aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Littoral : la Charente-Maritime craint de se noyer sans aide de la Région

21/10/2016 | Alors que les travaux de protection des côtes avancent, la Charente-Maritime craint de ne pouvoir les poursuivre sans l’aide de la Région.

Alors que les travaux de protection des côtes avancent, comme ici à Saint-Trojan, la Charente-Maritime craint de ne pouvoir les poursuivre sans l’aide de la Région.

Si l’Aquitaine appréhende davantage l’érosion de ses côtes que les submersions marines, la Charente-Maritime, elle, craint l’érosion des budgets alloués aux Programmes d’action de prévention des inondations (Papi) de son littoral. Alors que le premier plan de travaux (2012-2017) décidés après le passage de Xynthia est en cours d’achèvement, la Charente-Maritime redoute déjà de ne pouvoir mener dans des conditions optimales la deuxième phase, prévue à partir de 2018, si elle devait se passer de l’aide de la Région. Plusieurs complications administratives et financières pourraient en effet compromettre cette aide substantielle.

Depuis le passage de Xynthia, de Charron à Mortagne-sur-Gironde, les collectivités locales de Charente-Maritime ont dû mettre en place de gros chantiers pour protéger les côtes et leurs habitants en érigeant digues, enrochements, bassin de stockage, batardeaux, etc. Jusqu’à présent, le tout était financé par les mairies et communautés de communes (20%), le Département (20%), la Région (20%) et l’Etat (40%). Ce bel équilibre pourrait bientôt s’écrouler au vu, notamment, de l’application de nouvelles règles législatives.

Première contrainte : la loi Gemapi. Jusqu’à présent, l’entretien des cours d’eau et des ouvrages de protection des crues pouvait être à la charge de n’importe quelle collectivité, région, département ou municipalité. Dès les premiers travaux post-Xynthia, le Département avait accompagné les collectivités locales financièrement et techniquement, en prenant systématiquement à sa charge la maîtrise d’ouvrage des chantiers du Papi (*). Mais à partir du 1er janvier 2018, la loi attribue aux mairies et aux communautés de communes une nouvelle compétence exclusive, la Gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations (Gemapi). Concrètement, cela veut dire que le Département ne pourra plus intervenir techniquement, ni financièrement, puisque la loi Notre enlève la compétence économique des Départements, au profit des Régions. Pour les agglomérations du littoral, cela signifie donc prendre en charge seules la gestion de tous les ouvrages réalisés et/ou des travaux restant à effectuer.

« En termes de coûts de gestion annuelle, comme par exemple remettre des pierres sur les digues réalisées en enrochement, il faut prévoir environ 10% du coût des travaux initiaux », estime Lionel Quillet, le vice-président du Département 17 en charge du littoral et de l’environnement. Des coûts que peuvent encore assumer les communes. Mais s’il faut y ajouter une deuxième phase de chantiers dès 2018, comme à Charron ou sur l’île de Ré, où les travaux à mener sont les plus conséquents, Lionel Quillet craint que les communes ne puissent pas suivre. Or, la loi Gemapi, en attribuant la compétence « prévention des inondations » aux municipalités, leur confère aussi une responsabilité juridique en cas de problème. « Et personne n’a envie de se retrouver avec un scénario à la Faute-sur-Mer…», glisse l’élu.

En attente de la Région

Pour l’instant, l’Etat a renouvelé son engagement pour le prochain programme d’actions de prévention des inondations, qui seront lancées à l’horizon 2018-2020. De son côté, la Nouvelle-Aquitaine a choisi d’honorer l’aide signée par l’ex Poitou-Charentes et a accordé 27 millions d’euros au Papi 1 (2012-2017), lequel a déjà coûté 147 millions d’euros en tout (dont 50 millions d’euros d’études, en cours, pour les dix prochains chantiers, sur Charron, l’île de Ré et le bassin rochefortais). Mais un surcoût de 11 millions est venu s’ajouter entre-temps. « Nous avons sollicité l’aide de la Région, mais pour l’instant, nous n’avons pas de réponse », assure Lionel Quillet.

Contactée par Aqui.fr, la Région n’a pas fourni de plus amples informations. Une réunion à ce sujet serait néanmoins prévue d’ici la fin de l’automne entre les élus. Ce silence renforce l’inquiétude des élus de Charente-Maritime qui se demandent à la fois si on ne va pas leur faire payer la dette du Poitou-Charentes sur ce point, et si la problématique de submersion, moins connue dans le reste de l’Aquitaine, est véritablement une priorité. « Mais nous, on a des habitants à protéger », conclut Lionel Quillet.

(*) Le Département est maître d’ouvrage sur les chantiers des huit bassins de vie concernés par ce premier programme de travaux : Esnandes-Charron, La Flotte-en-Ré, Saint-Clément-des-Baleines, Aytré-Angoulins, Port-des-Barques, Loix, Boyardville, Saint-Trojan.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5579
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !