Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/01/20 : Initialement prévue jusqu'au 2 février, l'exposition d'art contemporain QUASAR est prolongée jusqu'au dimanche 23 février à l'Espace des Arts à Pau : une chance, si vous ne l'avez pas encore vue!+ d'info

26/01/20 : Ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a accepté de parrainer la 36e édition du Biarritz Quiksilver Maïder Arosteguy du 10 au 13 avril et placée sous le signe de l'Environnement. De nombreux invités dont Justine Dupont.

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/01/20 | Le chômage recule en Nouvelle-Aquitaine en 2019

    Lire

    Le taux de chômeurs en catégorie A, sans activité et tenus de chercher un emploi, a diminué de 4,3% sur l'année 2019, là où au niveau national la baisse est à 3,3%. Ainsi, il y a 492 800 chômeurs de catégorie A, B et C en Nouvelle-Aquitaine en moyenne au dernier semestre 2019, un repli de 3,7% par rapport à 2018. Les Deux-Sèvres connaissent la plus forte baisse avec -6,2% de chômeurs toutes catégories. L'emploi intérimaire bénéficie d'une faible hausse (+0,1%) et concerne 68 100 travailleurs au mois d'octobre 2019.

  • 28/01/20 | Bordeaux: Le Passeport Escales se jette à l'eau

    Lire

    Levez les amarres ! Le Passeport Escales organise sa journée annuelle jeudi 30 janvier prochain, de 10h15 à 16h30 à Bordeaux, au Village By CA Aquitaine (11 Cours du 30 Juillet). L’occasion de découvrir ce passeport en partenariat avec Atout Port, qui offre des nuits d’escales gratuites dans des ports de toute l’Europe. Pour assister à cette journée animée par Claire Saphore responsable filière mer et tourisme Crédit Agricole et Marina Le Corguillé, directrice du développement Atout Ports, réservation obligatoire à claire.saphore@ca-aquitaine.fr

  • 28/01/20 | Michelin : moisson d'étoiles en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le palmarès de l'édition 2020 du guide Michelin a été dévoilé ce lundi à Paris. Christopher Coutanceau, chef rochelais, y obtient une troisième étoile et vient ainsi côtoyer Michel Guérard et ses "Prés d'Eugénie". Au total, en Nouvelle-Aquitaine, dix nouveaux restaurants se voient décerner une première étoile dont trois à Bordeaux, un à Biarritz (Alexandre Bousquet) et un duo à Saintes (Jérôme Dallet et Coralie Le Diraison). Avec son restaurant du Pyla-sur-Mer "Le Skiff Club", le chef Stéphane Carrade, lui, gagne une deuxième étoile.

  • 28/01/20 | Rentrée sportive pour les jeunes de l'antenne catamaran Royan Atlantique

    Lire

    Après un début d'hiver au repos, retour à l'entraînement pour les jeunes navigateurs du Pôle d’Entraînement Régional Royan Atlantique. Les sportifs de 11 à 18 ans remonteront sur leurs bicoques le mercredi 29 janvier à 16h30 à la base nautique de Saint-Georges-de-Didonne. En plus de cette antenne catamaran, la Nouvelle-Aquitaine compte cinq autres pôles régionaux avec Claouey, Arcachon, Hourtin, Lacanau et La Rochelle.

  • 28/01/20 | En Dordogne, le nombre de demandeurs d'emploi a diminué de 4 % sur un an

    Lire

    La Dordogne a vu son nombre de chômeurs de catégorie A (sans emploi) baisser de 1,4 % au 4e trimestre 2019, soit 270 chômeurs de moins sur l'ensemble du département entre le 3e et le 4e trimestre. Sur un an, la baisse du chômage en Dordogne est de 4%. On compte aujourd'hui 19 440 demandeurs d'emploi. En ce qui concerne les demandeurs d'emploi qui sont inscrits à Pôle Emploi sans activité ou avec une activité partielle (catégories A,B,C) la baisse est de 1,6% au quatrième trimestre 2019 et 3,7% sur un an.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Rochefort s’engage dans la transition énergétique

10/11/2019 | L’agglomération rochefortaise a signé ce vendredi un contrat de transition énergétique avec l’Etat. Emmanuelle Wargon avait fait le déplacement.

Emmanuel Wargon

Le projet de territoire zéro carbone de La Rochelle fait des émules. A commencer chez ses voisins rochefortais, puisqu’après six mois de travail avec l’Etat, l’agglomération Rochefort Océan (CARO) a signé le 8 novembre un contrat de transition énergétique avec le ministère idoine. Objectifs : mettre dans la boucle tous les acteurs (publics et privés) du bassin de vie pour s’engager dans cette transition ; faire de ces actions un moteur de l’économie et qu’elles soient créatrices d’emploi ; accompagner de manière globale la reconversion industrielle du territoire. La secrétaire d’Etat à la transition énergétique est venue en personne signer ce CTE, le 19e de France. Une soixantaine est en cours d’élaboration au niveau national.

Comme dans nombre de projets d’envergure, tout est né d’une convergence d’intérêts. « Il y a douze mois on a proposé à la CARO et à la députée (1) l’idée de monter un contrat de transition écologique spécifique à l’économie circulaire, c’est-à-dire au traitement des déchets et à la revalorisation des déchets », explique Nicolas Vetel, président de l’association rochefortaise Circul’R, qui travaille depuis 2016 au développement d’un réseau d’entreprises (40 aujourd’hui) pour donner une seconde vie aux déchets industriels locaux, avec ou sans transformation. L’homme sait de quoi il parle, puisqu’il est par ailleurs responsable du site rochefortais du laboratoire Rescoll, société de recherche spécialisée dans l'étude des applications industrielles innovantes des matériaux polymères et domaines connexes, dans le secteur de l’aéronautique. Une industrie qui produit un déchet jusqu’alors non valorisés. « Aujourd’hui, le composite est un matériau utilisé de plus en plus dans le transport. Ca permet d’alléger les structures et donc d’être moins gourmand en carburant.  Le problème, c’est qu’on ne sait pas gérer sa fin de vie. On n’en fait rien. Y compris sur les chutes de découpes, lors de la production, les déchets sont broyés et enfouis », explique le dirigeant. Dernièrement, l’entreprise s’est lancée dans la recherche et le développement d’un nouveau matériau qui intégrerait 30% de déchets de composite. Elle a récemment déposé deux brevets en ce sens.

Dans la lignée du projet territoire zéro carbone de La Rochelle

Du côté de la CARO, la motivation des industriels du territoire tombe à point nommée. L’agglomération rochefortaise s’est engagé il y a quelque temps aux côtés de l’agglomération de La Rochelle dans son projet de territoire zéro carbone 2040, et souhaite aller au-delà d’un simple partenariat en travaillant sur ses spécificités. La valorisation des déchets en est un (La Rochelle a son propre réseau, NDLR). « On pourrait aussi expérimenter différentes  solutions liées aux énergies houlomotrice, marémotrice ou osmotique, ou encore l’expérimentation de navettes de transports autonomes », poursuit le président de la CARO Hervé Blanché. Au CTE, la CARO a ainsi ajouté des objectifs comme des déchetteries propres pour le bâtiment ou encore la prise en charge et le retraitement des déchets de la filière pêche et conchyliculture, qui pèse à elle seule 500 t de déchets plastiques par an dans le bassin des pertuis charentais.

Une quinzaine d'actions autour de l'économie circulaire

En tout, 15 actions s’articulant autour de 4 grands axes ont été définies dans ce CTE. Chacune d’entre elle sera portée par un maître d’ouvrage et sera planifiée sur trois ans. Premier axe : développer l’économie circulaire, en particulier l’écologie industrielle, en créant des lieux dédiés à l’économie circulaire et en valorisant ses déchets comme le liège ou le polystyrène expansé. Deuxième axe : donner un coup de pouce à l’émergence d’un système identique dans les filières de la mer et du littoral. Troisième axe : promouvoir l’essor d’une économie circulaire dans le BTP (réemploi des outils, peintures, etc.). Quatrième et dernier axe : faire émerger une filière « innovante » de valorisation des déchets composites – l’objectif de la CARO est non moins de la faire rayonner à l’échelle nationale.

« Le CTE va permettre de mettre les acteurs de la filière autour de la table, en particulier les financeurs que sont notamment la banque d’investissement, la Région, l’Ademe, les fonds étatiques de la recherche – et ce dans le but de mettre en place une vraie filière de retraitement des composites », se réjouit Nicolas Vetel. Parmi les premières retombées concrètes de ce contrat : Rescoll va pouvoir lancer des études plus précises sur les techniques de revalorisation afin de trouver la plus adéquate (par broyage, chimie ou autre), et une économique pour mesurer l’impact et la rentabilité d’un tel produit sur le marché.

L'Etat en attente d'un retour sur investissement

La mise en place des 15 actions va s’accompagner d’une aide d’ 1 million d’euros : 430 000€ de l’Etat, 408 000 € des communes et intercommunalités, 140 000 € du secteur privé. « Aujourd’hui, la question n’est pas de savoir si c’est du développement économique ou écologique, c’est du développement tout court et il est durable », a insisté Emmanuelle Wargon, qui a prévenu les acteurs du territoire : il faudra un bilan chiffré à moyen terme, aussi bien en terme d’actions duplicables ailleurs que de création d’emplois. Elle compte également sur le développement de la participation citoyenne. « Il faut qu’on arrive à toucher les habitants, à créer une prise de conscience. Il faut qu’ils y soient associés pour peut-être demain être ceux qui proposeront l’action 16 ou 17 de ce contrat ».

(1)    Frédérique Tuffnell, députée de la 2e circonscription de Charente-Maritime (bassin de Rochefort) et membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire à l’Assemblée.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
5742
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !