Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/04/21 | La Creuse et la Corrèze partenaires du festival Coquelicontes

    Lire

    Faute d'édidtion 2020, le Festival Coquelicontes devrait, normalement, refleurir en Creuse et en Corrèze, le 18 mai prochain... Le spectacle d’ouverture se déroulera avec les conteurs à la Cité Internationale de la Tapisserie d’Aubusson en Creuse et le festival se clôturera à Meyssac, en Corrèze, avec le traditionnel goûter conté le 30 mai. Les Départements de la Creuse et de la Corrèze sont partenaires de cet évènement.

  • 19/04/21 | Charente-Maritime : Les Républicains renouvellent leurs représentants

    Lire

    La Fédération de la Charente-Maritime a organisé des élections internes le 12 avril, qui a mobilisé 56,80 % des adhérents. Didier Quentin a été renouvelé dans ses fonctions de président, à la quasi unanimité (moins une voix). Elus conseillers Nationaux David Labiche, David Caron et Tony Chéron siégeront au conseil national comme membres de droit, avec pour remplaçants, Patrick Boisbleau, Nadine Pénigaud et Agnès Leveque.

  • 16/04/21 | Régionales : Geneviève Darrieussecq officiellement candidate

    Lire

    La ministre Geneviève Darrieussecq représentera la majorité présidentielle - entre autres UDI et Mouvement Radical - pour les prochaines élections régionales (20 et 27 juin). L'ancienne Maire de Mont-de-Marsan souhaite rapprocher la région de ses habitants avec une politique en trois axes : « Une Région de la proximité, une Région qui protège et une Région du progrès », éclaire-t-elle. Geneviève Darrieussecq estime qu'il faut du « sang neuf, de l'alternance » après 23 ans de règne d'Alain Rousset sur l'ex-Aquitaine et la Nouvelle-Aquitaine.

  • 16/04/21 | Une nouvelle sous-préfète à Oloron-Sainte-Marie

    Lire

    Depuis le 15 avril, Anna Nguyen est la nouvelle sous-préfète d’Oloron-Sainte-Marie (64). Elle a débuté sa carrière au Ministère en charge du budget avant d’être au Secrétariat général aux Affaires Européennes du Premier Ministre. Cette jeune diplômée de l’ENA était avant sa prise de fonction cheffe du bureau Aménagement, logement et développement économique à la Ville de Paris.

  • 16/04/21 | Festival BD d'Angoulême : le nouveau directeur artistique s'en va déjà

    Lire

    Fred Felder, codirecteur artistique du festival international de la bande-dessinée, quitte ses fonctions après une dizaine de mois de collaboration. "Le rapprochement espéré réciproquement n’a pas abouti à une démarche et à un projet pleinement partagés", informe l'organisation du festival dans un communiqué. Le festival prévoit de le remplacer rapidement, et de nommer un directeur artistique adjoint en charge du secteur asiatique. Sonia Deschamps, codirectrice artistique, assure l’intérim.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Projet d'éolien offshore au lage d'Oléron : bientôt des études d'impact

05/03/2017 | Le prefet Eric Jalon a organisé une réunion publique pour expliquer le déroulement de la procédure à la population.

Eric Jalon et Benoît Biteau

Le préfet de Charente-Maritime Eric Jalon a organisé une réunion publique le 27/02 au soir à Saint-Pierre d’Oléron, après avoir rencontré élus locaux et usagers professionnels du milieu maritime courant février. Objectif : présenter aux habitants ce projet de parc éolien, de 60 à 80 mâts, prévu à une vingtaine de kilomètres au large de la pointe de Gatseau sur un périmètre de 120 km2. Entouré du conseiller régional Benoît Biteau et de représentants de RTE, de la DREAL et du préfet de l’Atlantique, Eric Jalon a expliqué le déroulement de la procédure, de la consultation à l’appel d’offre.

Ce fut une soirée placée sous le signe de l’ambivalence. D’un côté, Eric Jalon a affirmé vouloir consulter la population d’Oléron et la Presqu’île d’Arvert, concernés au premier chef, mais il a attendu la veille de la concertation publique pour rencontrer la population…. Et annoncer qu’une page internet concernant le projet était disponible jusqu’au 3 mars inclu pour déposer son avis. Les associations environnementales, LPO, Natura 17 et Natvert, qui s’inquiètent de l’implantation d’un parc éolien au cœur d’une zone environnementale classée, n’avaient pas été officiellement conviés au côté d’Eric Jalon et de ses partenaires pour débattre. A leurs représentants assis dans le public, le préfet a néanmoins tendu la main en assurant qu’il était prêt à travailler avec eux durant la période d’études d’impact. Ambivalence également, lorsque Benoît Biteau, visiblement agacé par les questions et les argumentations des associations environnementales à l’issue de la présentation, a fini par lâcher : « Moi aussi, j’aime bien les oiseaux […] mais je préfère qu’on en perde quelques-uns plutôt que de devoir se poser la question de renouveler la centrale du Blayais quand elle arrivera en fin de vie. S’il y a un accident nucléaire demain, nous aurons alors des problèmes bien plus graves. Il y a urgence à développer des alternatives. »

Même si le projet n’est pas acté, l’ouverture officielle de la zone à appel d’offre par Ségolène Royal en novembre dernier semble en faire un plan inéluctable. Il faut dire que du côté économique, les arguments sont de poids : une création de 400 emplois le temps de la construction, d’une centaine in situ pour la gestion du site à terme, des retombées pour les entreprises locales en terme de sous-traitance, pour un parc éolien susceptible de remplacer l’équivalent  d’ 1/16e de la production actuelle de la centrale du Blayais. Sans oublier la taxe sur l’éolien, dont les bénéfices (environ 15 000 € estimés) vont notamment profiter aux communes. Eric Jalon et le préfet de l’Atlantique Daniel Le Diréach ont néanmoins posé une condition : « Le conseil de gestion du Parc naturel marin devra être d’accord avec le projet retenu à l’issu de l’appel d’offre, sinon rien ne se fera ».

La procédure en elle-même va légèrement différer des appels d’offre classiques, puisqu’elle sera « avec dialogue concurrentiel ». Une première phase sera lancée au printemps 2017, avec une sélection des dossiers. Une deuxième phase en été permettra un dialogue avec les candidats présélectionnés. Le lauréat sera connu début 2018. « Mais ça ne veut toujours pas dire que le projet se fera », prévient Eric Jalon, «puisque le porteur de projet devra aussi convaincre le conseil de gestion du Parc naturel marin.» L’appel d’offre sera également reparti en deux lots : un pour l’implantation du parc éolien, et un autre pour le raccordement du parc éolien au transformateur de Préguillac, entre Saintes et Pons. Son tracé n'est pas encore connu, mais le périmètre concerné s'étend de la Seudre au littoral du nord au sud, et de La Tremblade jusqu'au sud de la Saintonge d'ouest en est. 

Arguments économiques contre écologiques

En attendant, les études d’impact et de faisabilité vont être lancées dans les prochaines semaines. Le ministère de l’environnement va confier une étude géophysique des vents et de composition des sols à l’Agence française de l’environnement. Météo France établira également un rapport sur les vents. Le  service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM) rendra compte des mesures bathymétriques (profondeurs et reliefs des fonds marins) et de sédimentologie. L’agence nationale la Biodiversité  sera en charge de l’étude de levée des risques environnementaux, c’est-à dire de trouver des solutions pour éviter ou limiter l’impact du projet sur l’environnement. Cette phase devrait durer environ un an, et les comptes-rendus consultables sur le site du Comité régional de l’énergie (CRE). « Et il y aura des consultations complémentaires à mener », annonce déjà Eric Jalon. Concernant l’impact de l’implantation des pieux des éoliennes sur cette zone sismique, aucune étude n’est pour l’instant prévue mais Eric Jalon assure que le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), en charge de la zone, « n’a pas indiqué de contre-indication à la faisabilité du projet ». Les associations environnementales, elles, demandent à ce qu’une étude indépendante soit confiée à l’institut de physique du globe de Paris, estimant que le BRGM n'est "pas compétent sur le sujet". 

En savoir plus : 

Pour la consultation publique : http://charente-maritime.gouv.fr/

Concernant les arguments des associations environnementales : www.eolien-oleron.natvert.fr

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
9614
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Durand Bernard | 06/03/2017

Cet article est objectif, en ce sens qu'il traduit assez bien l'ambiance de la réunion,rappelle qu'il y a des oppositions et cite quelques uns des arguments des opposants. Reste que les informations données par les services du préfet ont été très insuffisantes pour éclairer les personnes présentes sur l'impact environnemental et sur le coût économique réel de ce projet, et même souvent mensongères par omission.Tant que des informations parfaitement objectives n'auront pas été données, les habitants de l'île d'Oléron et ceux de la Presqu'île d'Arvert, que vous semblez avoir oublié dans votre article, ne pourront pas juger en conscience de ce projet.
Quant à l'argument de Monsieur Biteau, qui laisse croire que les centrales éoliennes en mer peuvent remplacer les réacteurs nucléaires,il ne tient pas la route: les éoliennes ont besoin en soutien de l'électricité fournie par les centrales nucléaires lorsqu'il y a trop peu de vent, ce qui arrive très fréquemment. Une électricité fournie uniquement par de l'éolien est ingérable, et même dangereuse pour la stabilité du réseau électrique, en particulier en cas de " panne" de vent ou de vent trop fort obligeant à mettre les éoliennes en drapeau. Et en Allemagne, on observe qu'il a fallu construire, à la chinoise, des centrales à charbon pour remplacer les réacteurs nucléaires fermés après Fukushima, malgré un fort développement de l'éolien.
Les médias commencent tout juste à faire un travail d'information qu'ils auraient dû faire depuis longtemps. Nous comptons sur eux pour continuer dans cette voie. Des fiches leur ont été fournies par les associations d'opposants au projet, où sont expliqués pas à pas les considérables problèmes qui se posent, et qui peuvent donc les guider dans leur réflexion. Chacun peut aussi les consulter par le lien www.doceolien.natvert.fr/Fiches_1a.pdf

Durif | 06/03/2017

Monsieur.
Je vous remercie pour l'intérêt que vous portez à notre média et à ce sujet. Cet article fait suite à un premier que vous aviez déjà commenté (http://www.aqui.fr/environnements/tensions-autour-d-un-projet-d-eolien-offshore-au-large-d-oleron,14637.html) où nous étions largement revenus sur les arguments des associations environnementales, que vous connaissez très bien puisque vous en faite partie - au passage, je pense que vous auriez pu fournir une précieuse information objective à nos lecteurs en vous identifiant dans votre post comme membre de Natvert. De plus, comme vous avez sans doute (?) pu le constater, nous n'avons pas manqué d'indiquer plusieurs sites internet, dont le vôtre, afin que nos lecteurs puissent aller chercher des informations complémentaires s'ils le souhaitent. Notre rôle n'est pas d'écrire des articles à charge dans un sens ou dans un autre, mais d'aider le lecteur à se faire sa propre opinion en le guidant vers une compréhension globale des différentes problématiques qui se posent sur un sujet aussi complexe, et qui ne peut s'envisager de manière ni dichotomique ni manichéenne. Par ailleurs, je ne comprends pas à quel moment vous trouvez que nous ayons oubliés les habitants d'Oléron et de la presqu'ile d'Arvert, puisqu'il en est directement question dans les 2e et 3e paragraphes.
J’ajouterai que nous les prenons en compte par le traitement même du sujet. Par ailleurs, nous ne pouvons nous adresser uniquement à eux en en faisant un sujet purement olero-averton, car notre lectorat s'étend sur l'ensemble de la Nouvelle-Aquitaine et nous faisons en sorte les sujets traités par Aqui intéressent aussi bien les Basques ou les Périgourdins que les Charentais. Nous avons justement choisi de traiter le sujet car nous estimons que ce projet d'éolien offshore concerne la population neo-aquitaine bien au-delà de votre seul bassin de vie locale.
Mais, à travers votre commentaire, j'entends surtout votre frustration de ne pas avoir eu la place que vous souhaitiez pour vos arguments. Nous avons déjà eu l'occasion de les relayer, et nous ne manquerons pas de continuer à le faire, toujours dans un soucis d'objectivité, comme vous l'avez vous-même souligné. Rien ne vous empêche non plus d'organiser votre propre conférence de presse, débat public, ou même de solliciter un rendez-vous auprès de notre rédaction. Nous ne manquerions pas de nous y rendre.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !