Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni ce jour les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Ce mercredi Jean-René Etchegaray en présentera les pistes.

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Musée des tumulus de Bougon : Félix va vous faire aimer les mammouths

26/03/2019 | Félix, le mammouth va être l'une des attractions phares de l'exposition proposée par le musée des tumulus de Bougon intitulée "Au temps des mammouth"

Félix, le mammouth, a été assemblé en moins de deux heures au musée des tumulus de Bougon.

Le musée des Tumulus de Bougon (Deux-Sèvres) accueille un invité très imposant. Il mesure plus de trois mètres de haut et sera l’une des pièces maîtresses de la prochaine exposition qui s’intitule « Au Temps des mammouths ». Vous l’aurez compris, Félix est un mammouth laineux qui vivait il y a plus de 20 000 ans. Rencontre avec son créateur, un taxidermiste retraité du muséum d’histoire naturelle de Paris. Il est spécialement venu à Bougon pour orchestrer l’installation minutieuse de son mammouth. Le pachyderme sera à découvrir du vendredi 5 avril jusqu’au dimanche 3 novembre.

Il s’appelle Félix. Il a plutôt un nom de félin. Mais il est bien plus vieux, et surtout bien plus imposant. Félix est un mammouth, il vient d’élire domicile jusqu’au 4 novembre prochain au musée des Tumulus de Bougon dans les Deux-Sèvres. Cet ancêtre des éléphants a été conçu en 2003 par Jack Thiney, un taxidermiste spécialisé en reconstitution des grands spécimens, pour une exposition « Au Temps des mammouths » au muséum d’histoire naturelle de Paris. « Il aurait dû rejoindre la galerie paléontologie du muséum, explique le père du mammouth. Il est finalement resté comme pièce d’appel de l’exposition ». Ce mastodonte a donc fait le tour de France et même du monde.

Jack Thiney, taxidermiste, a bénéficié du renfort des agents du département des Deux-Sèvres pour assembler son mammouth

L’assemblage est méthodique. Les pièces doivent s’emboîter au millimètre près. Alors que le tronc du pachyderme est soutenu par les poutres du bâtiment, dessous, six personnes, dont le taxidermiste et des agents territoriaux du département des Deux-Sèvres, positionnent méticuleusement les pattes. La reproduction de ce mammouth mâle adulte pèse tout de même plus de 500 kg et culmine à plus de trois mètres quarante de haut. Il faudra à peine plus de deux heures pour assembler Ies neuf pièces qui composent Félix. Jack Thiney mène l’exercice à la baguette. « C’est le treizième montage depuis 2003. J’ai avalé les plans. Personne ne peut le faire à ma place. », dit-il avec humour. 

Un mammouth conçu avec précision

Jack Thiney est un ancien taxidermiste spécialisé en reconstitution des grands spécimens du muséum d’histoire naturelle de Paris. Aujourd’hui, retraité, il reste donc encore actif. « On m’invite à suivre Félix partout où il se rend. Je suis son cornac (NDLR celui qui soigne et conduit un éléphant) ». Et bien plus qu’un soigneur, il est surtout son concepteur. Il a fallu entre 4 et 6 mois au taxidermiste pour réaliser ce mammouth laineux mâle adulte. « J’ai pris pour base un squelette exposé au musée royal de Bruxelles. » Le corps est sculpté en résine époxy, l’ossature est faite de tubes carrés métalliques. Le volume est réalisé grâce à du polystyrène spécial. Quant aux défenses, il s’est inspiré de celles qui étaient exposés à la galerie paléontologie du muséum d’histoire naturelle de Paris. Elles mesurent tout de même deux mètres quatre-vingts de long. Jack Thiney a également bénéficié des connaissances scientifiques de spécialistes de renom. Félix est la plus grande reproduction de mammouth de France. « J’ai essayé de faire attention à l’aspect scientifique. J’ai fait superviser la maquette par Pascal Tassy, un  spécialiste de l’espèce. Au moment où je fabriquais Félix j’ai eu de la chance. Un colloque mondial sur les éléphants était organisé, j’ai pu présenter mon travail à trois professionnels ». Ces derniers lui ont fait opérer quelques changements notamment sur la taille des oreilles qui étaient trop grosses. Enfin, la spécificité du mammouth reste ses poils laineux. « La fourrure est synthétique. Elle a été conçue sur mesure aux États-Unis. Il s’agit d’un mélange de feutre, de jarres de trente centimètres et de poils à la fois noirs, bruns et blancs. Cela donne de la profondeur et du réalisme », explique le taxidermiste. 

Dans sa carrière professionnelle, Jack Thiney a naturalisé des girafes, des guépards, des tigres, des hippopotames, des dromadaires et des éléphants. D’ailleurs, la réalisation qui l’a le plus marqué est celle de l’éléphant d’Asie, Siam, à la fin des années 1990. Il était né en 1946 en Inde et avait rejoint le zoo de Vincennes en 1964. Un éléphant imposant de six tonnes. « J’avais une lourde responsabilité, se souvient-il. Par rapport au mammouth, c’est un animal que les gens connaissaient. Il fallait respecter sa personnalité. » Aujourd’hui, Siam est toujours présent au muséum d’histoire naturelle de Paris.  Le taxidermiste a réalisé également un deuxième mammouth plus petit. « J’ai participé à la conception de celui exposé à la grotte Chauvet », précise-t-il avec passion.

A gauche, Jack Thiney, le taxidermiste qui a conçu Félix et à droite Elaine Lacroix, directrice du musée des tumulus de Bougon

Retour "Au temps des mammouths"

Après deux heures de montage, il tient tout seul. La directrice du musée des Tumulus de Bougon, Elaine Lacroix, y met également du sien. « Je passe un coup de peigne », s’exclame-t-elle toute guillerette en peignant à l’aide d’un balai les poils du mammouth laineux. Cela faisait quinze ans qu’elle rêvait d’accueillir l’exposition « Au Temps des mammouths ». La directrice l’avait découverte au muséum d’histoire naturelle de Paris. « J’en rêvais de Félix. Le muséum d’histoire naturelle de Paris cherchait à le vendre car il prend de la place et l’exposition circule de moins en moins. Il y a trois ans, ils m’ont demandé si nous pouvions le garder. Nous l’avons stocké dans un grand local au département des Deux-Sèvres. » Félix avait revu le jour pendant quelques mois au musée de la préhistoire des Eyzies (en Dordogne). Durant huit mois, il élira domicile dans les Deux-Sèvres au musée des Tumulus de Bougon. Elaine Lacroix ne doute pas qu’il attirera les foules. « Je vous dis que Félix va faire parler de lui. Ce sera la figure de proue de l’exposition ». Elle est encore en pleine installation. Il a fallu trois camions de dix-neuf tonnes pour amener toutes les pièces. Parmi elles, 279 ossements de mammouths qui forment la hutte de Myzin. « Les équipes du musée ont adapté l’exposition et dressent les vitrines dans lesquelles il y aura des défenses prêtées par des collections particuliers, il y a aussi des os et des molaires », précise la directrice. L’environnement des mammouths sera abordé à l’aide de panneaux, des modules, des films et de jeux interactifs. « On a gardé les concepts de la première exposition à Paris ». Celle du musée des Tumulus de Bougon se déroule du 5 avril au dimanche 3 novembre 2019. L’occasion pour tous de découvrir ce pachyderme qui vivait il y a 20 000 ans. 

Ce sera aussi la dernière sortie pour Félix qui a trouvé un nouveau lieu d’accueil. Après avoir parcouru le monde (il est allé avec l’exposition en Nouvelle-Zélande, en Australie et en Nouvelle-Calédonie), il reviendra en Dordogne, au musée de la préhistoire des Eyzies qui l’a finalement acheté. 

Exposition "Au Temps des mammouth" à découvrir du 5 avril au 3 novembre au musée des Tumulus de Bougon. Plus d'informations : tumulus-de-bougon.fr 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6724
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !