15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Odeurs et irritations : le bassin de Lacq cherche mais ne trouve pas

21/08/2015 | Le plan d’actions immédiat déclenché par la préfecture pour définir l’origine des nuisances dénoncées sur le bassin de Lacq n’a encore rien donné

Les enquêtes menées sur le terrain n'ont encore révélé aucune piste solide

Des odeurs jugées insupportables ainsi que des irritations de la peau et des poumons ont été dénoncées à partir du mois de juin par des riverains du bassin industriel de Lacq. Cette pollution a amené la SEPANSO à déposer une plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui, tandis qu’une action en justice devrait également être engagée par une dizaine de riverains. Dans un premier temps, une fosse contenant du soufre liquide, et dont le toit était dégradé, avait été incriminée. Mais on ignore en fait toujours l’origine des nuisances. Face à un mécontentement montant, la préfecture confirme qu’un « plan d’actions immédiat » a été lancé.

Celui-ci a été défini par un groupe de travail dans lequel figurent les services de l’Etat, des industriels ainsi que les élus concernés. Il se décline de trois manières.

Les riverains interrogés, les industries examinéesDes campagnes de mesures effectuées chez les riverains incommodés ont été intensifiées, précise d’abord l’administration. « Des prélèvements complémentaires visant à élargir le champ des recherches sont en cours ».

On a a également  fait appel à « des laboratoires externes spécialisés dans la détection de composants à très faible concentration ». Enfin, la marche de certaines unités industrielles a été modifiée de manière temporaire pour faciliter la recherche d’éventuelles substances toxiques.

Les services de l’Etat, en particulier la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) , sont chargés, en plus des contrôles diligentés chez chaque exploitant,  de vérifier la mise en œuvre de ce programme par les industriels, précise la préfecture.

Pour le moment, les premiers résultats disponibles ne donnent rien. Les rejets industriels dans l'atmosphère ont été examinés dans le détail, sans résultat. « Aucune évolution significative de ces émissions ne permet, à ce jour, d’expliquer les gênes signalées ».

" De nouvelles odeurs "La préfecture signale toutefois qu’une enquête a été lancée par l’Agence régionale de santé et l’InVS (institut de veille sanitaire) « auprès des plaignants ayant accepté d’être interrogés ». Cela, afin de définir les symptômes signalés : gênes olfactives, irritations….

« Cette enquête a mis en exergue la présence de nouvelles odeurs sur le site depuis un à deux ans" . Celles-ci peuvent survenir  de manière soudaine et durer de quinze minutes à quelques heures. Leur intensité la plus élevée est ressentie depuis trois à six mois, en particulier la nuit.

Mais, là encore, poursuit l’administration, les multiples symptômes décrits et les mesures environnementales effectuées par les laboratoires d’analyse ne permettent pas d’orienter les recherches  vers un polluant particulier.

« La surveillance se poursuit donc et le plan d’action sera maintenu tant que la source de la gêne ressentie n’aura pas été isolée ». 

Internet pour la transparenceCritiquée par la Sepanso pour sa volonté de tempérer le débat, l'administration rappelle enfin qu’une règlementation contraignante s’applique aux installations industrielles,  classées Seveso sur le bassin de Lacq. Un arsenal de textes que l’on peut, explique-t-elle,  consulter sur Internet (www.legifrance.gouv.fr). Tout comme on peut s’informer sur le plan de prévention des risques mis en place autour de la plateforme de Lacq (www.risques.aquitaine.gouv.fr).

Les comptes rendus des réunions organisées par le Secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles (SPPPI), sont eux aussi accessibles au public. Cette structure réunit chaque année les industriels ainsi que les représentants des salariés, les élus du bassin de Lacq et les associations concernées.

Le contenu de ces réunions peut être consulté sur  http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr (Rubrique environnement. Inscrire le mot clé SPPPI dans le moteur de recherche).

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
2344
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Françoise Boulanger | 23/08/2015

Bonjour monsieur Nicomette
Votre article est très intéressant et je vous remercie pour la qualité de vos précisions.
Cependant il me semble que les comptes-rendus dont vous parlez à la toute fin ne s'arrêtent pas en 2012. J'ai pu consulter celui de la séance du 24 novembre 2014. Mis en ligne en février 2015. (Il y en a eu un également en 2013.)
Bien cordialement.
http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Prevention-des-pollutions-industrielles/Bassin-de-Lacq-SPPPI/seance-du-28-novembre-2014

cochise | 23/08/2015

Donc la transparence s'arrête pour la Préfecture à la réunion du 7 octobre 2012 soit il y a bientôt 3 ans ?

Webmestre | 24/08/2015

Effectivement, je suis allé un peu vite en besogne en me basant sur des indications sans doute trop lapidaires. Il faut en fait aller sur le site http://www.pyrenees-atlantiques.gouv.fr , cliquer dans "politiques publiques", puis dans les onglets "Environnement, risques naturels et technologiques", "préventions pollutions industrielles", et enfin "bassin de Lacq". Merci pour votre vigilance.
JJ Nicomette

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !