Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/04/18 : Dans le cadre du championnat de France du jeu d'échecs jeunes qui se tient à Agen, Anatoli Karpov, champion du monde de cette discipline de 1975 à 1985 et de 1993 à 1999, sera reçu à l'Hôtel de ville d'Agen le samedi 21 avril à 19 h.

19/04/18 : La Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne/CIED est à la recherche d'un service civique à compter du mois de mai pour une mission de huit mois à raison de 30h/semaine. Plus d'infos : 05 53 66 47 59

17/04/18 : Le comité d'engagements du conseil d'administration de SNCF réseau a validé ce mardi l'opération de réhabilitation de la ligne ferroviaire Libourne-Bergerac, déjà concernée par des travaux régionaux achevés en 2013.

17/04/18 : L'Assemblée Nationale a adopté à la majorité en première lecture (454 voix contre 80) le projet de loi "nouveau pacte ferroviaire", à l'origine des grèves qui secouent la SNCF depuis début avril. La ministre des Transports a salué "une étape décisive".

12/04/18 : Charente-Maritime : depuis le 9 avril et jusqu’au 21 avril, Keolis organise un test grandeur nature sur la ligne 3 du réseau Les Mouettes, effectuant la liaison La Rochelle-Île de Ré avec un nouveau modèle de car électrique, soutenu par la Région.

12/04/18 : Le Pôle Agri Sud-Ouest Innovation vient de renouveler son conseil d’administration, son bureau et sa gouvernance pour assurer sa représentativité sur l’ensemble des territoires couverts. Daniel Segonds a été réélu à la présidence du Pôle.

12/04/18 : Le nouveau président de la Président de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, est Guillaume Riou, agriculteur bio de Deux-Sèvres, anciennement président d'Agrobio Poitou-Charentes de 2012 à 2015.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/04/18 | Une étude d'impact sur un projet commercial à Coutras

    Lire

    La CCI de Bordeaux Gironde a confirmé ce lundi le lancement d'une étude d'impact indépendante (mais qu'elle finance) pour mesurer l'impact réel du projet de village des marques de Coutras. Ce projet ambitieux piloté par Vinci comprend immobilier et la société autrichienne "Im Wind" comprendra 22 000 mètres carrés de surfaces commerciales, pour un coût avoisinant les 80 millions d'euros. La commission départementale d'aménagement commerciale devrait, elle, rendre son avis sur la pertinence d'un tel projet dans les semaines à venir, gageons que l'étude d'impact l'y aidera peut-être.

  • 23/04/18 | Mont-de-Marsan: une initiative pour aider à réviser le Bac/Brevet

    Lire

    Du 2 au 19 mai, la ville de Mont-de-Marsan invite les collégiens et lycéens à venir à la Médiathèque afin de réviser leurs examens de fin d'année. Des professeurs seront présents pour répondre à leurs questions et les conseiller. Entraînements, conférences, ateliers textuels, sonores et audiovisuels et même massages, tout sera prévu pour que les futurs diplômés puissent réviser dans des conditions optimales. Renseignements sur place ou 0558460943.

  • 22/04/18 | Agen fête l’Europe avant l’heure !

    Lire

    Dans le cadre de la fête de l’Europe, la Maison de l’Europe 47, aidée de partenaires privés et collectivités, organise une scène ouverte le 28 avril, place du Président Wilson, de 14 h à 18 h, à Agen. Jeux pour enfants, stands d’infos, quiz Europe, danses, chants et musiques animeront la rue piétonne. Danseurs, musiciens, chanteurs… tous les artistes sont invités à participer à cette manifestation en s’inscrivant sur www.maisoneurope47.eu pour remplir un formulaire avant le 23 avril.

  • 21/04/18 | La Rochelle : une nouvelle présidente à la tête du lycée maritime

    Lire

    Leslie Widmann a été nommée à la présidence du CA du lycée maritime et aquacole de La Rochelle. Elle a travaillé 5 ans dans la gestion du port de la Cotinière en qualité de directrice du développement. Elle a créé Odyssée Développement, un bureau d'études en économie maritime en 2000 et en 2008, lauréate du Concours national du ministère de la recherche, une seconde société qui emploie 4 chercheurs sur un système objectif d'évaluation de la fraîcheur des produits de la mer destiné aux criées.

  • 20/04/18 | L'eau, bientôt grande cause du Sud-Ouest français

    Lire

    Pascal Mailhos, Préfet de bassin, Martin Malvy, Président du comité de bassin Adour-Garonne, Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie, et Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se sont rencontrés à la Préfecture de bassin à Toulouse pour échanger sur les enjeux de la ressource en eau dans le Grand Sud-Ouest. L'occasion pour eux de rappeler leur « très vive inquiétude » et de fixer un prochain rendez-vous en septembre à Bordeaux, afin de lancer une action commune autour de « l'eau, enjeu de société, grande cause du Sud-Ouest français ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Pollution du bassin de Lacq : la Sepanso enfonce le clou

08/03/2016 | Les odeurs et fumées irritantes persistent, constate la Société pour l’étude, l’aménagement et la protection de la nature dans le sud-ouest

L'étude de l'ISPED doit être complétée et rendue publique, estime la Sepanso

« Nous demandons des industries qui soient créatrices d’emploi, mais aussi respectueuses de la santé et de l’environnement ». Le combat mené par la Sepanso des Pyrénées-Atlantiques pour dénoncer la pollution du bassin de Lacq ne faiblit pas. L’an passé, des mesures ont été prises pour tenter de régler les nuisances dénoncées par des riverains (réseau de sentinelles avec numéro de téléphone d’alerte, cheminées rehaussées, fosse à soufre recouverte etc.). Mais les odeurs et irritations persistent et on ne sait toujours pas d’où elles proviennent, constate l’association de protection de l’environnement. Tout en continuant à réclamer que soit rendue publique, et complétée, l’étude qui a amené des scientifiques bordelais à constater une surmortalité sur le bassin.

Celle-ci a été réalisée en 2002 par l’Institut de santé publique et d’épidémiologie et de développement (ISPED). Elle était prudente mais révélatrice, dit la Sepanso. Car elle a montré qu’une surmortalité de 14% est survenue entre 1968 et 1998 chez les personnes âgées de moins de 65 ans dans la zone la plus proche des usines. Soit 136 décès supplémentaires parmi les 1124 recensés sur une période d’une trentaine d’années.

Trois zones de 22 000 habitantsCette enquête répondait à une volonté du législateur de mettre en place dans chaque région un plan de la qualité de l’air. C’est ainsi que des études ont été menées en Aquitaine pour « mieux connaître l’impact sur la santé de la pollution des grands sites industriels ».

  En effet, même si ce n’est plus le cas aujourd’hui, « pendant des décennies, 700 tonnes d’anhydride sulfureux ont été rejetées chaque jour dans l’atmosphère sur le bassin de Lacq » indique la Sepanso.

Dans ce secteur, trois zones concentriques de 22 000 habitants chacune ont été examinées. Une zone dite « exposée » qui rassemble 22 communes parmi les plus proches des quatre plateformes industrielles a été mise en évidence.  Tout en montrant une nette aggravation des cas de cancer, avec une augmentation du risque chez les jeunes.

Une étude à prolongerCertes, l’étude réalisée par l’ISPED était une « photo » prise à un moment donné et elle n’a pas évoqué de liens de cause à effet, reconnait la Sepanso. « Mais elle ne les a pas exclus » pour autant.

L’institut a ainsi préconisé de poursuivre l’étude les années suivantes. Ce souhait a été  approuvé par l’Institut national de veille sanitaire ainsi que par la Cour des comptes.
Pourtant, aucune suite n’a été donnée par le ministère de la Santé à cette demande, s’insurge la Sepanso. Cette dernière se demande pourtant ce qu’est devenue, 17 ans plus tard, la population jeune concernée par le problème. Tout comme elle s’interroge sur « l’effet cocktail » que pourraient avoir les quelque 140 produits polluants rejetés dans l’atmosphère du bassin de Lacq. Des substances dont les répercussions sont  « mal cernées et très inquiétantes », estime-t-elle.

« Il ne faut pas oublier qu’il y a sur le bassin de Lacq une vingtaine de sites classés SEVESO et 210 points de rejets connus. Déjà, l’étude de l’ISPED en 2002 soulignait le danger de la multiplication de nouvelles substances parmi lesquelles figurent des  composés organo-volatiles, hydrocarbures aromatiques polycycliques. D’autres composants nous inquiètent : chimie du soufre, acide, acroléine, pesticides, nitrate d’ammonium… »

La chape de silence dénoncéeTrès sévère avec l’Agence régionale de santé, qu’elle accuse de vouloir maintenir une chape de silence sur ce dossier, la Sepanso remarque que peu d’élus locaux se mobilisent sur le sujet. Par ailleurs, elle juge nettement insuffisantes les réponses apportées par les pouvoirs publics à ses interrogations. Certains évoquant le manque de fiabilité d’une étude complémentaire qui serait menée sur une population jugée trop réduite. D’autres rappelant qu’une étude de risque sanitaire de zone est en train d’être actualisée.

Des arguments que démontent les défenseurs de l’environnement. Pour rappeler par exemple qu’en épidémiologie, on travaille en termes de personne par année et que 60 000 habitants multipliés par 31 ans, cela représente plus de 1,8 million de personnes. Ou encore que les études de zone ne concernent que certains polluants et « ne prennent pas en compte la pollution globale ni l’effet cocktail ».

En toute clarté« D’autres types d’études sont souhaitables à partir des caisses de retraite des travailleurs du complexes » ajoutent-t-ils. « On étudierait alors des populations de salariés. Ce qui pourrait être instructif ».
Dans le même esprit, la Sepanso continue à réclamer tout une série de mesures : mise en place d’un Observatoire de la population, bouclage de l’étude sur les odeurs commencée à l’été 2015, affichage des principaux polluants du bassin sur des panneaux lumineux installés le long de la route reliant Pau à Bayonne, délocalisation des études sanitaires hors de la tutelle de l’ARS qui n'aurait pas joué son rôle, information publique sur les dysfonctionnements industriels et les PV dressés contre les actes délictueux…

C'est aussi ce qui l'amène aujourd'hui à publier sur son site Internet l'intégralité de l'étude de l'ISPED. Un document que l'Agence régionale de santé indique pour sa part avoir transmis à l'ensemble des maires et des industriels concernés, ainsi... qu'à la SEPANSO.

L'ARS réfute les critiques

Répondant aux critiques qui lui sont opposées, l'ARS tient pour sa part à préciser que l'étude des risques sanitaires de zone réalisée entre 2003 et 2007 a permis de s'intéresser à 140 molécules dont "un nombre restreint constituait une préoccupation sanitaire ". Elle indique aussi que l'évaluation des risques est actualisée depuis 2015, et que l'avancement de ces travaux est communiqué au Secrétariat permament pour la prévention des pollutions industrielles du bassin de Lacq (SPPPI) que préside le préfet.

Dans la foulée, l'Agence régionale de santé signale qu'une enquête a été demandée à l'Institut national de veille sanitaire sur les odeurs et les irritations dont des riverains se sont plaints en 2015. Gènes qui n'ont "entraîné aucune hospitalisation".

L'ARS rappelle enfin qu'en octobre 2015, la Direction générale de la santé a saisi l'Institut de veille sanitaire " sur l'opportunité de mettre en place une surveillance épidémiologique autour du bassin de Lacq" et de généraliser ce type de surveillance autour des grands bassins industriels.

 

Pour en savoir plus : le rapport de l'ISPED diffusé par la Sepanso (lire en "documents joints")

http://www.sepanso64.org/spip.php?article212

 

 

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
6579
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !