Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Une université populaire pour parler de la biodiversité à tous

09/06/2018 | Océan et biodiversité sont au coeur du débat public ce week-end

Jérôme Spitz et Sarah Lelong

Alors que le 8 juin célèbre la journée mondiale des océans, Rochefort accueille de son côté pour la première fois les Universités de la Biodiversité, le 8 et 9 juin. Ce congrès impulsé par la députée charentaise-maritime Frédérique Tuffnell (LREM) qui rassemble une quinzaine de scientifiques, d’élus, de représentants d’associations environnementales ou de fédérations veut parler au grand public de la biodiversité en général, sur terre et en mer. Objectif général : faire un état des lieux des connaissances et échanger autour des solutions en cours ou envisageables. Pour laisser une planète dans un meilleur état qu’actuellement aux prochaines générations.

Rencontre avec Sarah Lelong, coordinatrice scientifique du programme Esprit de Velox, et Jérôme Spitz, directeur adjoint du laboratoire Pelagis à La Rochelle, qui animent avec deux autres scientifiques une table ronde « Océan et biodiversité », ouverte à tous.

@qui! - « En tant que scientifique, quel est l’objectif de cette rencontre avec le grand public ? »

- Sarah Lelong : « On se rend bien compte que les deux concepts, océan et biodiversité, sont très larges, donc on avait envie de rappeler ce que l’on sait, en tant que scientifique, de voir ce que le public sait de son côté, de rétablir quelques vérités si besoin, d’expliquer où en est le monde scientifique dans l’avancée de ses connaissances et quelles sont les moyens déployés pour en savoir plus, revenir sur les enjeux environnementaux, mais aussi sociétaux, économiques et politiques. L’objectif, c’est de leur donner matière à réflexion pour trouver des solutions ensemble et faire avancer les choses. »

- Jérôme Spitz : « Quand on regarde bien, la pression et l’érosion de la biodiversité sont assez peu prises en compte par le grand public, alors que la majorité s’est plutôt bien appropriée les problématiques et les débats autour du changement climatique. Les actions et la communication autour de la biodiversité restent très confidentielles. On a l’impression que le sujet s’est cantonné au militantisme et à la recherche scientifique, en particulier concernant le monde marin, dont on constate qu’il est relativement méconnu du grand public. »

@qui! - : « Comment s’explique cette méconnaissance du milieu marin ? »

- Sarah Lelong : « Il y a sans doute une part de raison historique : le monde des marins a toujours été un milieu de taiseux. C’est également plus facile de donner à voir les changements sur terre qu’en mer. N’importe qui peut constater, près de chez lui, dans son jardin, qu’il y a moins d’oiseaux, moins d’insectes, etc., alors que c’est une réalité concrète très compliquée à voir quand c’est dans l’eau.  D’autant plus qu’aujourd’hui, il n’y a plus la culture du milieu, comme Cousteau avait pu la populariser par exemple, alors qu’il y a toujours de grands explorateurs qui communiquent, comme Laurent Ballesta. »

- Jérôme Spitz : « C’est en effet un milieu difficile à appréhender. La preuve, il y a davantage de personnes aujourd’hui qui sont montés sur le toit du monde que de gens ayant été au fond des océans !  Paradoxalement, il y a de plus en plus d’usagers de la mer, avec des enjeux économiques toujours plus importants. […] D’ailleurs, en parler, c’est aussi devoir accepter de remettre en cause certaines pratiques, et tout le monde n’y est pas prêt… »

 

"Si l’on considère que la forêt Amazonienne est le poumon de la planète, alors l’Océan en est le cœur."

 

@qui! - : Pourquoi cette prise de conscience de l’état de la biodiversité des océans est importante ?

Jérôme Spitz : « On a longtemps cru – et on l’entend encore parfois – que la mer et les océans étaient un milieu sans fond avec une ressource sans fin, capable de tout absorber… On commence à se rendre compte que ce n’est pas la réalité. Les récifs de coraux meurent, des continents de plastiques apparaissent, des espèces disparaissent, des fonds marins sont labourés par des pratiques de pêche… Mais une majorité de gens continuent de considérer que la mer peut encore tout supporter. Et ça devient un énorme problème car les écosystèmes marins sont au centre du fonctionnement de notre planète : régulateurs du climat et du cycle de l’eau, sources de nourriture d’une majeur partie de la population mondiale. Si l’on considère que la forêt Amazonienne est le poumon de la planète, alors l’Océan en est le cœur. L’existence humaine même en dépend. »

- Sarah Lelong : « Si les gens ne prennent pas conscience de ces aspects, ils ne peuvent pas réagir. Et si on ne réagit pas très vite, on va droit dans le mur. Il faut agir maintenant avant que les impacts d’aujourd’hui ne deviennent irréversibles. En sachant que si on peut réussir à arrêter un schéma, ce ne n’est pas pour autant que la dégradation va s’arrêter nette, ni même la garantie de réussir à inverser la tendance. Mais les gens doivent prendre conscience que le changement ne peut provenir que de la masse des individus : les populations sont le meilleur levier pour que les politiques suivent et non l’inverse. Protéger l’environnement, ça peut commencer par des petits gestes comme ne pas utiliser de paille en plastique (qui se retrouvent en mer et sont nocives pour les animaux marins, qui s’étouffent avec, à l’instar des sacs plastiques, ndrl), ne pas jeter son mégot sur la plage, jeter ses bouteilles dans les bacs appropriés, etc. »

 

Entrée gratuite, au Palais des Congrès de Rochefort samedi 9 juin toute la journée. Les autres conférences débats de la matinée, de 10h à 12h : « Impact des activités humaines sur la biodiversité », par Nature Environnement 17 ; « Valorisation et protection des zones humides », sur la convention Ramsar et son application aux zones humides (pour les professionnels de la mer) ; « Moins de déchets, c’est plus de biodiversité », par l’association Pays Rochefortais Alert’, sur l’impact de nos gestes quotidiens sur l’environnement, avec des trucs et astuces pour limiter son impact personnel au quotidien par de petits gestes. Conférence de clôture (libre et gratuite) de 15h à 17 h « Perspectives et venir de la biodiversité » pour échanger sur les solutions à venir ou à trouver, avec la députée Dominique Tufnell, l’agence française pour la biodiversité et l’association Humanité et Biodiversité. Visite en extérieur à la station de lagunage de Rochefort pour découvrir l’épuration des eaux usées par le principe naturel d’auto-épuration (gratuite, sur réservation au 05 46 89 42 92 ou sur https://www.tuffnell.fr/universites-de-la-biodiversite)

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4226
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !