Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/05/19 : En Dordogne, le taux de participation aux élections européennes à 12 h est en forte hausse : il est de 25,06 % contre 19,59 % en 2014 et 16,44 % en 2009. Au niveau national, le taux de participation est aussi en progression.

24/05/19 : Le comité de ligne TER du bassin de Limoges aura lieu le mardi 28 mai 2019 à 18h à la Maison de Région, 27 boulevard de la Corderie à Limoges. Au menu: trafic, régularité, qualité des services, travaux, etc.+ d'info

24/05/19 : Dans le cadre de son Plan Action Climat, l’Agglo de Pau propose 2 soirées d’échanges pour encourager l’émergence de projets citoyens: le 4 juin à 20h à la salle des fêtes d’Artigueloutan et le 18 juin à 20h à la salle communautaire de Poey-de-Lescar.

24/05/19 : La Région Nouvelle-Aquitaine, la Régie régionale des transports landais et la SPL Trans-Landes s'apprêtent expérimenter un autocar roulant au bioGNV sur la ligne régionale Dax-Mont-de-Marsan, soit une émission de -95% de particules et -80% co2 en bio gaz

24/05/19 : En partenariat avec le Conservatoire de Espaces Naturels, la Médiathèque André Labarrère de PAU accueille du 22 mai au 8 juin l'exposition "des abeilles sauvages dans ma ville"ainsi qu'une conférence le vendredi 24 mai de 18h à 20h.

23/05/19 : Suite aux actions engagées depuis plusieurs mois et aux demandes des enseignants ainsi que des familles des élèves et citoyen·nes, la FSU47 a décidé d'organiser une réunion publique à Agen, salle Picasso (à côté du Stadium) le mardi 28 mai à 20 h 30.

23/05/19 : Un comité de lignes TER ouvert aux usagers se tient le 23 mai à 18h au lycée du IV-Septembre d'Oloron. Les lignes Bordeaux-Tarbes ; Bayonne-Tarbes et Pau-Bedous y seront étudiées à la loupe: trafic, régularité, qualité des services, travaux, etc.+ d'info

23/05/19 : La Rochelle : Les Francofolies (du 11 au 14 juillet) ont dévoilé la programmation de la scène de la grosse horloge : TERRENOIRE, CORINE, HUBERT LENOIR, CLÉA VINCENT, LA CHICA, YSEULT, MARVIN JOUNO, SAODAJ', DAMPA, DI#SE, SPIDER ZED, KOTTARASHKY.

23/05/19 : Dans le cadre des élections Européennes, Christian JACOB, président du groupe Les Républicains, et la collistière de F.Bellamy Cristina STORONI, vont en Charente-Maritime ce jeudi à la rencontre des acteurs des filières agricoles et des militants LR.

22/05/19 : Deux-Sèvres : les campus des métiers de Niort et Parthenay ouvrent leurs portes les mercredi 22 et vendredi 24 mai de 13h30 à 17h30. Une occasion de découvrir les 32 métiers de l’artisanat enseignés et échanger avec l'équipe autour de l'alternance.

22/05/19 : Elections européennes : La ville de Bergerac lance un appel via les réseaux sociaux et son site internet pour trouver des assesseurs pour dimanche prochain, le 26 mai jour des élections européennes. Plus d'infos : www.bergerac.fr

22/05/19 : Deux-Sèvres: suite à un glissement de chaussée survenu ce mardi soir au Rétail sur la RD748, la circulation est coupée entre Champdeniers et Secondigny. Une déviation a été mise en place par la RD6, RD743 via Parthenay et la RD949bis vers Secondigny.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/05/19 | Coup froid sur le Festival "Biarritz en été"

    Lire

    Le maire, Michel Veunac, a appris avec stupéfaction -et une certaine colère- l’annulation de ce festival par ses organisateurs. Festival d'envergure faisant partie des nouveaux temps forts de l’été. Les organisateurs évoquent des raisons d’ordre financier pour justifier l'annulation soudaine de cette deuxième édition qui leur avait confiée. La Ville de Biarritz a donc décidé de réinscrire deux soirées supplémentaires des Jeudis de l’Océan en juillet et elle organisera un grand concert gratuit le 10 juillet à la Côte des Basques, en collaboration avec l'Atabal.

  • 24/05/19 | Le comblement du passage souterrain de la gare de Marmande sous tension!

    Lire

    Le 23 avril dernier, le passage souterrain permettant la liaison entre les quais de la gare de Marmande a été comblé de béton. Val de Garonne Agglomération et la Ville de Marmande sont vivement opposés à ces travaux effectués par SNCF Réseau sans aucune concertation préalable. Les deux collectivités ont interpellé la direction de SNCF Réseau pour qu’une réunion soit organisée et l’ont informée qu’elles répondraient défavorablement à tout appel de fonds dans l’attente de cette réunion.

  • 24/05/19 | Un patron périgourdin adopte une méthode originale pour recruter

    Lire

    Après l'échec de ses petites annonces à Pôle-Emploi et sur site internet LeBoncoin, Geoffroy Saguet, le patron de l'entreprise Horizons bois à Savignac les églises, en Dordogne, a posé un panneau sur la façade de son entreprise de charpente-menuiserie, pour attirer les candidats. Il recrute des ouvriers qualifiés, charpentiers et menuisiers, un couvreur, un chef d'équipe et un ingénieur, soit 10 postes au total. Il a reçu une trentaine de Curriculum Vitae en dix jours.

  • 24/05/19 | Elections européennes : La Rochelle favorise l'accès aux handicapés

    Lire

    Depuis mars 2019, les personnes majeures sous tutelle sont pour la première fois autorisées à voter. Depuis, la Ville de La Rochelle s’est associée à l’Association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH) pour leur favoriser l'accès à ce premier scrutin du 26 mai. Des membres de l’Association Valentin Haüy et du Relais handicap de l’Université de la Rochelle seront présents avec une grille d’observation pour faire le point sur les aménagements en place et les évolutions possibles.

  • 24/05/19 | L'ADM47 soutient la création du Lac de Caussade

    Lire

    L’Association des Maires de Lot-et-Garonne a organisé le 23 mai au soir un conseil d’administration exceptionnel pour confirmer son soutien à la création du Lac de Caussade et "permettre de trouver rapidement une sortie de crise avec toutes les parties prenantes". Pour rappel, l'ADM47 a adopté une motion de soutien à ce projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Réchauffement climatique : quand le regard local pousse à l'action

04/12/2018 | Si les Etats parfois s'empêtrent dans leurs bonnes résolutions, les Journée d'études sur les actions locales face au changement climatique à Pau le démontrent: rien ne vaut la proximité pour agir

Les 3 et 4 décembre 2018, deux jours d'études sont organisés sur les actions locales face au changement climatique par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en partenariat avec la Communauté d'agglomération paloise (CAPBP)

Ces 3 et 4 décembre, Le Palais Beaumont de Pau est un peu le Katowice béarnais du climat à l'échelle locale et territoriale. Ici en effet, pas de COP 24, mais à l'occasion de l’étape béarnaise de la tournée régionale du comité scientifique aquitain sur le changement climatique, Acclimaterra, deux jours d'études sont organisés sur les actions locales face au changement climatique par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en partenariat avec la Communauté d'agglomération paloise (CAPBP). La première soirée de ce rendez-vous a ainsi permis le lancement officiel du Plan action climat de la CAPBP ainsi que la présentation de 2 initiatives prospective territoriales d'importance sur le changement climatique et ses conséquences. D'une part, le rapport Acclimatera au niveau régional et, d'autre part, à un à un niveau plus local encore, la Prospective Adour 2050, élaborée par l'Institution Adour.

La première partie de soirée ce lundi 2 décembre, a fait la fête à la dynamique positive de l'agglomération de Pau autour du changement climatique et plus particulièrement encore à ses initiatives en matière de transition énergétique et de mobilité. Alors que dans l'amphithéâtre principal du Palais Beaumont un film récapitulant les grands axes et quelques unes des 58 actions du Plan Action Climat de l'agglomération étaient présentés à un public venu nombreux ; dans une autre salle du Palais, face à la presse, François Bayrou, marie de Pau et Président de l'agglo, signait au côté d'Arnaud Leroy, Président de l'ADEME un contrat d'objectifs Territorial Energie Climat.
Un contrat qui vient reconnaître le travail engagé par l'agglomération depuis le début des années 2010, et soutenir les actions à venir. Conclu pour une période de 3 ans, il permet l'attribution d'une subvention de 432 000 € à l'Agglomération pour faciliter la mise en œuvre et l'animation de son plan Climat sur son territoire. Parmi les « pas de géant » de l'agglomération en matière climatique, François Bayrou cite notamment la prochaine mise en service du BHNS « Fébus »qui fonctionnera à l'hydrogène, le plan vélo de la ville de Pau, «qui compte le plus grand nombre de kilomètres de pistes cyclables par habitant, après la ville de La Rochelle » ou encore le programme de production d'énergie par la méthanisation et l'incinération des déchets qui courant 2019, permettra d'alimenter un réseau de chaleur ayant vocation à terme de couvrir « 30% de la ville, Université et hôpital compris, pour un tarif inférieur de 30% à celui du gaz ». Un dispositif qui pourra être complété pour la chaleur par un autre projet cher à François Bayrou, mais plus lointain : celui de la géothermie ou encore, pour l'électricité, le projet de voilages de photovoltaïque organique... Mais là encore, les premiers essais, s'ils sont sont en partie mené à Pau, démarrent tout juste.

Autant d'exemples et d'initiatives qui, selon le président de l'ADEME, « démontrent que l'on peut faire des choses concrètes pour combiner la question de la fin du monde et celle de la fin du mois », dans un clin d'oeil au mouvement des Gilets Jaunes...

Arnaud Leroy, Président de l'ADEME et François Bayrou, Maire de Pau président de la CAPBP

« Un réchauffement qu'on ne pourra pas éviter »
Des actions et un positivisme qui n'excluent pas, bien au contraire, de se passer d'une véritable photographie de la situation de la Nouvelle-Aquitaine en terme de réchauffement climatique, et de ses impacts très concrets tant sur l'environnement et ses milieux que sur les activités humaines dans la région. Une connaissance permettant de prévoir, et d'anticiper au mieux une adaptation à « un réchauffement qu'on ne pourra pas éviter ». Car tel était bien le message phare porté en deuxième partie de soirée par le climatologue Hervé Le Treut, coordinateur du rapport Acclimaterra. Un rapport sur l'anticipation des changements climatiques en Nouvelle-Aquitaine, autour duquel, en 2 éditions, environ 400 chercheurs ont collaboré dans leurs nombreux domaines de spécialité. « Le réchauffement climatique est un problème de mutation rapide en lien avec nos émissions de CO2. Les changements sont inévitables : nous n'arriverons pas empêcher le réchauffement car à travers notre notre mix énergétique, nous avons commencé à changer les choses depuis les années 50. Or environ 50% des gaz à effet de serre émis depuis cette date (avec par ailleurs des émissions qui sont toujours aller croissantes) restent dans l'atmosphère pour environ 100 ans ». En d'autres termes pour les 20 à 30 années qui viennent l'histoire est déjà écrite car elle est liée aux émissions et réchauffements passés. « L'adaptation au changement climatiques est donc inévitable », ce qui ne dénigre en rien la nécessité d'un ralentissement des émissions actuelles et autres facteurs de réchauffement, pour les 50 ou 100 prochaines années...

"Interpeller les citoyens sur ce qui se passent et va se passer chez eux"
«L'adaptation au changement climatique est non seulement inévitable mais nécessaire, et doit être partagée partout sur la planète, et ne pas induire à l'inverse un repli sur soi » prévient Hervé Le Treut. Pour lui « le territoire local, physiquement délimité, est un périmètre d'action pertinent en raison du caractère direct des décisions qui y sont prises en terme de décision d'adaptation locales à des changement climatiques globaux ». C'est d'ailleurs bien l'enjeu de cette tournée Acclimaterra au-delà de porter à connaissance la richesse du travail fourni, que de sensibiliser acteurs du territoire et citoyens de ce même territoire sur leur nécessaire adaptation à leur échelle dans « une zone de l'Europe de l'Ouest où le réchauffement sera sans ambiguïté ».
Sans entrer dans les détails, le climatologue a notamment cité comment et en quoi les zones de montagnes, l'eau et sa disponibilité, l'énergie, la pêche ou encore les territoires urbains ou les zones humides de la Région Nouvelle-Aquitaine risquaient d'être impactés, et ainsi ouvrir des pistes de réflexion sur les adaptations possibles ou souhaitables à impulser pour s'y adapter au mieux. Une dimension locale qui est, selon Hervé LeTreut et les équipes Acclimaterra en tournée régionale depuis plusieurs semaine, « un élément du succès de ce rapport, en interpellant de façon cohérente et directe les citoyens sur ce qui se passe et va se passer chez eux ». Une manière de leur donner les outils pour agir et peser demain sur les orientations des politiques publiques. Une nouvelle donne citoyenne dans la gouvernance en quelque sorte.

"Collectivement les acteurs du territoire choisissent des scénarios ambitieux"
Elaborer des "scénarios souhaitables" est justement le fondement de la prospective lancée auprès des acteurs du territoire et usagers de l'eau par Institution Adour, en charge de la gestion intégrée de l'eau du bassin de l'Adour. « L'objectif est d'envisager les impacts des changements climatiques et globaux (c'est à dire liés à l'ensemble des activités humaines, ndlr), sur l'eau et les milieux aquatiques des bassins de l'Adour et des côtiers basques à l'horizon 2050 afin de permettre de dégager les actions d'adaptation les plus pertinentes », décrit Mathilde Chassecour, chargée de mission au sein de l'établissement public. Un processus pas encore tout à fait achevé mais qui a déjà eu le mérite « de faire discuter ensemble les acteurs des différents secteurs d'activité du bassin, qui n'ont pas tant l'occasion de se croiser, afin de faire émerger des solutions communes qui fassent consensus concernant l'avenir du bassin de l'Adour », insiste-t-elle. Au total en effet, 65 structures différentes du bassin ont participé aux échanges sur des thématiques aussi diverses que la politique et la gouvernance de l'eau, la population et l'aménagement du territoire, les ressources en eau et énergie, l'agriculture, l'industrie, et le tourisme et loisirs.
Et, bonne surprise, « si individuellement les acteurs auraient pu avoir tendance à tirer la couverture à soi et choisir les scénarios les plus facilement réalisables, et donc les moins ambitieux en terme d'adaptation, collectivement, ce sont les deux scénarios les plus ambitieux qui ont été retenus ». Restera ensuite à partir du début d'année 2019, à mettre en œuvre une 3ème phase de ce travail, qui à partir de ces scénarios choisis aura pour objet de développer concrètement les pistes d'adaptation qui auront vocation à être intégrées dans les démarches des porteurs de projets sur le territoire. De quoi confirmer le point de vue également défendu par Hervé Le Treut: sur une question globale, comme le réchauffement climatique, la perception locale, pousse efficacement à l'action...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4796
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !