13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

27/04/22 : DORDOGNE- L'épizootie aviaire se poursuit: au 26 avril, 52 foyers sont confirmés, soit 7 foyers de plus en 3 jours. 2 suspicions de foyers sont encore en cours d'analyse. Le dépeuplement préventif des élevages frôle les 500 000 volailles abattues.

26/04/22 : A l'heure de la déclaration fiscale des revenus, l'Ordre des avocats de Bordeaux proposent conseils et assistance gratuite aux contribuables du lundi 2 mai au vendredi 6 mai de 10h à 13h au 05-24-99-39-76.

20/04/22 : Dans le sud de la Haute-Vienne, un second élevage a été touché par l’épizootie d’influenza aviaire sur la commune du Chalard. Les 12.000 canards ont été abattus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/22 | Gironde : des micro-algues face aux champignons de la vigne

    Lire

    Fermental, spécialisée dans la recherche et l'exploitation bio-industrielle des micro-algues, souhaite proposer des solutions durables contribuant à l'élaboration de produits sains, naturels et performants. Pour ce faire, elle pilote le projet de recherche Valbiovi (en partenariat avec Immunrise Biocontrol France, une start-up située à Cestas, et l’Institut de la Vigne et du Vin à Villenave-d’Ornon) qui a pour objectif la production de biomasse d’une micro-algue marine pour lutter contre les champignons de la vigne, tels que le mildiou.

  • 16/05/22 | Dordogne : l'intelligence artificielle au service de la santé les aides à domicile

    Lire

    Pour faire face au déficit de personnel dont souffre le secteur de l'aide à domicile, la société Odyssio, basée à Périgueux, souhaite apporter une solution à la fois globale et personnalisée au problème de troubles musculo-squelettiques rencontrés dans le secteur et contribuer à préserver les ressources humaines. Elle va développer une tenue professionnelle connectée qui mesurera les mouvements effectués, analysera la posture et à terme anticipera les troubles musculo-squelettiques. La Région octroie 100 000 € d'aide à ce projet, au croisement de la silver économie et de l'attractivité des métiers de l'autonomie.

  • 16/05/22 | La filière caprine dévoile son programme 2022

    Lire

    A Mignaloux-Beauvoir, en Vienne, le Bureau Régional Interprofessionnel du Lait de Chèvre porte le programme 2022 du Cluster REXCAP pour les actions de développement de la filière caprine au travers de 12 actions. Parmi elles, l’engagement du Syndicat du Chabichou du Poitou et du Syndicat du Mothais sur feuille dans la démarche AOP laitière durable ou l’accompagnement, le développement de la production fermière régionale par la Fédération régionale caprine ou encore l'expérimentation d'améliorations technico-économiques en élevage pâturant.

  • 13/05/22 | Des travaux pour favoriser l'écoulement du gave d'Ossau

    Lire

    La Communauté de communes de la vallée d'Ossau assure la compétence de Gestion des Milieux Aquatiques et de Prévention des Inondations sur le bassin versant du gave d'Ossau. Le 10 décembre 2021, une crue majeure du gave et de plusieurs affluents ont entraîné l'érosion de berge et l'accumulation de végétation entravant le libre écoulement des eaux. Des travaux vont être menés sur 39 sites pour enlever les embâcles accumulés et rétablir les sections d'écoulement.

  • 13/05/22 | 108 entreprises viticoles à la réouverture du salon Prowein

    Lire

    Après 2 ans d'absence, le salon professionnel viticole ProWein à Düsseldorf revient du 15 au 17 mai. L'objectif pour les 108 entreprises de la région présentes va être de recréer du lien avec les acheteurs internationaux. Pour offrir plus de visibilité aux acheteurs étrangers, l'AANA a créé un annuaire numérique référençant près de 200 vins et spiritueux régionaux. L'annuaire est disponible sur le site Prowein.aana.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | La "Route du plastique" préserve le littoral aquitain

25/01/2021 | " La route du plastique " a été lauréat de l'édition 2020 du budget participatif du département de la Gironde. Retour sur ce projet et l'association 4P Shore&Seas

1

Aurélien et Edgar sont les créateurs de l’association 4P Shore & Seas. Avec leur projet « La route du plastique », qui a déjà connu deux marches depuis 2019, ils ont candidaté au budget participatif mis en place par le Département de la Gironde et en ont été lauréats. Une somme qui leur servira à effectuer la troisième édition de la " route du plastique ", durant le mois d’août 2021. Aurélien nous raconte l'histoire de ce projet et des différentes actions de l’association.

On rembobine et on retourne au mois de janvier 2019, date de création de l’association 4P Shore & Seas. « L’histoire, elle est un peu folle, dit Aurélien en riant. Edgar était au Chili pour sa dernière année de licence et on s’est retrouvés avec le même constat : que ce soit lui avec l’océan Pacifique ou moi avec l’océan Atlantique, on avait une plage qui était vraiment hyper sale ». Et c‘est de là que les deux surfeurs ont décidé d’agir. Ils se sont lancés le challenge de parcourir le littoral aquitain à la marche en totale autonomie, pour ramasser des déchets. Les voilà partis quelques mois plus tard, le 29 août 2019 - 1ère édition de la " route du plastique"" - , à tirer deux chariots sur le sable. « C’était un peu freestyle, un des chariots était un vieux caddie tout cassé qu’on a scié, mais c’était chouette ». Parlons-en de ce chariot ! Réalisé par leurs soins pour les deux premières éditions, avec l’aide d’un compagnon du devoir à la retraite et d’un stagiaire de l’ONF, cette année, pour la 3ème marche, faute de disponibilités, ils délèguent ! Construit en fibre de lin, résine éco-responsable et bambou, le coût de production n’est pas exorbitant. Mais il faut payer les petites mains qui vont s’atteler à la réalisation. Cela représente environs 150 heures de travail pour rendre fonctionnel cette machine de 120 kg. Six roues, une partie détachable, ça en fait du boulot ! C’est donc à cela que servira le butin de 8 800 euros reçu grâce au budget participatif.

Ramasser des déchets oui, mais pas que ! 

« On ne voulait pas lancer une énième association qui fait uniquement du ramassage », explique Aurélien, en remettant sa chemise ouverte qui cache à demi le logo de l’asso imprimé sur son t-shirt. « Nous l’intérêt, c’est qu’on parcourt tout un littoral de bout en bout sur le sable. Donc on a la capacité, par les ramassages, d’étudier la présence et la répartition des déchets sur l’ensemble du littoral », poursuit-il. C’est donc en collaboration avec les laboratoires de recherche comme le laboratoire EPOC - rattaché à l'université de Bordeaux - qu’ils ont développé des protocoles afin d’avoir une rigueur en termes de résultats et de pouvoir faire avancer les recherches. Il y a un protocole pour les macro-déchets, qui permet d’avoir des données et de faire une analyse statistique sur la présence de déchets sur l’ensemble du littoral. Egalement, un protocole sur le ramassage des micro-plastiques s’intègre dans le projet "Arplastic" du laboratoire EPOC, dans lequel des prélèvements dans la laisse de mer - ligne d’algues laissée par la marée haute - sont effectués afin de chercher et étudier les micro-déchets.

Pour le protocole des macro-déchets, c’est assez simple : « On trace un rectangle au pied de dune qui fait 20 m de large pour 40 m de long. Il y a une personne à l’intérieur qui avance pendant 30 minutes. Ce qui nous permet d’avoir des données comparables sur l’ensemble du littoral. » Des résultats qui sont actuellement analysés par une personne de l’association et dont les résultats seront disponibles dans les mois à venir. Lors de la première marche, 400 kg de déchets ont été ramassés et 700 kg pour la deuxième. 

Edgard et Aurélien, fondateurs de l'association lors de la route du plastique

Pour cette troisième édition, place à la nouveauté. « Nous on a déjà vécu deux marches, maintenant on veut, entre guillemets, passer le flambeau », raconte Aurélien en passant la main dans ses boucles dorées. L’idée est de faire un partenariat avec l’Université de Bordeaux et certaines mairies, pour que ce soit des jeunes en études qui réalisent ces marches. « On aimerait que cette action soit valorisée dans leur cursus étudiant parce qu’en amont il y aura une formation au niveau scientifique, que ce soit par rapport au protocole mais aussi au niveau de la sensibilisation », explique le fondateur. Elle aura lieu durant le mois d’août afin de pouvoir sensibiliser un maximum d’usagers du littoral. « L’objectif est de faire partir une équipe pendant deux semaines sur la partie Gironde et une équipe sur la deuxième quinzaine du mois sur la partie des Landes ». Au total, cela représente 260 kilomètres. 

La vulgarisation au coeur de l'asso

L’association 4P Shore & Seas ne se résume pas uniquement à cette Route du plastique ! Beaucoup d’autres actions sont déjà en place et d’autres sont à venir. Toujours en collaboration avec le laboratoire EPOC, les « cafés science » ont vu le jour avant le confinement. Le principe ? « Deux doctorants sont venus présenter leurs travaux de façon à les vulgariser auprès d'un public mixte, des personnes plus ou moins investies dans la protection de l’environnement et de l’océan », explique Aurélien. L’objectif étant de laisser place au débat à la fin de leur intervention. Ce projet de café débat, ils aimeraient le développer à une plus grande échelle. Ayant pour volonté de faire de la vulgarisation scientifique à plusieurs échelles et de travailler au plus près du monde universitaire, un nouveau format est né avec le confinement : les « sci-pitch ». Une personne qui va « pitcher » un article scientifique en trois ou quatre minutes et en faire ressortir le contenu essentiel.  

Voici un exemple de sci-pitch : 

L’association rédige également beaucoup de contenus scientifiques. Mais elle a aussi créé un guide de ramassage, avec les bons gestes à adopter. Ses membres sont actuellement en réflexion sur un projet visant à montrer l’état des plages en hiver. « Parce que pour les touristes on fait comme si la plage était très propre, alors que la réalité est toute autre », se désole Aurélien. En décembre, l’association s’est rendue dans les écoles primaires à Agen pour sensibiliser les plus jeunes. « On s’est rendu compte pendant la marche sur la plage que les enfants avaient un pouvoir sur les parents assez phénoménal ». D’où le parti pris de passer par les jeunes pour leur faire comprendre l’action que l’Homme peut avoir sur l’Océan. « Notre objectif aussi c’est exporter les routes du plastique sur d’autres littoraux français, et même à l’international, comme au Chili où Edgar a des contacts », exprime fièrement le jeune étudiant en physique-chimie.

Une légitimité scientifique

Au total, l’association compte 24 personnes qui sont engagées. Chacune répartie entre le pôle communication, science et événementiel. « Le pôle science est assez conséquent parce que c’est important pour nous », raconte Aurélien. Un grand travail de recherche scientifique est effectué par l’ensemble du pôle. L’objectif est de gagner en crédibilité en ayant des scientifiques au sein du comité. Aussi, le fait de travailler au maximum avec des laboratoires permet d'avoir une crédibilité dans les propos qu’ils tiennent. « Je pense que c’est ce qui est important aujourd’hui si on veut toucher les gens », maintient Aurélien.

L’expérience de la participation au budget participatif n’a pas été de tout repos ! « Ça a été un réel effort de communication. C’était beaucoup de stress », raconte le co-fondateur, désormais soulagé. « Je veux mettre en avant le fait que le Département nous a réellement accompagné et je pense que c’est important, dans ce genre de projet, de créer une dynamique de cohésion ». Ce dispositif permet aussi aux personnes qui ont de bonnes idées mais qui ne savent pas comment les développer, de se rapprocher des structures déjà existantes pour développer leurs projets. 

Le dernier message qu’Aurélien veut faire passer et qui lui tient particulièrement à coeur : « vivre sur notre planète n’est pas un droit, mais un privilège ».

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
19548
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Quelques 750 étudiants et personnels ont été sensibilisés Environnement | 16/05/2022

L’Université de Limoges pionnière pour déployer la fresque du climat

La centrale énergie déchets de Limoges Métropole Environnement | 14/04/2022

Haute-Vienne : La centrale énergie déchets de Limoges Métropole vit-elle ses dernières années ?

Vue sur la Saligue aux oiseaux de Biron-Castétis (64) depuis le poste d'observation ornithologique Environnement | 07/04/2022

Les lignes électriques n'embêteront plus les migrateurs de la Saligue aux oiseaux

Béarnaises en estive Environnement | 28/03/2022

Découvrir autrement les paysages et la biodiversité en Pyrénées-Atlantiques

Le site expérimental Siclex à Lusignan (86) Environnement | 14/03/2022

INRAE : comment adapter l’agriculture au manque d’eau

Guillame Choisy, Alain Rousset et Etienne Guyot ont présenté le SDAGE  du Bassin Adour Garonne pour2022-2026 Environnement | 11/03/2022

Bassin Adour Garonne : "une montée en puissance sur la gestion qualitative et quantitative de l'eau"

Yves Salaun Environnement | 07/03/2022

« Sad Sand », un regard sur l’érosion du littoral, une décennie après Xynthia

Les élèves de 6ème du collège Les Eyquems de Mérignac unissent leurs forces pour résoudre les énigmes de l'escarpé game Héros H20 Environnement | 04/03/2022

Eau : Un escape game pour sensibiliser les plus jeunes

Le premier TER Hybride français pourrait transporter des voyageurs dès 2023 Environnement | 18/02/2022

Nouvelle-Aquitaine : Les premiers TER hybrides pourraient circuler dès 2023

Pour l'agriculteur Arnaud Laurent (à gauche) l’opération est très intéressante au niveau financier et pour l’apport environnemental. Environnement | 15/02/2022

Haute-Vienne : Cinq kilomètres de haies à planter chez neuf agriculteurs

Aurélien Sebton, co-fondateur de Koncilio, et le climatologue Hervé Le Treut Environnement | 11/02/2022

Climat : une entreprise bordelaise veut sensibiliser les élus locaux à l'urgence

Fabrice Amedeo observe des microplastiques dans les laboratoires de l'université de Bordeaux Environnement | 08/02/2022

Bordeaux : le skipper Fabrice Amedeo collabore avec les chercheurs de l’université

Hubert Lassus-Pigat, président du CLAB et spécialiste de l'ethnobotanique connaît tous les secret de l'étrange et parfois compexe relation entre l'homme et la nature Environnement | 03/02/2022

Au Conservatoire des légumes anciens du Béarn les projets fleurissent !

Archive : Analyse d'un échantillon dans le laboratoire bordelais Aquitaine Microbiologie dans le cadre d'Aqui-Litt Environnement | 27/01/2022

Une étude inédite croise le risque infectieux du milieu marin et celui des humains

Bernard Vauriac, président du Parc, Germinal Peiro, président d'Epidor et Michel Andrieux, président du syndicat de rivières Environnement | 21/01/2022

Mieux appréhender la gestion des milieux aquatiques de la rivière Haute-Dronne