Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Le pétrole offshore fait des vagues à Pau

06/04/2016 | Près de 150 opposants sont venus perturber mardi le sommet mondial du pétrole offshore, fermement décidés à rester là jusqu’au 7 avril

Les opposants au sommet, mardi matin, devant l'entrée du centre de congrès

« Nous sommes des citoyens qui agissons dans l’intérêt général, face à des gens qui n’ont qu’un seul but : faire plus de profit ». Près de 150 manifestants se sont retrouvés mardi devant le Palais Beaumont à Pau, avec la ferme intention de perturber le sommet mondial du pétrole offshore organisé pendant trois jours dans cette ville. Une rencontre qui prend des allures de provocation pour bon nombre de mouvements altermondialistes et de défense de l’environnement. Quatre mois après la tenue à Paris de la COP 21 et la volonté affichée par 195 pays de maintenir la hausse des températures sous la barre des 2 degrés, ces derniers n’acceptent pas en effet de voir les ténors de la production pétrolière se réunir pour étudier les moyens d’augmenter l’exploitation des énergies fossiles, en particulier dans les gisements situés en mer.

Le choix de Pau ne relève pas du hasard. Installée à deux pas du bassin de Lacq, qui a exploité pendant 50 ans le gaz contenu dans le sous-sol béarnais, la ville accueille également l’un des sièges du groupe Total. Son centre technique et scientifique y fournit du travail à plus de 2 900 personnes.

L’entreprise n’est pas l’organisatrice, mais plutôt l’hôte, du sommet international « Marine Construction and Engineering Deepwater Development » mis sur pied par une société texane. Une sorte de grand-messe du forage en mer à laquelle participent des géants comme Shell, Exxol, Repsol, BP, etc.
Cela étant, tous les ingrédients sont réunis ces jours-ci au pied des Pyrénées pour voir deux thèses s’affronter.

« D’autres choix existent » Pour le collectif Action non violente-COP21, un « mouvement citoyen pour la justice climatique » qui s’oppose à la tenue du sommet et assure pouvoir mobiliser plusieurs centaines de militants pendant trois jours, la coupe est pleine.
« L’extraction et la combustion des énergies fossiles que sont le pétrole et le gaz sont à l’origine de 80 % des émissions mondiales de CO2 » rappelle-t-il. Selon lui, il importe donc de laisser désormais sous terre la majeure partie de ces ressources, et de se tourner vers d’autres énergies. Mais également vers d’autres manières de consommer. Faute de quoi, on ira droit vers « l’emballement irréversible et incontrôlable du climat ».

Sans parler des dégâts collatéraux. Car, comme  l’explique Olivier Dubuquoy, porte-parole du mouvement Nation Océan, les risques de pollution que présente l’exploitation offshore du pétrole sont particulièrement importants.
« L’océan constitue notre principale barrière contre le réchauffement climatique et on sait que l’on a dix ans pour gagner la bataille climatique. Il nous impérativement passer à d’autres sources d’énergie : marémotrice, solaire, éolienne, hydroélectricité. D’autant plus que nous maîtrisons ces technologies".

Un demande mondiale en hausse Le groupe Total, qui a reçu récemment à Paris les opposants au sommet, développe un autre point de vue. Compte tenu de l’accroissement de la population et du niveau de vie,  « en 2035, la demande mondiale en énergie sera supérieure de 30% à ce qu’elle était en 2010 » dit-il. « Le pétrole et le gaz continueront d’être des ressources indispensables pour y répondre ».

Des manifestants déterminés. Le face à face a parfois été tendu avec les forces de l'ordre

«  Leur exploitation implique de relever des défis techniques, économiques et sociétaux importants » reconnait l’entreprise. Celle-ci souhaite toutefois  investir dans ce qu’elle considère comme deux « secteurs d’excellence » : le  pétrole offshore profond, dont les réserves sont estimées à 350 milliards de barils,  et le gaz naturel liquide.

Les écosolutions du pétrolier Total n’entendent pas pour autant se limiter à ces seules pistes. « La majorité des gaz à effet de serre issus du pétrole ou du gaz est liée au secteur du transport, de l’habitat et de l’industrie » souligne le groupe. C’est la raison pour laquelle, il a mis en place un programme d’écosolutions dont l’objectif est d’amener les industriels et le public à « consommer mieux et moins ». « Depuis plusieurs années, 80 labels ont été attribués par Total à des produits et services particulièrement performants ». Qu’il s’agisse de plastiques, résines, lubrifiants, carburants, solutions de lavage, panneaux photovoltaïques, fluides spéciaux, etc.

Pour faire bonne mesure, l’entreprise évoque enfin les recherches et investissements conséquents qu’elle mène dans le secteur de l’énergie solaire, via sa filiale Sunpower, tout comme dans la biomasse. Ce qui l’amènera à construire d’ici 2017 la plus importante bioraffinerie de France à La Mède, près de Marseille.

 « Pourquoi jouer aux apprentis sorciers ? »« C’est du greenwashing. Total, plus écologiste que les écologistes » ironise le porte-parole de Nation Océan, en rappelant que l’activité majeure du groupe pétrolier reste… le pétrole. Ce qui l’amène à juger « suicidaire » la vision de l’offshore développée par les industriels.

 « Plus on libère d’énergies fossiles, plus on libère de dioxyde de carbone qui a ensuite besoin d’être capté… C’est le double effet. Pourquoi jouer aux apprentis sorciers ?» renchérit Valérie, une Toulousaine venue rejoindre à Pau les opposants au sommet. D'autres militants dénonçant la duplicité d'un groupe pétrolier qui, déplorent-ils, assure à Paris ne pas pratiquer de forages dans l'Arctique, mais laisse ce soin à l'une de ses filiales pour conclure un contrat avec Gazprom.

L'urgence d'agirAccueillis par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar, les anti-sommets  ont reçu le soutien de plusieurs organisations telles Les Amis de la Terre, Alternatiba, l’association basque Bizi !, Nation Ocean, 350.org, Surfrider Fondation, Europe Écologie les Verts, le parti occitan. Mais aussi la SEPANSO qui, dans un autre domaine, continue à ferrailler en Béarn pour déterminer l’origine de la pollution dont pâtit le bassin de Lacq.

« Notre démarche est citoyenne. Car , de plus en plus, les gens ont conscience qu’il y a urgence à agir » insistent-ils. Dans ce cadre, un camp baptisé « Sirène » a été installé ces jours derniers par ANV-COP21 à Emmaüs pour accueillir des conférences, mais ainsi que des formations à la désobéissance civile. Un principe étant affirmé en permanence : celui de la non-violence, avec pour référence les actions menées jadis par Gandhi et Martin Luther King.

Mardi, ce dernier a été mis à l’épreuve lors de la confrontation, parfois tendue, vécue avec les forces de l’ordre qui interdisaient l’accès au centre de congrès.  Ce qui n’a pas empêché trois militants, « habillés en congressistes », d’entrer dans le bâtiment et d’aller délivrer leur message sur scène.
Chaine humaine, concert…D’autres actions sont prévues dans les jours qui viennent.

Le site d'ANV-COP21http://anv-cop21.org
Total et le réchauffement climatique :   http://www.total.com/fr/tags/changement-climatique

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
5477
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !