Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

07/11/19 : Beynac : Samedi 16 novembre, à 10 heures, un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux est organisé pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

06/11/19 : Petr Drulák, ambassadeur de Tchéquie en France, sera présent à la Maison de l'Europe à Bordeaux le 14 novembre à 19h pour une conférence autour de l'après Révolution de Velours. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/19 | Keolis Bordeaux a un nouveau Directeur général

    Lire

    Eric Moinier a été nommé le 1er novembre Directeur Général de Kéolis Bordeaux. Il succède à Hervé Lefèvre qui a rejoint la SNCF, en vue de sa nomination au poste de directeur régional Nouvelle-Aquitaine à compter de janvier 2020. Agé de 46 ans, Eric Moinier, était depuis 2016, Directeur Général de la filière indienne de Kéolis en charge du lancement puis de l’exploitation du nouveau réseau de métro automatique. A Bordeaux, il aura pour mission de diriger l’exploitation du réseau TBM.

  • 13/11/19 | Les vins de Corrèze conservent leur AOC

    Lire

    En 2014, le Conseil d’État avait interdit la mention « vin paillé » sur les bouteilles de vins corréziennes à la demande de la société de viticulture du Jura. En 2017, les Corréziens avaient contre-attaquer en constituant une AOC de nouveau contestée. Le Conseil d’État vient de rejeter la requête et les vins de Corrèze conservent donc leur AOC !

  • 13/11/19 | Tennis: Llodra, Forget, Clément et bien d'autres font le show à Bordeaux

    Lire

    Michaël Llodra et Lionel Roux, 2 anciens joueurs de tennis professionnels, organisent les 6 et 7 décembre prochains le Bordeaux Mica Challenge, une exhibition de tennis réunissant autour d'eux d'autres grands noms du tennis français: Mansour Bahrami, Arnaud Clément, Guy Forget, Nicolas Mahut et Lucas Pouille. "Quelques sportifs de haut-niveau pas maladroits raquette en main" devraient aussi se joindre à eux, ajoute Mickaël Llodra, soucieux de conserver un peu de suspense... Le rdv est donné au grand public au Palais des sports pour une proximité assurée. Réservations en ligne .

  • 13/11/19 | Beynac :l'association Défendre l'intérêt général en Dordogne interpelle le préfet

    Lire

    Dans une lettre, l'association Défendre l'Intérêt Général en Dordogne a demandé au préfet si la manifestation du 16/11 avait été déclarée et si oui, si sa localisation près de la préfecture, ne posait pas un problème au regard de l'éthique politique. Elle lui aussi demandé qu'elle était la position de l'État qui, selon elle, devrait faire respecter l'État de droit et empêcher les pressions sur la justice. Elle tente toujours d'obtenir une réponse sur l'utilisation du port de l'écharpe tricolore dans de tels rassemblements.

  • 13/11/19 | Beynac : un rassemblement le 16 novembre pour réclamer la reprise des travaux

    Lire

    Le président du Département de la Dordogne, Germinal Peiro, les maires de Périgueux, Bergerac, Nontron et Sarlat, les présidents du Grand Périgueux et de la Communauté bergeracoise, le sénateur PS Claude Bérit-Debat, les patrons des chambres consulaires, une majorité de décideurs économiques appellent les Périgourdins à se joindre au « rassemblement citoyen » organisé le 16 novembre à 10 h, sur les allées Tourny à Périgueux, pour «soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Ménigoute : Moteur pour la 35e édition du Festival International du Film Ornithologique

30/10/2019 | La 35e édition du Festival International du Film Ornithologique de Ménigoute se déroule du 29 octobre au 3 novembre. 48 documentaires animaliers sont à découvrir

La 35e édition du Festival International du Film Ornithologique de Ménigoute (79) se déroule du 29 octobre au 3 novembre 2019

Le Festival International du Film Ornithologique (FIFO) de Ménigoute en Deux-Sèvres a ouvert ses portes ce mardi 29 octobre jusqu’au dimanche 3 novembre. La 35e édition met en avant la nature et les animaux qui la composent. Au total 48 documentaires naturalistes seront diffusés. Au programme, conférences, expositions, sorties, ateliers et animations en tout genre pour découvrir faune et nature sauvage. Petit tour d’horizon de ce festival en lien avec son temps.

Ce mardi 29 octobre. Ménigoute est en pleine effervescence. Sous le chapiteau du forum de 3 000m2, les 200 bénévoles s’affairent pour les derniers préparatifs, notamment dans les stands des exposants. Dominique Brouard, est toujours là, motivé comme chaque année. Le fondateur du Festival International du Film Ornithologique (FIFO) de Ménigoute et directeur de l'association organisatrice Mainate, s’apprête à vivre la 35e édition. « Vous voyez autour de nous, ça s’agite. Il y a beaucoup de jeunes qui donnent énormément d’énergie pour que tout soit prêt ». Car dans un peu moins de quatre heures, le festival va ouvrir et animer jusqu’au dimanche 3 novembre ce village de l’Est des Deux-Sèvres. L’an dernier, près de 25 000 personnes étaient venues assister à ce festival animalier unique en France :  cette semaine, les organisateurs espèrent en accueillir autant. 

Lieu emblématique de l'événement : la salle de projection de 1 100 places ! Où « tout est à voir » selon le directeur de l’association. Soit 48 documentaires, dont 10 courts-métrages. Tous ont un point commun, ils parlent de la nature et des espèces animales qui la composent. Parmi les films en compétition, il y a celui d’un habitué, déjà primé à trois reprises, Jan Haft, One in thousand (séance du 31 octobre à 21 heures), qui parlera d’écosystèmes ; des documentaires d’anciens élèves de l’IFFCAM (Institut Francophone de Formation au Cinéma Animalier de Ménigoute) comme La mécanique du coucou, réalisé par Nicolas Cailleret ou encore celui diffusé en d’ouverture Fort CaracTerre, de Hugo et Nathan Braconnier.

Un film qui raconte le bocage                                                

De quoi les flatter un peu, ces frères originaires de Soudan (Deux-Sèvres). « C’est chouette, confirme Hugo, le coréalisateur. Nous allons montrer un film sur notre nature. Habituellement, dans les films animaliers, les gens voyagent... mais là ce sera local » À moins de 20 kilomètres de Ménigoute, le documentaire aborde l’histoire d’une terre bocagère de 25 kilomètres carré. Un petit endroit où se mélangent activités agricoles et vie sauvage. « L’hiver, la terre y est gorgée d’eau et, l’été, sèche ». Les deux frères ont choisi de raconter leur histoire du point de vue de la terre. Eux qui ont la culture de l’élevage : leur mère est agricultrice. Elle élève des chèvres pour le lait et des moutons pour la viande. Même si Nathan est déjà aide exploitant familial, Hugo, qui donne parfois des coups de main, projette de rejoindre l’exploitation familiale à la retraite de sa mère dans quatre ans. Leur film, a demandé quatre années de travail . « L’idée était de filmer aussi bien les animaux sauvages que domestiques et les agriculteurs. Ceux qui se partagent ce bocage. Nous avons pris le temps d’expliquer à tout le monde, agriculteurs, gens du village notre projet. Certains ce sont même mis après coup à observer la nature avec leurs jumelles », poursuit Hugo Braconnier. « Nous sommes contents du résultat. Nous l’avons fait pour qu’il soit vu et qu’il tourne en région ou même en France ». Cependant, Hugo et Nathan Braconnier ne courent pas forcément après les prix... leur réalisation est un mélange poétique, sensible et engagé. Ils sauront toutefois si leur travail est récompensé samedi 2 novembre au soir lors de la proclamation des prix. « Il y a plein de choses à voir, le programme est remarquable comme chaque année » promet Dominique Brouard. 

Expos et randonnées 

Des expositions sont également programmées, à la fois sous le chapiteau et à la chapelle Boucard. Cette année, l’invité d’honneur est le photographe local, Laurent Baheux. Ses clichés en noir et blanc  sont exclusivement consacrés à la nature et à la faune. Il parvient à saisir des instants de la vie des bêtes. Des conférences sont également organisées et puis quand on demande au fondateur du festival, Dominique Brouard de nous donner quelques conseils il nous guide vers les sorties découvertes. Du mercredi 30 octobre au dimanche 3 novembre, quatorze sont proposées dans le département des Deux-Sèvres et même jusqu’en Charente-Maritime (Iles de Ré et d’Oléron). Mais, ses deux conseils concernent une sortie sur Les Trognes, arbres paysans,  animée par un spécialiste, l’auteur et dessinateur, Dominique Mansion (tarif de 10 euros, rendez-vous samedi 2 novembre à 10h devant la mairie de Ménigoute). « J’ai préparé la sortie avec lui et il raconte l’histoire de notre paysage. Finalement, nous nous rendons compte que tous les arbres ont une histoire. » Autre sortie à ne pas manquer, celle sur les fougères, animée par Michel Bonnessée, botaniste (tarif de 10 euros, rendez-vous dimanche 3 novembre à 10h devant la mairie de Ménigoute). « Elles sont si petits et insignifiantes et pourtant importantes dans notre éco-système », commente Dominique Brouard. Un festival « actif » qui permet aussi de découvrir un peu plus la nature de la région.

Dominique Brouard n’est pas seulement directeur de l’association Mainate et fondateur du festival. Parfois, il passe à l’écriture. Il est le co-auteur du Cas de castor réalisé par Basile Gerbaud. Ce documentaire (hors compétition, diffusé le 1er novembre à 14h30) montre l’exemple du retour sur la plupart des rivières d’une espèce qui a failli disparaître en France. « C’est une belle histoire. Des castors, il en restait seulement au niveau du delta du Rhône vers la Camargue. Ils sont revenus progressivement dans la vallée du Rhône et ses affluents. Il a été réintroduit dans les années 1970 du côté de Blois à la reconquête du bassin de la Loire. Maintenant, il arrive même chez nous en Deux-Sèvres vers Thouars, Airvault ou encore Parthenay où il est présent autour de certains cours d’eau », explique avec passion Dominique Brouard. 

Des ateliers participatifs 

En partenariat avec l’Agence Française pour la Biodiversité, des ateliers participatifs vont être tenus. « Notre public est souvent intéressé par la nature, la biodiversité. Ils y sont initiés alors que certains refusent de regarder la réalité en face et contestent le réchauffement climatique. Le sens du festival est d’essayer de contribuer à apporter des solutions », justifie Dominique Brouard. Ce jeudi 31 octobre de 14h30 à 16h30, il sera question des imaginaires de la biodiversité. Ce sera une sorte d’atelier d’écriture collective autour de la question du futur, de l’évolution de la nature, de la place de l’homme. Il sera possible d’écrire des lettres, des articles de journaux ou tout autre chose originale. Le vendredi 1er novembre sera proposé un biolab. Un laboratoire avec des discussions, des échanges sur la biodiversité et les problèmes environnementaux. Ces échanges seront repris pour le congrès mondial de la nature de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) organisé à Marseille du 11 au 19 juin 2020. 

En attendant, pour découvrir cette nature et ceux qui la composent, il suffit de se rendre au festival international du film ornithologique de Ménigoute jusqu’au dimanche 3 novembre. « Voir un film animalier sur grand écran, c’est rare et appréciable », sourit Dominique Brouard. 

Plus d’infos : www.menigoute-festival.org

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : FIFO

Partager sur Facebook
Vu par vous
4204
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Les 8 326 panneaux photovoltaïques de la centrale de la Massonne à Châtellerault sont particuliers. Ils pivotent en fonction du parcours du soleil. Environnement | 12/11/2019

Grand Châtellerault : la centrale photovoltaïque de la Massonne inaugurée

Emmanuelle Wargon avec Nicolas Vetel Environnement | 10/11/2019

Rochefort s’engage dans la transition énergétique

Présentation rapport maîtrise foncier Ceser Environnement | 24/10/2019

Foncier : 16 propositions pour adopter les bonnes pratiques

Logo zéro carbone Environnement | 21/10/2019

Territoire zéro carbone à La Rochelle : les associations et les entreprises planchent sur les actions de demain

Emmanuelle Wargon a débuté sa visite en Dordogne par le parc photovoltaïque de Faux Environnement | 19/10/2019

Pour Emmanuelle Wargon, "il n'est pas possible d'exclure l'éolien en Dordogne"

Aqui-litt Environnement | 16/10/2019

Comment Aqui-litt surveille l'antibiorésistance sur le littoral néo-aquitain

Balade en pirogue Environnement | 15/10/2019

Water Life Community ou l’art de préserver la biodiversité

Potager d'Eklo Bordeaux Environnement | 11/10/2019

« L’écologie est gravée dans l’ADN de la marque » Stéphanie Petit, responsable marketing chez Eklo

Le projet en 3D Environnement | 11/10/2019

Esprit de Vélox ou la naissance d’un navire de recherches interdisciplinaires

Haut-Béarn : À la forêt du Bitet de Laruns, l’IPHB fait dans le local Environnement | 09/10/2019

Haut-Béarn : À la forêt du Bitet de Laruns, l’IPHB fait dans le local

Citoyenne Solaire mairie de Rhilac Lastours Environnement | 04/10/2019

Cirena ou l'art d'impulser des projets d’énergie renouvelable

Argentat en Corrèze et le fleuve Dordogne Environnement | 27/09/2019

Ressource en eau en Corrèze, la situation s'aggrave

a première journée régionale sur les pollinisateurs a eu lieu le 23 septembre à Angoulême Environnement | 24/09/2019

Continuer à agir pour les pollinisateurs en Nouvelle-Aquitaine et accompagner

centrale blayais vign Environnement | 21/09/2019

Le Blayais : EDF mise sur la mobilité électrique

Il s'agit d'une des plus importantes centrales photovoltaïques au sol de Dordogne Environnement | 19/09/2019

En Dordogne, le domaine d'Essendieras mise sur les énergies renouvelables