aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Pollution : les silences du bassin de Lacq

14/04/2015 | Les pollutions survenues sur le bassin de Lacq ont été pointées du doigt par la Cour des Comptes. Des constats dénoncés depuis longtemps par la SEPANSO

La Cour des Comptes dresse un constat sans concessions ni langue de bois

« Quand on évoque l’activité industrielle du bassin de Lacq, on dit tout le temps que les Béarnais ont la culture du risque. C’est se moquer du monde. Car ils sont surtout laissés dans l’ignorance » s’insurgent les responsables de la Société pour l’étude, l’aménagement et la protection de la nature dans le sud-ouest (SEPANSO). Depuis des années, ses bénévoles partent en guerre contre l’omerta qui, affirment-ils, pèse sur les pollutions dont souffre le cœur industriel du Béarn, devenu aujourd’hui le troisième pôle chimique de France. "Car c'est de notre santé dont il s'agit" expliquent-ils. Un rapport de la Cour des Comptes, rendu public voici quelques jours, confirme les constats qu’ils font sur le terrain.

Le bassin de Lacq vient de mettre un terme à l’exploitation du gaz commercial longtemps tiré de son sous-sol. Il se tourne aujourd’hui vers la chimie fine et l’exploitation de nouveaux matériaux. C’est dire si, en matière environnementale,  les installations classées n’y manquent pas. Les problèmes non plus à en croire le rapport que la Cour des comptes a envoyé aux ministères de l’Industrie, de la Santé et de l’Ecologie.

Cancérigène et destructeur de la couche d’ozoneLes Sages rappellent ainsi que de « forts dépassements de limite d’émission de tétrachlorure de carbone », une substance cancérigène et attaquant la couche d’ozone, ont été  constatés pendant des années au niveau de l’usine d’Arkema à Mont. En 2011, ces rejets involontaires, liés à des installations dont le fonctionnement posait un problème, étaient « sept fois supérieurs  au quota alloué pour l’ensemble de l’Europe ».

Des aménagements techniques, ainsi que la révision d’une règlementation jusqu’alors mal adaptée (les normes de rejets imposées par l’Etat ne tenaient pas compte des pannes ou arrêts des installations), ont permis de résoudre la question. Mais des leçons doivent être tirées, estime la Cour des Comptes. D’autant plus que les nouvelles activités qui se développent sur le bassin « utilisent des substances très toxiques, comme l’acrylonitrile, dont les effets sur l’homme demeurent mal connus (cas des nanotubes de carbone)» . Selon cette juridiction indépendante, ces aménagements pourraient d’ailleurs intéresser d’autres zones industrielles chimiques classées Seveso.

Transports des produits dangereux : circulez, il n’y a rien à voir

Un autre problème concerne la sécurité des transports. "L’offre de stockage de produits dangereux sur le bassin de Lacq n’est pas en adéquation avec la demande des acteurs. Le stockage de courte durée est souvent réalisé à bord de véhicules citernes ou de wagons » poursuit la Cour des Comptes. Tout en remarquant que « les contrôles sont trop peu nombreux pour être dissuasifs ».

Certes, la loi Bachelot impose que des études de danger soient menées dans les pôles qui accueillent des trafics de produits dangereux. Mais seuls les sites considérés comme majeurs (c’est-à-dire avec 50 wagons présents en même temps) sont concernés par cette mesure. Ce qui exclut l’Aquitaine du dispositif.

Par ailleurs, la Cour estime que les responsabilités sont mal définies entre le public et le privé pour le contrôle, et donc l’entretien, des terminaux ferroviaires. Alors que ces derniers ont connu depuis 2008, trois accidents « qui auraient pu être graves ».

Des rejets en suspension dans le gave de PauLe bassin de Lacq s’est industrialisé à une époque où l’environnement était très peu protégé, rappellent également les Sages. Ils invitent donc les services de l’Etat à « mieux anticiper » les enjeux liés aux pollutions passées. Car elles continuent encore à faire lourdement sentir leurs effets, en particulier sur les nappes phréatiques. Que ce soit à Mont, à Pardies ou à Mourenx.

De même, pour le traitement des effluents industriels, la Cour note que « les substances médicamenteuses ne sont pas spécifiquement traitées par la station d’épuration ». Mais aussi qu’un problème de rejets de matière en suspension dans le gave de Pau, ayant fait l’objet d’une mise en demeure préfectorale voici quatre ans, n’est toujours pas traité.

Une surmortalité qui pose questionLe dernier point concerne la sécurité sanitaire. Des mesures ont  été prises en Béarn pour surveiller et réduire les émissions de dioxyde de soufre et d’azote. Mais elles  ont aussi montré que « la population est exposée à plus de 140 substances différentes  et elles n’estiment pas les « éventuels effets cocktails » que tout cela peut provoquer.

Pour la Cour des Comptes, cela ne relève pas du détail. Car une étude menée en 2002  par l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement (ISPED) de l’université de Bordeaux 2 a donné des résultats inquiétants.

Ce travail concernait une période de trente ans (1968-1998). Il a révélé une surmortalité de 14% chez les moins de 65 ans dans la zone proche des installations industrielles .

Les causes n’en étaient pas indiquées. C’est pourquoi une étude épidémiologique complémentaire a été préconisée à l’époque. « Cette recommandation n’a pas été suivie » remarquent les Sages. Tout comme ils constatent qu’aucun échange d’informations anonymes n’a été établi entre la médecine du travail et les services de santé publics, contrairement à ce que préconise le plan national travail santé.

Mieux contrôler, mieux encadrerAu final, plusieurs recommandations sont formulées par la Cour des Comptes. Que ce soit pour renforcer le rôle d’expertise et de contrôle de l’Etat, mieux encadrer les quotas d’émission de rejets industriels, améliorer la prévention des risques en matière de transport, et mieux assurer la sécurité sanitaire des sites industriels. 

En attendant que les sénateurs et les députés débattent du dossier, le ministère de l’Ecologie a admis, dans sa réponse, qu’il est nécessaire de « renforcer les efforts de recherche » et de faire évoluer la règlementation en matière de transport. Par contre, celui de la Santé ne pense pas qu’une étude épidémiologique soit « pertinente ». Cela, notamment en raison du trop faible échantillon de population concernée (60 000 habitants).

Pour un Observatoire de la populationCe point de vue a le don de faire sortir la SEPANSO hors de ses gonds. « Car, en épidémiologie, on travaille en raisonnant en personnes par année. Or, 60 000 habitants multipliés par 40 ans, c’est 2,4 millions de personnes. Il faut que l’étude se poursuive.  Car un allongement de la période d’observation permettrait de voir si les décès attendus sont confirmés ou non ».

Selon elle, d’autres recherches peuvent également être menées, en particulier à partir des caisses de retraite des travailleurs du complexe de Lacq.

Très remontée contre l’Agence régionale de santé qui, à ses yeux, « pratique la politique de l’autruche » et favorise une  stratégie du silence, l’association déplore également que les problèmes de pollution ne soient généralement rendus publics que plusieurs années après qu’ils aient trouvé une réponse.

Elle souhaite enfin la mise en place d’un Observatoire de la population. Tout comme elle réclame que des panneaux lumineux annoncent, le long de la route nationale à Lacq, les teneurs des principales substances polluantes présentes dans l’air. Afin que tout le monde sache bien ce qu’il respire.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1284
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 20/04/2015

Tout que je peux vous dire, c'est que ayant de la famille là-bas et bon nombre de connaissance, la mortalité est impressionante

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !