08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

27/07/22 : Au 2ème trimestre 2022, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) affiche une baisse de 1,5 % sur le trimestre et de 16,8 % sur un an.

25/07/22 : Les feux de Landiras et la Teste de Buch sont désormais fixés, après 12 jours de lutte. 131 km de pare-feu et lignes d'appui réalisés avec la DFCI, les acteurs de la filière, bénévoles, agriculteurs et chasseurs. Les habitants évacués rentrent chez eux.

20/07/22 : Thomas Cazenave, député Renaissance de Gironde, est élu président de la délégation parlementaire aux collectivités et à la décentralisation. Avec un parcours de haut-fonctionnaire plutôt que d'élu territorial, il remplace le Gersois, Jean-René Cazeneuve.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/22 | Littoral royannais: tout savoir sur les conditions de baignade !

    Lire

    Afin de faciliter l'information des usagers sur les conditions de baignade des 22 zones aménagées et surveillées des 7 communes littorales du territoire de l'agglomération de Royan, une page internet a été créée permettant de localiser les postes de secours et connaitre en temps réel : la couleur du drapeau de baignade, les horaires de surveillance, la météo, les températures de l’eau et de l’air, les horaires et coefficients de marées et le panneau du plan de la plage. Ce site lancé mi-juillet et encore en expérimentation est disponible à l’adresse : plages.agglo-royan.fr

  • 08/08/22 | Viticulture: le prolongement des PGE et l’arrachage restent en suspens

    Lire

    La chambre d'agriculture de Gironde a renouvelé sa demande de prolongation, sans pénalité, des Prêts Garantis par l'Etat (PGE), auprès du ministre de l'agriculture, Marc Fesneau. Le président Jean-Louis Dubourg espère qu’une solution puisse être trouvée au moins pour les sinistrés des épisodes climatiques de cette année. Concernant la demande d’une prime à l’arrachage, le Ministre souhaite trouver une solution adaptée aux besoins des différents bassins de production viticole.

  • 05/08/22 | Risque très sévère de feux de forêt en Charente-Maritime

    Lire

    A compter de ce samedi 6 août, le département Charente Maritime est en alerte très sévère. Tout feu de plein air ou feu d'artifice est interdit. Seuls les feux d’artifices tirés depuis la mer sont autorisés. Les manifestations festives, culturelles et sportives sont interdites dans l’ensemble massifs boisés du département. L’accès aux bois, forêts et landes des communes du massif de La Double Saintongeaise qui compte 29 communes est interdit.

  • 05/08/22 | Marzet Electrolyse fait sa transition énergétique

    Lire

    A Châtellerault, Marzet Electrolyse est spécialisé dans le traitement de surface des métaux et le zingage pour tous les domaines industriels. Afin de s'inscrire dans une démarche de développement durable, la PME change le mode de chauffage des bains de traitement de surface en remplaçant les résistances électriques par une installation fonctionnant à partir de la chaleur produite par un système de 2 pompes à chaleur. Cet investissement permettra de réduire la consommation énergétique de l'entreprise de 130 Mwh/an.

  • 05/08/22 | Sècheresse : Les Pyrénées-Atlantiques étendent les restrictions

    Lire

    Après avoir pris des restrictions sur l'usage de l'eau dans 26 communes des Pyrénées-Atlantiques, la préfecture vient d'élargir la zone de restriction à 76 communes supplémentaires au sud et à l'ouest du Pays Basque ainsi que sur le secteur d'Orthez. L'arrosage y est donc interdit de 8h à 20h. Le lavage des véhicules, tout comme le remplissage des piscines est strictement interdit. Et la ville de Biarritz suspend les douches et robinets sur les plages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Sur le marais de Talmont, agriculture et biodiversité vont de pair

24/08/2021 | Agriculture, environnement et paysage. La redynamisation du marais de Talmont-sur-Gironde (17) est la concrétisation d'un partenariat réussi autour d'enjeux partagés.

1

Depuis 2 ans qu'ils sont là, les moutons d'Olivier Mitsieno font partie du décor de Talmont-sur-Gironde en Charente-Maritime. Un atout paysager et touristique de plus pour la Petite cité de caractère également membre du club des Plus beaux villages de France. Pourtant l'arrivée du troupeau et la transformation du paysage, d'un espace embroussaillé en un désormais bucolique décor de prairies humides, ne tient en rien du hasard ou de la coïncidence, mais de la volonté de quelques acteurs engagés. Un bel et ambitieux projet de territoire mené de concert par la Safer de Charente-Maritime et le Conservatoire du littoral, avec l'aide du Conservatoire des espaces naturels et la Chambre d'agriculture.

Le Marais de Talmont a eu plusieurs vies. D'abord gagné par l'homme sur la mer, il a connu un temps l'élevage, avant de basculer dans une activité de grandes cultures... qui, à son tour, a perdu en importance ; entraînant sur certaines zones enfrichement et fermeture du milieu naturel. Une situation dommageable tant à l'économie locale, qu'au paysage et à l'environnement : un milieu fermé perd en effet de sa richesse en termes de biodiversité.

Maintenir une entité unique
Alors, en 2017 quand un propriétaire de 124 hectares de foncier sur le marais de Talmont contacte la Safer afin de vendre, hors de question pour le directeur Paul Arnold de laisser passer cette possible opportunité. Conscient de la faible valeur agronomique des terres, de leur embroussaillement assez important mais aussi, pour 39 hectares, de leur zonage en espace naturel sensible, son premier réflexe est de prendre contact avec le Conservatoire du littoral pour ensemble réfléchir au sort de cette propriété.

Et les échanges entre les responsables sont féconds. Née alors l'idée commune « de maintenir une entité foncière unique et le projet de dynamiser le marais, de redonner un élan à l'élevage local, et permettre l'installation d'un jeune agriculteur sur ce secteur-là », synthétise Jérôme Guivel, délégué adjoint du Conservatoire du littoral. « Sous cet angle-là, on s'est aussi mis d'accord sur le prix, et j'ai ensuite fait valider ce projet par le comité technique Safer et mon président qui a fortement soutenu l'idée », complète Paul Arnold.

La Safer rachète donc en 2018 l'ensemble des terres, y compris, avec l'accord du Conservatoire du littoral, la zone d'espace naturel sensible sur laquelle il aurait dû être prioritaire. Le Conservatoire du littoral rachetant la totalité dans un second temps. Des tractations foncières nécessaires pour pouvoir monter le projet de territoire imaginé par les acteurs locaux, et assumer une certaine rapidité à l'ensemble de la procédure...


Redynamiser le marais
« Parallèlement à l'achat par la Safer, le Conservatoire du littoral, le Conservatoire des espaces naturels, la Chambre d'agriculture et la Safer se sont mis autour de la table et ont rédigé un appel à projet disant que nous cherchions à installer un ou plusieurs jeunes, plutôt en ovin ou caprin, pour éviter le tassement de sol. Avec l'objectif de reprendre la globalité de cette propriété en location », décrit le responsable Safer 17.

La rhéabilitation des marais de Talmont vu depuis le cielLa réhabilitation du marais de Talmont-sur-Gironde vue du ciel - Crédit CEN


La candidature d'Olivier Mitsieno sera ainsi retenue. Dans une optique de ré-orientation professionnelle, il propose d'élever brebis et agneaux, « uniquement à l'herbe avec pour objectif la vente de viande bio en circuit-court ». Des clients de proximité dont Olivier témoigne volontiers de leur satisfaction « de voir qu'on redynamise ce lieu, ce paysage et que la vie y revient ». Voir les brebis qui gambadent sur de vertes prairies non loin d'échassiers posés là, est plus appréciable que le fouillis de broussailles qui s'y développait il y a peu.

Aménagements environementaux, pastoraux et hydrauliques

Mais, avant même le rachat des surfaces par le Conservatoire du littoral, et l'installation du jeune éleveur, des travaux sur les prairies ont été mis en œuvre. « Pour ne pas risquer de perdre une année culturale, on a convenu avec nos partenaires que la Safer fasse remettre en état l'ensemble des prairies. Un investissement important remboursé au moment de l'achat par le Conservatoire du Littoral », explique Paul Arnold plutôt fier de préciser que cette initiative était une première au niveau national.

En détails, « d'importants travaux ont été réalisés sur certaines parties du territoire, qui étaient soit fortement embroussaillées, soit envahies par une plante envahissante d'Amérique du nord. Il y a aussi eu un suivi du travail du sol et l'ensemencement d'une centaine d'hectares avec environ 3 tonnes de semences implantées sur le site... » explique Yann Turgis, pour le Conservatoire d’Espaces Naturels. Mais l'association a aussi oeuvré à restaurer le caractère humide de ces prairies en ré-aménageant les drains existants. Objectif : « favoriser l'accueil de la biodiversité des oiseaux, des amphibiens, des insectes ainsi que le développement de la flore aquatique ».

Un travail avec l'éleveur a également été mené pour réaliser des aménagements pastoraux nécessaires. «  13 km de clôture ont été implantés par l'éleveur avec du matériel fourni par le Conservatoire du littoral, des pas d'accès ont été aménagés pour la conduite du troupeau, et certains aménagements ont été faits en faveur de la biodiversité : on a planté environ 1500 m linéraires de haies pour restaurer le cadre paysager et bocager du site », cite Yann Turgis.

Aménagements hydrauliques du marais réalisé par le CEN et clôture à mouton posé par Olivier Mitsieno, avec du matériel financé par le Conservatoire du littoralParmi les travaux mis en oeuvre : des aménagements hydrauliques réalisés par le CEN et la clôture à moutons posée par Olivier Mitsieno, avec du matériel financé par le Conservatoire du littoral - crédit J. Privat
 

Deux ans après l'installation, les contacts sont encore nombreux entre ces acteurs et l'éleveur. « En raison du manque d'expérience du jeune à son arrivée, le choix a été fait de suivre de très près le développement de son activité par le Conservatoire des espaces naturels et la Chambre d'agriculture », précise Paul Arnold qui note encore dans les priorités à mettre en oeuvre « le raccordement du marais à l'eau potable pour l'abreuvement des animaux ». L'autorisation doit en passer par le Département...

"Donner le meilleur au territoire"

Sur le terrain, si le bien-fondé de ce type de partenariats pour atteindre les objectifs de préservation et de restauration de la biodiversité ne fait pas discussion, le projet est aussi observé de très près par les acteurs agricoles locaux. « Il a pu y avoir quelques maladresses, reconnaît Paul Arnold, mais lors d'un bilan à venir entre les partenaires, les différents points seront évoqués pour, en cas de besoin, rééquilibrer ou réorienter les choses un peu différemment », indique-t-il avant d'ajouter un brin philosophe, « on est là que de passage et l'objectif pour nous c'est de donner le meilleur au territoire. Ce projet démontre que par la volonté et l'ouverture d'esprit des personnes en place, on peut avancer dans une direction commune ».

Même satisfaction du côté de Jérôme Guivel : « Ce dossier est fondateur. Il nous a permis de nous connaître et de travailler ensemble avec la Safer. On a d'ailleurs conclu une convention cadre de partenariat et on a plein d'idées de projets nouveaux sur le territoire et dans ces espaces de marais, où vraiment, agriculture et biodiversité vont de pair » .

Talmont-sur-GirondeAu loin, Talmont-sur-Gironde en Charente-Maritime - crédit J.Privat

Solène Méric et Julien Privat
Par Solène Méric et Julien Privat

Crédit Photo : J. Privat et CEN

Partager sur Facebook
Vu par vous
16034
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !