12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Tribune libre : Evitons à tout prix une nouvelle conf – errance environnementale … !

12/09/2012 | A quelques jours de l’ouverture de la conférence environnementale, les signaux délivrés ne sont pas des plus optimistes...

Peggy Kançal  - Conseillère régionale d’Aquitaine (EELV)

Quasi absente du « cap » évoqué par le chef de l’Etat dans son allocution – hormis une brève et lapidaire référence à la fiscalité écologique – la conférence environnementale des 14-15 septembre conditionnera pourtant la vie, la soutenabilité du modèle économique et social de notre pays, pour les générations actuelles et futures. Force est de constater, si l’on s’en tient strictement aux paroles de François Hollande et au plan de redressement tel qu’il est présenté aujourd’hui, que l’environnement fait, toujours et encore, figure de domaine résiduel et déconnecté des priorités présidentielles… S’achemine-t-on alors vers un « sous Grenelle » ?

ConfusionObservons d’abord la phase de préparation et d’élaboration cette conférence, annoncée sur le même mode opératoire que le Grenelle et la même organisation que la conférence sociale. Si, d’un côté, on peut saluer l’intégration de parlementaires, et d’élus de divers horizons, en revanche de nombreuses maladresses se sont produites lors de l’invitation des réseaux agréés, acteurs institutionnels, économiques et associatifs. Qui peut ainsi croire à une réelle éthique de la discussion lorsque, tout à la fois, la Ministre de l’écologie annonce placer au cœur de la conférence le sujet de la qualité de l’air, et en même temps, à une dizaine de jours de des débats, ne pas avoir convié officiellement la fédération nationale des agences agréées pour la qualité et la surveillance de l’air, et ne pas avoir balisé non plus le contenu des discussions. Au-delà de tables rondes thématiques classiques, une double hiérarchisation des questions et sujets selon le niveau d’édiction des normes et règlements (européen, national) et selon le degré d’urgence de prise de décision serait pertinente. En effet, l’agenda annoncé du redressement de 2 ans, ou de loi-cadre sur l’énergie fin 2013, semble hors sol pour certaines filières malmenées durant le précédent quinquennat (solaire, éolien notamment) dont la santé économique dépend de mesures de très court terme.CorporatismeL’enjeu de la conférence environnementale serait de poser sur la place publique des difficultés, blocages et barrières propres au fonctionnement de l’administration française, pour pouvoir y remédier. Pour exemple, citons la situation de la filière des éco matériaux biosourcés comme la ouate de cellulose, dont les avis techniques ont failli être supprimés par une instance liée au Ministère du logement en mai dernier, sous la pression de lobbys industriels. Même si un report de la suppression des avis techniques a été décidé, la réalité vécue par les PME-PMI positionnées sur une filière en plein essor n’est en pas moins injuste et préoccupante ; ce sont des milliers d’emplois dans des petites entreprises innovantes qui se trouvent ainsi touchés. Un autre exemple marquant, ces derniers mois, est celui des dérogations accordées par certains préfets aux pratiques d’épandages aériens de pesticides, proscrites pourtant par une directive européenne. Comment, en effet, comprendre que ces dérogations puissent être délivrées de manière différenciée dans des départements, où la pression d’acteurs agro alimentaires est peut être plus forte qu’ailleurs, piétinant le principe de précaution  et les objectifs « Ecophyto » du Grenelle (réduction de 50% dans l’utilisation des pesticides d’ici à 2018). Dans les 2 cas, la France montre le visage d’une administration dans laquelle les grands corps, et les lobbys, transgressent certaines réglementations. C’est bien d’un cap politique ambitieux et lisible dont nous avons besoin !  

CollusionCristallisant le plus d’attentes et de crispations, la table ronde sur la transition énergétique semble enfin assez mal engagée. Dès fin août, des Ministres d’Etat communiquent déjà sur des orientations liées au mix énergétique et à la part du nucléaire, créant la polémique et fermant le débat. Doit-on invoquer une simple erreur de communication, ou au contraire à la distillation volontaire d’éléments de langage tout droits issus d’un rapport du Conseil en Analyse Stratégique, confié par le Premier Ministre au Président honoraire d’EDF ? Ce rapport, publié le 28 août, pose le nucléaire en filière d’excellence et d’avenir, seule capable d’assurer l’objectif prioritaire d’une énergie « peu chère ». Les énergies renouvelables y sont vues comme un secteur porteur, mais secondaire ; les inconvénients tels que l’intermittence sont majorés. Contestable sur le fond, ce rapport l’est autant sur la forme, ne serait-ce que sur le panel d’acteurs auditionnés (pas de PME, pas d’usagers). Le président François Hollande s’est pourtant engagé, lors de sa campagne, à faire respecter une déontologie et une éthique dans la conduite des politiques publiques. Un débat réellement ouvert sur l’énergie aurait pu être fondé à partir de sources d’expertises pluralistes (GIEC, Global Chance, Négawatt) afin d’enrichir le cadre de réflexion et sortir du dogme de l’énergie « peu chère » qui était le pilier des Trente Glorieuses, et qui ne peut plus l’être !

A quelques jours de l’ouverture de la conférence environnementale, les signaux délivrés ne sont pas des plus optimistes…mais un changement de cap est toujours possible !

Peggy Kançal  - Conseillère régionale d’Aquitaine (EELV)
Par Peggy Kançal - Conseillère régionale d’Aquitaine (EELV)

Crédit Photo : Peggy Kançal

Partager sur Facebook
Vu par vous
633
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
DEBAUDRINGHIEN Jean-Pierre | 07/10/2012

Bien,il me semble que, comme d'habitude les dés soient pipés, en effet, dans toutes les conférences, discussions sur l'énergie, les représentents du nucléaire sont sur le pied de guerre et toujours préts à énoncer des contre -vérités (sécurité des réacteurs; indépendance nationale alors que pas un gramme d'uranium n'est produit en France;ressource abondante alors que d'ici 30 ans les mines d'uranium seront épuisées; coût encore et toujours minoré car ne prenant jamais en compte les recherches, le démentellement des centrales qu'on ne sait pas mener à bien voir Brennilis ou super-phénix; et surtout le stockage de déchets pour des millions d'années voire plus, remarquons qu'il y a 1 million d'années l'homme domestiquait le feu et que nous avons perdu presque toute trace de ce qui se passait il y a 1000 ans !
Donc, l'entêtement va nous coûter trés cher car quand nous serons obligés de passer aux énergies renouvelables nous devrons acheter les brevets, les installations à l'étranger comme nous avons contruit nos réacteurs nucléaires sous licence américaine.
On ne peut jurer de rien, mais il y a des raisons de douter de l'indépendance intellectuelle de nos élus.
Bon courage à ceux qui veulent garder les yeux ouverts.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !