Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/02/20 | Le Département des Deux-Sèvres soutient la modernisation des exploitations agricoles

    Lire

    Lors de la commission permanente des Deux-Sèvres, la collectivité a voté, le 27 janvier dernier, une subvention de 17 824 euros au titre du Plan pour la compétitivité et l'adaptation des exploitations agricoles (PCAE). 5 exploitations en sont bénéficiaires : 2 exploitations de la filière bovin lait à Saint-Vincent-la-Châtre et à Mauléon puis 3 exploitations de la filière bovin viande à Vernoux-en-Gâtine, Saint-Amand-sur-Sèvre et Courlay.

  • 26/02/20 | Un squat évacué à Bègles

    Lire

    Ce mardi matin, un squat a été évacué rue Denis Papin à Bègles. Les forces de l'ordre sont intervenues à la demande de la préfecture et suite à une décision de justice datant du 13 février. Les 247 personnes qui occupaient les lieux (dans des conditions insalubres) étaient de nationalité bulgare. Parmi eux, 90 mineurs dont beaucoup de jeunes enfants. La préfecture de Gironde, de son côté, précise qu'un "diagnostic préalable a permis d’orienter 18 familles (67 personnes) présentant de bonnes perspectives d’intégration vers un accompagnement social et économique".

  • 26/02/20 | Le crowdfunding immobilier a la côte en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans un baromètre dédié au financement participatif dans l'immobilier, la plateforme FundImmo a révélé que 33,2 millions d'euros avaient été récoltés en Nouvelle-Aquitaine auprès de 28 plateformes de crowdfunding, soit une augmentation de 157% par rapport à 2018. La Gironde (22,5 millions d'euros) et les Pyrénées Atlantiques (6,1 millions d'euros) "concentrent la majorité de la collecte régionale". Le montant moyen de la collecte (515 666 euros) est toutefois inférieur à la moyenne nationale (-25,2%) mais 65 projets ont été financés (contre 26 en 2018).

  • 25/02/20 | Nouvelle présidence pour les stations N'PY

    Lire

    Président de N’PY depuis sa création en 2004, Michel Pélieu a cédé son siège à Michel Boussaton le 24 janvier. Après l’entrée au capital de la Région Occitanie en juillet 2019, ce changement à la tête de N’PY est une nouvelle étape dans le processus de transformation amorcé en 2018 pour accompagner les domaines skiables et sites touristiques dans la diversification de leur activité et l’adaptation de l’immobilier de tourisme. N’PY va prendre une dimension "chaîne des Pyrénées" avec l’appui de la Région Occitanie et de la Banque des Territoires auxquels pourraient s’associer la Région Nouvelle-Aquitaine et les départements.

  • 25/02/20 | La colocation en HLM, une solution pour le logement des réfugiés ?

    Lire

    Pour la première fois en France, une convention régionale favorisant la colocation en baux directs pour les personnes bénéficiant de la protection internationale a été signée en Nouvelle-Aquitaine par l’État, les bailleurs sociaux et les associations de la région. Ce dispositif, expérimenté en Gironde à compter de mars 2020, a pour objectif de répondre à la forte tension locative présente sur les petits logements. Il sera soutenu financièrement par l’État avec l'ambition de l'étendre rapidement à toute la région et à d'autres publics.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Limoges Métropole multiplie les actions pour réduire les déchets

30/01/2020 |

Les bornes verre équipées du système connecté « Cliink » remportent déjà un franc succès.  

Entre 2010 et 2020, Limoges Métropole avait pour ambition de réduire ses déchets de 10%. Depuis qu'elle est lauréate de l'appel à projet « Territoire zéro déchets, zéro gaspillage » lancé par le Ministère de l'Environnement en 2016, la Communauté urbaine a revu ses ambitions avec une baisse attendue de 15% jusqu'en 2025. De multiples actions ont été lancées sur l'agglomération, la dernière en date étant le déploiement de 200 bornes verre connectées « Cliiink » donnant droit à des points à chaque dépôt qui sont transformés en bons d'achats. Un succès immédiat.

Unique en Nouvelle-Aquitaine, le nouveau dispositif « Cliink » a été lancé le 14 janvier, avec 200 bornes qui vont être équipées d'ici fin mars sur les 600 en place, dont 154 à Limoges et, au minimum, deux sur les dix-neuf autres communes de la CU. Limoges Métropole avait constaté un retard en matière de collecte du verre. En 2014, le bilan s'établissait à 24 kg par habitant et par an en contre 30 kg pour la moyenne nationale. Si la collecte a progressé de 2 kg en cinq ans, des efforts restent à faire pour atteindre voire dépasser ce poids de référence. « L'objectif est d'augmenter la collecte de 20% en incitant les gens à rapporter leurs bouteilles, bocaux et pots de yaourt précis, Jean-Noël Joubert, conseiller communautaire, chaque fois qu'un contenant en verre est déposé dans un conteneur équipé avec Clliink, la personne est créditée d'un point sur une carte ou sur une appli à télécharger, point transformé en bons d'achat ou dons à des associations. » L'éco-organisme Citeo a accordé une aide de 200.000 €, le coût de fonctionnement est évalué à 20.000 € par an. Les secteurs où la collecte est à la traîne seront équipés en priorité. « Le but est d'inciter de nouveaux habitants à trier, ajoute-t-il, on peut pourquoi pas imaginer que des jeunes ramassent dans les fossés des bouteilles pour gagner rapidement 200 points. » Le succès est déjà au rendez-vous puisque seulement dix jours après son lancement, 3.000 comptes avaient été créés. « D'après Citeo, c'est vraiment exceptionnel signale Mathieu Jarry, directeur de la propreté, Grenoble n'a enregistré que 6 000 comptes en un an avec 140 bornes .» Autre moyen de réduire les déchets à la source, le réemploi. Des bennes dédiées sont en service dans trois déchetteries de Limoges et celle de Couzeix pour collecter des objets pour leur offrir une seconde vie. L'association d'insertion ALEAS se charge de leur redonner un coup de jeune pour les revendre dans sa ressourcerie. Un magasin inversé a même été ouvert sur la nouvelle déchetterie, rue Kennedy, depuis mai dernier pour déposer des objets ou en récupérer. Depuis un an, la plate-forme « je donne, je vends » est en ligne pour donner ou vendre de potentiels déchets. « C'est Le Bon coin de la CU pour se débarrasser de ses objets inutiles, les troquer entre voisins et utiliser finalement ces déchets en puissance, par exemple, le pot de peinture acheté en trop. » Le prix de vente d'un objet est plafonné à 25 €.

Des subventions pour 2 000 foyers

La réduction des déchets verts est aussi une préoccupation. Depuis un an, la CU accorde une subvention pour supprimer les haies de thuyas, lauriers ou cyprès, couvrant 50% des travaux d'arrachage (limitée à 400 € par foyer). Quelques 163 foyers ont arraché leur haie, l'an dernier, seuls six l'ont replantée avec des végétaux locaux. Des subventions ont également été allouées pour l'achat de tondeuses mulching (37) et de broyeurs de branches (140). Des broyeurs sont également prêtés (713) et une prestation de broyage à domicile proposée à 15 € de l'heure (430). Le compostage de déchets est aussi en phase de croissance. Remboursés à 50% jusqu'en 2015, les composteurs sont depuis distribués gratuitement, ce qui a permis d'en déployer 10 655 sur la CU. Le taux de couverture est de plus de 20% sur l'habitat pavillonnaire avec l'idée d'arriver à 100% sur les pavillons neufs. Autre déchet dont le recyclage est impossible, les couches jetables. Pour limiter leur nombre (900 kg de déchets générés par bébé), 120 kit couches lavables ont été remboursés, un chiffre qui a doublé en un an.

Les bio-déchets en ligne de mire

La réduction des bio-déchets est un enjeu majeur avec, là encore, un potentiel très important, particulièrement pour les familles vivant en appartements. Ainsi, 207 composteurs collectifs ont été disposés sur les espaces verts publics, dont 80 en pied d'immeubles, et des collectes pourraient être programmées sur les sites ne pouvant être équipés. « Nous venons de postuler à un appel à projet de l'Ademe et de la Région pour expérimenter les collectes avec l'ambition de diminuer la collecte d'ordures ménagères destinées à l'incinération précise le directeur, la subvention équivaudrait à 70% du budget engagé sur trois ans, nous espérons être retenus.» Actuellement, la collecte des ordures ménagères atteint 226 kg par an et par habitant, la CU voudrait l'abaisser à 185 kg en récupérer une bonne part de bio-déchets et d'emballages non encore triés. Adopter un couple de poules est une autre solution écologique pour se débarrasser facilement de ses restes de repas. Un gallinacée en ingurgite 150 kg par an et pondra 200 œufs en moyenne. La CU rembourse 5€ par poule et 50% du prix du poulailler (50 € maximum). Près de 180 familles ont opté pour cette solution. « Pour la totalité de ses actions, la CU a remboursé 60.000 € aux usagers à 2000 foyers en 2019 » annonce Mathieu Jarry.

Un centre de tri plus performant

Au mois de mai, le nouveau centre de tri ouvrira à Beaune-les-Mines et participera également à cette démarche de traitement sélectif. Le site sera modernisé, agrandi et équipé d'une nouvelle chaîne de tri plus performante pour recevoir différentes familles de plastiques grâce à un investissement de 15 millions d'euros. « Un nouveau partenaire Evolis 23 nous a rejoints signale Jean-Noël Joubert, les déchets de la moitié de la Creuse y seront traités, ce qui sera nouveau, et il sera enfin possible de trier les films plastiques, pots de yaourts et barquettes au lieu de les incinérer. Le tri devrait donc être amélioré et le tonnage entrant à l'usine d'incinération revu à la baisse. » La population a pris de conscience de la nécessité de réduire ses déchets à la source mais la CU poursuit ses efforts afin d'informer les habitants sur les équipements mis à leur disposition. Néanmoins, des dépôts sauvages de déchets et d'encombrants sont régulièrement constatés dans les bois des communes rurales alentours ou dans les rues du centre-ville de Limoges. Chacun peut, à son niveau, apporter sa pierre à l'édifice pour maintenir la propreté de son cadre de vie et le transmettre aux générations futures.

Corinne Merigaud
Par Corinne Merigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
2503
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !