Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/02/20 : Les producteurs des Pyrénées-Atlantiques reviennent chargés de médailles du Salon International de l'Agriculture : 95 au total, dont 19 médailles d'or, 41 médailles d'argent et 35 de bronze, produits et vins confondus.

27/02/20 : Lac de Caussade. La préfète de Lot-et-Garonne vient de faire savoir qu'elle "engage une procédure à l'encontre de la Chambre d'agriculture visant à accomplir des travaux d'office afin d'effectuer la vidange de la retenue".

27/02/20 : « Rien n’est décidé sur l’intervention des forces de l’ordre, tout est encore à l’arbitrage du Premier ministre ». Voici ce qu’a dit le ministre de l’agriculture Didier Guillaume au président de la Chambre d’agriculture 47 ce matin au SIA.

27/02/20 : Elisabeth Borne, ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, se rendra ce vendredi à Bordeaux pour soutenir le candidat LaRem Thomas Cazenave aux prochaines élections municipales.

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/02/20 | Gironde: 17 830 candidats aux municipales

    Lire

    Municipales: Dans les 535 communes de Gironde, ce sont 17 830 candidats qui se sont déclarés pour 8 887 sièges à pourvoir. Dans toutes les communes du département au moins une liste a été déposée. Dans les 231 communes de plus de 1 000 habitants, 496 listes ont été déposées soit 13 102 candidats (52% d’hommes et 47% de femmes) pour 5183 sièges à pourvoir. Bordeaux compte le plus grand nombre de listes, 10 listes déposées suivi de Mérignac avec 9 listes.

  • 28/02/20 | Municipales: 6 communes sans candidats dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Dans les 546 communes des Pyrénées-Atlantiques, 11 088 candidats se sont déclarés pour 7392 sièges à pourvoir. A Arrien, Urost, Higuères Souye, Pardies Pietat, Etsaut et Escout aucun candidat ne s'est présenté. Aucune élection ne pourra être organisée pour ce 1er tour. De nouveaux candidats pourront se déclarer entre les 2 tours et les élections pourront ainsi se tenir au 2nd tour. Si aucune candidature n’intervient pour le 2nd tour. Le préfet de département nomme alors une délégation spéciale chargée de gérer les affaires courantes de la commune et d’organiser de nouvelles élections dans un délai de 3 mois.

  • 28/02/20 | Création d'un nouveau label "Les Sentinelles du Goût"

    Lire

    « Les Sentinelles du Goût ». Tel est le nom du nouveau label créé de concert par l’Institut du Goût Nouvelle-Aquitaine et trois étudiantes de Licence Pro "Valorisation, Animation et Médiation des Territoires Ruraux" de l’Université Bordeaux Montaigne. Ce label a pour but de protéger et de valoriser les savoir–faire et les goûts des produits traditionnels de la région.

  • 28/02/20 | Pour l'Arche en Charente, transformation numérique rime avec inclusion

    Lire

    L'association l'Arche en Charente encadre les activités de plusieurs établissements médico-sociaux, dont 3 ESAT pleinement insérés dans le tissu économique local à de multiples étapes de la filière du Cognac, de la production à l'expédition. L'association, lancée dans une profonde transformation numérique, vient d'obtenir une aide de 88 330 € de la Région (50% du budget prévisionnel). Et pour cause, le projet se double d'une démarche d'inclusion numérique au profit de ses employés en situation de handicap mental. Un atout majeur pour leur réinsertion professionnelle en milieu « ordinaire ».

  • 28/02/20 | Exposition "Espace Nature" à Rochefort Océan (17)

    Lire

    Du 25 février au 28 mars 2020, l’Expo Espace Nature aura lieu à Rochefort Océan, pour le plaisir des visiteurs qui découvriront au fil des photographies un périple de 18 mois sur le thème de l’écohabitat. L’occasion de découvrir d’autres modes et matériaux de construction en accord avec l’environnement. A travers ces images, l’exposition tend à ouvrir le champ des possibles dans l’esprit des visiteurs, en encourageant l’émergence de nouvelles pratiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Pau: un Contrat de Transition Ecologique "pour des actions précises et concrètes"

06/09/2019 | Ils étaient un peu plus d'une cinquantaine d'acteurs du territoire à être venus prendre connaissance ce 5 septembre des tenants et aboutissants du CTE qu'ils sont appelés à co-construire

Monique Sémavoine, VP de la CAPBP en charge de l'environnement et des déchets et  Christian Vedelago, directeur de cabinet du Préfet des Pyrénées-Atlantiques lors du lancement du contrat de transition écologique à Pau

Le 9 juillet dernier, le Ministre de la transition écologique et solidaire annonçait l’entrée de 7 territoires de Nouvelle-Aquitaine dans le dispositif des Contrats de transition écologique (CTE) sur les 61 territoires lauréats au niveau national. Parmi eux, la Communauté d’agglo Pau Béarn Pyrénées, ainsi récompensée de ses grandes ambitions sur 4 axes principaux que sont : le développement des énergies renouvelables, la valorisation des circuits courts alimentaires, la valorisation des déchets inertes du BTP et l'amplification des initiatives locales en matière d'économie circulaire. Les partenaires institutionnels et socio-économiques locaux impliqués dans la transition écologique se sont réunis ce 5 juillet à Pau pour lancer les travaux permettant de donner corps à ce contrat. Ils devront travailler vite et bien : la signature du CTE est prévue pour décembre.

C'est au Pavillon des arts à Pau que se sont retrouvés de nombreux acteurs socio-économiques du territoire (entreprises, associations, porteurs de projets, institutions, chambres consulaires, ...) pour le lancement du Contrat de Transition Ecologique de la CAPBP. Cette démarche pilotée par le Ministère de la Transition écologique, « cherche à créer une symbiose entre les acteurs privés et les organismes publics pour la mise en œuvre d'actions concrètes et très précises pour le bien du territoire », explique Christian Vedelago, directeur de cabinet du Préfet des Pyrénées-Atlantiques. L'objet du lancement était donc d'expliquer la démarche aux acteurs locaux et les inviter à prendre part au dispositif.

Des axes de travail validés par le Plan Action Climat
Un contrat visant donc à prendre la forme d'un programme d'actions, « basé sur 4 axes forts pour le territoire et déjà validés par les élus de l'Agglo à travers son Plan Action Climat », détaille Monique Sémavoine, vice-présidente de l'agglo en charge de l'environnement et des déchets. A savoir, « le développement des énergies renouvelables, la valorisation de l'agriculture locale et l'élaboration d'un système alimentaire territorial, la valorisation des déchets inertes du BTP et des produits issus de la déconstruction, et enfin, le soutien et l'amplification des initiatives locales en matière d'économie circulaire».
Des axes de travail dans lesquels ont d'ores et déjà été identifiés un certain nombre d'orientations au regard des initiatives déjà en cours ou des besoins identifiés sur le territoire, « d'où la nécessité aussi de partenariats entre les acteurs et d'articulations à créer avec d'autres dispositifs, comme le territoire d'industrie », ajoute Patrick Chauvin, à la tête de la Direction Développement Durable et Déchets de l'Agglo.

De bonnes idées à traduire en projets concrets
Sur l'axe dédié au renforcement des actions en faveur du développement des énergies renouvelables, plusieurs levier de travail sont déjà envisagés, pointe Patrick Chauvin qui cite notamment : « la création de formations à destination des artisans et des PME, indispensables pour assurer une montée en compétence des professionnels sur le solaire et ainsi pouvoir développer cette énergie ». Autres leviers : « le développement de projets de centrales photovoltaiques sur les friches industrielles », ou encore « le soutien aux recherches et expérimentations concernant le photovoltaïque organique ».
En ce qui concerne « la valorisation de l'agriculture locale et l'élaboration d'un système alimentaire territorial », est envisagé dans les objectifs : « l'émergence d'un outil collectif de portage foncier », ou encore « la mise en relation de l'offre et de la demande en matière de circuits courts ».
Sur le troisième axe, relatif au recyclage ou au réemploi des déchets du BTP et des produits issus de la déconstruction, figure notamment l'ambition de créer un pôle de compétences et une plateforme de stockage/vente de matériaux issus de la déconstruction ou encore l'élaboration d'un référentiel de bonnes pratiques en la matière.
Enfin concernant l'économie circulaire, le contrat de transition écologique sera l'occasion de réaffirmer le nécessaire appui aux initiatives de lutte contre le gaspillage, le développement d'une offre de service, de collecte et de valorisation des biodéchets des professionnels, jusqu'à la création d'un outil dédié à la valorisation des biodéchets.

Une signature en décembre
Autant de bonnes idées que le contrat de transition, s'appuyant sur les acteurs locaux, doit avoir le mérite de traduire en projets concrets, budgetés et posés dans un calendrier précis... Le tout dans un timing plutôt serré le CTE, co-construit par les différents acteurs lors d'ateliers de travail, doit en effet être présenté à l'Etat au 15 novembre pour une signature en décembre. Signature par laquelle les partenaires s'engageront à tenir les projets (ou à tout le moins leur mise en œuvre) dans les 3 à 4 ans, et l'Etat à apporter son soutien à leurs réalisations. Un accompagnement qui se fera par le pole départemental des énergies renouvelables à travers une aide technique et administrative. Sur l'aide financière, il n'y a pas de subvention directe attendue, mais, assure le Directeur de cabinet du Préfet, « nous vous aiderons à capter les différents financements que nous avons à notre main ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5897
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !