avec la nature… » .

Alice
Par Alice

Crédit Photo : Alice

Partager sur Facebook
Vu par vous
1914
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
COUDERC | 03/04/2014

quel plaisir de prendre des nouvelles de la région en commençant par le texte d'Alice !
Une bonne façon d'associer information et affectivité .
MERCI !!!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !