aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Torrents pyrénéens : les sentinelles d’EDF

18/08/2016 | Depuis juillet, des hydroguides mettent en garde les vacanciers contre les lâchers d’eau que peuvent effectuer les barrages sur les gaves. Sage précaution

Benjamin, l'un des hydro-guides mobilisés dans les Pyrénées-Atlantiques

Une compétition sportive diffusée à la télévision, des climatiseurs que l’on fait fonctionner à pleine puissance en période de canicule… L’été, de multiples raisons peuvent expliquer la hausse de la consommation d'électricité. Ces demandes, qui peuvent intervenir à tout moment, mettent à contribution les barrages hydro-électriques. Pour faire fonctionner les turbines des usines se trouvant en aval, ces derniers procèdent à des lâchers d’eau qui reviennent ensuite dans le milieu naturel. Mieux vaut alors ne pas se trouver dans le lit d’un torrent. Car la partie de pêche ou la baignade risque de se transformer en galère. Les gaves pyrénéens ne font pas exception à la règle. C’est la raison pour laquelle EDF fait chaque année appel aux services d’hydroguides afin de conseiller et mettre en garde les vacanciers

Benjamin fait partie de ceux-là. Cet Oloronais de 20 ans effectue des études en bio-environnement à l’université de Montpellier. Comme beaucoup de jeunes du Haut-Béarn, il connait bien les « plages » et autres rives des cours d’eau descendant des montagnes toute proches.

En juillet et en août, la tâche que lui a confiée EDF est simple : aller à la rencontre des touristes et les avertir des dangers que peuvent présenter de brusques montées d’eau. Une précaution qui ne relève pas du luxe.

 Le drame survenu 1995 non loin du barrage du Drac, dans les Alpes, n’a en effet jamais été oublié, rappelle André Delcor, responsable du groupement EDF de Baigts-Asasp dont les centrales hydro-électriques se répartissent sur les gaves d’Aspe, d’Ossau, d’Oloron, de Pau et les Nive. Ce jour-là, 6 écoliers et l’une de leurs accompagnatrices avaient trouvé la mort après avoir été submergés par le courant. Ces noyades avaient amené les pouvoirs publics et les exploitants à renforcer les mesures de sécurité prises sur l’ensemble du territoire national : panneaux d’interdiction, mise en garde des vacanciers rencontrés sur le terrain.

« On peut se retrouver bloqué » Certes, les lâchers d’eau effectués dans les massifs montagneux peuvent varier d’un endroit à l’autre. « Pour les barrages du Peilhou et d’Anglus, qui sont situés en vallée d’Aspe, cela peut aller jusqu’à une dizaine de mètres cubes » explique André Delcor. Ces quantités suffisent toutefois pour présenter un risque. En particulier lorsque l’on se trouve sur un ilot situé au milieu du torrent, ou encore adossé à une berge trop abrupte, emplacements qu’il vaut toujours mieux éviter. « Même des pêcheurs peuvent être bloqués ». Plusieurs heures sont alors nécessaires pour permettre au surcroit d’eau de s’évacuer.

« En été, de nombreuses familles avec enfants se baignent au bord du gave » indique Benjamin. Si cette activité n’est pas autorisée aux abords immédiats des barrages, elle peut par contre être pratiquée ailleurs. Quelques précautions s’imposent dès lors. Car, en cas de lâcher, le niveau du torrent peut monter de plusieurs dizaines de centimètres en quelques minutes tandis que le courant s’accélérera. « En raison de la force de l’eau et des cailloux glissants, un gamin risquerait d’être emporté ».

« C’est bien ce que vous faites » Muni de son sourire, de son sens du contact et de quelques brochures, l’hydroguide est là pour donner des conseils de bon sens aux personnes qu’il rencontre. « Comme celui qui consiste à rester à un endroit d’où l’on pourra partir facilement ».

« Les gens sont souvent contents d’être prévenus et me disent : “C’est bien ce que vous faites”. Certains ont peur qu’on leur interdise de se baigner. Mais je ne suis pas là pour ça. Je les laisse profiter de leurs vacances ».

Depuis le mois de juillet, des centaines de vacanciers ont ainsi été contactés par Benjamin. « Fin août, je ne serai pas loin du millier ». Un détail est à noter : il n’a encore rencontré aucun chasseur de Pokémon parmi eux. Sourire de l’hydroguide : « Il y a de l’eau, mais pas assez de réseau ».

Pour en savoir plus : https://www.edf.fr/edf/accueil-magazine/160-hydroguides-veillent-sur-vous

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
12484
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !