Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Raymond: une île sur la Garonne ou comment concilier économie et écologie

22/09/2010 |

l'île Raymond et ses brebis

La Communauté de communes du Vallon de l'Artolie vient d'acquérir 45 hectares de terres agricoles sur l'île Raymond avec le concours de la Safer Aquitaine Atlantique. La collectivité a pour cette île un projet à la fois environnemental, agricole, et touristique. Cette île de la Garonne, de près de 100 ha, à cheval sur les communes de Paillet et de Rions, a déchaîné les passions dans le secteur en ce qui concerne son avenir : environnemental pour les pouvoirs publics, agricole, tendance grandes cultures, pour une partie des agriculteurs voisins. « De mémoire d'homme, l'île a toujours porté une activité agricole, de la vigne en passant par l'élevage, raconte Colette Scott, la présidente de la Communauté de communes, et ces 20 dernières années, elle était cultivée en maïs »

Différentes études menées par la collectivité avaient, d'ores-et-déjà, mis en évidence le potentiel écologique et touristique de ce lieu. De l'île en elle-même, mais aussi de la « petite rivière », le bras mort de la Garonne entre l'île et le « continent », qui, une fois remise en eau, pourrait être un lieu de promenade et source de biodiversité. Puis courant 2009, le propriétaire de la moitié de l'île Raymond contacte la Safer Aquitaine Atlantique pour vendre ses 45 ha de terres. Une opportunité, la Communauté de communes se porte candidate. C'est le début d'une année de médiation et de négociation entre riverains, agriculteurs concurrents et pouvoirs publics. La Safer en arbitre.

Concilier écologie et économie
Pour la Communauté de communes, le principal objectif est la protection de l'environnement, en partenariat avec les associations locales et avec les co-financeurs que sont l'Agence de l'Eau et le Conseil Général de la Gironde. Mais le projet est aussi économique. Car il s'agit de maintenir sur l'île une activité agricole, respectueuse du principal objectif prédemment cité - la culture du maïs est alors exclue. Ouverte au public, l'île deviendrait également un lieu de promenade, à pied ou en bateau, un plus pour l'activité touristique du secteur. « La Communauté de communes du Vallon de l'Artolie a la volonté d'être exemplaire, confie Colette Scott, et de montrer que l'ont peut concilier protection de l'environnement et activités économiques ».
En mars 2010, le comité technique de la Safer, réunissant la profession agricole, les collectivités et l'Etat, s'est exprimé par un vote en faveur de la Communauté de communes. Cette dernière s'engage alors à mettre les terres en location à une jeune agricultrice, Sarah Dumigron, récemment installée en élevage ovin. L'opération ainsi finalisée par la Safer permet à la fois de conforter une installation, de maintenir une activité agricole sur l'île et enfin de respecter les critères environnementaux des co-financeurs. L'acte est signé le 19 mai 2010.

Des brebis à la place du maïs
Installée en 2004, Sarah Dumigron a perdu beaucoup de surfaces entre 2008 et 2009, ce qui a mis en péril son exploitation. Depuis, elle doit déplacer son troupeau de 310 brebis d'une prairie ou d'une jachère à l'autre grâce à des prêts ponctuels et donc précaires. Face à la difficulté d'accès aux terres, même en fermage, dans ce secteur finalement proche de l'agglomération bordelaise, la location des terres de l'île Raymond est une aubaine. Surtout pour un élévage extensif de ce type. Car Sarah Dumigron éleve des brebis d'une race particulière, les « scottish blackface », comme le nom l'identique, des écossaises à tête noire. Une race très rustique qui a besoin d'espace. « Ces terres vont tout d'abord permettre de pérenniser mon troupeau, précise-t-elle, puis dans l'avenir, j'espère augmenter mon cheptel si possible ». Depuis avril dernier, la jeune agricultrice a amorcé sa conversion en bio.
Une partie de l'île sera donc remise en prairie, conformément au projet de « renaturation » de la Communauté de communes.

Refaire vivre le rapport au fleuve
« Le projet d'acquisition de l'île Raymond est en fait intégré au plan d'action de l'Agenda 21 de la Communauté de communes du Vallon de l'Artolie », rappelle Lucie Henriot, chargée de mission Agenda 21. Un des axes principaux de ce plan d'action initié en 2005 est la réappropriation des rives du fleuve et des activités fluiviales par les habitants. En un mot, ressusciter la vie autour de la Garonne. Parmi les différentes actions, une fierté, le projet de chantier-école mené par l'association « les chantiers Tramasset ». Ces chantiers de construction traditionnelle de bâteaux en bois deviendront un lieu de formation, en partenariat avec le Conseil Régional et Domofrance. « Nous avons aussi l'intention de réhabiliter les quais de Rions à Langoiran, toujours dans cet esprit de refaire vivre le rapport au fleuve, explique Colette Scott. Il s'agit d'un projet d'intérêt économique par le biais du tourisme, mais aussi d'un projet identitaire, afin de léguer aux générations à venir une partie de cette vie passée avec le fleuve ».


COLETTE SCOTT Présidente de la Communauté de communes du Vallon de l'Artolie
COLETTE SCOTT Présidente de la Communauté de communes du Vallon de l'Artolie« Dans cette histoire, la Safer a joué un rôle d'arbitre très important. Les projets des différents candidats à l'acquisition de l'île Raymond ont été objectivement présentés. Et la Safer s'est prononcée en faveur de la Communauté de communes, à condition que l'on mette les terres en location à Sarah Dumigron, une jeune agricultrice en élevage ovin bio. Un rôle d'arbitre, mais aussi de médiateur, comme on a pu le constater tout au long de cette année de négociations.
Par ailleurs l'implication du conseiller foncier du secteur, M. Lachat, a été très appréciable, que ce soit pour ses conseils techniques et administratifs, que pour le suivi du dossier et sa disponibilité. Depuis la signature de l'acte, un comité de pilotage a été crée, réunissant les associations, les riverains, le conseil de développement, les co-financeurs et le Conservatoire du Littoral. Ce comité de pilotage aura pour mission de mettre en place un plan de gestion qui devra articuler les aspects environnementaux, économiques, mais aussi touristiques. Décider par exemple des sentiers de promenade, des horaires d'ouverture au public, etc. »

Magali Fronzes
Safer Aquitaine-Atlantique

Partager sur Facebook
Vu par vous
1837
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !