Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/01/21 | L'UIMM Adour organise une semaine de l'apprentissage dans l'industrie

    Lire

    Du 25 au 30 janvier, les pôles formations de l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie ouvrent leurs portes du 25 au 30 janvier pour inviter à découvrir les métiers de l'industrie. L'UIMM Adour met ainsi ses métiers en valeur, alors même que l'État a lancé le programme 1 jeune 1 solution dans le cadre de France Relance pour aider les entreprises à recruter des apprentis. Au Pôle formation Adour, 580 apprentis ont choisi la filière industrie pour un taux d'insertion de 86%.

  • 19/01/21 | Cognac : la filière attend des arbitrages de l'Etat

    Lire

    Ils ne lâcheront rien! C'est en substance ce qu'on fait savoir au gouvernement les représentants de l'interprofession du cognac, le BNIC, suite aux dernières annonces. D'une part, ils réitèrent leur demande que l'Etat négocie pour obtenir la suspension immédiate des nouveaux droits de douanes américains sur les vins et spiritueux. D'autre part, ils seront attentifs au "détail" des aides annoncées le 14 janvier à destination de la filière, "impactée par la pandémie", et pas seulement.

  • 18/01/21 | 11 centres de vaccinations autorisés dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Afin d'assurer le déploiement de la campagne de vaccination contre la COVID-19, les Pyrénées-Atlantiques comptent 11 centres de vaccination. Dans l’arrondissement de Pau sont concernées les communes de Pau, Lescar et Arzacq, dans l’arrondissement d’Oloron-Sainte-Marie: celles Mauléon et Arudy et dans l’arrondissement de Bayonne, celles de Bayonne, Biarritz, Anglet, Cambo-les-bains, Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Jean-de-Luz. Réservations vaccinales, via le numéro vert national 0 800 009 110 ou sur les plateformes internet de Doctolib Vaccination, KelDoc de NEHS et Maiia et la plateforme nationale www.sante.fr,

  • 18/01/21 | Démarrage des vaccinations à La Rochelle

    Lire

    Plusieurs communes de l’Agglomération se sont portées volontaires pour accompagner les vaccinations en créant des centres grand public. Un premier sera ouvert du 18 au 22 janvier au centre municipal de vaccination de La Rochelle, 2 rue de l’Abreuvoir. A partir du 25 janvier, deux centres seront installés à l’Espace Encan à La Rochelle et à l’hippodrome de Châtelaillon-Plage, 9 rue des Sulkys. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur rendez-vous.

  • 18/01/21 | Langues régionales : la Région épingle Jean-Michel Blanquer

    Lire

    Le 10 décembre, le ministre de l'Éducation Nationale affirmait que le système éducatif français "n'est pas hostile aux langues régionales". La Région Nouvelle-Aquitaine s'appuyant sur les chiffres du rectorat conteste : "La réforme des lycées a brutalement dévalorisé l'attractivité du basque et de l'occitan en option." Sur les rentrées 2019 et 2020, les effectifs en occitan ont fondu dans les académies de Bordeaux (-32%) et Limoges (-44%). Pour le basque la baisse est de 48%. Charline Claveau, élue en charge des langues régionales, appelle à ce qu'un amendement soit apporté à la réforme du baccalauréat "dès maintenant".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Limoges Métropole multiplie les actions pour réduire les déchets

30/01/2020 |

Les bornes verre équipées du système connecté « Cliink » remportent déjà un franc succès.  

Entre 2010 et 2020, Limoges Métropole avait pour ambition de réduire ses déchets de 10%. Depuis qu'elle est lauréate de l'appel à projet « Territoire zéro déchets, zéro gaspillage » lancé par le Ministère de l'Environnement en 2016, la Communauté urbaine a revu ses ambitions avec une baisse attendue de 15% jusqu'en 2025. De multiples actions ont été lancées sur l'agglomération, la dernière en date étant le déploiement de 200 bornes verre connectées « Cliiink » donnant droit à des points à chaque dépôt qui sont transformés en bons d'achats. Un succès immédiat.

Unique en Nouvelle-Aquitaine, le nouveau dispositif « Cliink » a été lancé le 14 janvier, avec 200 bornes qui vont être équipées d'ici fin mars sur les 600 en place, dont 154 à Limoges et, au minimum, deux sur les dix-neuf autres communes de la CU. Limoges Métropole avait constaté un retard en matière de collecte du verre. En 2014, le bilan s'établissait à 24 kg par habitant et par an en contre 30 kg pour la moyenne nationale. Si la collecte a progressé de 2 kg en cinq ans, des efforts restent à faire pour atteindre voire dépasser ce poids de référence. « L'objectif est d'augmenter la collecte de 20% en incitant les gens à rapporter leurs bouteilles, bocaux et pots de yaourt précis, Jean-Noël Joubert, conseiller communautaire, chaque fois qu'un contenant en verre est déposé dans un conteneur équipé avec Clliink, la personne est créditée d'un point sur une carte ou sur une appli à télécharger, point transformé en bons d'achat ou dons à des associations. » L'éco-organisme Citeo a accordé une aide de 200.000 €, le coût de fonctionnement est évalué à 20.000 € par an. Les secteurs où la collecte est à la traîne seront équipés en priorité. « Le but est d'inciter de nouveaux habitants à trier, ajoute-t-il, on peut pourquoi pas imaginer que des jeunes ramassent dans les fossés des bouteilles pour gagner rapidement 200 points. » Le succès est déjà au rendez-vous puisque seulement dix jours après son lancement, 3.000 comptes avaient été créés. « D'après Citeo, c'est vraiment exceptionnel signale Mathieu Jarry, directeur de la propreté, Grenoble n'a enregistré que 6 000 comptes en un an avec 140 bornes .» Autre moyen de réduire les déchets à la source, le réemploi. Des bennes dédiées sont en service dans trois déchetteries de Limoges et celle de Couzeix pour collecter des objets pour leur offrir une seconde vie. L'association d'insertion ALEAS se charge de leur redonner un coup de jeune pour les revendre dans sa ressourcerie. Un magasin inversé a même été ouvert sur la nouvelle déchetterie, rue Kennedy, depuis mai dernier pour déposer des objets ou en récupérer. Depuis un an, la plate-forme « je donne, je vends » est en ligne pour donner ou vendre de potentiels déchets. « C'est Le Bon coin de la CU pour se débarrasser de ses objets inutiles, les troquer entre voisins et utiliser finalement ces déchets en puissance, par exemple, le pot de peinture acheté en trop. » Le prix de vente d'un objet est plafonné à 25 €.

Des subventions pour 2 000 foyers

La réduction des déchets verts est aussi une préoccupation. Depuis un an, la CU accorde une subvention pour supprimer les haies de thuyas, lauriers ou cyprès, couvrant 50% des travaux d'arrachage (limitée à 400 € par foyer). Quelques 163 foyers ont arraché leur haie, l'an dernier, seuls six l'ont replantée avec des végétaux locaux. Des subventions ont également été allouées pour l'achat de tondeuses mulching (37) et de broyeurs de branches (140). Des broyeurs sont également prêtés (713) et une prestation de broyage à domicile proposée à 15 € de l'heure (430). Le compostage de déchets est aussi en phase de croissance. Remboursés à 50% jusqu'en 2015, les composteurs sont depuis distribués gratuitement, ce qui a permis d'en déployer 10 655 sur la CU. Le taux de couverture est de plus de 20% sur l'habitat pavillonnaire avec l'idée d'arriver à 100% sur les pavillons neufs. Autre déchet dont le recyclage est impossible, les couches jetables. Pour limiter leur nombre (900 kg de déchets générés par bébé), 120 kit couches lavables ont été remboursés, un chiffre qui a doublé en un an.

Les bio-déchets en ligne de mire

La réduction des bio-déchets est un enjeu majeur avec, là encore, un potentiel très important, particulièrement pour les familles vivant en appartements. Ainsi, 207 composteurs collectifs ont été disposés sur les espaces verts publics, dont 80 en pied d'immeubles, et des collectes pourraient être programmées sur les sites ne pouvant être équipés. « Nous venons de postuler à un appel à projet de l'Ademe et de la Région pour expérimenter les collectes avec l'ambition de diminuer la collecte d'ordures ménagères destinées à l'incinération précise le directeur, la subvention équivaudrait à 70% du budget engagé sur trois ans, nous espérons être retenus.» Actuellement, la collecte des ordures ménagères atteint 226 kg par an et par habitant, la CU voudrait l'abaisser à 185 kg en récupérer une bonne part de bio-déchets et d'emballages non encore triés. Adopter un couple de poules est une autre solution écologique pour se débarrasser facilement de ses restes de repas. Un gallinacée en ingurgite 150 kg par an et pondra 200 œufs en moyenne. La CU rembourse 5€ par poule et 50% du prix du poulailler (50 € maximum). Près de 180 familles ont opté pour cette solution. « Pour la totalité de ses actions, la CU a remboursé 60.000 € aux usagers à 2000 foyers en 2019 » annonce Mathieu Jarry.

Un centre de tri plus performant

Au mois de mai, le nouveau centre de tri ouvrira à Beaune-les-Mines et participera également à cette démarche de traitement sélectif. Le site sera modernisé, agrandi et équipé d'une nouvelle chaîne de tri plus performante pour recevoir différentes familles de plastiques grâce à un investissement de 15 millions d'euros. « Un nouveau partenaire Evolis 23 nous a rejoints signale Jean-Noël Joubert, les déchets de la moitié de la Creuse y seront traités, ce qui sera nouveau, et il sera enfin possible de trier les films plastiques, pots de yaourts et barquettes au lieu de les incinérer. Le tri devrait donc être amélioré et le tonnage entrant à l'usine d'incinération revu à la baisse. » La population a pris de conscience de la nécessité de réduire ses déchets à la source mais la CU poursuit ses efforts afin d'informer les habitants sur les équipements mis à leur disposition. Néanmoins, des dépôts sauvages de déchets et d'encombrants sont régulièrement constatés dans les bois des communes rurales alentours ou dans les rues du centre-ville de Limoges. Chacun peut, à son niveau, apporter sa pierre à l'édifice pour maintenir la propreté de son cadre de vie et le transmettre aux générations futures.

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
5273
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !