aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Tensions autour d'un projet d'éolien offshore au large d'Oléron

08/11/2016 | Un projet éolien offshore au large d'Oléron provoque l'inquiétude des associations environnementales

Un projet éolien offshore au large d'Oléron provoque l'inquiétude des associations environnementales

Ce pourrait être le débat polémique de ces prochains mois : un projet de parc éolien à 15 km au large de l’île d’Oléron, porté par la société WPD Offshore. Cet espace de 130 m2 équipé de 80 éoliennes de 180 m de haut fournirait 500 Mégawatts à l’horizon 2020. Un projet pharaonique de 4 milliards d’euros, dont 57% du coût pour la seule construction, qui engendrerait « 2000 emplois », promet la société, « dont 400 à 600 sur le port de La Rochelle », qui pourrait devenir la base arrière du site offshore. Mais le projet pose problème aux associations de protection de l’environnement : il est implanté au cœur du parc naturel marin.

Côté face, la vitrine est belle, avec ses créations d’emplois, un développement conséquent de l’activité du port de La Rochelle et des partenariats avec des entreprises de la région pour la fabrication et/ou la maintenance des diverses pièces. Coté production, les 500 Mégawatts promis suffiraient à couvrir la consommation de la Charente-Maritime, promet encore WPD Offshore. Sans compter la taxe, prévue par l’Etat sur les parcs éoliens, dont une bonne partie retomberait dans l’escarcelle des collectivités locales concernées. Les retombées promises ont suffisamment emballé les élus de la communauté de communes d’Oléron, pour qu’ils écrivent un courrier au gouvernement afin de demander que le projet soit inscrit au 4e appel d’offre lancé par L’Etat (1). La Ville de la Rochelle et la Région affichent également leur soutien, au point d’organiser un grand rassemblement sur un bateau de croisière, lundi 7 novembre, avec des entrepreneurs de l’éolien et des activités connexes, pour vanter les mérites du projet, à la veille du lancement des Assises de la Mer. François Hollande est d’ailleurs attendu à ces Assises, et les élus charentais-maritime sont nombreux à espérer que le président donnera officiellement sa position concernant ce projet.

Des questions ....

Côté pile, le projet soulève pour le moment bien des questions d’ordre environnemental, sur lesquelles ne manquent pas de mettre le doigt les associations de protection de la nature, comme Nature Environnement 17, la Ligue de protection des oiseaux (LPO), Natver, Ré Nature environnement. Première pierre d’achoppement : le projet se situe au cœur du parc naturel marin, qui classe le site depuis avril 2015 comme zone sensible et protégée. Or, un parc éolien aurait irrémédiablement un impact sur la flore et la faune marine, en mer, mais aussi en l’air. « La couche superficielle de la terre sous-marine produit du phytoplancton et des sédiments qui servent de nursery et de garde-manger à un certain nombre d’espèces de faune et de flore. L’enfoncement des pieux et la pose des câbles, à 1m40 de profondeur, avec des travaux sur 3 à 4 ans, vont déstabiliser les sédiments, très volatiles, et ses habitants, privés de nourriture et de leur habitat », prévient Pierre Le Gall, enseignant chercheur en biologie marine et océanographe à la retraite. Couplé aux vibrations engendrées par les moteurs des éoliennes et aux chocs des vagues sur les pilônes, les poissons migrateurs comme l’esturgeon, et les mammifères marins, comme les dauphins, très présents sur la zone, et qui se dirigent au sonar, pourraient déserter, faute de pouvoir s’orienter. Un argument que la société WPD Offshore balaie d’un revers de main, assurant que sur « certains sites » d’éolien offshore, notamment en mer du Nord, « les poissons sont revenus » et « les pêcheurs avec ». Mais la configuration et les paramètres des parcs éoliens de la mer du Nord sont bien évidemment différents de l’Oléronais.

...l'inquiétude de la LPO

La LPO s’inquiète elle aussi de l’emplacement du projet, situé sur un axe migratoire important et entre deux « zones de protection spéciale » (ZPS) des pertuis Charentais et de Rochebonne, où nichent et se reproduisent des espèces rares ou en danger d’extinction, comme le Puffin des Baléares. Selon la LPO, les rares études d’impact sur l’éolien existantes ont démontré que les oiseaux migrateurs sont les premières victimes des pales des éoliennes. « Et on retrouve deux fois plus de cadavres quand les éoliennes sont implantées à moins d’un kilomètre d’une ZPS », précise Goeffroy Marx, responsable éolien et biodiversité à la LPO. Selon Nature environnement 17, les chauves-souris seraient également concernées (certaines espèces peuvent s’aventurer jusqu’à 80 km des côtes, ndlr).

Les associations environnementales s’inquiètent également de l’emplacement du site sur une zone sismique, non loin de l’épicentre du dernier tremblement de terre qu’a connu la Charente-Maritime au printemps. Elles demandent à ce que soit réalisée une véritable étude sismique, avec des professionnels indépendants, pour connaître les risques.

Ultime pierre d’achoppement : l’impact paysager. Le problème ne serait pas tant en mer que sur terre. Pour raccorder les éoliennes à la terre, le réseau de câbles à haute tension devra passer par la presqu’île d’Arvert, et donc par la forêt de la Coubre, pour aller jusqu’à son point de raccordement à Saintes, avec peut-être une zone intermédiaire à Saujon.

Mais ce qui interpelle le plus les associations environnementales, c’est une lettre de l’Agence des aires marines protégées, écrite à la préfète de Charente-Maritime en juillet 2015. Cet organisme de l’Etat y précise qu’au vue des « enjeux forts » environnementaux (les mêmes que ceux soulevés par les associations), « l’inscription en tant que telle en zone propice au développement de l’éolien offshore dans la zone « sud Oleron » serait de nature à compromettre les engagements pris par la France au titre de la directive Oiseaux ». Les associations espèrent que l’Etat ne désavouera pas.

 

(1)    Rappel : l’Union européenne a fixé en 2007 de porter à 23% la part des énergies renouvelables dans la consommation d’électricité à l’horizon 2020, que ce soit en éolien terrestre, maritime ou de l’hydrolique ou du photovoltaïque. L’Etat a déjà lancé ainsi trois « appels d’offres », c’est-à-dire des sortes d’appels à projets sur des territoires définis par l’Etat.

 

Mise à jour le 27/01/17 : Suite à l'approbation par la ministre Ségolène Royal d'ouvrir l'appel d'offre pour un projet éolien offshore sur la zone, le préfet de Charente-Maritime a annoncé lors de ses voeux du 27 janvier, que l'appel d'offres serait lancé entre fin 2017 et début 2018, et ouvert le plus largement possible (non pas à une seule entreprise). Avant cela, il a annoncé reprendre les réunions de concertations avec les acteurs socio-professionnels impliqués, dont les associations environnementales, et les élus des bassins de vie concernées (Oléron et la Presqu''ile d'Arvert), notamment par le passage des lignes de raccordement. Des réunions publiques avec la population locale seront également programmées, a assuré Eric Jalon. 

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
10153
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Durand Bernard | 10/11/2016

lisez donc ce dossier, et faites le lire à vos lecteurs, vous en apprendrez plus sur ce projet et sur l'éolien en général
http://eolien-oleron.natvert.fr/centrale-eolienne-mer-pres-doleron-vaut-peine

Durif | 22/11/2016

Bonjour. C'est effectivement parce que nous l'avons lu et que nous avons participé à diverses réunions publiques, dont la votre, que nous avons pu écrire cet article. Vous avez raison de renvoyer à votre site, cela ne manquera pas d'intéresser des lecteurs qui souhaiteront en savoir plus.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !