Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/01/18 : Les réactions stupéfaites et bouleversées se succèdent après la mort de Joan Taris élu Modem du Conseil régional adjoint au maire du Bouscat et directeur de cabinet du maire de Saint-Médard en Jalles. Joan Taris 41 ans s'est donné la mort ce dimanche

19/01/18 : Charente-Maritime : Air France et l'aéroport de La Rochelle-Ré annoncent une nouvelle ouverture de ligne pour cette année. L'annonce officielle sera faite mardi prochain.

19/01/18 : Le Conseil d’administration de l’université de Bordeaux a réélu Manuel Tunon de Lara à sa présidence. Antoine de Daruvar, directeur de l’école doctorale des Sciences de la vie et de la santé prend la vice-présidence suite à Dean Lewis.

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/01/18 | L'hommage d'Alain Rousset à Joan Taris

    Lire

    Réaction du président du Conseil régional après la mort de Joan Taris: "Joan était un jeune responsable politique dont la trajectoire suscite l'admiration. Influencé par l'humanisme social, armé de fortes convictions européennes, il incarne une jeune génération de responsables politiques qui a assuré le renouveau des idées centristes...Elu régional, il s'est très vite imposé dans la vie de cette assemblée en exerçant, très tôt, la responsabilité de président de groupe qu'il a conservée en 2015 dans la nouvelle configuration territoriale. Il a démontré, dans cette fonction, une grande cohérence entre ses idées et sa pratique politique."

  • 19/01/18 | Didier Pourquery nommé président de Cap Sciences

    Lire

    Didier Pourquery devient le nouveau président de Cap Sciences, centre de culture scientifique technique et industrielle de Bordeaux. Elu à l'unanimité du Conseil d'Administration de Cap Sciences ce 18 janvier Didier Pourquery, Floiracais d'origine, partage son temps entre Bordeaux et Paris où il est directeur des rédactions de The Conversation (theconversation.fr), site de médiation scientifique alliant expertise universitaire et exigence journalistique. Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et de l'ESSEC, Didier Pourquery a notamment été rédacteur en chef de Science et Vie Économie et de La Tribune

  • 19/01/18 | Charente-Maritime : Rochefort passe en mode doux

    Lire

    La ville de Rochefort est en train de repenser complètement son approche de la circulation, dans le but de développer les transports doux. Après quelques travaux de voirie, la ville s'engage plus fort dans son projet en rétrécissant la largeur de certaines voies principales et en aménageant des trottoirs mixte piétons/vélos. Le triangle des avenues Rochambeau, des Déportés-Fusillés et de la rue Auguste-Roux sera assimilé à la zone 30 qui couvre le reste du centre-ville de Rochefort.

  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Les (petites) merveilles d'Aqui! - Escapade en Pays Basque

30/09/2015 | Alice nous entraîne en escapade dans le Pays Basque

Escapade en Pays Basque

« Super, quelle bonne idée ! » En fait, pas si compliqué de convaincre Sylvie. Escapade en terres basques pour rendre visite à la petite Laia. Plus d’un mois qu’elle est née… Il est grand temps d’aller lui présenter ses mamies-copines. Objectif : séduire ce petit bout de chou. Il faudra bien qu’Intza accepte de nous la confier ! Mais nous ne sommes vraiment pas les seules sur la liste des candidates au babysitting…

Bon, alors on prend quelle route ? ». Passer l’Adour par Port de Lanne puis rejoindre Saint Palais par l’intérieur des terres. Arrivée à Ascarat prévue dans 1h30. Facile. Kemen m’a indiqué le chemin. Temps magnifique. Soleil lumineux. Juste ce qu’il faut pour éclairer les collines aux maisons propres. Mais avant, petite descente par Saint Lon les Mines. Village en pente douce. Belle vue sur les Pyrénées. Malicieuses, ce matin, elles se laissent admirer de loin. Demain, la pluie sera là. Mais aujourd’hui, ciel bleu pour tous ! … A droite, l’église, avec la beauté simple et paisible des architectures modestes. A gauche, le fronton… et ses pelotes qui s’échappent, de temps à autre, sur la route. « Maïs décoratif à 500 m ». Un panneau nous rappelle que nous sommes en pleine Chalosse, à la limite des Landes, du Béarn et du Pays Basque, terres de maïs. Plante extraordinaire. Petit grain jaune, de la taille d’une fleur de muguet, il deviendra, en quelques semaines à peine, ce géant fier et solide de plus de 2,50 m de haut. Doué, il sait divinement tirer parti du soleil, de la pluie et des sols lando-basco-béarnais. « Or vert » du sud Aquitaine, chaque année, il façonne et transforme nos paysages pour l’été. Mais nous voilà déjà sur la nationale 117. Route historique, avec ses platanes et mini montagnes russes, elle relie Pau, la béarnaise, aux rives courtisées de la côte basque. Juste la traverser et rejoindre le pont d’Urt. Une voiture à la fois. Pont Eiffel des années 1880, ses légères structures métalliques enjambent l’Adour. Ambiance calme. Saules pleureurs, maisons de bord d’eau, reflets miroitants… Tels des araignées d’eau glissant silencieusement, des rameurs tirent sur leurs avirons et filent à grande allure. De l’autre côté, sans transition, nous plongeons dans les couleurs du Pays Basque. « Mais, tu ne vas par Saint Palais ? ». Surprise Sylvie ne dit plus rien, cheveux au vent, elle se laisse mener. Mon petit bolide rouge, pas chic mais pratique continue sa route. Bien sûr, on devrait facilement rejoindre en passant par là… Enfin, je crois. Captivées par la beauté des maisons, par la clarté de leurs façades soulignées de rouge ou de vert… nous nous laissons insensiblement écarter du chemin. « Oups, il fallait tourner à droite, là, non ?! » Pas grave, on rattrapera au prochain croisement. De croisement en croisement, nous nous éloignons de notre trajectoire. Mais c’est tellement beau ! Petit coup de fil… « Heu, Intza ? on arrive bientôt, on a juste fait un léger détour ». En attendant, on se régale. Epousant les collines herbagées, la route sillonne et tourne. Pas la peine d’aller vite. Gourmandise des yeux, les paysages sont parsemés de mille petits nuages blancs et cotonneux. Ca-et-là, des haies d’arbres aux feuilles vert-intense, denses et touffues les séparent en petits groupes. Partout, les moutons paissent, paisibles. Appliqués, ils entretiennent, jour après jour, les arrondis des contreforts pyrénéens. Comme recouvertes de mousse douce et régulière, leurs collines offrent aux regards une succession de vagues ondulantes de fougères et prairies vertes. Avant les rouleaux de l’Océan, la campagne nous offre ses rondeurs. A chaque sommet, sa maison. Fières et souriantes, les grandes bâtisses se parlent… Contrebande et départs pour les Amériques d’autrefois, championnats de Pelote, prochaines fêtes de village et difficultés de l’élevage d’aujourd’hui. Les occasions de discuter, de se retrouver et de chanter ne manquent pas. Etxeak1, ustiategiak, berceaux de ces vies riches d’histoires d’Hommes, de cultures, d’aventures lointaines ou transfrontalières… le racontent à leur manière.

Escapade en Pays Basque

« Mais tu es sûre qu’il fallait passer par Cambo ? ». Non, je n’en suis plus très sûre, voire de moins en moins certaine. Mais c’est sans regret. Tout ici n’est que verdure et fleurs. Arnaga, tu connais ? La maison d’Edmond Rostand… Son jardin, son élégance, ses boiseries, ses inventions de l’époque, tout est source d’émerveillement. L’esprit du poète scientifique et l’ombre de Cyrano s’étirent sur le Pays Basque. Comme ces légers nuages d’altitude qui se moquent des frontières. Mais, nous en sommes déjà à plus de ¾ d’heures de retard. Il n’est plus temps de flâner. Riant et secret, l’intérieur des terres nous ouvre ses portes, virage après virage. Village après village nous filons.

« Et là, tu as vu ces géraniums ? » Chaque façade rivalise amicalement avec sa voisine. Gaies et coquettes, comme de jeunes et belles adolescentes, les maisons savent, elles aussi, danser le fandango. Rassemblées ou séparées, au gré des petites rues en pente et des ruelles ombragées, elles arborent fièrement leurs balcons couverts de glycines. La blancheur pure des murs, ornés de quelques pierres de grès rouge et de colombages, rouges ou verts, tranche pour mieux faire ressortir les fleurs de bignones. Festival de couleur… Et que dire quand les piments seront exposés à la douceur du soleil de fin d’été !

Bien sûr qu’il faut de l’eau pour cette végétation généreuse ! Cette allure riante, espiègle et fière, c’est, aussi, beaucoup de passion, d’amour du pays. De celui que, jour après jour, les basques donnent à leurs terres.

Saint Jean Pied de Port s’annonce. D’abord, Donibane Garazi, puis en français ensuite. Radieuse, Intza nous attend devant la porte. Sur la place d’Ascarat, à côté du muret de l’église. Nous entrons. Si mignonne, avec ses pierres de la montagne, la maison ne parvient cependant pas à détourner nos yeux de la petite Laia… Le reste n’existe plus. Elle est vraiment belle ! Quelques semaines à peine. Bavardages, souvenirs de nos grossesses qui remontent à la surface. Nous nous mordons les lèvres. Surtout ne pas donner de conseil. Ridicule. Emotion. Notre Intza a un bébé ! Son compagnon, calme, accepte avec flegme et patience, la tornade de nos bavardages. Sylvie et moi accordons bien peu d’attention au pauvre Beñat. Nous connaissons Intza depuis toute petite ! Laia est de la famille maintenant. Elle se réveille… L’heure de manger. Sans rien dire, avec une immense pudeur, Intza arrive à nous faire comprendre. La tétée, c’est un moment à part, intime. Comme beaucoup de basques, discrétion, retenue. Nous ne nous attarderons pas.

« Merci beaucoup pour le café ». Nous qui pensions arriver avant le déjeuner ! Promis la prochaine fois on passe par Bayonne pour remonter directement par Hasparren. Ça ira plus vite…

Aujourd’hui, Intza est magnifique. D’une force bluffante. Débordante de projets, elle a lutté tout l’hiver, avec une détermination exemplaire. Elle a gagné son combat. Une violence inouïe, arrivée sans crier garde, au milieu d’un bonheur tout neuf. Comme toujours, elle n’en dira rien. Elle sait ce qu’elle a traversé. Ses amis, la musique, la beauté et la force de son pays, et, bien sûr, les siens étaient là. Laia a plus d’un an, et une maman formidable !

1 Maisons, fermes

Alice
Par Alice

Crédit Photo : Alice

Partager sur Facebook
Vu par vous
4812
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
COUDERC | 12/10/2015

un peu plus de photos?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !