17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/22 | Les anciens de Chatellerault tricotent déjà pour octobre rose

    Lire

    En prévision de la marche Octobre rose du 15 octobre, 9 h 30, place Emile Zola à Châtellerault (Vienne),les résidents des maisons de retraite, foyers logements et EHPAD de la ville, se mobilisent pour tricoter des ouvrages en laine rose qui viendront garnir le tronc des arbres du boulevard Blossac. Cette participation à une action internationale relayée par le club Soroptimist revalorise les personnes âgées et les liens intergenerationnels et stimulent les nouvelles générations à se faire dépister.

  • 18/08/22 | Douzième édition des vergers ouverts sur les coulisses de la pomme

    Lire

    Les pomiculteurs engagés font découvrir les coulisses des pommes écoresponsables. L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) regroupe 300 adhérents représentant 1 400 producteurs. Les vergers à visiter les 27 et 28 août : Scea La Californie, Acharf Essabiri 5480 route des Vergers Grun-Bordas (24) ouvert le 28 août ; Earl de Chantegrolle - SARL Gargouil Éric Gargouil Chantegrolle à Charroux (86) Verger ouvert les 27 et 28 août; Verger de Peyreton Christine Pizzinato, Peyreton Sainte-Bazeille (47) Verger ouvert les 27 et 28 août. http://www.lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

  • 17/08/22 | Fabriquer des dortoirs à osmies (abeilles) à Villenave d'Ornon

    Lire

    Villenave-d’Ornon (Gironde) organise un atelier participatif de fabrication de dortoirs à osmies, le samedi 27 août, de 14 h à 16 h 30, au Square Torres Vedras (7 rue des Peupliers). L’osmie est une abeille sauvage, « abeille maçonne », qui se différencie de sa cousine productrice de miel par son caractère solitaire et inoffensif. Elle fait son apparition très tôt dans la saison, elle est l’un des premiers insectes pollinisateurs d'où son importance. Gratuit, inscription obligatoire (05 56 75 69 85), l'atelier sera animé par l’association « Tous aux abris ».

  • 17/08/22 | Molière à l'aire du 3.0 à Pau

    Lire

    Du 25 au 28 août, à l'occasion des 400 ans de la naissance de Molière et en préfiguration du futur centre de recherche et de création théâtrale de Pau, la manifestation Molière 3.0 rassemblera artistes, spécialistes et grand public. A cette occasion, 3 pièces illustrant la diversité de l'œuvre de Molière seront présentées dans des lieux emblématiques de la ville, des conférences rassembleront artistes et spécialistes du théâtre du XVIIe siècle à la chapelle des Réparatrices du conservatoire, et enfin la médiathèque André Labarrère proposera des projections de documentaires, films et captations de pièces. Infos : www.pau.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Ménigoute : Moteur pour la 35e édition du Festival International du Film Ornithologique

30/10/2019 | La 35e édition du Festival International du Film Ornithologique de Ménigoute se déroule du 29 octobre au 3 novembre. 48 documentaires animaliers sont à découvrir

1

Le Festival International du Film Ornithologique (FIFO) de Ménigoute en Deux-Sèvres a ouvert ses portes ce mardi 29 octobre jusqu’au dimanche 3 novembre. La 35e édition met en avant la nature et les animaux qui la composent. Au total 48 documentaires naturalistes seront diffusés. Au programme, conférences, expositions, sorties, ateliers et animations en tout genre pour découvrir faune et nature sauvage. Petit tour d’horizon de ce festival en lien avec son temps.

Ce mardi 29 octobre. Ménigoute est en pleine effervescence. Sous le chapiteau du forum de 3 000m2, les 200 bénévoles s’affairent pour les derniers préparatifs, notamment dans les stands des exposants. Dominique Brouard, est toujours là, motivé comme chaque année. Le fondateur du Festival International du Film Ornithologique (FIFO) de Ménigoute et directeur de l'association organisatrice Mainate, s’apprête à vivre la 35e édition. « Vous voyez autour de nous, ça s’agite. Il y a beaucoup de jeunes qui donnent énormément d’énergie pour que tout soit prêt ». Car dans un peu moins de quatre heures, le festival va ouvrir et animer jusqu’au dimanche 3 novembre ce village de l’Est des Deux-Sèvres. L’an dernier, près de 25 000 personnes étaient venues assister à ce festival animalier unique en France :  cette semaine, les organisateurs espèrent en accueillir autant. 

Lieu emblématique de l'événement : la salle de projection de 1 100 places ! Où « tout est à voir » selon le directeur de l’association. Soit 48 documentaires, dont 10 courts-métrages. Tous ont un point commun, ils parlent de la nature et des espèces animales qui la composent. Parmi les films en compétition, il y a celui d’un habitué, déjà primé à trois reprises, Jan Haft, One in thousand (séance du 31 octobre à 21 heures), qui parlera d’écosystèmes ; des documentaires d’anciens élèves de l’IFFCAM (Institut Francophone de Formation au Cinéma Animalier de Ménigoute) comme La mécanique du coucou, réalisé par Nicolas Cailleret ou encore celui diffusé en d’ouverture Fort CaracTerre, de Hugo et Nathan Braconnier.

Un film qui raconte le bocage                                                

De quoi les flatter un peu, ces frères originaires de Soudan (Deux-Sèvres). « C’est chouette, confirme Hugo, le coréalisateur. Nous allons montrer un film sur notre nature. Habituellement, dans les films animaliers, les gens voyagent... mais là ce sera local » À moins de 20 kilomètres de Ménigoute, le documentaire aborde l’histoire d’une terre bocagère de 25 kilomètres carré. Un petit endroit où se mélangent activités agricoles et vie sauvage. « L’hiver, la terre y est gorgée d’eau et, l’été, sèche ». Les deux frères ont choisi de raconter leur histoire du point de vue de la terre. Eux qui ont la culture de l’élevage : leur mère est agricultrice. Elle élève des chèvres pour le lait et des moutons pour la viande. Même si Nathan est déjà aide exploitant familial, Hugo, qui donne parfois des coups de main, projette de rejoindre l’exploitation familiale à la retraite de sa mère dans quatre ans. Leur film, a demandé quatre années de travail . « L’idée était de filmer aussi bien les animaux sauvages que domestiques et les agriculteurs. Ceux qui se partagent ce bocage. Nous avons pris le temps d’expliquer à tout le monde, agriculteurs, gens du village notre projet. Certains ce sont même mis après coup à observer la nature avec leurs jumelles », poursuit Hugo Braconnier. « Nous sommes contents du résultat. Nous l’avons fait pour qu’il soit vu et qu’il tourne en région ou même en France ». Cependant, Hugo et Nathan Braconnier ne courent pas forcément après les prix... leur réalisation est un mélange poétique, sensible et engagé. Ils sauront toutefois si leur travail est récompensé samedi 2 novembre au soir lors de la proclamation des prix. « Il y a plein de choses à voir, le programme est remarquable comme chaque année » promet Dominique Brouard. 

Expos et randonnées 

Des expositions sont également programmées, à la fois sous le chapiteau et à la chapelle Boucard. Cette année, l’invité d’honneur est le photographe local, Laurent Baheux. Ses clichés en noir et blanc  sont exclusivement consacrés à la nature et à la faune. Il parvient à saisir des instants de la vie des bêtes. Des conférences sont également organisées et puis quand on demande au fondateur du festival, Dominique Brouard de nous donner quelques conseils il nous guide vers les sorties découvertes. Du mercredi 30 octobre au dimanche 3 novembre, quatorze sont proposées dans le département des Deux-Sèvres et même jusqu’en Charente-Maritime (Iles de Ré et d’Oléron). Mais, ses deux conseils concernent une sortie sur Les Trognes, arbres paysans,  animée par un spécialiste, l’auteur et dessinateur, Dominique Mansion (tarif de 10 euros, rendez-vous samedi 2 novembre à 10h devant la mairie de Ménigoute). « J’ai préparé la sortie avec lui et il raconte l’histoire de notre paysage. Finalement, nous nous rendons compte que tous les arbres ont une histoire. » Autre sortie à ne pas manquer, celle sur les fougères, animée par Michel Bonnessée, botaniste (tarif de 10 euros, rendez-vous dimanche 3 novembre à 10h devant la mairie de Ménigoute). « Elles sont si petits et insignifiantes et pourtant importantes dans notre éco-système », commente Dominique Brouard. Un festival « actif » qui permet aussi de découvrir un peu plus la nature de la région.

Dominique Brouard n’est pas seulement directeur de l’association Mainate et fondateur du festival. Parfois, il passe à l’écriture. Il est le co-auteur du Cas de castor réalisé par Basile Gerbaud. Ce documentaire (hors compétition, diffusé le 1er novembre à 14h30) montre l’exemple du retour sur la plupart des rivières d’une espèce qui a failli disparaître en France. « C’est une belle histoire. Des castors, il en restait seulement au niveau du delta du Rhône vers la Camargue. Ils sont revenus progressivement dans la vallée du Rhône et ses affluents. Il a été réintroduit dans les années 1970 du côté de Blois à la reconquête du bassin de la Loire. Maintenant, il arrive même chez nous en Deux-Sèvres vers Thouars, Airvault ou encore Parthenay où il est présent autour de certains cours d’eau », explique avec passion Dominique Brouard. 

Des ateliers participatifs 

En partenariat avec l’Agence Française pour la Biodiversité, des ateliers participatifs vont être tenus. « Notre public est souvent intéressé par la nature, la biodiversité. Ils y sont initiés alors que certains refusent de regarder la réalité en face et contestent le réchauffement climatique. Le sens du festival est d’essayer de contribuer à apporter des solutions », justifie Dominique Brouard. Ce jeudi 31 octobre de 14h30 à 16h30, il sera question des imaginaires de la biodiversité. Ce sera une sorte d’atelier d’écriture collective autour de la question du futur, de l’évolution de la nature, de la place de l’homme. Il sera possible d’écrire des lettres, des articles de journaux ou tout autre chose originale. Le vendredi 1er novembre sera proposé un biolab. Un laboratoire avec des discussions, des échanges sur la biodiversité et les problèmes environnementaux. Ces échanges seront repris pour le congrès mondial de la nature de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) organisé à Marseille du 11 au 19 juin 2020. 

En attendant, pour découvrir cette nature et ceux qui la composent, il suffit de se rendre au festival international du film ornithologique de Ménigoute jusqu’au dimanche 3 novembre. « Voir un film animalier sur grand écran, c’est rare et appréciable », sourit Dominique Brouard. 

Plus d’infos : www.menigoute-festival.org

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : FIFO

Partager sur Facebook
Vu par vous
12037
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !