Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/09/18 : Charente-Maritime : la préfecture lève à compter du 26 septembre les mesures de restriction d'eau sur le bassin de la Seugne en Saintonge. Les autres bassins restent en alerte crise ou alerte été jusqu'à nouvel ordre.

25/09/18 : Nuit européenne des chercheur(e)s vendredi 28 septembre de 18h30 à minuit. A cette occasion, Cap Sciences proposent de partager avec plus de 50 chercheurs, 1001 histoires sur la magie de leur métier, au travers de récits, de jeux, de mises en scène…

25/09/18 : Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, animera le comité de ligne Ter 32 Bordeaux - Arcachon le lundi 1er octobre à 17h45 à la Maison des arts de Gujan-Mestras.

25/09/18 : Le 26 septembre, la Coordination Rurale 47 sera mobilisée devant l’abattoir de volailles de Bazas pour « défendre les éleveurs face aux mensonges des associations véganes qui organisent à nouveau, cette année, une veillée devant cet abattoir ».

25/09/18 : Avec l’appui de la DRAC, la CCI Bordeaux Gironde restaure les toitures du Palais de la Bourse. Un chantier d’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,7 millions d’€. Début des travaux : septembre 2018. Surface à restaurer : 7 000 m2.

25/09/18 : Le Crédit Agricole d’Aquitaine organise un Café de la création le 4 octobre baptisé le Pitch de la création. « Vous avez un projet ? Pitchez-le et repartez avec votre financement » le 4 octobre de 9h à 11h30 au Campus des Bassins à Flot à Bordeaux.

24/09/18 : Le maire d'Anglet Claude Olive, vice président du Conseil départemental, va présenter sa candidature à la présidence départementale Les Républicains des Pyrénées Atlantiques occupée (?) jusque-là par Michèle Alliot-Marie.

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/09/18 | Charente-Maritime : les Antilles de Jonzac, premier site labellisé Sécuri-Site

    Lire

    L'espace Aqua-ludique des Antilles à Jonzac va être le premier site touristique du département labellisé "Sécuri-Site", à partir du 27 septembre. Ce label est attribué par la préfecture sur plusieurs critères de protection et de sécurité interne et externe du site comme les mesures de prévention humaines (gardiennage, formation), organisationnelles (chaîne de sûreté, fiches réflexe) et techniques (protection de bâtiment, vidéo-protection), ainsi que les mesures prévues en situation de crise.

  • 25/09/18 | À Biarritz, un Salon des formations avec Studyrama

    Lire

    Octobre est idéal pour débuter les recherches d’une formation pour la prochaine rentrée. Aussi Studyrama organise-t-il le 13 octobre au casino municipal son troisième Salon des Grandes écoles et son deuxième Salon des formations de la santé et du sport. Un vaste panel. Chaque année, des milliers de jeunes (et leurs parents), de tout le département, viennent sur les salons pour trouver des réponses à leurs questions sur l’orientation. De nombreux établissements proposeront leurs formations, de Bac à Bac +6.

  • 25/09/18 | L'urbanisme du Cap Ferret remis en question

    Lire

    La commune de Lège Cap Ferret a annulé son plan local d'urbanisme voté en juillet dernier en conseil municipal. Le document d'urbanisme va ainsi être repris, y compris dans sa phase de concertation. Le PLU de la commune avait déjà été annulé en 2011 et 2015 et suspendu le 26 juillet dernier. Principal reproche du préfet, une place trop importante accordée à l'urbanisation et aux nouvelles constructions 43 hectares, loin des 1,3 hectares autorisés par la préfecture qui a d'ailleurs récemment pris un arrêté de révision du plan de prévention des risques du littoral. Les premiers débats devraient démarrer dans quelques semaines... encore.

  • 25/09/18 | Canéjan en Transition fête ses 1 an

    Lire

    Le samedi 29 septembre pour fêter les 1 an du Collectif Canéjan en Transition, une grande fête est organisée toute la journée au Centre Simone Signoret. Des ateliers, démonstrations et causeries rythmeront la journée autour de 5 grands thèmes: énergie, eau et changement climatique ; alimentation, bio, santé ; réduction des déchets ; économie et solidarité ; bien-être. Deux conférences sur la transition et le changement climatique ; ainsi qu’un film en seront les temps forts.

  • 25/09/18 | Festival des 6 Trouilles 2018 à Libourne - Inscriptions ouverte

    Lire

    Organisé par le service jeunesse de la communauté d’agglo du libournais, la Ville de Libourne et en partenariat avec l’association Périphéries Productions, il se déroule en novembre, au cinéma Grand Ecran de Libourne. Des courts-métrages amateurs renvoyant au film de genre y sont présentés et projetés au public. Il est possible de proposer un film réalisé en autonomie par une ou plusieurs personnes âgées de moins de 20 ans. Date limite d’envoi des films le 30 septembre 2018.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Une université populaire pour parler de la biodiversité à tous

09/06/2018 | Océan et biodiversité sont au coeur du débat public ce week-end

Jérôme Spitz et Sarah Lelong

Alors que le 8 juin célèbre la journée mondiale des océans, Rochefort accueille de son côté pour la première fois les Universités de la Biodiversité, le 8 et 9 juin. Ce congrès impulsé par la députée charentaise-maritime Frédérique Tuffnell (LREM) qui rassemble une quinzaine de scientifiques, d’élus, de représentants d’associations environnementales ou de fédérations veut parler au grand public de la biodiversité en général, sur terre et en mer. Objectif général : faire un état des lieux des connaissances et échanger autour des solutions en cours ou envisageables. Pour laisser une planète dans un meilleur état qu’actuellement aux prochaines générations.

Rencontre avec Sarah Lelong, coordinatrice scientifique du programme Esprit de Velox, et Jérôme Spitz, directeur adjoint du laboratoire Pelagis à La Rochelle, qui animent avec deux autres scientifiques une table ronde « Océan et biodiversité », ouverte à tous.

@qui! - « En tant que scientifique, quel est l’objectif de cette rencontre avec le grand public ? »

- Sarah Lelong : « On se rend bien compte que les deux concepts, océan et biodiversité, sont très larges, donc on avait envie de rappeler ce que l’on sait, en tant que scientifique, de voir ce que le public sait de son côté, de rétablir quelques vérités si besoin, d’expliquer où en est le monde scientifique dans l’avancée de ses connaissances et quelles sont les moyens déployés pour en savoir plus, revenir sur les enjeux environnementaux, mais aussi sociétaux, économiques et politiques. L’objectif, c’est de leur donner matière à réflexion pour trouver des solutions ensemble et faire avancer les choses. »

- Jérôme Spitz : « Quand on regarde bien, la pression et l’érosion de la biodiversité sont assez peu prises en compte par le grand public, alors que la majorité s’est plutôt bien appropriée les problématiques et les débats autour du changement climatique. Les actions et la communication autour de la biodiversité restent très confidentielles. On a l’impression que le sujet s’est cantonné au militantisme et à la recherche scientifique, en particulier concernant le monde marin, dont on constate qu’il est relativement méconnu du grand public. »

@qui! - : « Comment s’explique cette méconnaissance du milieu marin ? »

- Sarah Lelong : « Il y a sans doute une part de raison historique : le monde des marins a toujours été un milieu de taiseux. C’est également plus facile de donner à voir les changements sur terre qu’en mer. N’importe qui peut constater, près de chez lui, dans son jardin, qu’il y a moins d’oiseaux, moins d’insectes, etc., alors que c’est une réalité concrète très compliquée à voir quand c’est dans l’eau.  D’autant plus qu’aujourd’hui, il n’y a plus la culture du milieu, comme Cousteau avait pu la populariser par exemple, alors qu’il y a toujours de grands explorateurs qui communiquent, comme Laurent Ballesta. »

- Jérôme Spitz : « C’est en effet un milieu difficile à appréhender. La preuve, il y a davantage de personnes aujourd’hui qui sont montés sur le toit du monde que de gens ayant été au fond des océans !  Paradoxalement, il y a de plus en plus d’usagers de la mer, avec des enjeux économiques toujours plus importants. […] D’ailleurs, en parler, c’est aussi devoir accepter de remettre en cause certaines pratiques, et tout le monde n’y est pas prêt… »

 

"Si l’on considère que la forêt Amazonienne est le poumon de la planète, alors l’Océan en est le cœur."

 

@qui! - : Pourquoi cette prise de conscience de l’état de la biodiversité des océans est importante ?

Jérôme Spitz : « On a longtemps cru – et on l’entend encore parfois – que la mer et les océans étaient un milieu sans fond avec une ressource sans fin, capable de tout absorber… On commence à se rendre compte que ce n’est pas la réalité. Les récifs de coraux meurent, des continents de plastiques apparaissent, des espèces disparaissent, des fonds marins sont labourés par des pratiques de pêche… Mais une majorité de gens continuent de considérer que la mer peut encore tout supporter. Et ça devient un énorme problème car les écosystèmes marins sont au centre du fonctionnement de notre planète : régulateurs du climat et du cycle de l’eau, sources de nourriture d’une majeur partie de la population mondiale. Si l’on considère que la forêt Amazonienne est le poumon de la planète, alors l’Océan en est le cœur. L’existence humaine même en dépend. »

- Sarah Lelong : « Si les gens ne prennent pas conscience de ces aspects, ils ne peuvent pas réagir. Et si on ne réagit pas très vite, on va droit dans le mur. Il faut agir maintenant avant que les impacts d’aujourd’hui ne deviennent irréversibles. En sachant que si on peut réussir à arrêter un schéma, ce ne n’est pas pour autant que la dégradation va s’arrêter nette, ni même la garantie de réussir à inverser la tendance. Mais les gens doivent prendre conscience que le changement ne peut provenir que de la masse des individus : les populations sont le meilleur levier pour que les politiques suivent et non l’inverse. Protéger l’environnement, ça peut commencer par des petits gestes comme ne pas utiliser de paille en plastique (qui se retrouvent en mer et sont nocives pour les animaux marins, qui s’étouffent avec, à l’instar des sacs plastiques, ndrl), ne pas jeter son mégot sur la plage, jeter ses bouteilles dans les bacs appropriés, etc. »

 

Entrée gratuite, au Palais des Congrès de Rochefort samedi 9 juin toute la journée. Les autres conférences débats de la matinée, de 10h à 12h : « Impact des activités humaines sur la biodiversité », par Nature Environnement 17 ; « Valorisation et protection des zones humides », sur la convention Ramsar et son application aux zones humides (pour les professionnels de la mer) ; « Moins de déchets, c’est plus de biodiversité », par l’association Pays Rochefortais Alert’, sur l’impact de nos gestes quotidiens sur l’environnement, avec des trucs et astuces pour limiter son impact personnel au quotidien par de petits gestes. Conférence de clôture (libre et gratuite) de 15h à 17 h « Perspectives et venir de la biodiversité » pour échanger sur les solutions à venir ou à trouver, avec la députée Dominique Tufnell, l’agence française pour la biodiversité et l’association Humanité et Biodiversité. Visite en extérieur à la station de lagunage de Rochefort pour découvrir l’épuration des eaux usées par le principe naturel d’auto-épuration (gratuite, sur réservation au 05 46 89 42 92 ou sur https://www.tuffnell.fr/universites-de-la-biodiversite)

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4097
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !