Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Jean Tavernier n'est plus

    Lire

    Cet humaniste était entré en politique sans l'avoir cherché par la grâce de Chaban en 1986 lors des élections régionales; deux ans plus tard il sera président du Conseil régional poste qu'il occupera jusqu'en 1992. Jean Tavernier figure de la médecine hospitalière bordelaise s'en est allé à l'âge de 92 ans. Alain Rousset lui rend hommage :"Il a laissé au Conseil régional le souvenir d'un homme de coopération et d'écoute. Dans le prolongement de l'adhésion de l'Espagne à la CEE, Jean Tavernier s'était particulièrement impliqué dans la coopération entre régions transfrontalières. qui donneront naissance à des partenariats institutionnels au long cours ..."

  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Plan Digue : toujours plus de protections sur l’île de Ré

22/11/2018 | Les travaux de protection littorale post Xynthia continuent sur l'île de Ré. Le dernier chantier a été lancé à Rivedoux.

A Rivedoux, un nouveau parapet d'1m10 de haut vient renforcer l'ancienne digue en enrochement

Dans le petit village de Rivedoux-Plage, la mer avait envahi près d’une centaine d’habitations et de commerces du bourg, montant parfois jusqu’à 1m50 dans les rez-de-chaussée, lors du passage de la tempête Xynthia en 2010. L’océan n’avait laissé aucune chance non plus à la digue toute neuve de la promenade du centre bourg, réalisée un an plus tôt. Du jamais vu sur cette petite commune pourtant équipée d’un bassin de rétention et d’évacuation des eaux d’orage d’un peu plus de 300m3. Il n’avait guère suffit ce jour là. Il a été repensé depuis, avec l’inclusion d’un système de pompage.

Un parapet d'1m10 de haut viendra renforcer la protection de la promenade, et sera prolongée par une pente en béton armé descendant vers la mer

 

Huit ans après le drame, Rivedoux renaît progressivement de ses cendres. Depuis septembre, le village est non plus sous l’eau mais sous les travaux, sur 213 mètres linéaires de littoral. Le chantier, orchestré par le Département de la Charente-Maritime dans le cadre du Programme d'actions de prévention des inondations, va durer jusqu’en mars 2019, avec une interruption de deux semaines durant les fêtes de Noël. A l’instar des autres PAPI du département, « on ne créé pas de nouvelles digues, on reprend l’existant, qu’on renforce ou rehausse », rappelle le vice-président du Département en charge des questions littorales Lionel Quillet, également vice-président de la Communauté de communes de l’île de Ré. La digue autrefois en enrochement va donc prendre plusieurs nouveaux aspects. Le muret de la promenade de la rue des écoles a été renforcé. Sa protection en sera doublée par un deuxième parapet d’1m10 de haut, prévu avec une cote du niveau de franchissement de la mer lors de Xynthia + 20 centimètres de sécurité (mesure au large). Courant sur 80 m linéaire du centre-bourg, cette mini digue en béton armée descendra en pente jusqu’à la mer, pour faire office de brise-lame. Cette digue sera prolongée en direction de la plage de Rivedoux par 71 m d’enrochement en granit et 32 autres mètres d’enrochement recouvert de sable. A terme, c’est la communauté de communes qui sera en charge de l’entretien de la digue et de ses enrochements. « En général, on table sur environ 10% de la valeur du chantier total, sauf les premières années », explique Lionel Quillet.

Ré, le plus gros chantier après Noirmoutier

Après la digue du Boutillon, La Flotte et Loix, Rivedoux est le 5e chantier du PAPI de l’île de Ré lancé depuis 2012. Initialement prévu au printemps, le lancement des travaux a été repoussé à la rentrée car « l’appel d’offres a pris plus de temps de prévu », explique Lionel Quillet, « et quand on a été prêts, le maire de Rivedoux Patrice Raffarin a préféré attendre la fin des vacances », le chantier empêchant notamment l’usage de la piste cyclable. Mais pour Lionel Quillet, l’essentiel est ailleurs : « on est dans les délais et surtout, on n’a pas d’avenant ! », s’exclame-t-il en faisant référence à d’autres chantier du PAPI, dont les budgets ont dû être réévalué à la hausse. Les PAPI de l’île de Ré représente le plus gros et le plus coûteux chantier post Xynthia après celui de Noirmoutier, en Vendée, rappelle Lionel Quillet. Sur les 300 millions d’euros de chantier engagés par le Département sur le territoire, 50 millions ont déjà été dévolus à l’île de Ré, dont 1,5 million pour le seul chantier en cours de Rivedoux. 

Après les 80 m linéaires de parapet en béton armé suivront différents types d'enrochements jusqu'à la plage de Rivedoux

Des travaux jusqu’en 2021

Après ces travaux, le prochain chantier concernera la Corniche de Rivedoux. De manière générale, les chantiers du PAPI sont loin d’être achevés. En janvier 2019 seront lancées les opérations de protection à Fouras et sur l’île d’Aix. Puis ce sera au tour de La Couarde sur Mer en février. Viendra ensuite le lieu-dit Montamer à Sainte-Marie-de-Ré en 2020, suivit par le Fiers d’Ars, Les Portes en Ré et Saint-Martin-de-Ré.  

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
8943
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !