Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Vert carbone : Art Aquitaine honore la forêt meurtrie sur les quais de Bordeaux

29/01/2010 |

Art Aquitaine honore la forêt meurtrie sur le quais de Bordeaux

Tempête Klaus, 24 janvier 2009, un an déjà. Artistes, politiques et institutionnels se mobilisent de concert pour la forêt landaise. Depuis quelques jours, une enfilade de cubes en bois, deux cent pour être exact, peints dans des tons différents de vert, court sur un kilomètre, le long des quais, entre la bourse maritime de Bordeaux et le miroir d'eau, de part et d'autre de la passerelle de Tadashi Kawamata.

D'une taille allant de 1,2 m à 0,8 m,chacun porte un nom dont le propriétaire possèdeune fibre artistique doublée d' une sensibilité écologique ainsi que l'inscription, "un mètre cube de bois capte une tonne de C02". Hier, l'installation aux allures de" land art" organisée par le collectif d'artistes Art Aquitaine, présidé par Jean-Pierre Dufour, vice-président du Conseil Régional chargé de la formation des artistes aquitains,a été inaugurée en présence des acteurs de la filière bois du Sud Ouest, des représentants de la Région Aquitaine, de l'État, de la mairie de Bordeaux, de l'Ademe et de la SNCF.

Rendre visible la création artistique tout en informant et sensibilisant le grand public à l'enjeu du carbone que le bois permet de stocker, tel est le but de Vert carbone, projet culturelprésenté par l'association Art Aquitaine, en ce dimanche 24 janvier, jour d'anniversaire de la tempête Klaus. Son médium ? 200 cubes peints à l'aide de peinture écologique, ce qui a limité la nuance des tons à 20, contre-plaqués en pin des landes, fixés sans colle mais avec des vis, remplis de chablis (bois abattu par les intempéries) et dont les tailles ont été pensées pour s'emboiter en gigogne afin de limiter le transport.

Le bois, matériau de demain
Établir des ponts entre le secteur de l'art, à même de bousculer, d'interpeler, de donner du sens et celui du bois, frappé dans son énergie et son économie suite aux cataclysmes successifs de 1999 et de 2009, telle est la feuille de route de Vert carbone. "Pointer du bois" comme l'a exprimé,dans un lapsus heureux, Corine Schubenel, représentante du collectif. Regroupement de 152 artistes engagés qui se proposent de faire mieux que les 130 chefs d'état à Copenhague, pour soulever des leviers sans culpabiliser et modifier le regard du public sur le bois. Se rapprocher du monde économique pour décloisonner et mutualiser les compétences afin de mieux en favoriser la promotion. Car si "le plastique a été le matériau du XXème siècle, le bois sera celui du XXIème".

Entre désespoir et espoir
Il ne fait aucun doute que la tempête, qui a frappé la forêt des Landes de Gascogne,aura laissé,sur les terres et dans les cœurs, des traces et des blessures longues à cicatriser. Les chiffres parlent d'eux-mêmes :30 000 personnes vivent de la sylviculture. 200 000 ha de bois ont été détruits, soit l'équivalent de six années de récolte pour une dizaine d'années de nettoyage, quand il faut de 10 à 15 ans pour qu'une nouvelle forêt émerge.
Cette situation, aggravée par la crise économique, Christian Pinaudeau, secrétaire général du Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest et Christian Plantier du CIPM (Comité interprofessionnel pin maritime) l'ont, tout à tour, évoquée. Or, même s'il "n'existe pas de mesure sur les qualités et les vertus du stockage du carbone favorisé par le bois" comme le souligne Christian Pinaudeau,pour Christian Plantier "il est impensable de revenir aux marécages".

Un virage écologique et économique à bien négocier
Chacun s'accorde à reconnaitre, l'indissociabilité, aujourd'hui, de l'écologie et de l'économie. Mais "dans une société qui zappe et qui clique" il est difficile de faire comprendre au grand public les enjeux d'une profession qui voit à 40 ans. 60 M d'€ ont été investis dans les gisements de Lacq par Total pour stocker du C02. Avec cette somme, 20 000 ha de forêt auraient été plantés pour 8 M de tonnes captées.En attendant, Christian Pinaudeaua proposé au préfet, Dominique Schmitt, d'exonérerles sylviculteurs de la taxe carbone au vu de leur action sur la limitation des émissions de CO2 . Car si aides il y a, elles sont insuffisantes. Alain Rousset, qui amanifesté une volonté solidaire en faveur du développement des nouvelles filières (bois énergie, biomasse, construction bois) le reconnait. "L'Aquitaine est la région où le réchauffement climatique est le plus élevé. Or le bilan carbone y est négatif. Là où il faudrait 9 tonnesnous fournissons 6 tonnes."
"Les aides et les subventions ont été vite accordées, mais la difficulté a été d'obtenir les garanties bancaires" précise Dominique Schmitt, pour qui la priorité des priorités est de replanter. " Mais prudence sur le maïs et le photovoltaïque à réglementer pour ne pas empiéter sur les zones à replanter".

Art et sylviculture, un mariage prometteur
L'exposition organisée en ce moment au Frac Aquitaine "Dans la forêt", et celle évoquée par l'adjoint au maire, Dominique Ducassou,dans le cadre d'Art Chartrons, où 12 métiers avaient conçu une oeuvre sur le thème du bois, illustrent bien cette alliance inédite que peuvent nouer le monde de l'art et du bois. A savoir le mode de développement économique d'une filière favorisant l'insertion d'artistes, la mutualisation des moyens et des compétences (universitaires, industriels, scientifiques, artistes, professionnels du bois) dans une dynamique collective au service du climat.

L'installation dure jusqu'au 31 janvier. Elle sera clôturée par un dévernissageau cours duquel les artistes qui le souhaitent pourront s'exprimer.

Isabelle Camus

Partager sur Facebook
Vu par vous
722
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jean-Pierre DUFOUR | 28/01/2010

Merci de ce bel article, exact dans le fond et la forme.
Il semble que Vert Carbone séduise beaucoup de monde, c'est encourageant.
Mais aussi quelques grincheux semblent opposer cette réalisation à d'autres qui ont eu lieu récemment.
Or si on ne convainc jamais les grincheux, il n'est pas interdit de réagir !
Il n'y a pas de concurrence dans l'expression artistique, juste de l'entrainement. Ce qui a été fait pour Vert Carbone peut l'être pour autre chose. Rappelons que Vert Carbone n'a pas coûté un seul euro de subventions liées à la culture. Il faut peu à peu s'habituer à trouver une nouvelle économie de la culture qui ne vienne pas uniquement d'un monde précis, institutionnel, un peu consanguin, dont les critères sont stables, repérés, lisibles. Le monde économique est plus difficile à convaincre, il veut une vraie pertinence, mais pas nécessairement la même que l'intelligentsia culturelle. Qui actuellement est de son siècle ? Ceux qui se réfèrent à un "style art contemporain" des années 1980-1990, lié à un mélange de conceptuel et de forme mi-technicisante mi anti-technique, dans un rapport fascination-haine, essentiellement en auto-orientation sur ses buts et ses critères, ou ceux qui vont vers les enjeux qui dépassent notre entendement pour occuper une part d'imaginaire majeure : uniformisation de la culture ( le "type" AC n'y échappe pas), dégradation des valeurs, dépassement des seuils de vivabilité pour la civilisation mondiale (inégalités, épuisement des ressources, accumulation des déchets et des gaz à effet de serre).
La sensibilité artistique qui s'exprime dans cette direction existe, elle attire de plus en plus d'artistes. Sans doute trop peu et apparemment pas les plus en vue, comme toujours dans l'histoire de l'art! Cette direction d'expression a du temps devant elle, car elle prend pied dans son siècle. Criticable ? Mais oui, comme les autres !
Mais pertinente, sans doute beaucoup plus dans ses maladresses que bien d'autres dans leurs habiletés.
On reparlera de "Vert Carbone" d'ici quelques années comme d'un tournant, parce que la démarche est juste au regard de l'histoire en marche, quand l'arbitraire des engouements de mode se révélera à bout de souffle.
Merci aux 154 artistes créateurs de Vert Carbone.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !