Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

15/11/18 : Une nouvelle invitée vient rejoindre les 21 personnalités des Idées mènent le Monde (Pau): Christine Ockrent interviendra sur "Europe : évitons la marginalisation", samedi 17 novembre à 16h30.

15/11/18 : L'auteur palois David Diop, lauréat ce 15 novembre du prix Goncourt des lycéens pour son ouvrage Frère d'âme (Editions du Seuil), participera au Grand débat de Lettres du monde – Welcome ! vendredi 23 novembre, 18h30 à la cour d'appel de Bordeaux

15/11/18 : Journée nationale d’action samedi 17 novembre. En Lot-et-Garonne, les accès aux supermarchés, stations-service, centres-villes et à l’A62 risquent d’être perturbés. Plus d'infos sur http://www.lot-et-garonne.gouv.fr/

14/11/18 : Rencontre/débat avec les parlementaires du 47 autour de la réforme des retraites et des nouvelles revendications de l'ADRA 47 le vendredi 16 novembre à 14 H 30 à la Salle de l'Orangerie du Conseil Départemental d'Agen.

14/11/18 : Dans la continuité de la réflexion d’Agen 2030, des tables rondes autour du handicap et de l’accessibilité de la Ville d’Agen sont proposées le lundi 19 novembre de 14 h à 16 h 30, Salle des Illustres à l’Hôtel de ville d’Agen.

14/11/18 : Dans le cadre de la Journée international des droits de l’enfant, le centre social Maison pour Tous de la Masse (Agen) présentera le 20 nov dans son local à 17 h 30 les travaux des enfants inscrits au CLAS autour de la charte nationale.

14/11/18 : Invitée en Martinique afin de partager son expertise en vue de la création de La Cité du Rhum, La Cité du Vin accueillera à Bordeaux les 21 et 22 novembre une délégation martiniquaise porteuse de ce projet.

14/11/18 : Une lecture du livre posthume de « Charb » « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes » se tiendra le 19 novembre à 20 h au théâtre du Pont Tournant, à Bordeaux.

14/11/18 : 10 établissements touristiques de Gironde viennent de recevoir l’Ecolabel européen hébergement touristique label officiel de la Commission européenne pour les établissements qui souhaitent allier qualité et écologie. En NA, 82 sont dénombrés.

14/11/18 : 10ème Forum Environnemental du Vin de Bordeaux le 6 déc au Palais des Congrès de Bordeaux. « Après avoir dressé le bilan des actions menées, cette journée permettra de partager l'ambition d'amener la filière vers une politique RSE collective. »

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/11/18 | Vienne: 2.9M€ en soutien aux FPF

    Lire

    Les "Fonderies du Poitou Fonte" (FPF) qui font l'objet d'un plan de redressement industriel de 12 M€, vont bénéficier de 2 aides du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine: une subvention d'investissements de 1,2 M€ et un prêt public de 1,7 M€ pour aider à la restructuration financière de l'entreprise. Les dispositifs régionaux de formations sont aussi mobilisés à destination des salariés. Le projet subventionné consiste notamment à consacrer une ligne de production à de nouveaux produits. Une diversification qui vise à sortir de la dépendance aux pièces du véhicule diesel vue la chute rapide des volumes de ce marché.

  • 19/11/18 | A Limoges, « La lavandière et le Tommy »

    Lire

    Le musée de la Résistance de Limoges présente dans le cadre du Centenaire de la Guerre une exposition pédagogique du 19 novembre au 17 février 2019. Au travers d’une quinzaine de panneaux et de nombreux objets d’époque, l’exposition rend hommage aux troupes britanniques. Elle met aussi en avant le devoir de reconnaissance et de mémoire grâce à la construction des monuments aux morts notamment.

  • 19/11/18 | Bordeaux : l'histoire de l'antisémitisme en expo

    Lire

    C'est une première à Bordeaux: l'exposition "L'Antisémitisme du Moyen Âge à nos jours", conçue par la LICRA, présente en 36 panneaux les origines et la montée de l'antisémitisme à travers le temps. Ayant pour but de sensibiliser à la lutte contre l'antisémitisme, cette exposition illustre l'histoire des attitudes hostiles aux juifs et de l'antisémitisme actuel qui durant le XXème siècle a causé la mort de millions de personnes. Une exposition qui permet aussi de mieux appréhender certains faits de l'actualité, en Europe ou au Moyen Orient. A voir jusqu'au 23 novembre dans le hall d'entrée de Bordeaux Métropole.

  • 16/11/18 | Libourne et le dessin...180 ans d’amour

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, pour fêter les 180 ans de l’Ecole de Dessin de Libourne, l’école municipale se délocalise au sein de l’Hôtel de Ville pour proposer de nombreuses séances de dessins gratuites et ouvertes à tous : dessin d’observation dans l’Hôtel de Ville, dessin d’après des sculptures au musée, workshop arts graphiques, exposition...Mais attention le nombre de places est limitée. Inscription : 05 57 25 02 58

  • 16/11/18 | Tout ne va pas à l’égout

    Lire

    A l’occasion de la Journée mondiale dédiée aux toilettes et portant sur les enjeux de l’assainissement des eaux usées le 19 novembre, l’Eau de Bordeaux va mener une campagne de sensibilisation « Le geste essentiel : les lingettes dans la poubelle » durant 3 semaines. Celle-civise à rappeler qu’il est primordial de jeter les lingettes dans la poubelle. Cette campagne cible les structures de la petite enfance de Bordeaux Métropole mais aussi le grand public avec un affichage dans les bars et restaurants de Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Vers un retour de l'esturgeon européen dans l'estuaire?

19/08/2015 | Avec ses 200 millions d'années, l'esturgeon européen a connu l'ère des dinosaures, et leur disparition. Il est passé à 2 nageoires de connaître le même sort. Mais, l'espoir est là, en Gironde.

Esturgeon Acipenser sturio tenu par Marie-Laure Acolas Irstea Bordeaux à l'occasion d'une campagnes de pêche d'échantillonnage

Parmi les nombreuses richesses du terroir de l'estuaire girondin, il en est une qui a bien failli être victime de son succès: le « caviar sauvage ». Mais c'était sans compter sur les chercheurs de l'IRSTEA, et leur station de conservation et de reproduction de Saint-Seurin-sur-L'Isle, qui font du bassin de la Gironde, une terre d'exception pour la survie du poisson aux oeufs d'or : l'Esturgeon européen. A leur côté, pour relever ce défi de la sauvegarde de l'espèce, de nombreux partenaires se mobilisent: l'Institut des Milieux Aquatiques, le Comité National de la Pêche et des Elevages Marins, et l'association MIGADO qui a plus spécifiquement pour rôle d'effectuer les lâchers dans le milieu naturel.

Dans le bassin girondin, comme dans les grands fleuves d’Europe, de la Mer Noire jusqu’à la Mer du Nord, l’esturgeon européen nageait tranquillement, jusqu’au milieu du 19e siècle. Mais, la pression combinée de la construction de grands barrages, l’extraction de granulat dans les fleuves et la pêche de l’animal ont causé sa disparition totale au milieu du 20e siècle. Une disparition à laquelle seule la Gironde a fait une fragile exception. En effet, dans les années 70 l’inquiétante raréfaction de l’espèce est signalée par les chercheurs.

2011 : un Plan national d’actionsEn 1982, les autorités françaises interdisent alors la pêche de l’esturgeon, et, en 1998, c’est l’Europe, par la convention de Berne, qui adopte un plan d’action pour la conservation et la restauration de l’espèce. Celui-ci sera confirmé en 2011 par un Plan national d’actions, piloté par la DREAL.
Pour autant, les chercheurs de l’IRSTEA, (à l’époque Cémagref) et les acteurs locaux, n’ont pas attendu pour agir : dès 1994, ils sont à l’œuvre pour travailler à la conservation de l’espèce et constituent un stock captif à partir d’animaux sauvages. Une bonne intuition, car, 1994 sera la toute dernière reproduction observée en milieu naturel pour cette population girondine de l’esturgeon européen. Le stock captif est alors la condition sine qua non pour pouvoir travailler à terme sur la réintroduction de l’espèce en milieu naturel. Une réintroduction d’autant plus envisageable que les principaux verrous à la survie de l’espèce sont alors levés : la pêche en fleuve et en mer est interdite, tout comme l’extraction de granulat dans la Garonne et la Dordogne et l’on recense 23 frayères sur les grands barrages. Autre avancée importante pour les chercheurs, le Plan national d’actions de 2011 comprend un programme de sensibilisation mené par le Comité National de la Pêche et des Élevages Marins auprès des pêcheurs afin qu’ils déclarent leur capture accidentelle, et relâchent les poissons vivants.

Esturgeon Acipenser sturio tenu sur une main avant un lâcher à Castillon la Bataille en 2012


Un cycle de vie longMais le pari de la réintroduction de l’esturgeon européen est aussi compliqué par des facteurs endogènes à l’espèce, explique Marie-Laure Acolas, chercheuse à l’IRSTEA. « Acipenser Sturio », comme le nomme la science, a un cycle de vie long et une maturité sexuelle tardive. Migrateur, il naît dans le fleuve puis remonte vers l’estuaire où il y grossit de 2 à 6 ans avec quelques allers-retours en mer, jusqu’à son départ dans l’océan d’où il ne reviendra qu’entre 12 et 15 ans pour se reproduire à son tour dans le fleuve qui l’a vu naître. Autant dire un long parcours, et d’autant plus d’embûches à surmonter avant de pouvoir assurer la reproduction de l’espèce...
Un cycle avec lequel doivent faire les scientifiques, tout autant qu’avec la sensibilité du poisson à l’écosystème qui l’entoure. En effet, après une première reproduction réussie en 1995, il y a eu jusqu’en 2007 un grand vide dans les bassins de la station de Saint-Seurin sur l’Isle.

Les pêcheurs jouent le jeuMais désormais la scientifique est résolument optimiste. « Les reproductions sont de nouveau fructueuses, et depuis 2007, plus d’1,5 million de juvéniles (poissons de trois mois) ont pu être lâchés en milieu naturel ». Elle souligne d’ailleurs que si la reproduction reste l’apanage des scientifiques, la dimension repeuplement est depuis 2012, confiée à l’association MIGADO, qui se charge des lâchers (généralement des larves de 7 jours et des juvéniles de 3 mois) dans le milieu naturel, et, avant ça de leur soin au sein des bassins de la station de Saint-Seurin-sur-l’Isle (nourriture, nettoyage des bassins...).
Autre élément qui montre que les choses sont tout de même en bonne voie pour Marie-Laure Acolas : « les campagnes de pêche d’échantillonnage réalisées par les chercheurs dans l’estuaire de la Gironde montrent que les poissons qui grossissent dans l’estuaire, et qui ne sont pas encore partis vers l’océan, sont en bon état. Et, en plus les pêcheurs jouent le jeu par rapport à la sensibilisation. »

 Lâcher d'esturgeons Acipenser sturio à Castillon la Bataille 2012 par Vanessa Lauronce de l'association Migado


Optimiser le plus possible les réintroductionsPour autant, le résultat final des ces différentes attentions envers l’espèce va encore se faire un peu attendre. « Il faut que le cycle se réalise entièrement. Si l’on maîtrise quasiment la reproduction, ce n’est que lorsque les esturgeons issus de la station remonteront dans le fleuve et s’y reproduiront que l’on saura si le programme fonctionne, autant dire pas avant 2020-2024 », estime la scientifique.
Mais, pour optimiser le plus possible les réintroductions, les axes de recherches ne manquent pas. Marie-Laure Acolas en pointe plusieurs : « Grâce à une thèse en cours, on met en place un programme sur les aspects “'températures, oxygène et contaminants”' pour regarder si, une fois les parents revenus, les frayères, seront en bon état pour accueillir les jeunes stades, qui sont particulièrement sensibles à ces paramètres ». Autres recherches en cours : l’optimisation des pratiques de repeuplement : « faut-il garder les poissons en culture jusqu’à 3 mois ? Qu’est-ce que ça implique pour les animaux ? Peut-on trouver des moyens de les élever un petit peu différents afin d’optimiser leur survie en milieu naturel et éviter qu’il y ait cette sorte “'d’habituation”' liée à l’élevage en captivité... » En bref, l’enjeu est ici qu’ils puissent par exemple échapper plus vite aux prédateurs, mieux se tenir dans le courant, etc. D’ailleurs sur ce point la station, agrandie fin 2014, subit une restructuration du bassin béton, pour la mise en place d’une rivière artificielle, plus proche donc des conditions de vie en milieu naturel. Cette station unique en Europe renforce donc encore ses moyens pour la réussite de sa mission.

Tous girondinsMais l’IRSTEA travaille aussi directement en milieu naturel, en marquant les individus avec de petits émetteurs qui grâce à des portails placés dans la rivière permettent permettent de voir comment les poissons utilisent celle-ci, et comment ils s’y déplacent, toujours dans l’optique d’étudier et de connaître au mieux les différents et multiples facteurs en jeu pour permettre un jour peut être le retour d’Acipenser Sturio dans les fleuves non seulement de Gironde, mais de l’Europe entière. Car au vu du succès des équipes scientifiques girondines, les liens se tissent avec d’autres équipes ailleurs en Europe. Et ainsi, qui sait, tous les Esturgeons Européens à travers l’Europe auront à terme des ascendants girondins pour ne pas dire libournais.

Tout savoir sur l’esturgeon européen et le plan national d’action : www.sturio.fr

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Romaric Le Barh et Alexis Cheziere - Irstea

Partager sur Facebook
Vu par vous
5314
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !