18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Un ancien négociant en bois exotiques sort le robinier de l'ombre

11/07/2008 |

Philippe Lorette présente des robiniers de 4 ans

Pour Philippe Lorette, créateur d'Alternabois, à Saint-Jean d'Illac en Gironde, le robinier ou faux acacia, est un vrai arbre miraculeux injustement oublié, présent en France et dans le Sud-Ouest et qui serait susceptible de remplacer les bois exotiques d'importation. A ses yeux le développement d'une telle filière répond totalement aux impératifs environnementaux et aux exigences sociétales de l'heure.

Pour avoir parcouru les continents lointains riches en forêts, depuis l'Amazonie, l'Afrique, et jusqu'au sud-est asiatique, l'homme sait de quoi il parle. Il explique qu'au regard des conséquences de la déforestation, des problèmes climatiques et environnementaux, et aussi des spéculations indues dans le cadre de la filière d'importation, il s'est dit qu'il était temps d'arrêter tout cela. "Tout ceci était bon au 20e siècle, mais nous sommes maintenant au 21e, et le contexte n'est plus le même". Ce fut cependant au cours de voyages en Europe centrale, et particulièrement en Hongrie, que Philippe Lorette eut la révélation à l'égard de l'essence que l'on nomme à tort"acacia" dans nos régions, mais qui esten réalité le robinier, du nom de Jean Robin, botaniste et arboriste du roi Henri IV. Cette essence forestièreégalement désignée par le terme "faux acacia," fut importée d'Amérique du Nord. En Hongrie, le négociant en bois découvrit l'omniprésence du robinier, ainsi que les utilisations qui pouvaient en être faites, lesquelles vont bien au-delà des simples piquets de vigne. L'ancien bloc communiste, dans le cadre de la division de ses approvisionnements, avait confié à ce paysle développement du robinier surtout en vue de la production de miel. La fleur de cet abre est en effet trés prisée des abeilles, et le miel dit d'acacia est l'un des plus apprécié. Aujourd'hui le bois est cependant très recherché, et c'est ce qui permet à la Hongrie d'être le leader auropéen du robinier. Philippe Lorette s'est demandépourquoi dans le sud-ouest français, alors que cette essence est naturellement présente,on n'avait pas su tirer davantage parti d'un arbre "miraculeux," d'ailleurs cité dans les écrits anciens comme bois imputrescible.

Résistances naturelles
Le bois de robinier affiche une durabilité exceptionnelle, qui s'explique par la présence d'une sorte d'antiseptique naturel, le "robinetin",qui lui permet de résister aux attaques des parasites (insectes et champignons), une qualité qui s'exprime également tout au long de sa vie d'arbre. Les forêts d'acacias ne nécessitent aucune intervention insecticide. Le bois de robinier, particulièrement dur, ne nécessite non plus aucune intervention chimique, ce qui n'est pas le cas des bois exotiques, et bien sûr du pin maritime, et autres. Ces particularités en font un matériau idéal pour la maison "écologique" puisqu'il est exempt de tout traitement et apporte solidité et durée de vie. De plus, le robinier peut être produit en forêt cultivée, même dans les sols sablonneux landais. Sa croissance est très rapide puisqu'il est exploitable en bois d'oeuvre une vingtaine d'années après sa plantation. Mais auparavant on a pu procéder à des coupes d'éclaircies qui peuvent fournir des piquets de vigne et du bois de chauffage. Les parcelles de faux acacia, en prime, embellissent le paysage, et surtout fournissent de véritables paradis printaniers aux abeilles et aux apiculteurs . Autre particularité : le robinier fait partie d'une catégorie de plantes intégrée à la famille des légumineuses,lesquelles sont dotées d'un système de symbiose racinaire avec nodules utilisant l'azote de l'air. C'est ce qui permet aux Hongrois de cultiver à bon compte des légumes dans les interlignes. Le robinier présente aussi une exceptionnelle capacité à absorber le Co2. C'est dire qu'il pourrait être l'emblême des écologistes, producteurs bios, et autres protecteurs de la nature. En tout cas Philiippe Lorette, n'eut aucune difficulté à convaincre l'ANVAR (Agence Nationale de Valorisation de la Recherche) qui lui accorda rapidement une aide en faveur de son projet, ainsi que la Région Aquitaine et le Conseil général de Gironde.

Premiers produits
Ce projet , à travers la société créée voici trois ans, Alternabois, passe par le développement des plantations, la conception et la commercialisation de fabrications en bois de robinier. Le premier produit de l'entreprise est la lame de terrasse et son support. D'autres suivront comme le bac à fleurs, ou les tables d'extérieur. Mais ce bois convient aussi à l'ébénisterie et à la charpente marine. C'est dire que les débouchés sont théoriquement illimités. Il s'agit cependant de faire accepter le bois de robinier, et de rompre avec des habitudes qui confinaient celui-ci dans l'oubli. Mais déjà le marché donne des signes prometteurs:selon Philippe Lorette le robinier sur pied vaut quatre fois plus que le pin. De plus, il est d'un côut d'implantation intéressant puisque après la première plantation , après la coupe, "il peut se régénérer quarante fois". Il est à noter qu'Alternabois vient aussi de mettre en place une pépinière qui lui permettra de fournir des plants à partir de l'année prochaine. Et Philippe Lorette souligne un autre volet économique non négligeable:la relocalisation des activités avec toutes leurs retombées sur l'emploi local.

Gilbert Garrouty

Photo:aqui!

Partager sur Facebook
Vu par vous
1637
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !