Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Réchauffement climatique : quand le regard local pousse à l'action

04/12/2018 | Si les Etats parfois s'empêtrent dans leurs bonnes résolutions, les Journée d'études sur les actions locales face au changement climatique à Pau le démontrent: rien ne vaut la proximité pour agir

Les 3 et 4 décembre 2018, deux jours d'études sont organisés sur les actions locales face au changement climatique par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en partenariat avec la Communauté d'agglomération paloise (CAPBP)

Ces 3 et 4 décembre, Le Palais Beaumont de Pau est un peu le Katowice béarnais du climat à l'échelle locale et territoriale. Ici en effet, pas de COP 24, mais à l'occasion de l’étape béarnaise de la tournée régionale du comité scientifique aquitain sur le changement climatique, Acclimaterra, deux jours d'études sont organisés sur les actions locales face au changement climatique par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en partenariat avec la Communauté d'agglomération paloise (CAPBP). La première soirée de ce rendez-vous a ainsi permis le lancement officiel du Plan action climat de la CAPBP ainsi que la présentation de 2 initiatives prospective territoriales d'importance sur le changement climatique et ses conséquences. D'une part, le rapport Acclimatera au niveau régional et, d'autre part, à un à un niveau plus local encore, la Prospective Adour 2050, élaborée par l'Institution Adour.

La première partie de soirée ce lundi 2 décembre, a fait la fête à la dynamique positive de l'agglomération de Pau autour du changement climatique et plus particulièrement encore à ses initiatives en matière de transition énergétique et de mobilité. Alors que dans l'amphithéâtre principal du Palais Beaumont un film récapitulant les grands axes et quelques unes des 58 actions du Plan Action Climat de l'agglomération étaient présentés à un public venu nombreux ; dans une autre salle du Palais, face à la presse, François Bayrou, marie de Pau et Président de l'agglo, signait au côté d'Arnaud Leroy, Président de l'ADEME un contrat d'objectifs Territorial Energie Climat.
Un contrat qui vient reconnaître le travail engagé par l'agglomération depuis le début des années 2010, et soutenir les actions à venir. Conclu pour une période de 3 ans, il permet l'attribution d'une subvention de 432 000 € à l'Agglomération pour faciliter la mise en œuvre et l'animation de son plan Climat sur son territoire. Parmi les « pas de géant » de l'agglomération en matière climatique, François Bayrou cite notamment la prochaine mise en service du BHNS « Fébus »qui fonctionnera à l'hydrogène, le plan vélo de la ville de Pau, «qui compte le plus grand nombre de kilomètres de pistes cyclables par habitant, après la ville de La Rochelle » ou encore le programme de production d'énergie par la méthanisation et l'incinération des déchets qui courant 2019, permettra d'alimenter un réseau de chaleur ayant vocation à terme de couvrir « 30% de la ville, Université et hôpital compris, pour un tarif inférieur de 30% à celui du gaz ». Un dispositif qui pourra être complété pour la chaleur par un autre projet cher à François Bayrou, mais plus lointain : celui de la géothermie ou encore, pour l'électricité, le projet de voilages de photovoltaïque organique... Mais là encore, les premiers essais, s'ils sont sont en partie mené à Pau, démarrent tout juste.

Autant d'exemples et d'initiatives qui, selon le président de l'ADEME, « démontrent que l'on peut faire des choses concrètes pour combiner la question de la fin du monde et celle de la fin du mois », dans un clin d'oeil au mouvement des Gilets Jaunes...

Arnaud Leroy, Président de l'ADEME et François Bayrou, Maire de Pau président de la CAPBP

« Un réchauffement qu'on ne pourra pas éviter »
Des actions et un positivisme qui n'excluent pas, bien au contraire, de se passer d'une véritable photographie de la situation de la Nouvelle-Aquitaine en terme de réchauffement climatique, et de ses impacts très concrets tant sur l'environnement et ses milieux que sur les activités humaines dans la région. Une connaissance permettant de prévoir, et d'anticiper au mieux une adaptation à « un réchauffement qu'on ne pourra pas éviter ». Car tel était bien le message phare porté en deuxième partie de soirée par le climatologue Hervé Le Treut, coordinateur du rapport Acclimaterra. Un rapport sur l'anticipation des changements climatiques en Nouvelle-Aquitaine, autour duquel, en 2 éditions, environ 400 chercheurs ont collaboré dans leurs nombreux domaines de spécialité. « Le réchauffement climatique est un problème de mutation rapide en lien avec nos émissions de CO2. Les changements sont inévitables : nous n'arriverons pas empêcher le réchauffement car à travers notre notre mix énergétique, nous avons commencé à changer les choses depuis les années 50. Or environ 50% des gaz à effet de serre émis depuis cette date (avec par ailleurs des émissions qui sont toujours aller croissantes) restent dans l'atmosphère pour environ 100 ans ». En d'autres termes pour les 20 à 30 années qui viennent l'histoire est déjà écrite car elle est liée aux émissions et réchauffements passés. « L'adaptation au changement climatiques est donc inévitable », ce qui ne dénigre en rien la nécessité d'un ralentissement des émissions actuelles et autres facteurs de réchauffement, pour les 50 ou 100 prochaines années...

"Interpeller les citoyens sur ce qui se passent et va se passer chez eux"
«L'adaptation au changement climatique est non seulement inévitable mais nécessaire, et doit être partagée partout sur la planète, et ne pas induire à l'inverse un repli sur soi » prévient Hervé Le Treut. Pour lui « le territoire local, physiquement délimité, est un périmètre d'action pertinent en raison du caractère direct des décisions qui y sont prises en terme de décision d'adaptation locales à des changement climatiques globaux ». C'est d'ailleurs bien l'enjeu de cette tournée Acclimaterra au-delà de porter à connaissance la richesse du travail fourni, que de sensibiliser acteurs du territoire et citoyens de ce même territoire sur leur nécessaire adaptation à leur échelle dans « une zone de l'Europe de l'Ouest où le réchauffement sera sans ambiguïté ».
Sans entrer dans les détails, le climatologue a notamment cité comment et en quoi les zones de montagnes, l'eau et sa disponibilité, l'énergie, la pêche ou encore les territoires urbains ou les zones humides de la Région Nouvelle-Aquitaine risquaient d'être impactés, et ainsi ouvrir des pistes de réflexion sur les adaptations possibles ou souhaitables à impulser pour s'y adapter au mieux. Une dimension locale qui est, selon Hervé LeTreut et les équipes Acclimaterra en tournée régionale depuis plusieurs semaine, « un élément du succès de ce rapport, en interpellant de façon cohérente et directe les citoyens sur ce qui se passe et va se passer chez eux ». Une manière de leur donner les outils pour agir et peser demain sur les orientations des politiques publiques. Une nouvelle donne citoyenne dans la gouvernance en quelque sorte.

"Collectivement les acteurs du territoire choisissent des scénarios ambitieux"
Elaborer des "scénarios souhaitables" est justement le fondement de la prospective lancée auprès des acteurs du territoire et usagers de l'eau par Institution Adour, en charge de la gestion intégrée de l'eau du bassin de l'Adour. « L'objectif est d'envisager les impacts des changements climatiques et globaux (c'est à dire liés à l'ensemble des activités humaines, ndlr), sur l'eau et les milieux aquatiques des bassins de l'Adour et des côtiers basques à l'horizon 2050 afin de permettre de dégager les actions d'adaptation les plus pertinentes », décrit Mathilde Chassecour, chargée de mission au sein de l'établissement public. Un processus pas encore tout à fait achevé mais qui a déjà eu le mérite « de faire discuter ensemble les acteurs des différents secteurs d'activité du bassin, qui n'ont pas tant l'occasion de se croiser, afin de faire émerger des solutions communes qui fassent consensus concernant l'avenir du bassin de l'Adour », insiste-t-elle. Au total en effet, 65 structures différentes du bassin ont participé aux échanges sur des thématiques aussi diverses que la politique et la gouvernance de l'eau, la population et l'aménagement du territoire, les ressources en eau et énergie, l'agriculture, l'industrie, et le tourisme et loisirs.
Et, bonne surprise, « si individuellement les acteurs auraient pu avoir tendance à tirer la couverture à soi et choisir les scénarios les plus facilement réalisables, et donc les moins ambitieux en terme d'adaptation, collectivement, ce sont les deux scénarios les plus ambitieux qui ont été retenus ». Restera ensuite à partir du début d'année 2019, à mettre en œuvre une 3ème phase de ce travail, qui à partir de ces scénarios choisis aura pour objet de développer concrètement les pistes d'adaptation qui auront vocation à être intégrées dans les démarches des porteurs de projets sur le territoire. De quoi confirmer le point de vue également défendu par Hervé Le Treut: sur une question globale, comme le réchauffement climatique, la perception locale, pousse efficacement à l'action...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5930
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !