17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Les (petites) merveilles d'Aqui! Une halte à la Maison du Teich

15/04/2014 | Alice a pris sa grande fille par la main et s'en est allée à la rencontre des amis au Teich, des amis les oiseaux et de ceux qui viennent les observer de bon matin..

La Réserve Ornithologique du Teich

Et si cette fois-ci j’y allais !? Des années qu’inlassablement Elisabeth et Claude nous envoient des invitations. Ce serait bien de dire oui, non ?! Juste un dernier petit détail… convaincre ma chipie de m’accompagner. Au programme, petit Week End découverte du bassin d’Arcachon et ses environs, avec escale à la Maison du Parc Naturel du Teich. Mais pas n’importe comment la découverte. Rien qu’avec des passionnés. Agronomes, ils se retrouvent une à deux fois par trimestre. Objectif : découvrir, comprendre et écouter tout ce qu’il faut savoir sur les productions de notre région. Filière bois, Bœuf de Chalosse, Caviar d’Aquitaine, Cigares de Navarrenx, Poulets St Sever, laitages en direct de la ferme … Bref tout pour rappeler la formidable diversité des productions agricoles d’Aquitaine.

C’est bon, je ne serai pas seule. Les kilomètres de l’autoroute qui nous mène au Bassin vont à peine suffire à compenser les longues semaines où nous ne nous sommes pas vues. Ma fille appréhende. Comment sont ces gens qui, finalement, auront suivi la même formation que sa mère ? Celle-là même qu’elle s’apprête, elle aussi, à suivre. Enfin, croisons les doigts, si tout va bien. Peu importe… ce sera l’un des rares week end où nous serons toutes les deux, ensemble. Un week end pour faire le vide. Une pause dans les préparatifs aux concours. Enfin, c’est vite dit. Nous nous contenterons du samedi soir et dimanche matin. La journée de samedi est encore consacrée aux révisions.

Mais nous y voilà ! La Maison du Parc Naturel du Teich. Hyper facile d’accès. Dès la sortie de la voiture, douceur paisible du début de printemps. Le jour commence à tomber. Les chants des oiseaux se font plus rares, le calme se pose. Je laisse au parking mon petit bolide rouge, pas chic mais pratique. Des mines radieuses nous accueillent. Par petits groupes chacun commente ce qu’il a vu. « Oui, mais tu sais, la tempête a complètement changé la donne en matière d’approvisionnement du bois ». « C’est incroyable tout ce que l’on peut faire aujourd’hui avec la cellulose du bois ». « C’est vrai qu’on n’imagine pas toute la technique de fabrication et toutes les innovations qu’il peut y avoir derrière de « simples » emballages ». La visite de Smurfit Kappa-Cellulose du Pin, passionnante. « Et là on comprend bien qu’il est urgent de trouver une vraie solution ». « Tu te rends compte, il disait que l’été dernier le taux de mortalité atteignait près de 50% des huîtres marchandes !». « Dire qu’elles sont si bonnes ! ». « Oui mais tu as bien entendu, il y a des débuts de solutions, ici et là. Ils font appel à des producteurs de naissains spécifiques ». Les actualités du Bassin tournent autour du mystère de la mortalité des naissains d’huîtres. Gros impact pour les ostréiculteurs…

L'agronome, "espèce très conviviale"Comme je regrette de n’avoir pas assisté à ces visites. C’est toujours mieux avec un producteur, un technicien. Quelqu’un qui vit son métier à fond. On peut poser toutes les questions, plein de questions… il y a toujours une réponse. Directe et concrète. Parfois c’est technique, parfois c’est lié à des contextes économiques assez complexes… Mais à chaque fois, on comprend bien comment cela se traduit dans le quotidien. Et surtout comment chacun s’adapte. L’enjeu est de taille : poursuivre et développer l’activité avec la même passion du travail bien fait, du bon produit, de la bonne réponse aux attentes des consommateurs et clients.

Chacun apporte une interprétation, un éclairage professionnel d’agronome. Vision enrichie de ses propres connaissances et expériences. Quel régal ! La conversation pourrait durer toute la nuit. Il faut savoir que « l’agronome » et plus généralement tous les professionnels du vivant, constituent une « espèce très conviviale » par nature. Bons repas, bons vins, chansons et moments chaleureux… font partie de son biotope.

Mais il est temps de rejoindre nos chambres au cœur même du parc ornithologique. Pas un bruit, la nuit est tombée depuis longtemps. Demain, pas de grasse matinée. Nous serons les premiers à assister à la toilette matinale des habitants du parc.

Foulques, Vanneaux, Goéland, ...Premiers petits cris… c’est l’heure. Les jeunes enfants de nos collègues apportent à notre groupe la joie et la spontanéité des matins radieux. Un bon café bien chaud, quelques tartines. Les conversations laissées hier reprennent. Notre guide arrive déjà. Ce sera pour plus tard.

Maintenant direction la Réserve. Omniprésent, le bois jalonne notre chemin. Petits ponts, piquets de clôtures, pieux enfoncés en bordure d’eau, haltes d’observation… Cachés derrière les planches nous regardons en chuchotant les oiseaux sauvages vivre leur vie. Ce qu’ils aiment ici, c’est l’environnement d’eau et de végétaux qui leur procurent le gîte et le couvert. Autrefois, cet endroit gagné sur les eaux du Bassin d’Arcachon, servait de réservoir pour les pêcheurs. En effet, par un système ingénieux de réseau d’écluses, ils avaient construit tout un ensemble de petits des plans d’eau. Peu profonds, régulièrement alimentés en eau de mer, ils s’avéraient constituer un abri idéal pour les alevins des poissons du bassin ou de l’océan. Plancton, algues et plantes préservées des courants, températures élevées… tout pour s’épanouir. A l’arrivée des tempêtes d’automne, lorsque les marins ne pouvaient plus sortir et que le cours du poisson montait en flèche, on vidait alors les réservoirs de leurs magnifiques poissons. Ainsi mis sur le marché à des prix très favorables, ils permettaient aux pêcheurs de passer la mauvaise période.

Aujourd’hui, les petits plans d’eau constituent toujours des réservoirs… destinés aux oiseaux « piscivores » du Teich. Vous les citer tous serait impossible. Ils sont tellement nombreux (88 espèces nichent sur le site mais on y a décompté jusqu’à 319 espèces et sous-espèces) que nous n’avons pas pu tous les voir. Ils ne sont pas tous là aux mêmes moments. Cela dépend de leurs rythmes migratoires. Mais enfin, nous sommes, en avril, au début de la période la plus riche. Bien sûr, nous avons vu des Cygnes, des Oies et des Hérons cendrés, des Foulques, des Vanneaux, des Goélands, des Pics épeiche (quel joli nom)… et bien d’autres encore. Je dois en oublier plein. De quoi s’emmêler les plumes. Pourtant j’aurais bien aimé voir le Grosbec casse-noyaux ou encore l’Hypolaïs polyglotte, le Chevalier gambette, l’Avocette élégante ou, mon préféré, le Courvite Isabelle. Rien que leurs noms invitent à faire connaissance. Notre guide, attentive, répond à nos questions. A chaque détour du chemin, elle nous en apprend un peu plus sur la vie des oiseaux, et le travail de chacun pour conserver à ce site son aspect naturel et son intérêt scientifique.

La Réserve Ornithologique du Teich

Pique-nique au bord de l'eauAu bord d’une minuscule petite plage une maman Cygne déploie ses grandes ailes… Non, mais… de fois que les petits d’Hommes approcheraient ses petits cygneaux. Impressionnante, quand même ! Rien qu’à voir leurs yeux, la rencontre a dû tous les surprendre. Finalement ne serait-on pas mieux, hissés sur les tabourets d’observation ? A l’abri, en silence, derrière les planches des observatoires. Oui, mais quand on a des petites jambes qui s’agitent et ne demandent qu’à courir, pas si facile. Une petite main se glisse dans celle de ma fille. « Viens on va voir les canards ». Le sentier de découverte, bordé de mille couleurs passant de tous les verts aux jaunes éclatant, diffuse les senteurs des arbustes réchauffés par le soleil. Partout les reflets des miroirs d’eau qui renvoient les rayons de soleil dans les feuilles. Les petits pieds retrouvent le plaisir de suivre la danse des premiers papillons. Les discussions se poursuivent. « Dis, tu nous tiendras au courant pour ta fille… ».

Petit pique-nique au bord de l’eau. Simple, léger, complice. « Comment ça tu n’as jamais goûté mon pâté ? ». Le week end express se termine. Le reste du groupe va s’éparpiller. Il y a encore plein de choses à voir dans le coin. « On va faire une petit tour à la Dune du Pyla », « Nous, c’est direction les vignes, histoire de goûter aux plaisirs des châteaux ». Nous, nous reprenons la route. Les révisions n’attendent pas. Mais, c’est pour la bonne cause. Pour, un jour, se retrouver avec la même passion. Parler avec enthousiasme et conviction des miracles de la nature et du vivant.

 Alice
Par Alice

Crédit Photo : Alice

Partager sur Facebook
Vu par vous
9282
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
COUDERC | 20/04/2014

c'est de mieux en mieux : plus long et cependant toujours aussi vivant, frais et charmant et bien documenté . Alice va-t-elle continuer ? Quelle publicité pour l'Aquitaine et ceux qui auraient envie de découvrir ces merveilles!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !