18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Les premières Rencontres Viticoles d'Aquitaine : comment lier qualité, compétitivité et environnement ?

12/02/2010 |

Les premières Rencontres Viticoles d'Aquitaine, le 11 février 2010

L'optimisation de l'emploi des produits phytosanitaires n'est pas une question vraiment nouvelle dans la filière viticole. Cependant, la pression sociétale et réglementaire rend de plus en plus nécessaire l'adoption de démarches productives compatibles avec l'environnement. Un des enjeux de demain pour les viticulteurs est de savoir comment parvenir à réduire les intrants tout en conservant la qualité et la compétitivité de leur produit. Telle était la question centrale de la première édition des Rencontres Viticoles Aquitaine, organisées ce 11 février par le Pôle d'Expérimentation de Bordeaux Aquitaine.

Formé par la Chambre d'Agriculture de Gironde (CA 33), l'Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) et l'Etablissement Public Local d'Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole Bordeaux Gironde (EPLEFPA), le Pôle d'Expérimentation de Bordeaux Aquitaine a pour objectif, selon Bernard Artigue, Président de la Chambre d'agriculture, de mutualiser les compétences des trois partenaires dans leurs travaux de recherche, et de « fournir un réel effort sur la diffusion des résultats de ces recherches et expérimentations ». Un transfert d'informations qui semble en effet, répondre à un réel besoin des professionnels, puisque selon les organisateurs le nombre maximum de participants était atteint.

Objectif 2018: réduire de moitié l'utilisation les produits phytosanitaires
Si la question de la diminution des intrans passionne autant les viticulteurs c'est notamment en raison d'une récente réglementation européenne précédée en France par le plan ECOPHYTO 2018, qui pose notamment, d'ici à 2018, l'objectif quantitatif d'une réduction de 50% des intrans dans la production ainsi qu'à terme le retrait définitif du marché de certaines substances actives. Si cette journée de débat, n'a pas révélé de « potion magique » permettant de compenser l'utilisation des molécules chimiques, un certain nombre de pistes, encore en phase de recherche ou d'expérimentation ont été soulignées.
Parmi les moyens envisagés, et déjà à portée des viticulteurs, les intervenants ont souligné la nécessaire observation du vignoble avant d'engager une action concrète de protection contre les parasites ou les ravageurs. Il existe en effet déjà un certain nombre de règles de précaution, "connues et relativement simples" selon Thierry Coulon, le Directeur technique Vigne et Terroir de l'IFV, qui sont peu ou pas mis en œuvre par les viticulteurs. A ces mesures de précaution, viennent s'ajouter des systèmes de modélisation de prévision des risques d'épidémies permettant d'adapter la quantité d'intrants en fonction du risque estimé.

Les Stimulateurs de Défenses Naturelles comme solution ?
Ajouté à l'observation, et à l'évaluation du risque, un autre facteur d'importance peut jouer sur une diminution des doses de produit phytosanitaire : la qualité d'application des produits. En effet, plus l'application du produit sera précise, moins il y aura de perte. On pourra donc réduire les quantités sans nuire à l'efficacité du traitement. Cela dit, les différents processus de diminution d'utilisation des intrants exposés lors de cette journée, même s'ils ont un réel intérêt, sont à l'heure actuelle encore imparfaits.
Autre piste abordée, les produits alternatifs qui sont souvent d'origine naturelle et ont un impact moindre sur l'environnement. Parmi eux, les Stimulateurs de Défenses Naturelles (SDN), qui pourront un jour peut-être remplacer les molécules chimiques grâce à leur capacité à activer les propres défenses de la vigne. Celle-ci pourrait ainsi résister à une attaque ultérieure d'un pathogène. Mais, à l'heure actuelle, si les résultats obtenus en laboratoire sont intéressants, l'expérimentation terrain, qui a débuté en 2009, n'a pas donné de résultats réellement exploitables. Cela dit ce n'est qu'un début et, comme cela a été répété à plusieurs reprises, la recherche à encore quelques années devant elle pour affiner ses résultats.

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
131
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !