Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Mer : "être sérieux et éveiller les consciences"

10/05/2019 | Les premiers États-Généraux de la mer se déroulent à Bordeaux du 09 au 11 mai entre le Musée de la Mer et de la Marine et le fleuve, à bord du Burdigala.

Les intervenants du premier débat des États-Généraux de la Mer

Le Barreau de Bordeaux et l’école des Avocats de Bordeaux organisent les États-Généraux de la mer. L’évènement propose trois jours de conférences et interventions entre terre et mer, au Musée de la Mer et de la Marine de Bordeaux et à bord du Burdigala. Au cours de ces différents temps d’échange, il est question d’enjeu et de stratégie à adopter pour protéger la mer et ses usagers. Le premier atelier des États Généraux de la mer est agrémenté des témoignages de Jean-François Fountaine, maire de La Rochelle et du navigateur Yves Parlier, vainqueur entre autres de la Route du Rhum en 1994.

La mer, un espace de liberté aux forts enjeux économiques, juridiques et écologiques. Que ce soit pour Bordeaux ou la Nouvelle-Aquitaine, la mer, le fleuve et l’océan sont incontournables. C’est pour cela que le Barreau de Bordeaux a décidé d’organiser les États-Généraux de la mer, premiers du nom. Il y est question d’économie, de stratégie à adopter pour protéger l’espace maritime, de droit et d’écologie.

L’ex-députée girondine Marie Récalde, par ailleurs avocate et adjointe au Maire de Mérignac, est à l’initiative des États-Généraux de la mer avec Anne Cadiot-Feidt, présidente de l’École des Avocats Aliénor, et Anne Guérin, Conseillère d’État et Présidente de la Cour d’Administrative d’Appel de Bordeaux. « Je me suis retrouvée dans cette aventure avec l’Ordre des Avocats et la Cour Administrative d’Appel justement parce que nous sommes à Bordeaux, raconte Marie Récalde. C’est une ville maritime. Nous nous sommes aperçus que les avocats et le monde du droit bordelais ne sont pas suffisamment en prise sur les questions maritimes ». Les organisateurs de la manifestation ambitionnent de faire de Bordeaux une place forte du droit maritime. Pour Marie Récalde, cet évènement est destiné aux avocats, même si l’objectif et de provoquer une prise de conscience générale sur les conséquences des actions de l’Homme sur la mer.

Le Bassin d’Arcachon ou le mythe de l’eau pure

A l’occasion des États-Généraux de la mer, plusieurs personnalités ont fait des propositions de mesures à prendre pour protéger l’espace maritime. Parmi eux, le navigateur Yves Parlier insiste sur l’importance de légiférer. « J’ai un grand espoir quant à ces États-Généraux : si Aliénor d’Aquitaine, près de mille ans plus tôt, a posé les bases du code maritime pour protéger les marins des pilleurs, nous ne parlons plus seulement de pilleurs aujourd’hui, mais aussi de pollueurs. Il faut légiférer. Le droit est aujourd’hui le meilleur moteur pour protéger notre planète, que ce soit au niveau national ou régional ».

Yves Parlier

Le navigateur rêve d’ailleurs de ne plus voir de bateau à moteur. Il prend d’ailleurs l’exemple du Bassin d’Arcachon. « Aujourd’hui, 90% des navires tournent à l’énergie fossile. Sur les ports du Bassin, il n’existe aucune distinction entre les bateaux à moteurs et à voile. Imaginez un système de bonus/malus en fonction des équipements plus ou moins polluants et vous avez à terme de quoi bannir les navires polluants ». Yves Parlier estime que les navires devraient se déplacer à l’aide d’un carburant historique : le vent. « En 100 ans, le pétrole a balayé le fait de naviguer au vent. François Gabart a bouclé un tour du monde à la voile en 42 jours, ce n’est pas avec un bateau à moteur que vous y arriverez. Le champ des possibles est là, poursuit Yves Parlier, la technologie et le savoir-faire nécessaires existent déjà, il suffit de laisser la place à l’innovation. Pour cela, nous devons être sérieux et éveiller les consciences ».

La Rochelle : un lourd passé qui pousse à la réflexion

Jean-François Fountaine dispose de plusieurs casquettes à l’occasion des États-Généraux de la mer. A la fois Maire de La Rochelle, port historique du Sud-Ouest, et ancien navigateur émérite, il connaît bien la mer. Selon lui le monde maritime rochelais est caractérisé par différents cycles. « Quand je suis arrivé à La Rochelle, je pensais que tout le monde réfléchissait en ‘maritime’. J’ai eu l’impression que les Rochelais avaient honte de la mer ». En effet, le trafic du grand port maritime de La Rochelle est historiquement lié aux colonies. La période sombre des années 70, avec la crise de la pêche liée à la surexploitation des fonds marins et la fermeture du chantier naval, occasionnant la perte de 1500 emplois, n’ont pas aidé le monde maritime rochelais. « Nous sommes aujourd’hui dans un contexte favorable, rassure Jean-François Fountaine. Nous avons l’occasion de préparer au mieux la pêche de demain et réfléchir aux enjeux du grand port maritime de La Rochelle.

Jean-François Fountaine maire de La Rochelle

Le Maire rochelais donne également plusieurs chemins de réflexion qu’il a l’intention d’emprunter. Pour ce qui est de la pêche, l’ex-navigateur prône l’extensif plutôt que l’intensif. « La pêche de demain doit dépendre des caractéristiques du littoral. Pour ne pas vider notre baie (entre Ré et Oléron), nous ne devons pêcher que ce que nous produisons », précise Jean-François Fountaine. Selon lui, le secteur de la construction navale reprend des couleurs : « le territoire a de beaux-jours devant lui. Jamais autant d’emplois en construction navale n’ont été proposés qu’aujourd’hui ». Sur le volet environnement, le territoire rochelais se veut résilient. « La tempête Xynthia (2010) nous a fait du mal, raconte le Maire de La Rochelle. Nous en avons tiré les leçons et essayons de limiter la hausse du niveau de la mer tout en sensibilisant au maximum les habitants au sort de la planète. Le climatoscepticisme est derrière nous. Les citoyens veulent s’informer et agir pour l’environnement ». Afin d’inscrire la dynamique enclenchée par les États-Généraux de la mer dans la durée, Anne Cadiot-Feidt a émis l’hypothèse de les organiser à La Rochelle en 2020, proposition acceptée par Jean-François Fountaine.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
4080
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !