Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/12/20 : Bordeaux-L'Observatoire girondin des libertés publiques organise ce vendredi 4 décembre 18h, Place de la Victoire, un rassemblement contre la loi "Sécurité Globale". Dans ce cadre, la mobilisation du 28 novembre avaient déjà réuni 20 000 personnes+ d'info

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/12/20 | Une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret

    Lire

    La société BFM Biométhane a été créée par trois entreprises agricoles pour porter une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret dans les Landes. Dans le cadre du projet, plutôt que d'être détruites avant l'implantation de la culture principale, les cultures intermédiaires seront valorisées grâce à la méthanisation à des fins énergétiques. Le projet permettra d'éviter l'émission de 4600 tonnes équivalent CO2. Pour la construction de cette unité de méthanisation, la Région vient d’allouer une subvention de 700 000 euros.

  • 04/12/20 | La Flow Vélo poursuit son développement sur Grand Cognac

    Lire

    La Flow Vélo, qui relie l’Ile d’Aix à Thiviers longe le fleuve Charente et termine son tracé au coeur du Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin. Un plan global d’aménagement a été élaboré pour mettre en œuvre le tracé définitif en garantissant la qualité et la sécurisation du parcours. C’est dans ce contexte que l’agglomération de Grand Cognac prend en charge la réalisation d’un linéaire de 35km au travers 3 phases de travaux. La 3ème phase, correspondant à l’aménagement entre Jarnac et Angeac bénéficie d’une aide régionale de 316 000 euros.

  • 04/12/20 | Restauration des zones humides en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l'appel à projets « restauration des zones humides de têtes de bassin versant », la communauté de communes Ventadour-Egletons-Monédières en Corrèze, propose d'accentuer son action avec la reconquête pastorale de zones humides dégradées du bassin versant du ruisseau d'Egletons, ainsi que la restauration des fonctions hydrologiques et du potentiel d'autoépuration de la zone humide du Maumont. La Région vient d’attribuer une aide de 61 000 euros à la Communauté de Communes pour les travaux d’investissement.

  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Stockage de gaz dans les Landes: Henri Emmanuelli interroge EDF

12/09/2012 | Face aux craintes suscitées par le projet de stockage de gaz dans le sous-sol landais le président du conseil général des Landes se tourne vers EDF.

Manifestation à Messanges contre le projet de stockage de gaz d'EDF

Le projet de stockage de gaz souterrain dans les Landes porté par EDF suscite une forte opposition de la population locale et des associations. Le collectif citoyen stockage-gaz-landes attend que les grands élus de la Région prennent position. Pour l'heure, il est encore trop tôt. Ceci étant, Henri Emmanuelli a reçu vendredi 31 août les responsables d'EDF. "En toute hypothèse, je leur ai demandé de travailler à l'élaboration d'une solution alternative au rejet de la saumure sur la cote sud des landes incompatible avec l'image touristique de notre département". Explications.

EDF envisage de stocker dans le sous-sol des Landes 600 millions de m3 de gaz (soit l'équivalent de la consommation annuelle de 800 000 habitants). D'importants dômes de sel de qualité ont été identifiés dans le secteur de Pouillon, près de Dax. Ils peuvent se transformer en cavités salines, idéales pour stocker en sécurité du gaz, une fois la roche creusée à grand renfort d'eau à haute pression à plus de 1 000 mètres de profondeur. Un prélèvement de ressources en eau douce est exclu. Une double canalisation enterrée acheminerait l'eau de mer depuis l'océan jusqu'au site de stockage et en sens inverse évacuerait à plus d'1,5 km de la côte les eaux salées liées à la création et au lessivage des cavités. Ce projet suscite une vive opposition locale. C'est l'un des enseignements du débat public. Cet été, le collectif citoyen "stockage-gaz-landes" a tracté contre ce projet durant la saison estivale à destination des nombreux touristes avec le soutien de 23 municipalités, dont les stations balnéaires de Capbreton et d'Hossegor. Sa pétition a recueilli 13 000 signatures, selon le collectif.

Un investissement de 650 millions d'euros, mais quel impact sur l'économie locale ?Pour l'heure, il ne s'agit que d'un projet. Les résultats d'un deuxième forage dans le sous-sol landais, attendus à la fin de l'année, seront déterminants pour déterminer si EDF lance ou non la phase suivante. Début 2013, si EDF décide la poursuite du projet, une concertation sera menée avec l'ensemble des élus, des acteurs économiques, des associations et de la population. A l'issue de cette concertation, EDF déposera un dossier de demande d'autorisation à la Préfecture. Suivra une enquête publique durant laquelle, le Conseil général sera amené à donner un avis officiel. Mais, aucune position ne sera affichée avant. "Le déroulement de cette procédure réglementaire n'empêche pas le Département de suivre le dossier de très près. Et de s'interroger sur l'impact environnemental et économique d'un tel projet", écrit Henri Emmanuelli dans un communiqué le 4 septembre. Afin d'obtenir davantage d'informations, il a reçu vendredi 31 août les responsables d'EDF. "En toute hypothèse, je leur ai demandé de travailler à l'élaboration d'une solution alternative au rejet de la saumure sur la cote sud des landes incompatible avec l'image touristique de notre département. A eux de nous dire s'il existe une possibilité qui privilégie l'utilisation d'eau en circuit fermé et prenne en compte la valorisation du sel ainsi extrait",   a-t-il rapporté. En outre, le président du Conseil général des Landes a mis en garde les opposants au projet. "Les inquiétudes exprimées par certaines collectivités, des associations et les industriels de la glisse sont compréhensibles. Mais elles ne doivent pas nous empêcher de faire preuve de responsabilité et de mesure.
Afficher en plein été devant les offices de tourisme des tracts annonçant que les plages landaises seront bientôt polluées par des rejets industriels relève de la pure désinformation". "Il n'y aura aucun rejet industriel. Nous n'évacuerons que de l'eau salée. D'après nos premières études, la faune et la flore ne seraient pas impactées, mais bien sûr nous poursuivons les concertations avec les associations", répond de ce côté Michel Bellec, directeur des infrastructures gazières d'EDF. Ce projet de 650 millions d'euros devrait créer 250 emplois. "Quelle est la réelle nécessité d'un tel projet et sa véritable opportunité ? S'inclut-il dans la stratégie énergétique de notre territoire tournée vers les énergies renouvelables ? Combien de ces 650 millions d'euros seront-ils en fin de compte destinés à l'économie locale ? Quels impacts sur l'agriculture, la sylviculture, le thermalisme, le tourisme ?", demande le collectif.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Surfrider Foundation

Partager sur Facebook
Vu par vous
1790
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Roselyne VIENNE | 17/09/2012

Bonjour,
J'aimerais savoir pourquoi EDF souhaite stocker du gaz ? Pour avoir un stock-tampon et "jouer" avec les fluctuations des prix ? ou pour quelle autre raison ?

Webmestre | 17/09/2012

Bonjour,
L’objectif pour EDF est de constituer des réserves de gaz, afin de réguler la production électrique journalière et de faire face aux pics de consommation l’hiver dans un contexte, où les énergies renouvelables vont prendre plus d’importance et ne suffiront pas à elles-mêmes à répondre à nos besoins.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !