Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Reportage Aqui!TV7: île de Ré, Grands travaux contre submersion

17/03/2017 | Xynthia est dans toutes les mémoires. Ces images des flots déferlant dans les rues de la Flotte rappellent la singularité d'une île menacée de submersion.

Tempête Xynthia

Depuis que l' Aquitaine est devenue " Nouvelle" la Région s'est enrichie d'un département qui porte bien son nom, la Charente-maritime. Du coup, elle héritait par la grâce d'une côte, entre dunes et rochers, avec une rive du plus grand estuaire d'Europe et des îles magnifiques, d'un littoral, à la fois riche de paysages divers et de rivages submersibles. C'est le cas de l'île de Ré qui vit non seulement de l'ostréiculture, de la viticulture mais surtout d'un tourisme de masse qui multiplie par dix, l'été venu, la population de l'île. Autant dire que les enjeux de la protection du littoral sont considérables comme le rappelle dans l'interview qu'il nous a accordée Lionel Quillet, Président de la Communauté de Communes de l'île de Ré et Vice-Président d'un département qui sous sa houlette s'est engagé dans un programme de grands travaux.

Malgré cela, depuis Xynthia, la protection de Ré a un côté Sisyphe; en effet, l'Etat que le drame de La Faute en Vendée a tétanisé, l'amenant à lancer en urgence la notion de "zones noires", se montre inflexible à l'endroit des communes sur la protection et par voie de conséquence sur l'évolution de l'urbanisation dans l'île. Il avait imposé des mesures de destruction et des cartes - Xynthia plus - qui actaient le relèvement des hypothèses de protection. La question est toujours à l'ordre du jour comme des réunions, ces jours-ci, au Bois Plage et à Ars en Ré, présidées par le nouveau préfet de Charente-Maritime, Eric Jalon, l'ont mise en évidence. Le Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) va être soumis à révision et donnera lieu, cet été, à dix enquêtes publiques, une par commune, dans une période selon le préfet "la moins critiquable". Autant dire que l'Etat entend mettre dans la boucle de la consultation le plus grand nombre de personnes, résidents secondaires et touristes y compris. En tout cas le débat reste vif entre les élus de l'île et les représentants de l'Etat ,

@qui! A la tête de la communauté de communes, après Xynthia, vous vous êtes trouvé face à un défi considérable... Il a fallu concevoir, financer, expliquer à la population la politique à mettre en oeuvre, alors que l'Etat mettait la pression maximale sur les élus pour que les choses avancent vite.

 

Lionel Quillet - J'arrive à la tête de la communauté de communes de l'île de Ré en 2008. je suis maire de Loix-en- Ré depuis 1995 et conseiller général. Xynthia, en 2010, c'est un événement qui nous surprend mais que nous, les insulaires, on attendait un peu. Nous savions très bien que ces événements ou l'eau rentre sur les terres, il pouvait y en avoir, car en 400 ans il y en eût quand même 50. Ce n'était pas un événement inconnu mais le dernier remontait à 1941. Quand Xynthia survient on prend un événement majeur mais la chance de l'île de Ré c'est que son urbanisation est très réduit: seul 20% de son territoire est construit. Si Xynthia fait d'énormes dégâts matériels, avec hélas deux morts à La Flotte, nous n'avons pas connu le pire.

Après le temps de la solidarité, on est redevenu insulaires; nous avons retrouvé une force. Nous avons très bien vu que le problème était appréhendé de façon difficile par l'Etat et qu'il allait falloir se prendre en main pour entrer dans une politique dynamique. Arrivent l'épisode des zones noires, une période très compliquée, un véritable traumatisme ; ça été précipité, mal étudié, excessif. Après cela, sur ma proposition, le département a créée la Mission Littoral de la Charente-Maritime. Notre département est un peu à part parce que l'on à la fois une part d'érosion de la dune comme tous les départements en Nouvelle Aquitaine mais aussi une très grande part de submersion possible, y compris au niveau d'un grand estuaire. Nous sommes face à des problèmes de submersion les plus importants de tout le littoral atlantique, hormis peut être du côté d'Anglet, de Biarritz ou de Bordeaux.

 

@qui! - Grande question qui explique le laisser aller: qui est compétent pour assurer l'entretien des ouvrages?

L. Q - Un gros travail n'a plus été fait à partir de la fin du 19° et surtout après la seconde guerre mondiale. Les grands travaux ont été largement abandonnés et l'on reste entre 1940 et 2010 sans grands travaux, pendant 70 ans. Et, surtout, sans prise de compétence...Qui est compétent pour les faire ? En fait il n'y a pas de compétence bien définie. La loi de 1805 rappelle que celui qui est compétent c'est celui qui est derrière la digue !... Mais à l'époque au 18° au 19 °, voire sous Colbert, tout le monde s'y mettait : les propriétaires, la commune, le gouvernement royal...

"Le plus grand chantier de France"

Le monde a changé. Au XXI° siècle on cherche les compétences. Tout l'intérêt de la Charente-Maritime qui à partir de 2011 monte la Mission littoral, c'est qu'entre cette date et 2017 on organise, en fait, le pus grand chantier de France . En matière de protection contre l'érosion mais surtout la submersion. Notre programme de protection à la Mission Littoral, c'est 150 millions basés sur huit projets "PAPI" (programmes d'action et de prévention des inondations). Tous les territoires s'y mettent. Ré est tête de pont pour cet ensemble : sur 150 millions elle monte un projet à 45 millions un des premiers gros « PAPI » présenté et validé par l'Etat. Cela correspond à un acte positif ; le territoire se prend en main et s'adosse à un département qui prend une décision forte et dit : « si vous faites le boulot je suis là et serais maître d'ouvrage ». Nous avons un véritable outil et, sept ans après, on s'aperçoit que là ou le département n'est pas maître d'ouvrage, ce n'est pas la même histoire.

Le problème qui se pose  c'est bien celui des compétences au-delà du problème financier très important car on sait qu'il faut dépasser les 40 milliards pour restaurer simplement le plan de défense fluvial et littoral français. L'Etat est confronté à une réalité : il n'a pas les moyens pour faire autant mais surtout il réfléchit sur les compétences. Aucun gouvernement de droite comme de gauche -  tous les ministres, les sept de l'environnement, je les ai tous vus – ne veut  se retrouver au 13 heures avec des gens en train de se noyer et avec un Etat responsable.

Derrière la volonté de protéger les personnes, il existe l'intention très claire de transférer la compétence de l'entretien des digues. C'est là qu'arrive la loi Gemapi où, finalement, on la transfère aux communes et aux collectivités mais avec des conséquences beaucoup trop importantes pour les collectivités et des montants qui dépassent le cadre des collectivités. Heureusement l'Etat a mis 40%; il est financeur et valideur ce qui n'est pas rien. Nous, département, on met 20 %, la collectivité référente en l'occurrence pour le PAPI de l'ile de Ré  ce sera 20 % et à l'époque de la région Poitou-Charentes  – c'était à la veille de l'élection législative entre Ségolène Royal et Olivier Falorni - je mène une négociation avec Ségolène Royal qui a pris en compte le dossier . Il y avait certes l'élection, mais Poitou-Charentes ne pouvait pas laisser la Charente-Maritime en dehors de l'aide nécessaire: il y eu alors une confiance totale; c'est que je rappelle maintenant au président Rousset. Par contre la vraie difficulté dans la Nouvelle Aquitaine c'est que nous ne sommes pas culturellement dans le même dossier. Là-bas on raisonne plutôt "érosion" avec le GIP, le Groupement d'intérêt Public Aquitain et une approche du repli vers l'intérieur, d'accompagnement, de captage de sable et c'est normal, mais la Nouvelle Aquitaine se retrouve avec un département, la Charente-Maritime concernée pour 20% par l'érosion mais à 80% par le risque de submersion. Et, là, il n'y a que deux choix : ou l'on défend, et à ce moment là il faut y mettre les moyens ou on ne défend pas et on évacue les gens. C'est la voiture sans airbag et sans frein. C'est là que s'engage la discussion avec la Nouvelle Aquitaine pour faire comprendre qu'elle a hérité d'un département très spécifique. Nous avons plutôt bien travaillé et sommes engagés déjà pour 70 millions de travaux faits ou en cours, par exemple Saint Clément des Baleines, Aytré, Angoulins.. ; 30 millions de projets sont à validation et à lancer bientôt, c'est à dire en 2018. Ensuite 50 millions. Je dois avoir tout lancé en 2020, ce qui correspond d'ailleurs à la mise en place de Gemapi. La Région arrive sur un dossier où elle est partenaire à 20%. Pour l'île de Ré, sur les 45 millions ce sont douze grands chantiers dont cinq sont lancés ; les autres arrivent très rapidement car tous auront du l'être d'ici 2018 et sur les cinq chantiers lancés un vient de se terminer, celui de la digue du Boutillon. Ces douze chantiers représentent 45 millions mais il y a des avenants ; nous sommes entrain de dépasser de 10% et allons plutôt sur 50 millions.

 

 

 

 

 

Interview d'Annick Marchadier, riveraine du port de la Flotte-en-Ré.

 

Interview de Lionel Quillet, Président de la Communauté des Communes de l'Île de Ré.

Joël Aubert et Piotr Czarzasty
Par Joël Aubert et Piotr Czarzasty

Crédit Photo : Jean-Paul Heraudeau

Idées neuves en Nouvelle AquitaineCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
148819
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !