12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/22 | marchesdegironde.com : le nouveau répertoire des marchés girondins

    Lire

    La CCI Bordeaux-Gironde met en ligne le site internet marchesdegironde.com. Objectif : permettre aux internautes de trouver le marché girondin (permanent ou saisonnier) à proximité de leur domicile ou lieu de vacances. Près de 79 marchés, permanents ou saisonniers, de plein-air ou couverts, y sont déjà référencés. Pour les commerçants non sédentaires, actuels et à venir, les informations réglementaires et les contacts des gestionnaires des marchés sont également indiqués.

  • 12/08/22 | Reverredire sensibilise au réemploi du verre

    Lire

    A Bergerac, l'association Reverredire Nouvelle-Aquitaine regroupe trois acteurs associatifs du réemploi du verre du territoire régional : L'Attache Rapide à Bergerac (24), La Consigne Bordelaise à Bordeaux (33) et Les Retournées à Anglet (40 et 64). Elles proposent un modèle régional de réemploi du verre, en lien avec les filières productives et les acteurs de la chaîne qui s'appuiera sur des activités d'économie sociale et solidaire porteuses d'emplois de proximité. Des actions de sensibilisation sont déjà engagées pour 2022.

  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

  • 11/08/22 | La préfecture de la Haute-Vienne labellisée

    Lire

    Suite à un audit externe réalisé par SOCOTEC, la préfecture de la Haute-Vienne vient de se voir attribuer le label « Qual-e-pref ». Ce label témoigne de la volonté de répondre au quotidien aux attentes des usagers ainsi que la communication d'urgence en cas d'évènement majeur. La préfecture a obtenu cette labellisation pour trois ans.

  • 11/08/22 | Des maraîchers à Limoges Métropole

    Lire

    La Ceinture verte terroir de Limoges veut relocaliser l'agriculture au travers l'aide à l'installation de maraîchers en agriculture biologique ou Haute Valeur Environnementale. Elle propose pour cela un service d'installation clé en main sur des terres équipées, avec un accompagnement technico-économique et une aide à la recherche de logement sur site ou à proximité. L’ensemble des équipements seront mis à disposition de 5 maraîchers sur le territoire de Limoges Métropole.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Pollution : les silences du bassin de Lacq

14/04/2015 | Les pollutions survenues sur le bassin de Lacq ont été pointées du doigt par la Cour des Comptes. Des constats dénoncés depuis longtemps par la SEPANSO

1

« Quand on évoque l’activité industrielle du bassin de Lacq, on dit tout le temps que les Béarnais ont la culture du risque. C’est se moquer du monde. Car ils sont surtout laissés dans l’ignorance » s’insurgent les responsables de la Société pour l’étude, l’aménagement et la protection de la nature dans le sud-ouest (SEPANSO). Depuis des années, ses bénévoles partent en guerre contre l’omerta qui, affirment-ils, pèse sur les pollutions dont souffre le cœur industriel du Béarn, devenu aujourd’hui le troisième pôle chimique de France. "Car c'est de notre santé dont il s'agit" expliquent-ils. Un rapport de la Cour des Comptes, rendu public voici quelques jours, confirme les constats qu’ils font sur le terrain.

Le bassin de Lacq vient de mettre un terme à l’exploitation du gaz commercial longtemps tiré de son sous-sol. Il se tourne aujourd’hui vers la chimie fine et l’exploitation de nouveaux matériaux. C’est dire si, en matière environnementale,  les installations classées n’y manquent pas. Les problèmes non plus à en croire le rapport que la Cour des comptes a envoyé aux ministères de l’Industrie, de la Santé et de l’Ecologie.

Cancérigène et destructeur de la couche d’ozoneLes Sages rappellent ainsi que de « forts dépassements de limite d’émission de tétrachlorure de carbone », une substance cancérigène et attaquant la couche d’ozone, ont été  constatés pendant des années au niveau de l’usine d’Arkema à Mont. En 2011, ces rejets involontaires, liés à des installations dont le fonctionnement posait un problème, étaient « sept fois supérieurs  au quota alloué pour l’ensemble de l’Europe ».

Des aménagements techniques, ainsi que la révision d’une règlementation jusqu’alors mal adaptée (les normes de rejets imposées par l’Etat ne tenaient pas compte des pannes ou arrêts des installations), ont permis de résoudre la question. Mais des leçons doivent être tirées, estime la Cour des Comptes. D’autant plus que les nouvelles activités qui se développent sur le bassin « utilisent des substances très toxiques, comme l’acrylonitrile, dont les effets sur l’homme demeurent mal connus (cas des nanotubes de carbone)» . Selon cette juridiction indépendante, ces aménagements pourraient d’ailleurs intéresser d’autres zones industrielles chimiques classées Seveso.

Transports des produits dangereux : circulez, il n’y a rien à voir

Un autre problème concerne la sécurité des transports. "L’offre de stockage de produits dangereux sur le bassin de Lacq n’est pas en adéquation avec la demande des acteurs. Le stockage de courte durée est souvent réalisé à bord de véhicules citernes ou de wagons » poursuit la Cour des Comptes. Tout en remarquant que « les contrôles sont trop peu nombreux pour être dissuasifs ».

Certes, la loi Bachelot impose que des études de danger soient menées dans les pôles qui accueillent des trafics de produits dangereux. Mais seuls les sites considérés comme majeurs (c’est-à-dire avec 50 wagons présents en même temps) sont concernés par cette mesure. Ce qui exclut l’Aquitaine du dispositif.

Par ailleurs, la Cour estime que les responsabilités sont mal définies entre le public et le privé pour le contrôle, et donc l’entretien, des terminaux ferroviaires. Alors que ces derniers ont connu depuis 2008, trois accidents « qui auraient pu être graves ».

Des rejets en suspension dans le gave de PauLe bassin de Lacq s’est industrialisé à une époque où l’environnement était très peu protégé, rappellent également les Sages. Ils invitent donc les services de l’Etat à « mieux anticiper » les enjeux liés aux pollutions passées. Car elles continuent encore à faire lourdement sentir leurs effets, en particulier sur les nappes phréatiques. Que ce soit à Mont, à Pardies ou à Mourenx.

De même, pour le traitement des effluents industriels, la Cour note que « les substances médicamenteuses ne sont pas spécifiquement traitées par la station d’épuration ». Mais aussi qu’un problème de rejets de matière en suspension dans le gave de Pau, ayant fait l’objet d’une mise en demeure préfectorale voici quatre ans, n’est toujours pas traité.

Une surmortalité qui pose questionLe dernier point concerne la sécurité sanitaire. Des mesures ont  été prises en Béarn pour surveiller et réduire les émissions de dioxyde de soufre et d’azote. Mais elles  ont aussi montré que « la population est exposée à plus de 140 substances différentes  et elles n’estiment pas les « éventuels effets cocktails » que tout cela peut provoquer.

Pour la Cour des Comptes, cela ne relève pas du détail. Car une étude menée en 2002  par l’Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement (ISPED) de l’université de Bordeaux 2 a donné des résultats inquiétants.

Ce travail concernait une période de trente ans (1968-1998). Il a révélé une surmortalité de 14% chez les moins de 65 ans dans la zone proche des installations industrielles .

Les causes n’en étaient pas indiquées. C’est pourquoi une étude épidémiologique complémentaire a été préconisée à l’époque. « Cette recommandation n’a pas été suivie » remarquent les Sages. Tout comme ils constatent qu’aucun échange d’informations anonymes n’a été établi entre la médecine du travail et les services de santé publics, contrairement à ce que préconise le plan national travail santé.

Mieux contrôler, mieux encadrerAu final, plusieurs recommandations sont formulées par la Cour des Comptes. Que ce soit pour renforcer le rôle d’expertise et de contrôle de l’Etat, mieux encadrer les quotas d’émission de rejets industriels, améliorer la prévention des risques en matière de transport, et mieux assurer la sécurité sanitaire des sites industriels. 

En attendant que les sénateurs et les députés débattent du dossier, le ministère de l’Ecologie a admis, dans sa réponse, qu’il est nécessaire de « renforcer les efforts de recherche » et de faire évoluer la règlementation en matière de transport. Par contre, celui de la Santé ne pense pas qu’une étude épidémiologique soit « pertinente ». Cela, notamment en raison du trop faible échantillon de population concernée (60 000 habitants).

Pour un Observatoire de la populationCe point de vue a le don de faire sortir la SEPANSO hors de ses gonds. « Car, en épidémiologie, on travaille en raisonnant en personnes par année. Or, 60 000 habitants multipliés par 40 ans, c’est 2,4 millions de personnes. Il faut que l’étude se poursuive.  Car un allongement de la période d’observation permettrait de voir si les décès attendus sont confirmés ou non ».

Selon elle, d’autres recherches peuvent également être menées, en particulier à partir des caisses de retraite des travailleurs du complexe de Lacq.

Très remontée contre l’Agence régionale de santé qui, à ses yeux, « pratique la politique de l’autruche » et favorise une  stratégie du silence, l’association déplore également que les problèmes de pollution ne soient généralement rendus publics que plusieurs années après qu’ils aient trouvé une réponse.

Elle souhaite enfin la mise en place d’un Observatoire de la population. Tout comme elle réclame que des panneaux lumineux annoncent, le long de la route nationale à Lacq, les teneurs des principales substances polluantes présentes dans l’air. Afin que tout le monde sache bien ce qu’il respire.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
5980
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 20/04/2015

Tout que je peux vous dire, c'est que ayant de la famille là-bas et bon nombre de connaissance, la mortalité est impressionante

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !