Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/06/21 : Météo France vient de placer le département de la Gironde en vigilance ORANGE pour les risques d’orages et de pluie-inondation. Cette alerte est valable à partir de ce jour 16h00 jusqu’à vendredi 00h00.

17/06/21 : La kayakiste périgourdine Manon Hostens est qualifiée pour les Jeux Olympiques de Tokyo cet été sur trois bateaux, K4, K2 et K1. Les épreuves se dérouleront entre le 3 et le 8 août.

14/06/21 : La 65ème édition du Concours de Bordeaux s’est tenue du lundi 31 mai au mercredi 9 juin. 1 084 médailles ont été attribuées sur les 3 565 vins candidats soit 30,4%: 432 médailles d’Or, 454 médailles d’Argent et 198 médailles de Bronze. + d'info

10/06/21 : Au mois de mai, 334 projets en Nouvelle-Aquitaine ont été sélectionnés pour bénéficier de fonds européens pour un montant global de 56.2 millions d'euros. Parmi eux, 231 projets sont dans le cadre des programmes européens de développement rural.

09/06/21 : Dans le cadre du Mois des fiertés, le Département de la Gironde et les partenaires associatifs proposent des actions d'information et de dépistages gratuits du Sida (résultats en 30 min) samedi 12 Juin 2021, de 11h à 18h Placette Munich.

09/06/21 : Le CHU de Bordeaux lance sa plateforme de don en ligne sur le site don.chu-bordeaux.fr. Accessible à tous (particuliers, entreprises, associations) il permet de faire un don en ligne, au profit du CHU de Bordeaux, de manière totalement sécurisée. + d'info

31/05/21 : En Dordogne, l’ex-militaire recherché par les forces de l’ordre a été arrêté ce lundi. Il est blessé par balles. Il était recherché depuis dimanche après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales à Lardin-Saint-Lazare (24).

28/05/21 : Le Conseil régional indique que les inscriptions aux transports scolaires pour la rentrée 2021-2022 s'ouvrent au 1er juin. L’inscription et le paiement peuvent être directement réalisés en ligne.+ d'info

17/05/21 : L'Hermione repartira au printemps 2022, annonce ce soir l'association Hermione La Fayette. La frégate fera escale dans quatre pays du nord de l’Europe : l’Angleterre (Londres), la Belgique (Anvers), les Pays-Bas (Amsterdam), l’Allemagne (Hambourg).

17/05/21 : En solidarité avec les cafetiers et restaurateurs, la Ville de Pau poursuit l'effort porté l'an dernier : ils seront exonérés à 100% de la redevance sur les terrasses du 19 mai à fin juin, puis à 50% de juillet à la fin du protocole sanitaire.

10/05/21 : En soutien au secteur de la restauration, la Ville de La Rochelle a décidé de reconduire les extensions de terrasses et accorde une exonération de droits jusqu’au 30 juin avec une gratuité des extensions jusqu’au 31 décembre, à partir du 19 mai.

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/06/21 | Mérignac : dimanche dernier jour de vote pour le budget participatif !

    Lire

    Dans le cadre de son budget participatif, la Ville Mérignac (33)consacre une enveloppe de 350 000 euros pour réaliser les projets qui auront reçu le maximum de votes en ligne. Dans ce cadre, 51 projets aux thématiques diverses ont été proposés par les Mérignacais : éducation, environnement, numérique, jeunesse, culture, patrimoine, cadre de vie, mobilités... A ce jour près de 6000 votes ont été enregistrés sur le site dédié, pour ceux qui n'auraient pas encore voter, il ne reste plus que 4 jours pour découvrir et voter pour vos projets préférés! Rdv sur budgetparticipatif.merignac.com

  • 17/06/21 | Corrèze : Des Tiny House au Castang

    Lire

    Suite à la reprise de Tiny Eco.Rrèze, les nouveaux repreneurs souhaitent développer une nouvelle activité : la construction et la vente de tiny house, les mini-maisons roulantes fabriqués uniquement avec des produits locaux. Au coeur de ce projet, l’approche écologique avec des toilettes sèches, un traitement des eaux grises par phytoépuration notamment. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 8 000 €.

  • 17/06/21 | Creuse : Une médiathèque à Boussac

    Lire

    La Communauté de communes Creuse-Confluence souhaite réunir à Boussac, dans le bâtiment de La Poste, différents services pour la population, les touristes et les entreprises. La bâtiment va donc être réhabilité afin d’accueillir une médiathèque, un espace de travail partagé, un bureau d’information touristique ainsi qu’une Maison des services au public.

  • 16/06/21 | Limoges : un marché Pain, Bière et Fromage !

    Lire

    Les 18 et 19 juin, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et la Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne organise la 6ème édition du marché « 100 % Artisans & Producteurs locaux ». Une vingtaine d’artisans, d’exposants et de producteurs fêteront l’arrivée de l’été avec les productions locales et artisanales. Galétous et tartines de fromages, bagels de saumons, limonades, sirops, crêpes… seront à déguster grâce à des mange-debout et tables mises à disposition sur le parvis de la cathédrale. A l'honneur particulièrement les artisans brasseurs, boulangers et affineurs de fromages.

  • 16/06/21 | « Bees for Life » lutte contre les frelons asiatiques

    Lire

    Dans les Landes, le projet « Bees for Life », porté par la société de conseil de Lionel Willaert, développe une solution globale pour lutter contre les frelons asiatiques notamment en cartographiant les nids sur le territoire. Aujourd’hui, le projet de R&D vise à actualiser la solution logicielle avec les données collectées en 2019-2020 et à réaliser de nouvelles captations en 2021. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’accompagner ce projet à hauteur de 53 000 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Naufrage du Grande America : Oléron prête à recevoir des oiseaux mazoutés

20/03/2019 | Sur Oléron, le centre de sauvegarde du marais aux oiseaux de Dolus est prêt à accueillir 200 à 300 oiseaux en cas d’arrivée des nappes de fioul sur nos côtes

Le centre de sauvegarde du Marais aux oiseaux de Dolus soigne en moyenne 1200 oiseaux par an

« Est-ce qu’on est prêt ? L’est-on jamais assez, dans ce genre de conditions ?». Si le responsable du centre de sauvegarde de la faune sauvage du Marais aux oiseaux Christian Bavoux ironise un peu ce matin là, c’est parce qu’il se souvient des conséquences des naufrages de l’Erika, puis du Prestige, sur les populations d’oiseaux - 74 000 volatiles mazoutés recueillis en 1999 dans les divers centres de collecte ou de sauvegarde du pays ; 250 à 300 000 retrouvés morts sur l’ensemble des 400km de côtes touchées, selon la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO).

Une hécatombe qui ne devrait pourtant pas se reproduire au vu du peu de fioul contenu dans les cales du Grande America (2200 t), comparé aux dizaines de milliers déversés par les pétroliers qu’étaient L’Erika et Le Prestige. Si les résidus de fioul perdus par le Grande America devraient plutôt arriver sur nos côtes sous forme de boulettes (lire les dernières mises à jour), le mazoutage d’oiseaux par des flaques résiduelles ne reste pas exclu. Principe de précaution oblige, l’unique centre de sauvegarde des oiseaux sauvage de Charente-Maritime (celui de la LPO est à Audenge près d'Arcachon, ndlr) se tient donc prêt à accueillir jusqu’à 200 à 300 oiseaux selon leur envergure. « En cas de marée noire, les premiers touchés sont les alcidés (qui plongent dans l’eau pour se nourrir, ndrl) comme les guillemots et les macareux », explique Christian Bavoux, « puis les oiseaux limicoles qui se nourrissent sur l’estran, comme les bécasseaux, les courlis, les chevaliers et les huîtriers. Tout dépend comment le mazout va se déplacer ».

Le nettoyage du mazout : un protocole long et délicat

D’ordinaire, les oiseaux malades ou fatigués retrouvés sur nos côtes sont amenés au centre par des promeneurs. « L’idéal dans ces cas là, c’est de mettre des gants pour se protéger d’éventuels coups de griffes ou de becs, de mettre l’oiseau dans une couverture ou dans un carton fermé, avec des trous sur les côtés et du papier journal au fond, et de nous les amener », poursuit Christian Bavoux, « mais en cas de mazoutage, c’est différent. Tout dépend de ce que nous dira la préfecture maritime du niveau de toxicité du produit lorsque cela arrivera ».

Christian Bavoux et Catherine Lemarchand

Christian Bavoux et Catherine Lemarchand devant les volières du centre.

Une fois pris en charge, les oiseaux mazoutés ne sont pas immédiatement lavés. « On commence par les réchauffer en les plaçant dans un box muni d’une lampe à infrarouge, afin qu’ils retrouvent leur température corporelle. Puis on leur donne à boire et à manger », explique l’une des soigneuses, Catherine Lemarchand, « une fois qu’ils ont repris des forces, généralement au bout de deux ou trois jours, on les lave avec un savon très doux type savonnette pour bébé, car il n’existe pas de savon spécial pour oiseaux ! L’opération dure trente minutes, pas plus, car même en étant très précautionneux, le nettoyage stresse l’animal. Or, le stress est une des causes principales de mortalité. Il vaut donc mieux y aller par étapes. »  Les survivants du mazoutage restent généralement deux à trois mois en convalescence au centre. Mazoutés ou non, les oiseaux présentant des fractures ou des blessures nécessitant une intervention chirurgicale sont pris en charge par le vétérinaire bénévole du centre, le Dr Lagadec, basé à Le Château, commune limitrophe de Dolus. Malgré des normes d’hygiène digne d’un hôpital, le centre de sauvegarde ne possède pas d’agrément pour des opérations. « C’est un centre de soins et de bien-être de la faune sauvage, pas un cabinet vétérinaire », précise Christian Bavoux, dont le centre accueille aussi de petits animaux comme les hérissons ou les renards.

Les nouvelles volières du centre

Les nouvelles volières installées fin 2018 vont permettre d'accueillir des oiseaux de grande envergure, type rapace ou cormoran.

« Des champions olympiques de la survie »

Pour ce nouvel épisode de pollution maritime, les 5 membres de l’équipe de Christian Bavoux vont être renforcés par une soigneuse supplémentaire venue d’un autre centre, et de quelques bénévoles de la SPA de Saintes. « Sur le plan technique et matériel, nous sommes prêts », affirme Christian Bavoux, « depuis le naufrage, nous nous préparons : nous avons aujourd’hui tout ce qu’il faut en moyens de contention, de chauffage, de litières, de produits de soin et d’alimentation. » De nouvelles volières ont été fort heureusement installées fin 2018, permettant d’accueillir notamment des oiseaux de grande envergure. Le centre a relâché la plupart de ses convalescents la semaine dernière, aussi bien pour faire de la place que pour leur laisser le temps de partir avant l’arrivée d’une éventuelle marée noire. « Et aussi parce que c’est le printemps », précise Christian Bavoux, qui se réjouit de ce changement de saison : « Normalement, la plupart des oiseaux en migration sur notre territoire sont déjà repartis, ce qui devrait permettre de limiter les pertes ». Il ne se fait cependant aucune illusion : « Dans le cas d’une marée noire, seuls 7 à 10% des oiseaux mazoutés réussissent à survivre. Le démazoutage reste une opération longue et délicate ». Si le centre arrive globalement à sauver chaque année 20% de ses pensionnaires volants, le taux de survie reste très variable selon les espèces et l’état de santé de l’animal. « Les oiseaux marins sont des champions olympiques de la survie. Souvent, quand on les retrouve sur nos plages, ils ont déjà lutté un moment et ils sont épuisés, voire mourants. Les plus faibles meurent quelques jours après leur arrivée au centre.»

L’équipe du centre se réjouit néanmoins de l’intérêt grandissant du public pour les oiseaux. Depuis le naufrage, le personnel a reçu de nombreux appels pour des renseignements ou des propositions d’aides. Et la consultation de leur page Facebook est passée de moins de 5000 vues à plus de 15 000. Une veille téléphonique avec des amplitudes horaires plus larges a également été mise en place.

Note / Centre de sauvegarde de la faune sauvage du Marais aux oiseaux de Dolus d’Oléron, Tel :  05 46 75 37 54.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5319
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !