23/09/17 : Le salon nautique le Grand Pavois se tiendra du 27 septembre au 2 octobre au port des Minimes de La Rochelle. 750 bateaux sont à découvrir dont une centaine de nouveautés en avant première mondiale.

22/09/17 : Le réalisateur Antoine de Maximy (J'irais dormir chez vous) sera présent pour le lancement du feestival Les Nouvelles Explorations à Royan le 4 octobre, au palais des congrès. Il sera en compagnie du photojournaliste Réza.

22/09/17 : Loi travail : ils étaient entre 600 et 700 à manifester contre le projet de réforme hier à La Rochelle contre les 1500 à 3000 du 12 septembre.

21/09/17 : Ce jeudi, entre 3000 et 10000 personnes ont défilé dans les rues de Bordeaux à l'appel de plusieurs syndicats, dont la CGT et FO dans les rues de Bordeaux pour protester contre la loi travail, une mobilisation moins importante que celle du 12 septembre.

20/09/17 : La CGT et la FSU appellent les salariés à une nouvelle journée d’action ce jeudi contre la réforme du Code du travail. En Dordogne, trois manifestations sont organisées : à 10 h 30 à Périgueux, à 15 h 30 place du 14-Juillet à Sarlat et à 17 h à Bergerac.

20/09/17 : Les mesures acoustiques le long de la LGV Tours-Bordeaux ont démarré hier. Au total 231 points seront contrôlés par le CEREMA de Blois et Bordeaux pour vérifier la conformité acoustique des habitations exposées et l’efficacité des protections installées

20/09/17 : Elections sénatoriales. Les députés lot-et-garonnais LREM apportent leur soutien aux candidates investies par le parti, C. Griffond et M-F Salles qui « sont les deux seules candidates désignées par la Commission nationale d’investiture ».

20/09/17 : La préfecture de la Dordogne modifie ses horaires d'ouverture : l'accueil du public se fera les lundi et vendredi 8h30 – 12h et le mercredi de 8 h 30 à 12 h. Les guichets permis de conduire et cartes grises seront fermées les mardi et jeudi.

20/09/17 : Brive accueillera le samedi 23 septembre place du Civoire son premier salon de la bière locale et artisanale. Cinq brasseries artisanales viendront de Dordogne.

19/09/17 : Journée européenne des langues. Pour l'occasion, la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne organise un World café le mardi 26 sept de 14h à 17h, dans ses locaux pour échanger en anglais, espagnol, italien, allemand et s'informer sur "SO MOBILITÉ".

18/09/17 : C'est un gros coup pour la future Arena de Floirac. Ce lundi, elle a annoncé la venue le 4 avril prochain du groupe de rock américain Imagine Dragons. Les premiers billets seront disponibles à la vente vendredi 22 septembre, et les préventes dès mercredi.

- Multivote -
Le Grand Poitiers - Rentrée Universitaire 2017
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/09/17 | Alain Rousset récompensé pour la Pau-Canfranc

    Lire

    Mardi 26 septembre, à Saragosse, Alain Rousset, se verra remettre une distinction par le journal Heraldo de Aragón qui récompense une personnalité extérieure oeuvrant au développement de l'Aragon. Une manière de saluer l’engagement du Président du Conseil régional en faveur de la liaison ferroviaire Pau - Saragosse, aux côtés de l'Aragon. Un engagement, "une obstination" pour d'autres, passant par la fameuse réouverture de la section Bedous–Canfranc, pourtant loin de faire l’unanimité de ce côté ci de la frontière…

  • 22/09/17 | A la découverte du télégraphe de Chappe à Villeneuve-sur-Lot

    Lire

    Le service des Archives municipales et l’association des Amis des moulins de Lot-et-Garonne (ADAM 47) organisent un atelier autour du télégraphe de Chappe. Là, les participants découvriront le fonctionnement de cette invention, les éléments qui restent encore visibles dans le département, et apprendront à s’en servir : envoyer des messages, et décoder les messages. Cette animation gratuite se déroule le 26 sept (14h-17h) aux Archives municipales à Villeneuve/Lot.

  • 20/09/17 | La Silver Economie à l'honneur à La Réole

    Lire

    Ce jeudi 21 et vendredi 22 septembre à la Réole (Gironde) se tient la 2ème édition du Salon de la Silver Economie. Au programme, à destination des seniors: tables rondes, rencontres, débats, offres d’emploi etc. Avec l’aide des élus, le Pays Sud Gironde se mobilise pour faire du vieillissement de sa population une source de création de richesse et d’emploi autour de trois piliers majeurs : habitat, technologie et métiers. Un élan vers plus de solidarité intergénérationnelle.

  • 20/09/17 | Crise aviaire: une pétition de la FDSEA-JA des Landes pour soutenir les éleveurs

    Lire

    Après plusieurs blocages de routes et barrages filtrants ces 15 derniers jours, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs des Landes viennent de lancer une pétition en ligne pour demander au gouvernement l'indemnisation des producteurs de canards sur la réalité des pertes, y compris au-delà du 29 mai, date de la reprise d'activité post-grippe aviaire. Manque de canetons et perte de débouchés font qu'un retour à la normale ne sera possible qu'en fin d'année. La pétition sur mesopinions.com objet canards

  • 20/09/17 | Toques et porcelaine à Limoges, les 22, 23 et 24 septembre

    Lire

    La 7e biennale « Toques et porcelaine » se tient à Limoges le week end prochain. A cette occasion, les produits régionaux de Nouvelle-Aquitaine s’uniront aux arts de la table pour célébrer cet événement gastronomique. Cette manifestation propose un dialogue entre contenant et contenu, produits gastronomiques et arts de la table, inventivité des chefs et créativité des porcelainiers. Au menu, des démonstrations de chefs, dix masterclass, des ateliers d’œnologie animés par des chefs et des sommeliers professionnels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Montardon : une nuit pour l’agro-écologie

21/06/2016 | Comment nourrir la planète tout en respectant l’environnement ? Un débat citoyen est organisé le jeudi 23 juin au lycée agricole de Montardon

Xavier Arnauld de Sartre (à g.) et Guy Estrade, président de la Chambre d'agriculture

Notre société demande aux agriculteurs de respecter l’air, l’eau et le sol. Mais ces derniers pourront-ils produire suffisamment de nourriture pour nourrir la planète au XXIe siècle ? Avec quel modèle agricole ? Ces questions figurent au cœur de la soirée ciné-débat organisée le jeudi 23 juin à 20h30 au lycée de Montardon dans le cadre de la « Nuit de l’agro-écologie ». Une occasion pour la Chambre d’agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Agro Réseau 64 d’évoquer les initiatives prises sur le terrain, mais aussi de soulever quelques questions de fond avec l’aide de Xavier Arnauld de Sartre, géographe à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Initiée par le gouvernement dans un pays où les surfaces agricoles représentent les deux tiers du territoire national, la Nuit de l’agro-écologie propose au grand public de réfléchir à la manière dont l’agriculture peut concilier le respect de l’environnement et le rendement économique. Une interrogation qui parle aux Pyrénéens.

« Voici quatre ans, nous avons a lancé un projet Agro-réseau. Celui-ci témoigne de notre volonté d’accompagner des groupes d’agriculteurs qui veulent poser un autre regard sur le lien existant entre la nature et leur mode de production. » explique Guy Estrade, le président de la Chambre d'agriculture.

« Toutes les filières sont concernées. On s’intéresse aussi bien aux méthodes de pâture qu’à la fauche, aux différentes variétés d’herbes, aux grandes cultures et aux couverts végétaux, avec une prise en compte de plus en plus importante de la vie du sol. Il ne s’agit plus de travailler simplement ce dernier mais de travailler avec lui ».

Une réflexion à laquelle Xavier Arnauld de Sartre, chargé de recherche au CNRS, s’associe volontiers. Jeudi soir, celui-ci interviendra au lycée agricole de Montardon aux côtés de deux exploitants, Jean-Marc Couturejuzon et Laurence Cruzalèbes.

La dynamique du vivant« Tout le monde a compris que l’agriculture conventionnelle a atteint une limite, qu’il faut augmenter la production mais que l’on arrive à un palier en matière de rendements » explique-t-il.

Or, après avoir vu leurs méthodes de travail être simplifiées dans les années 50, et standardisées au niveau de la planète,  les paysans sont aujourd’hui tenus d’intégrer «la dynamique du vivant » . Ce qui rend leur tâche plus complexe. D'autant plus que la rentabilité n’est pas forcément acquise.

« On leur demande de réapprendre le vivant tout en augmentant la production et en préservant leurs marges. Cette complexification, que l’on a appelée l’agro-écologie, nécessite d’adapter les techniques agricoles aux milieux dans lesquels on produit et non l’inverse. Et cela, mine de rien, c’est révolutionnaire».

Donner du poids aux initiativesLes expériences menées sur le terrain par de nombreux groupes d’agriculteurs jouent ici un rôle important, reconnait le chercheur. « Le ministère l’a compris et c’est ce qu’a fait Agro-réseau, avec des gens qui se sont réunis de manière spontanée. Des agriculteurs comme ceux-là, il y en a plein en France. Il faut les structurer, les labelliser, les rendre visibles pour qu’ils puissent recevoir des crédits et s’améliorer. Afin que l’on sorte des vieux poncifs, comme celui d’agriculteur-pollueur ».

De là à penser que toute la machine est  en marche serait cependant aller vite en besogne. « Il a fallu au moins 25 ans pour passer des méthodes des années 50 à la biochimie. Les choses ne vont pas bouger du jour au lendemain » estime Guy Estrade. «Ce qui est important, c’est que l’on passe d’une dynamique pyramidale descendante à un mouvement qui donne plus de poids à l’initiative. Le rôle des organisations professionnelles est de l’accompagner. »

« N’oublions pas que, dans les Pyrénées-Atlantiques, un agriculteur sur deux a plus de 50 ans et que, pour certains, la remise en cause de leur activité, est plus difficile. Ce qui n’empêche pas toutes ces réflexions d’intégrer des jeunes et des gens plus âgés. Aujourd’hui, on voit des agriculteurs soucieux du devenir de leur sol, du maintien de la fertilité. Une fertilité qu’il est essentiel de transmettre ».

 Sans les prix, rien ne se feraDeux autres réalités sont soulignées par Xavier Arnauld de Sartre. « Si nos agriculteurs ont les pratiques actuelles, c’est aussi parce qu’elles vont dans un sens qui leur a été indiqué. Pour changer quelque chose, il faut d’abord en connaître la logique. On ne peut pas changer les acteurs sans changer les règles ».

« Par ailleurs, toutes ces démarches restent très fragiles. On a beau avoir toute la bonne volonté que l’on veut, si on ne parvient pas à toucher au levier des prix, on n'arrivera à rien. Là, ce n’est pas l’Etat qui a la main, plutôt l’Europe et surtout l’Organisation mondiale du commerce ».

Pour en savoir plus : http://www.agroreseau64.fr/

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
5274
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !