Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne d'"alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Lutte anti-pollution en mer : Français et Espagnols s'entraînent grandeur nature

25/05/2016 | Le "VN Sapeur" affrété par la Marine nationale au coeur de l'exercice Gascogne 2016

VN Sapeur

Près de 15 ans après la catastrophe du pétrolier Prestige (2002) qui avait souillé la façade atlantique, la coopération entre les différents services de dépollution en mer et à terre s'est considérablement améliorée. Pour preuve, l'exercice de simulation qui s'est déroulé mercredi matin au large du port de Capbreton a fait interagir des navires français, espagnol et européen au côté de chalutiers locaux et de personnels des collectivités locales en formation sur la plage.

Il n'est pas si fréquent de voir d'aussi énormes navires mouiller au large du port de Capbreton. Même à 7 miles de la côte (13 km), les trois bâtiments ne pouvaient pas passer inaperçus. Le BSAD « VN Sapeur » affrété par la Marine nationale venu de Brest, l'Espagnol « Don Inda » de la Sasemar (société étatique de sauvetage et de sécurité maritime en Espagne) et le Motor Vessel « MonteArucas » de l'Agence européenne de sécurité maritime (EMSA) ont ensemble participé à l'exercice Gascogne 2016 qui avait démarré la veille par une assistance à navire en difficulté vers Saint-Nazaire.
Au total dix navires dont des bateaux de pêche de Capbreton et Bayonne, cinq hélicoptères, deux avions dont un espagnol, ainsi que des moyens de secours terrestres ont été mobilisés pour venir à bout des nappes de pollution représentées pour l'occasion par des balles d'écorces de riz colorées. Sur la plage, les hydrocarbures prenaient la forme d'un amas rosé gluant. Un exercice virtuel mais visuel. Petits boudins oranges et filets spéciaux pour les chaluts positionnés non loin des côtes ; plus au large, énorme pompe pour le « VN Sapeur » d'une capacité de stockage de près de 1.000 m3 et gros bras récupérateurs d'hydrocarbures pour le navire de l'EMSA. A chacun sa mission selon ses possibilités. Mais seule la présence de tous peut permettre de lutter efficacement le jour J, entre techniques d'écrémage (trier l'eau de mer du pétrole) ou de dispersion (brasser des produits chimiques pour dissoudre les pétroles légers).

Mobilisation de tous« Le plan Polmar (déclenché en cas de pollution marine accidentelle), c'est une course contre la montre, il faut pouvoir mobiliser tous les acteurs nationaux et internationaux, étatiques et privés pour ramasser le maximum de pollution au large avant qu'elle n'arrive sur les côtes », a expliqué l'Amiral de Oliveira, préfet maritime qui supervisait l'exercice. Les contacts avec les services européens et espagnols sont primordiaux et entretenus toute l'année. L'EMSA peut affréter une dizaine de navires anti-pollution n'importe où sur zone en 24 à 48 heures maximum. Et grâce au plan Biscaye avec l'Espagne, la mise en commun des moyens se fait sous l'autorité d'une seule personne, espagnole si cela se passe au sud et française si c'est ici.
A l'époque du Prestige, « il manquait un partage d'informations et de la communication entre responsables : depuis dix ans, de gros progrès ont été faits », a fait valoir M. de Oliveira, soulignant que l'épisode du Modern Express qui a chaviré et dérivé en début d'année pendant une semaine en Atlantique, a « montré des prises de contact fluides et instantanées ». « On sait à quel point la coordination est essentielle », a aussi relevé la préfète des Landes, Nathalie Marthien qui a salué la mobilisation des chalutiers de Bayonne et Capbreton au côté du maire de la cité portuaire landaise, Patrick Laclédère. « La symbolique de faire participer les populations civiles est essentielle », a-t-elle dit, l'occasion d'appeler aussi les villes littorales à travailler sur les Plans communaux de sauvegarde (plans d'urgence) en les complétant sur le volet Polmar. Dans cet objectif et afin de gérer aux mieux les relations entre les services en mer et les relais à terre en cas de pollution majeure, une trentaine de personnels locaux ont d'ailleurs été formés mercredi aux nouvelles méthodes de dépollution car les matériels utilisés aujourd'hui sont de plus en plus techniques.
Une façon d'anticiper au mieux les futures pollutions qui arriveront sans doute un jour ou l'autre vu le trafic et le gigantisme des bateaux qui se croisent dans l'Atlantique.

 

 

DonIndaEMSAPêcheursexerciceGascognePlageNotreDameCapbretonChalutier Capbreton

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : JD

Partager sur Facebook
Vu par vous
10978
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !