aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/02/17 : Après sa rencontre avec Emmanuel Macron François Bayrou va « tout faire pour aider » le candidat d’En marche ! dans sa campagne présidentielle. L’ancien ministre de l’économie a salué ce « rassemblement des progressistes qui dépasse les clivages »

22/02/17 : Le carnaval béarnais repart de plus belle à partir du jeudi 23 février à Pau avec, notamment, sa fameuse nuit de l'ours. Il poursuivra ses défilés, concerts, rires et délires jusqu'au dimanche 26 février.+ d'info

22/02/17 : Charente-Maritime : la préfecture organise une réunion publique au sujet du projet d'éolien offshore prévu au large de l'île d'Oléron, le lundi 27 février à 18h30 au complexe Eldorado à Saint-Pierre d'Oléron.

21/02/17 : C'est Le Dorat, localité de 1800 habitants, dans la Haute-Vienne qui doit recevoir en juillet 2019, le Mondial de la tonte des moutons. L'évènement doit rassembler 300 concurrents d'une trentaine de pays, 5000 ovins et attirer 30 000 visiteurs.

20/02/17 : François Bayrou, président du Modem et maire de Pau, dira mercredi après-midi s'il envisage de se présenter à l'élection présidentielle. Cette annonce sera faite à partir du siège du Modem, à Paris.

20/02/17 : C'est le Californien -et ancien résident d'Anglet- Tom Curren, triple champion du monde WSL et triple champion du monde ISA, 52 ans, qui sera le parrain des championnats du monde de surf des nations(ISA), qui auront lieu du 20 au 28 mai à Biarritz.

20/02/17 : La LGV Tours-Bordeaux sera inaugurée à Villognon, en Charente, le 28 février, sur la base de maintenance de Mesea. Le président François Hollande est attendu sur l'événement, mais son éventuelle venue ne sera confirmée qu'au dernier moment.

19/02/17 : Stupéfaction dans la profession agricole après l'annonce ce dimanche 19 février de la "mort brutale" à 58 ans de Xavier Beulin qui présidait aux destinées de la FNSEA depuis 2010

13/02/17 : Des "journées libertaires" organisées par la section étudiante de la CNT-AIT auront lieu à Pau du vendredi 17 au jeudi 23 février. Elles auront pour thème : "mouvements spontanés contre refondation de la Gauche".+ d'info

13/02/17 : Après avoir débuté en Aragon et être passé par la vallée d'Aspe, dans les Pyrénées-Atlantiques, le carnaval béarnais investira les rues de Jurançon le mardi 14 février. Puis il prendra possession de Pau du jeudi 23 au dimanche 26 février.+ d'info

03/02/17 : Après avoir battu Lens en 16e de finales de la Coupe de France, le Bergerac Périgord FC voit se dresser sur sa route une autre équipe du Nord, cette-fois-ci une Ligue 1, Lille. Le match se jouera le 28 février ou le 1er mars.

31/01/17 : Le prochaine édition du Festival du journalisme vivant, qui se déroulera du 27 au 30 juillet à Couthures-sur-Garonne, se fera en partenariat avec le Groupe Le Monde. Ateliers de Couthures-sur-Garonne.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/02/17 | La Rochelle : Jackie Marchand laisse sa place à la tête de La Coursive

    Lire

    Le directeur de la scène nationale La Coursive à La Rochelle, Jackie Marchand, laisse sa place à Franck Becker, actuel directeur du Théâtre de Cornouailles, scène nationale de Quimper. Le ministère de la Culture a validé jeudi matin ce choix du conseil d'administration de La Coursive, qui a auditionné 5 candidats parmi 25 candidatures. Franck Becker, 50 ans, a notamment dirigé la scène national du Jura. C'est son projet au plus près de l'esprit de La Coursive, qui a séduit le jury.

  • 23/02/17 | L'AOC Bordeaux veut sortir des pesticides

    Lire

    Au cours de sa dernière assemblée générale, le Syndicat de Bordeaux et Bordeaux Supérieur a voté une série de mesures (cinq en tout) favorisant une sortie définitive des pesticides. Une interdiction de désherbage chimique pour l'ensemble de ses vignes, et l'obligation pour chacune des exploitation de mesurer un "indice de fréquence de traitement" font notamment partie des mesures. C'est le premier AOC de Bordeaux à l'acter.

  • 22/02/17 | La Région renforce sa coopération avec l'Université Laval

    Lire

    En déplacement à Québec, Alain Rousset, président du Conseil régional, a rencontré ce 21 février, Denis Brière, le Recteur de l'Université Laval à Québec. Ils ont notamment signé une lettre d'intention de coopération visant à renforcer les partenariats en matière d'enseignement supérieur et de recherche entre la Région et l'Université. Sont ainsi concernés, les domaines de la forêt et du bois, de la nutrition-santé, de l'eau, du développement durable et de la responsabilité sociétale, de l'optique-photonique-laser, de la normalisation et du numérique.

  • 21/02/17 | Grippe aviaire : les Pyrénées-Atlantiques soutiennent la filière

    Lire

    Le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques consacrera 1 million d'euros pour soutenir les éleveurs et les entreprises touchées par la grippe aviaire. Les analyses libératoires permettant aux éleveurs d'envoyer les volailles au gavage ou à l'abattoir seront ainsi prises en charge. L'aide aux investissements de biosécurité lancée l'an passé sera prolongée tout comme sera financé un plan de relance des exploitations en difficulté. Un partenariat sera de même engagé avec la filière pour aider les éleveurs isolés et les petites entreprises à trouver des solutions face à la crise.

  • 20/02/17 | La Gironde " territoire à énergie positive"

    Lire

    Ségolène Royal vient de reconnaître la Gironde comme «Territoire à énergie positive pour la croissance verte». A la clé une subvention de 100 000 euros en appui à la réalisation du programme d'actions proposé par le Département Parmi les projets proposés pour répondre à l'appel à candidature l'opération Cocon 33, un projet pilote pour l'isolation massive des combles des bâtiments publics permettant de réduire la consommation énergétique, tout en dynamisant la production locale d'isolants biosourcés et l'emploi non délocalisable. 120 communes ont demandé à y participer, soit 600 bâtiments et près de 150 000 m2.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Ouest des Pyrénées: les partisans de l’ours contre-attaquent

19/09/2016 | Si des bergers refusent l’ours, tous ne les suivent pas. Soutenus par d'autres éleveurs et le FIEP, des élus de Nouvelle Aquitaine montent aux créneaux pour réclamer une ou deux réintroductions en Béarn.

(De g. à d) Nicolas Thierry, J-F Blanco, J-C Coustet, Andde Sainte-Marie, Gérard Caussimont, Gilles Chabannier et Laurent Ouilhon autour d'une empreinte de l'ours Papillon

Voici quelques jours, des éleveurs de brebis opposés aux réintroductions d’ours dans les Pyrénées se sont réunis sur une estive béarnaise (Aqui du 14 septembre). La réponse n’a pas trainé. « On ne peut pas demander que la biodiversité soit préservée dans le monde et ne rien faire chez nous » rétorquent des conseillers régionaux EELV et PS, rejoints par le maire de Borce, un berger de la vallée d’Aspe ainsi que par le président du Fonds d’intervention éco-pastoral. « Les mentalités ont changé. L’ours est l’avenir de nos vallées de montagne » expliquent-ils. En espérant que le ministère de l’Environnement entendra leurs arguments et lâchera une ou deux femelles à l'ouest du massif.

Pour  Andde Sainte-Marie, Nicolas Thierry et Jean-François Blanco, élus des groupes PS et EELV de Nouvelle Aquitaine, les choses sont claires. « Sur la partie occidentale des Pyrénées, on ne trouve plus que deux mâles : l’un de 19 ans, Néré, et l’autre de 12 ans, qui est le fils de Cannelle, l’ourse tuée par un chasseur en 2004. Si on laisse ces animaux s’éteindre sans descendance, cela anéantira plusieurs décennies d’efforts publics et privés en faveur de la cohabitation pastorale ».

C’est également ce que pensent Jean-Claude Coustet, le maire de la commune de Borce, qui se trouve au cœur de la vallée d’Aspe, ainsi que Gilles Chabannier, un berger installé à Buziet, et Gérard Caussimont, le président du Fonds d'intervention éco-pastoral.

« L’ours fait partie de l’ADN des Pyrénées »« Les réintroductions ont une dimension économique et culturelle » estiment les partisans du plantigrade. « La conservation de l’ours en Béarn constitue un atout pour le développement d’un tourisme montagnard ». Une réalité que la Communauté de communes de la vallée d’Aspe cherche aujourd’hui à illustrer en donnant le jour à un « pôle ours ». Ce qui l’a par exemple amenée à prendre une première initiative : la création d’un sentier consacré à cet animal et aménagé au-dessus du village d’Etsaut.

« L'ours fait partie de l’ADN des Pyrénées » affirme Nicolas Thierry, vice-président de l’assemblée régionale en charge de l'environnement et de la biodiversité, avant d’évoquer le rôle central que celui-ci joue dans les mythes et légendes locales, ou encore dans les carnavals qui emportent villes et villages des deux côtés de la frontière.

« C’est à la fois un symbole et quelque chose de très important. Car le fait de cohabiter avec lui nous renvoie à la capacité que l’homme a de vivre avec la nature ». De là à rappeler que les aides accordées au pastoralisme restent conditionnées à la présence de l’ours, il n’y a donc qu’un pas.

« Les mentalités ont changé »Certes, « il y a débat » reconnait-on, tout en déplorant « l’attitude rétrograde » adoptée sur le sujet par Jean Lassalle, le président de l’Institution patrimoniale du Haut Béarn qui s'est opposée cet été aux réintroductions.

" Mais la situation et les mentalités ont changé. L’acceptation sociale n’est plus la même » constatent les pro-ours. Selon eux, le nombre de voix recueillies le 1er juillet par le Comité de massif des Pyrénées en faveur des réintroductions en fournit une preuve. "Une position similaire a été adoptée par les principales communes situées dans la zone de présence renforcée de l’ours" ajoutent-ils. Sans parler des bergers qui se déclarent aujourd'hui favorables à la présence de l'animal.

En effet, une pétition anti-ours a beau avoir circulé dans 400 fermes béarnaises et souletines, les partisans du plantigrade savent, eux aussi, faire leurs comptes. «A l’ouest des Pyrénées, le massif concerné par la présence de cet animal se situe entre les vallées d’Ossau et d’Aspe. Ce qui touche 5 bergers dans la première et un plus grand nombre dans la seconde. Sachant qu’en Aspe, 16 éleveurs sur 33 ont signé en faveur des réintroductions ».

Les « vrais » combatsL'opposition à l'ours affichée dans les milieux syndicaux est également épinglée. « La FNSEA a pris position contre les prédateurs. Mais ce n’est pas en introduisant une ou deux femelles que l’on va révolutionner quoi que ce soit » poursuivent élus et FIEP. «  Dans les années 80, on trouvait une quinzaine d’ours en montagne et les dégâts subis par les troupeaux étaient loin de ceux que peuvent provoquer les chiens errants aujourd’hui. De plus, lorsqu’il y a maintenant un doute sur la présence de l’ours, celui-ci profite toujours au berger et les indemnisations atteignent un bon niveau ». 

En fait, estiment les défenseurs du plantigrade,  les syndicats agricoles feraient mieux de réagir sur d’autres problématiques. « Par exemple,  l’intention de l’Europe de  ne plus financer les aides au portage. De même, si on n’accorde plus de crédits pour rénover les salles de fabrication du fromage dans les cabanes, qui va payer ? Les communes ? »

Quant à l’argument consistant à refuser la présence de l’ours sur des territoires où les troupeaux ont besoin de rester mobiles, sans nécessiter forcément la présence du berger, il est écarté par Gilles Chabannier. « Depuis une trentaine d’années, on a tendance à oublier que les bergers sont les garants de leur troupeau. Une présence humaine est nécessaire. J’ai toujours bataillé pour que l’on puisse être berger en montagne, et y rester ».

« C’est en Béarn, dans la zone ours, qu’ont été inventées des initiatives ayant permis à toute une génération de bergers d’avoir la vie plus facile : les héliportages, les parcs d’estive etc » renchérit le président du FIEP.  «  Ce serait le comble de voir  disparaitre ce qui a contribué à maintenir un pastoralisme et à assurer sa relève ».

« Le temps presse »Partisan d’une politique du compromis, Gérard Caussimont estime enfin qu’il n’y a que justice à remplacer en Béarn les dernières femelles ourses tuées « de la main de l’homme » : Claude en 1994 et Cannelle en 2004, toutes deux abattues en vallée d'Aspe. « Ce n’est pas extraordinairement ambitieux ni ingérable ».

« Pour Cannelle, cela fait 12 ans que l’on attend réparation » rappelle pour sa part l’avocat qu’est aussi Jean-François Blanco. «Car l’argument du chasseur qui affirmait être « en état de nécessité » de tirer sur cette ourse n’a pas été retenu par le tribunal. Cette mort pouvait être évitée ».

Le ministère de l'Environnement entendra-t-il ces arguments ? Les trois conseillers régionaux et les partisans des réintroductions l’espèrent. « Car le temps presse. Si aucune décision n’est prise, il est à craindre que l’on arrive trop tard ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
9830
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !