18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Les (petites) merveilles d'Aqui! - Retour sur l’Île aux Oiseaux

04/10/2014 | L’automne dernier, Alice nous avait emmenés à la découverte du côté sauvage et délicieusement simple l’île aux Oiseaux. Nous l’avions laissée, se glissant doucement dans la nuit paisible et silencieuse.

L'île aux oiseaux (Gironde)

Réveil avec le soleil. Bain du matin tôt, nous profitons de la marée haute. On a pied à perte de vue. Idéal pour la circulation des jambes ! Avec l’aide des sœurs de Peio, mon ado a définitivement intégré le groupe de jeunes. Pour eux, la nuit se prolongera jusqu’un peu plus tard dans la matinée. Certains se sont échappés. Nouvelle nuit dans la tonne. Ils sont là pour ça. Pour rien au monde ils ne manqueraient ces heures blanches à l’île aux Oiseaux.

Le petit déj englouti, une partie de pétanque acharnée s’engage de l’autre côté de la cabane. Là, il fait une chaleur impressionnante. Une vigne accrochée à une gouttière témoigne du changement de climat. Incroyable, on dirait la Méditerranée. Et pourtant, seuls 10 mètres nous séparent de la terrasse de mes amis. De ce côté-ci, aussi, la vue ne manque pas de charme. Au loin, émergeant des tons verts, violets et roux de la lande, les deux cabanes tchanquées, emblèmes du Bassin d’Arcachon, apparaissent gracieusement. Du haut de leurs échasses, ces sentinelles semblent légèrement tanguer au gré de la marée. Grandes séductrices, elles captivent tous les regards hypnotisés.

« On y va ? » Ce coup-ci mon ado n’y coupera pas. On part faire le tour de l’île. Premiers sentiers, senteurs, couleurs… Une grande diversité de fleurs, d’herbes hautes et de buissons accompagne notre balade. Très vite, longeant les esteys, nous croisons les premiers lacs. Difficile de distinguer les vrais des faux, mais canards, courlis et sarcelles se dorent les plumes aux derniers rayons du généreux soleil de l’été. « Et là ? Par où on passe ? ». Seuls, les habitués savent où mènent ces chemins. Nous continuons, à la queue leu-leu. On écoute, on discute… « C’est ici, la piscine de Peio. Elle est souvent très chaude… Enfin, selon la marée. J’y allais déjà, petite ». L’estey élargi laisse paraitre un endroit plus profond. Idéal. L’eau est transparente. « Coucou, qu’est-ce que vous faites ? ». Partis à la pêche aux couteaux, quelques jeunes, armés de sel, cherchent les doubles-trous spécifiques des coquillages… Ils guettent. « Ça y est, j’en ai un ! ». Mon ado ne nous suivra pas plus loin.

Brigitte, ses filles et moi, poursuivons notre périple. Rapidement nous rejoignons les cabanes tchanquées. Elles, qui nous paraissaient si lointaines, se dressent maintenant, fières, devant nous. Là, retour à la civilisation. Des bateaux de luxe échoués sur la plage débarquent leurs touristes, pour un quart d’heure ou la journée, avec leurs pique-niques. Comme eux, nous nous approchons les cabanes. L’une d’entre elles a été complètement refaite il y a près de 5 ans. Le style est splendide. Le bois est roi. Il fait la part belle aux transparences pour profiter au maximum des lieux et de la vue exceptionnelle. Au sol (ou plutôt, dans l’eau), une lumière rasante se joue des piliers de bois blanc. Des crevettes nagent entre nos pieds dans une eau irisée par le scintillement des particules de lumière qui dansent dans l’air. « Tiens regarde, nos pêcheurs de couteaux sont là ». Du haut de la balustrade, nous voyons en effet les silhouettes du petit groupe apparaître le long d’un estey, derrière la dune.

L'île aux oiseaux (Gironde)

Allez ! on repart, s’ils veulent, ils peuvent nous rejoindre. Mais ils auront mieux à faire… Nous, nous allons de quartier en quartier. Chaque groupe de cabanes, il y en a 6, est différent. Comme des villages qui se distinguent les uns des autres par une ambiance, des couleurs, un style bien particulier. Mais à chaque fois, des pontons de bois, un arbre central, une harmonie de couleurs sur les volets… rassemblent et lient les cabanes entre elles. Nous approchons de la partie privée de l’île. Direction « l’Afrique ». Derrière des buissons arborescents se cache l’une des plus belles cabanes de l’île. Elle semble seule au monde, et fait face à l’entrée maritime du bassin. Nouveau climat. Brigitte s’inquiète, un arbuste semble prendre ses aises. Non je ne le connais pas. « Il n’était pas présent auparavant». Va-t-il rompre l’équilibre écologique de l’île ? Les pins eux aussi tentent, depuis longtemps, de s’emparer de l’île. Par endroit, des restes de vergers. Ils rappellent qu’il y a eu autrefois des personnes pour vivre de longs mois sur l’île, en quasi-autarcie. Il y avait de tout : pommes, abricots, pêches, figues, vigne… Cachées dans un bosquet quelques poules sauvages égarées interrompent le calme des lieux. Les cabanes sont presque toutes vides. Leurs habitants sont repartis ; c’est bien la fin de l’été ! Délicieuses, les mûres des ronciers, nous le rappellent.

Notre tour est fini, nous avons marché pendant un peu plus de trois heures ! Comme ça fait du bien !Ce soir, les jeunes ont décidé de prendre leur douche… enfin !... dans la mer. Un vrai rituel à la tombée de la nuit. Fraicheur d’un moment de franche rigolade où Peio viendra se joindre aux plus grands. « Même pas froid ! ». Mais avant, c’est le grand dîner. La soupe de palourdes nous attend. Et, avec elle, tout un festin de fruits de mer ramassés, ici et là, à quelques pas. Les jeunes ont déjà trouvé la recette des couteaux à la plancha. Tous les goûteront. Pas mal du tout ! Si l’on m’avait dit, il y a une semaine, que mon ado savourerait des couteaux pêchés sur l’île aux Oiseaux…

L’ambiance est simple, joyeuse, amicale. Chacun apporte ce qui reste de ses provisions. Les derniers œufs se transforment en délicieuses tranches de pain perdu. Saveurs d’enfance retrouvées. On rit beaucoup. Même si, demain, c’est le départ pour quelques-uns. L’un d’entre eux, pour des raisons complexes qui m’échappent, va devoir quitter la cabane de son grand-père. Avec une émotion contenue, il me la fait visiter. La fenêtre, face au lit, s’ouvre sur les deux cabanes tchanquées, Arcachon au lointain. Une vue exceptionnelle ! Dans l’autre pièce, légèrement défraichie par l’humidité salée, toujours la cheminée. « Là, il y avait la photo de mon grand-père. Mais ça je ne peux pas le laisser. Pour le reste… ». Grand soupir qui en dit long. Je découvre alors la fragilité de cet endroit. Comme chez les Maori et d’autres cultures ancestrales (moins civilisées que les nôtres ?), les cabanes ne leur appartiennent pas. Ils n’en sont que de simples gardiens, passagers. Moment de mélancolie, la seule idée de ne plus pouvoir, un jour, y revenir semble faire défiler tant d’images dans leurs yeux presque brillants. Celles de familles qui ne se seraient jamais croisées sur la terre ferme, et qui ont vu leurs enfants grandir ensemble, étés après étés. Celles qui les font se comprendre à demi-mots, et pouffer de rire comme des gosses, trente ans plus tard. Celles qui, sans doute, les ont fait jurer de faire tout leur possible pour préserver cet endroit. Se promettant à leur tour de le faire aimer par leurs enfants et, qui sait, les enfants de leurs enfants…

Brigitte et Bertrand, leur gentillesse... Elle vient d’ici ! Je comprends mieux. Ces étés passés sur l’île aux Oiseaux. Génération après génération, ce petit bout de terre a façonné une amitié, une attention toute particulière pour la nature et les hommes qui la respectent. C’est là que j’ai compris que nous avions vraiment vécu quelque chose d’inhabituel, mon ado et moi. Seulement 48 heures hors du temps… une fin d’été.

Alice
Par Alice

Crédit Photo : Alice

Partager sur Facebook
Vu par vous
1964
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !