Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Mise en lumière de l’autoconsommation solaire photovoltaïque par Pascal Latorre

13/06/2014 | Interview de Pascal Latorre, chargé de mission au service climat énergie du conseil régional.

Interview Pascal Latorre

Alors que le débat national bat son plein quant aux projets d’autoconsommation solaires photovoltaïques, l'Aquitaine s’est emparée du sujet en avant-première, dans le but de stimuler l'émergence de nouveaux projets sur son territoire ainsi que d’alimenter les réflexions du groupe de travail national.

C’est ainsi que s’est tenu ce mercredi 11 juin 2014 au centre Condorcet de Pessac, une rencontre réunissant divers acteurs de ces projets d’autoconsommation. Parmi eux, Pascal Latorre, chargé de mission au service climat énergie du conseil régional, en charge des dossiers énergies renouvelables, et plus précisément du solaire photovoltaïque, solaire thermique, énergies marines et éoliennes. 

@qui! : Comment définissez-vous ce terme d’autoconsommation ?
Pascal Latorre :
Pour faire simple, l’autoconsommation c’est la part d’énergie produite qu’on utilise à usage personnel ou interne. Si on produit 100%, on peut consommer 100%. C’est cette part d’énergie que l’on produit et qui est dédiée à des besoins propres de l’activité dans le domaine du bâtiment par exemple, à celle d’un ménage.

@! : Cette année, la région Aquitaine a lancé un appel à projet photovoltaïque en autoconsommation électrique dans le cadre du Défi Aquitaine Climat… Quelles en sont les motivations ?
PL :
Il y a eu plusieurs motivations…Au sens large, la région a une forte compétence en développement économique, et donc il y a la volonté de soutenir les entreprises locales et quelle que soit leur activité.. Deuxième point, on a une action sur les énergies renouvelables, et donc on fait en sorte que ces actions profitent aux entreprises régionales. Le cadre particulier, c’est qu’il y a eu en décembre 2010 un moratoire sur le photovoltaïque, qui a malheureusement mis à mal la filière et ceci a fortement impacté les acteurs économiques locaux. On a donc essayé de trouver des stratégies de développement et de soutien aux énergies renouvelables, particulièrement le secteur solaire pour, à la fois maintenir les investissements et aussi offrir des marchés à nos acteurs locaux. L’idée d’un appel à projet permet de relancer cette filière locale sur un nouveau concept, l’autoconsommation. On a été la première région de France à lancer cet appel à projet et ensuite d’autres régions ont suivi. Je dirai qu’on a mis un coup de pied dans la fourmilière des institutions qui tournaient autour du sujet, puisque la DGEC (Direction Générale de l'Énergie et du Climat) s’ en est emparée à son tour…

@! : Concrètement, comment répondre à cet appel à projet et quels sont les critères de sélection ?
PL :
C’est en allant sur le site du conseil régional dans la rubrique des « aides », que vous pourrez télécharger le document de l’appel à projet ainsi que les annexes à remplir pour permettre de mieux cadrer l’appel à projet. Celui-ci est destiné principalement aux collectivités, entreprises et bailleurs sociaux. Le spectre de la puissance installée va de 10 kilowatt crête à 500 kilowatt crête. On demande un niveau de consommation d’énergie produite à hauteur de 75%, ce qui aujourd’hui est facilement atteignable puisqu’on a des 100% dans certains cas.

@! : L’Aquitaine étant une région assez humide, et le photovoltaïque fonctionnant à l’énergie solaire, celui-ci est-il vraiment une solution efficace en ces territoires ?
PL :
Le photovoltaïque fonctionne au rayonnement, donc se moque totalement de la pluviométrie. Il existe plusieurs technologies amorphes avec des rendements plutôt faibles mais par contre qui sont très adaptés sur des ciels nébuleux, comme on a en Aquitaine. Par contre des technologies au rendement bien supérieur comme les monocristallins ou polycristallins qui ont plutôt besoin de ciel clair ne sont pas forcément adaptées à l’Aquitaine. Cependant, il n’y a pas trop de règles non plus en la matière. Dès lors qu’il y a de la luminosité, les développeurs savent très bien faire les choix sur les différents matériels en fonction  des disponibilités de toiture ou d’environnement.

@! : En termes de chiffre, combien représente l’autoconsommation en Aquitaine ?
PL :
Aujourd’hui l’autoconsommation représenterait un taux de couverture de 20 à 30% des besoins énergétiques journaliers, alors que les consommations de nuit ne sont pas couvertes avec le photovoltaïque… Donc on arriverait à avoir un taux de couverture moyen dans les entreprises voir même chez les particuliers entre 20 et 30% assez facilement dès lors qu’on maîtrise l’énergie…Et ça c’est un gain sur la facture énergétique. Les associations comme le SER (Syndicat des énergies renouvelables)  ou ENERPLAN (syndicat des professionnels de l’énergie solaire) avancent le chiffre au niveau national de 5 à 6% d’effacement énergétique, c’est à dire la part qui serait absorbée par le photovoltaïque et donc qu’éviterait de fournir le réseau traditionnel.

@! : Le paquet énergie climat prévoit de porter en 2020 à 23% en France la part des énergies renouvelables…Cet objectif sera-t-il atteint à la région ?
PL :
Ces valeurs dans le cadre du schéma régional climat air et énergie ont été portées à 30% en Aquitaine. Ceci prend en compte le bois énergie, l’éolien, la géothermie, l’utilisation du bio gaz, le solaire thermique et photovoltaïque…Toutes ces productions devraient fournir, en 2020, 30% des besoins en Aquitaine. Actuellement nous sommes à 16%. Ce chiffre ne sera atteignable que si l’on réduit la part des énergies fossiles, donc on ne peut pas dissocier la maîtrise des énergies de la production des énergies renouvelables. Il ne faut pas retomber dans la corrélation que l’on faisait lors des trente glorieuses entre les besoins énergétiques et la progression du PIB. Aujourd’hui, ce volet doit être cassé en réduisant la consommation intrinsèque des utilisateurs pour réduire les consommations énergétiques qu’elles soient électriques, gazières ou pétrolières. Dans cette configuration, naturellement la part des énergies renouvelables croîtra tandis que la part de la consommation baissera.

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : Lucy Moreau

Partager sur Facebook
Vu par vous
7221
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !