17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Les (petites) merveilles d'Aqui! - Escapade en Pays Basque

30/09/2015 | Alice nous entraîne en escapade dans le Pays Basque

Escapade en Pays Basque

« Super, quelle bonne idée ! » En fait, pas si compliqué de convaincre Sylvie. Escapade en terres basques pour rendre visite à la petite Laia. Plus d’un mois qu’elle est née… Il est grand temps d’aller lui présenter ses mamies-copines. Objectif : séduire ce petit bout de chou. Il faudra bien qu’Intza accepte de nous la confier ! Mais nous ne sommes vraiment pas les seules sur la liste des candidates au babysitting…

Bon, alors on prend quelle route ? ». Passer l’Adour par Port de Lanne puis rejoindre Saint Palais par l’intérieur des terres. Arrivée à Ascarat prévue dans 1h30. Facile. Kemen m’a indiqué le chemin. Temps magnifique. Soleil lumineux. Juste ce qu’il faut pour éclairer les collines aux maisons propres. Mais avant, petite descente par Saint Lon les Mines. Village en pente douce. Belle vue sur les Pyrénées. Malicieuses, ce matin, elles se laissent admirer de loin. Demain, la pluie sera là. Mais aujourd’hui, ciel bleu pour tous ! … A droite, l’église, avec la beauté simple et paisible des architectures modestes. A gauche, le fronton… et ses pelotes qui s’échappent, de temps à autre, sur la route. « Maïs décoratif à 500 m ». Un panneau nous rappelle que nous sommes en pleine Chalosse, à la limite des Landes, du Béarn et du Pays Basque, terres de maïs. Plante extraordinaire. Petit grain jaune, de la taille d’une fleur de muguet, il deviendra, en quelques semaines à peine, ce géant fier et solide de plus de 2,50 m de haut. Doué, il sait divinement tirer parti du soleil, de la pluie et des sols lando-basco-béarnais. « Or vert » du sud Aquitaine, chaque année, il façonne et transforme nos paysages pour l’été. Mais nous voilà déjà sur la nationale 117. Route historique, avec ses platanes et mini montagnes russes, elle relie Pau, la béarnaise, aux rives courtisées de la côte basque. Juste la traverser et rejoindre le pont d’Urt. Une voiture à la fois. Pont Eiffel des années 1880, ses légères structures métalliques enjambent l’Adour. Ambiance calme. Saules pleureurs, maisons de bord d’eau, reflets miroitants… Tels des araignées d’eau glissant silencieusement, des rameurs tirent sur leurs avirons et filent à grande allure. De l’autre côté, sans transition, nous plongeons dans les couleurs du Pays Basque. « Mais, tu ne vas par Saint Palais ? ». Surprise Sylvie ne dit plus rien, cheveux au vent, elle se laisse mener. Mon petit bolide rouge, pas chic mais pratique continue sa route. Bien sûr, on devrait facilement rejoindre en passant par là… Enfin, je crois. Captivées par la beauté des maisons, par la clarté de leurs façades soulignées de rouge ou de vert… nous nous laissons insensiblement écarter du chemin. « Oups, il fallait tourner à droite, là, non ?! » Pas grave, on rattrapera au prochain croisement. De croisement en croisement, nous nous éloignons de notre trajectoire. Mais c’est tellement beau ! Petit coup de fil… « Heu, Intza ? on arrive bientôt, on a juste fait un léger détour ». En attendant, on se régale. Epousant les collines herbagées, la route sillonne et tourne. Pas la peine d’aller vite. Gourmandise des yeux, les paysages sont parsemés de mille petits nuages blancs et cotonneux. Ca-et-là, des haies d’arbres aux feuilles vert-intense, denses et touffues les séparent en petits groupes. Partout, les moutons paissent, paisibles. Appliqués, ils entretiennent, jour après jour, les arrondis des contreforts pyrénéens. Comme recouvertes de mousse douce et régulière, leurs collines offrent aux regards une succession de vagues ondulantes de fougères et prairies vertes. Avant les rouleaux de l’Océan, la campagne nous offre ses rondeurs. A chaque sommet, sa maison. Fières et souriantes, les grandes bâtisses se parlent… Contrebande et départs pour les Amériques d’autrefois, championnats de Pelote, prochaines fêtes de village et difficultés de l’élevage d’aujourd’hui. Les occasions de discuter, de se retrouver et de chanter ne manquent pas. Etxeak1, ustiategiak, berceaux de ces vies riches d’histoires d’Hommes, de cultures, d’aventures lointaines ou transfrontalières… le racontent à leur manière.

Escapade en Pays Basque

« Mais tu es sûre qu’il fallait passer par Cambo ? ». Non, je n’en suis plus très sûre, voire de moins en moins certaine. Mais c’est sans regret. Tout ici n’est que verdure et fleurs. Arnaga, tu connais ? La maison d’Edmond Rostand… Son jardin, son élégance, ses boiseries, ses inventions de l’époque, tout est source d’émerveillement. L’esprit du poète scientifique et l’ombre de Cyrano s’étirent sur le Pays Basque. Comme ces légers nuages d’altitude qui se moquent des frontières. Mais, nous en sommes déjà à plus de ¾ d’heures de retard. Il n’est plus temps de flâner. Riant et secret, l’intérieur des terres nous ouvre ses portes, virage après virage. Village après village nous filons.

« Et là, tu as vu ces géraniums ? » Chaque façade rivalise amicalement avec sa voisine. Gaies et coquettes, comme de jeunes et belles adolescentes, les maisons savent, elles aussi, danser le fandango. Rassemblées ou séparées, au gré des petites rues en pente et des ruelles ombragées, elles arborent fièrement leurs balcons couverts de glycines. La blancheur pure des murs, ornés de quelques pierres de grès rouge et de colombages, rouges ou verts, tranche pour mieux faire ressortir les fleurs de bignones. Festival de couleur… Et que dire quand les piments seront exposés à la douceur du soleil de fin d’été !

Bien sûr qu’il faut de l’eau pour cette végétation généreuse ! Cette allure riante, espiègle et fière, c’est, aussi, beaucoup de passion, d’amour du pays. De celui que, jour après jour, les basques donnent à leurs terres.

Saint Jean Pied de Port s’annonce. D’abord, Donibane Garazi, puis en français ensuite. Radieuse, Intza nous attend devant la porte. Sur la place d’Ascarat, à côté du muret de l’église. Nous entrons. Si mignonne, avec ses pierres de la montagne, la maison ne parvient cependant pas à détourner nos yeux de la petite Laia… Le reste n’existe plus. Elle est vraiment belle ! Quelques semaines à peine. Bavardages, souvenirs de nos grossesses qui remontent à la surface. Nous nous mordons les lèvres. Surtout ne pas donner de conseil. Ridicule. Emotion. Notre Intza a un bébé ! Son compagnon, calme, accepte avec flegme et patience, la tornade de nos bavardages. Sylvie et moi accordons bien peu d’attention au pauvre Beñat. Nous connaissons Intza depuis toute petite ! Laia est de la famille maintenant. Elle se réveille… L’heure de manger. Sans rien dire, avec une immense pudeur, Intza arrive à nous faire comprendre. La tétée, c’est un moment à part, intime. Comme beaucoup de basques, discrétion, retenue. Nous ne nous attarderons pas.

« Merci beaucoup pour le café ». Nous qui pensions arriver avant le déjeuner ! Promis la prochaine fois on passe par Bayonne pour remonter directement par Hasparren. Ça ira plus vite…

Aujourd’hui, Intza est magnifique. D’une force bluffante. Débordante de projets, elle a lutté tout l’hiver, avec une détermination exemplaire. Elle a gagné son combat. Une violence inouïe, arrivée sans crier garde, au milieu d’un bonheur tout neuf. Comme toujours, elle n’en dira rien. Elle sait ce qu’elle a traversé. Ses amis, la musique, la beauté et la force de son pays, et, bien sûr, les siens étaient là. Laia a plus d’un an, et une maman formidable !

1 Maisons, fermes

Alice
Par Alice

Crédit Photo : Alice

Partager sur Facebook
Vu par vous
4557
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
COUDERC | 12/10/2015

un peu plus de photos?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !