18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Réchauffement climatique : "N'accusez pas le jardinier"

30/11/2015 | 70% du territoire des Pyrénées-Atlantiques est en herbe. Un paysage que les éleveurs se chargent d’entretenir. Les intéressés tiennent à le rappeler.

"Sans ruminants, il n'y a pas de prairies" rappellent les éleveurs

« Un hectare de prairie capte autant de carbone qu’un hectare de bois. Mais si notre activité économique ne permet pas de maintenir le paysage, personne ne le fera à notre place » rappellent les agriculteurs. Au moment où les discussions de la COP 21 viennent de s’ouvrir à Paris, ce discours est relayé dans les Pyrénées-Atlantiques. Un département où l’élevage est pratiqué par 7 000 professionnels, bien décidés à tordre le cou aux raisonnements expéditifs.

Une vache broute, rumine et pète. Ce qui relâche du méthane dans la nature, un gaz à effet de serre ayant une influence sur le réchauffement climatique. En un an, les vaches françaises émettraient ainsi autant de gaz que 15 millions de voitures, a-t-il été estimé.
Cette manière réductrice de voir les choses est déplorée par Maryvonne Lagaronne, en charge de la commission bovins viande de la Chambre d’agriculture et Marc Dupouy, le président de la section bovine de la FDSEA. Car c’est vite oublier « l’impact réel que l’élevage des ruminants a sur notre environnement ».

« Un telle activité est en étroitement liée au sol. La production de fourrage exige en effet l’entretien de prairies ayant un impact très positif sur le stockage du carbone ".  Ce qui compense largement , affirment-ils,  les conséquences des rejets animaux.
Dans le sud-ouest, Basques et Béarnais connaissent bien cette réalité. "Un élevage peut être alimenté à 90% par les productions d'une exploitation. Chez nous, on est même bien au-delà grâce à la pâture et aux conserves d’hiver (foin, ensilage) ».
Bref,  « l’élevage a toute sa place dans l’environnement » assurent les exploitants.

Des efforts, depuis des annéesDans un département où 70% du territoire est en herbe,  les efforts déployés depuis des années par la profession pour faire évoluer ses pratiques, sont également soulignés.

« La gestion des fumiers de nos vaches permet par exemple de réduire de manière notable les épandages en engrais minéraux. De même,  on revient à des ensemencements de prairie plus équilibrés en légumineuses comme le trèfle et la luzerne, qui fixent efficacement l’azote de l’air. Car on sait que ce dernier contient 78% de diazote et 20% d’oxygène ».

Sans parler des innovations développées dans d’autres domaines : « En France, des milliers d’exploitations ont mis en place des générateurs photovoltaïques et 54% de la matière première destinée à la méthanisation est issue de l’élevage ».

Un même constat est établi pour les haies que l’activité agricole permet de préserver dans les paysages de bocage. « 700 000 kilomètres de haies sont entretenus tous les jours dans notre pays par les éleveurs. Imaginez le travail !  Moi, à Sauveterre-de-Béarn, j’en ai 45 kilomètres » dit Maryvonne Lagaronne.

L’impact des zones vulnérables« La communication émotionnelle pratiquée autour du réchauffement climatique ne prend pas assez en considération un diagnostic réel » constatent en fait les agriculteurs, qui ont avancé cette année tout un argumentaire dans le cadre de l’opération « Vache verte ». « On ne parle pas assez du puits carbone que représente l’agriculture, ni du fait que plus de 90% des gaz à effet de serre ne proviennent pas de cette activité ».

Alors que 219 000 actifs travaillent en France dans la filière « ruminants », il y a pourtant urgence à changer les regards, s'inquiète Bernard Layre, le président de la FDSEA, très remonté contre la multiplication des tracasseries administratives, mais aussi contre les freins que la révision des zones vulnérables a mis au développement agricole.

Des zones où, explique-t-il, le taux de nitrate admis par litre d’eau est passé de 40 à 18 milligrammes. « Ce qui nécessite des investissements très importants en matière de stockage des effluents, alors qu’en lisière de bois le taux naturel de nitrate est de 25 à 35 milligrammes par litre ! ».

Une déprise inquiétanteDe là à s’inquiéter de l’avenir de la profession, il n’y a qu’un pas. « Dans certains secteurs des Pyrénées-Atlantiques, la déprise sur l’élevage est deux fois et demi plus importante que la normale. Depuis dix ans, le canton d’Arzacq a par exemple perdu 15% d’éleveurs. Sans renouvellement des générations, les terres les moins intéressantes risquent d’être abandonnées et le paysage va changer ». Reste à savoir qui l’entretiendra.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
9736
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !