18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Environnement | Un nouveau dispositif unique en Europe pour surveiller la forêt des Landes

09/07/2015 | La télédétection des mortalités en forêt de Pin Maritime a été lancée début 2015. Son objectif : analyser les 1,5 millions d'hectares de la forêt des Landes.

Les premières images ont été lancée en janvier dernier

On le sait, le territoire aquitain est particulièrement attaché à son Pin Maritime. Les tempêtes successives de 1999 et 2009, les feux et les insectes qui les ravagent sont autant de risques que Le DSF (Département Santé des Forêts), le GIP Aménagement du territoire et Gestion des risques et les différents acteurs locaux ont à gérer. Pour identifier plus précisément les différents foyers de mortalité, la Caisse Phyto Forêt, en activité depuis 2014, s'est associé à Telespazio et leur programme EarthLab pour montrer un tout nouveau dispositif de prévention localisé. Détails.

324 000 euros, dont 299 400 facturés à la Caisse Phyto Forêt (composée d’associations et divers professionnels de la sylviculture). C’est ce que devrait coûter ce nouveau dispositif de télédétection des foyers de mortalité en forêt de Pin Maritime, dont les premières actions ont été lancées en janvier. Au centre de ces nouvelles technologies dont la mission est de couvrir pas moins de 1,5 million d’hectares, on retrouve Telespazio, une filiale de Finmeccanica et de... Thalès qui développe des systèmes satellitaires, des télécommunications, navigations et technologies numériques. L’entreprise a lancé en 2013 à Latresne le premier centre de surveillance de l’environnement, Earthlab, qui a vocation a être étendu au monde entier. 

Une phase de testCe nouveau programme de télésurveillance est rentré depuis janvier dans une « phase de test » pendant 3 ans dans une phase de test à grande échelle, à deux niveaux d’observation : satellites et aéroportée (ULM, Drônes) pour un zoom plus important. Pour Christian Pinaudeau, Secrétaire Général du Syndicat des Sylviculteurs du Sud-Ouest, cette nouvelle opération a plusieurs raisons d’être. « C’est une première Européenne, ça avait déjà été fait à titre expérimental à l’échelle d’un jardin, mais jamais sur un million d’hectares. Trois objectifs à cela : anticiper le changement climatique et ses conséquences, renforcer le massif et répondre à la pression sociale et commerciale ». En effet, selon le responsable, après les deux tempêtes subies en 1999 et 2009, 35 % de la forêt des Landes est constituée de jeune peuplement (environ 350 000 hectares), plus sensibles aux différentes attaques naturelles que les autres et « victimes des effets de lisière ». La mobilité des populations et des marchandises « amène également beaucoup de parasites, d’où la nécessité de se former pour intervenir le plus vite possible et mutualiser les coûts et les financements à l’échelle du massif ». 

Une réelle avancée technologiqueLa Caisse Phyto-Forêt, en collaboration avec l’INRA, mène en parallèle, en plus de cette nouvelle « télédétection », deux luttes : une contre les champignons et la seconde contre le dépérissement des pins maritimes (dû principalement aux insectes et aux champignons). Au programme de ce nouveau dispositif de surveillance, des satellites qui ont une capacité d’observation supérieure (350 kilomètres d’altitude), des dispositifs plus « terrestres » pour détecter les arbres malades et une observation complète deux fois par an. Pour comparaison, selon Jean-Charles Samalens, en charge du projet, « en Europe actuellement, on mesure une vingtaine d’arbres tous les 16 kilomètres une fois par an... ». Sans compter que la politique de reboisement suite aux tempêtes a concerné les 200 000 hectares touchés à plus de 40 %, mais que l’on a beaucoup moins d’informations sur les 200 000 autres touchés à moins de 40 %.

« Renverser la donne » La résolution, elle, reste très détaillée : 50 centimètres pour l’image satellite et entre 10 et 25 pour les dispositifs aéroportés, qui seront déployés sur de petites surfaces à risques où des anomalies seront détectées en amont. « On ne peut pas mettre un homme derrière chaque arbre », souligne Christian Pinaudeau. « On a tenté de renverser la donne à l’échelle du massif. On ne propose pas de faire des observations détaillées partout, juste de financer un projet soutenable par la filière ». Divers correspondants, techniciens et autres ouvriers devraient ensuite traiter des zones bien précises grâce à ces nouveaux dispositifs créés en collaboration entre différents acteurs. « Les forêts ont l’avantage d’être surveillées par des satellites depuis déjà plus de 30 ans par l’INRA. Ce sera aussi très utile en termes de traitement des nouvelles données ». Une initiative qui devrait faire des émules, du moins les professionnels du secteur l’espèrent-ils. D’autant que la sylviculture reste une force de l’économie régionale : 34 000 emplois, un chiffre d’affaires estimé à 2,6 milliards d’euros et la première forêt cultivée d’Europe. On comprend encore mieux l’intérêt de la protéger... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3850
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !